Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juillet 2019 4 04 /07 /juillet /2019 07:03
Trump et la Corée du nord

L'histoire est souvent curieuse. Quand Donald Trump a été élu il y a deux ans, les "spécialistes" nous annonçaient un monde qui serait vite à feu et à sang tant l'imbécile heureux que les Américains avaient choisi était un "belliciste" stupide et borné. Notez que ces adjectifs sont systématiquement accolés à tout homme politique républicains de la part de nos médias si objectifs.

 

Presque 3 ans après son élection,  Trump n'a pas ouvert de nouveaux fronts mais s'est plutôt efforcé d'en fermer. Et c'est en Asie que son action semble, pour le moment, la plus efficace.

 

En étant le premier président américain à faire quelques pas en Corée du Nord, Trump vient d'obtenir un succès diplomatique sans précédent, minoré par les Démocrates (qui appelle rien de moins qu'à la traitrise) et la presse de gauche (pléonasme).

 

Ces quelques pas ont pourtant une portée énorme : ils veulent dire que la Corée du Nord cherche une vraie porte de sortie car elle sait que, tout sourire qu'il en a l'air, Trump, à la différence d'Obama, ne sera pas avoir par les manoeuvres tordues de son leader à vie,  Kim Jong-Un. Par le passé, ce dernier parvenait toujours à obtenir plus des occidentaux par la menace. Désormais, c'est bel et bien la Maison blanche qui mène le jeu.

 

Pourtant, pour une bonne partie des médias et des hommes politiques, on fait semblant d'ignorer la portée de ce geste. Pire, certains y voient un remake de Munich, prouvant comme souvent qu'ils auraient mieux fait d'écouter les cours d'histoire que de lire l'Humanité. Nous ne sommes pas dans des concessions territoriales et des abandons de population, mais bien dans une tentative raisonnée de contenir les ambitions d'un tyran. 

 

Au passage, le belliciste pourrait facilement rayer la Corée du Nord de la carte. Mais Trump a choisi la voie diplomatique. Il fait donc le contraire ce ce qu'on lui reproche depuis 2016, mais le camp du bien (entendez les opposants à Trump) est mécontent.  Ainsi l'acteur Mark Hammil (Luke Skywalker), très actif sur Twitter n'a retenu que Trump n'a rien fait pour que des otages US détenus par la Corée du Nord soient libérés. Obama n'avait rien fait non plus pendant 8 ans, mais c'est un Démocrate, donc ça va.

 

Résumons nous : quand un président américain utilise la force pour faire plier ou détruire des régimes voyous, c'est un abruti. Quand il se sert de la diplomatie, c'est un abruti. Quand il laisse des pans entiers du Moyen Orient passer dans le giron de l'islamisme radical et qu'il est démocrate, on lui donne le prix Nobel de la paix.

 

Drôle de conception !! Espérons juste que les historiens du futur sauront démêler cet écheveau !

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
il faudrait modifier votre article !!!
https://actu.orange.fr/monde/la-coree-du-nord-a-tire-deux-nouveaux-missiles-balistiques-magic-CNT000001hzkbH.html
Répondre
L
Le Nouveau, merci de votre réponse, nous ne sommes pas d'accord sur tout mais content de lire sur ce blog un commentaire raisonnable louant l'action d'Obama sur la lutte contre les terroristes islamistes. Je précise que j'ai toujours soutenu l'intervention américaine en Afghanistan en réaction aux attaques terroristes du 11 septembre.
Répondre
L
Le nouveau, l'état islamique a été créé en Irak des 2006, donc bien avant l'élection d'obama. L'alliance entre les combattants bassistes et les islamistes s'est faite dans une prison américaine en Irak. Vous pouvez toujours dire que tout cela est de la faute d'obama à mais ce serait intéressant de comptabiliser les victimes des attentats en Irak durant la mandature bush et durant la mandature Obama. Vous êtes neoconservateur donc logique que vous défendez bec et ongles l'intervention us, mais cela a été une grave erreur.
Répondre
A
Le problème n'est pas la politique de Bush mais l'islam qui est une religion guerrière. Le parti Baath était profondément anti occidental c'est pourquoi Bush 1 et Bush 2 ont fait la guerre à Saddam Hussein.
L
La faute d'Obama est d'avoir retiré les troupes d'Irak prématurément laissant le champs libre à l'EI. Comptabiliser les morts du aux attentas sous l'ère Bush et Obama n'as a trop d'importance L'important est de savoir la décrues des attentats fut très significatif vers la fin 2008 et qui a repris de plus belle une fois le départ des troupes US d'Irak. Elle est là la réalité.

De plus je ne suis aucunement néoconservateur. Plusieurs hauts responsables d'Al qeda et de l'état islamistes ont été tué par des drones ou par les forces spéciales sous l'ère Obama comme la liquidation de Ben Laden. Je défend aussi ce bilan que je met au crédit de l'administration Obama.. Ce qui fait pas de moi non plus un démocrate pro-Obama.
L
Le Nouveau, L'état islamique est né dans un 1er temps en Irak et c'est bien l'instabilité créée par l'intervention américaine qui a permis à l'EI de prospérer d'abord en Irak. C'est seulement après qu'il s'est étendu en Irak et en Syrie, avec la création de son état totalitaire en Irak et Syrie. Je ne défends pas du tout le régime de Saddam, je dis seulement comme beaucoup d'observateurs que l'intervention américaine en Irak a eu un fort effet déstabilisant dans la région.
Répondre
L
L'EI ne s'est pas installée en Irak lors de l'intervention américaine mais lors après son retrait précipité voulu par Obama. De plus je vous au répondu sur la déstabilisation de la région que vous attribuez à l'invasion de l'Irak alors que c'est faux. Toute la région a été déstabilisée suite à la révolte populaire en Syrie que Bachar par la force l'a transformée en guerre civile. C'est sur cette déstabilisation par la guerre civile provoquée par Bachar que l'EI a pu étendre son califat. L'intervention américaine à eu lieu en 2003 et son retrait en 2009. La région s'est embrasée en Syrie et en Irak en 2011. CQFD

Fin 2008 les attentats en Irak était à leur plus bas niveau grâce à la stratégie du général Pétraeus. Al Qeda a été chassé d'Irak. Obama a des fins électorales a précipité le retrait de ses troupes malgré les craintes du gouvernement irakien qui n'était pas encore prête à assurer lui-même la sécurité du pays. En laissant un contingent de 10'000 à 15'0000 hommes en Irak Obama aurait tué dans l'oeuf l'état islamique.
L
Faux L'instabilité suite à l'invasion de l'Irak est restée confinée à l'intérieur des frontières irakiennes. Pour la suite irakienne André l'explique bien. Ce qui a complètement déstabilise la région est suite à la révolte populaire syrienne contre Bachar al Assad. Ce dernier en utilisant la force armée contre les manifestants et en libérant les djhadistes pour pourrir la révolution a fini par faire embraser la région.

Pour ce qui est de toute la garde rapprochée de Saddam qui a rejoint l'EI démontre bien que le régime de Saddam n'avait rien de laïc contrairement à ce que l'on nous bassinait à longueur d'années.

" Et que dire de l'essor de l'Iran dans la région provoque par la politique américaine de soutien aux chiites "

Non seulement les chiites majoritaires en Irak furent persécutés et ont subit des massacres de masses de la part du régime de Saddam et que face à l'EI sunnite ennemi héréditaire des chiites, les américains avaient aussi besoin de ces derniers pour combattre l'EI qui est la menace principale de la région.
Répondre