Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 05:03
chatillon.gifEtant replongé dans les croisades (enfin , l'un de leur dérivés, à savoir les ordres militaires en Lorraine) pour 3 années, je remets en ligne cette chronique, histoire de faire connaître au plus grand nombre cet excellent ouvrage.
 
Renaud de Chatillon est un personnage ambigüe : d'un côté, la plupart des connaisseurs des croisades l'estiment responsable de l'échec de 1187 et critiquent fortement ses actions  dans les royaumes latins  d'Orient. De l'autres, il fut jugé  de manière nettement moins négative par ses contemporains car il répondait à un certain idéal de guerrier.
 
Pierre Aubé vient de sortir cette excellente biographie chez Fayard et, malgré des sources lacunaires (on ne sait rien des 30 premiers années de Renaud, ni de ses 15 ans où il fut emprisonné à Alep), parvient à retracer un destin exceptionnel, celui d'un cadet d'une grande famille noble de France qui trouva la fortune en Terre Sainte mais mourut de la main même de Saladin le soir de la défaite franque de Hattin en 1187.
 
Tirant parti de toutes les sources de l'époque, qu'elles soit latines ou arabes, l'auteur nous conte la vie de Renaud de Chatillon, sans doute arrivé  en Orient lors  de la 2e croisade de 1147. Rapidement, il épouse Constance, héritière de la principauté d'Antioche et devient , ipso facto, un  des leaders politiques de la région. Or, Renaud n'a pas vraiment la diplomatie nécessaire pour comprendre un orient compliqué. L'auteur peine d'ailleurs à démêler les alliances, complots, représailles entre  les latins, les fatimides, le sultan de Damas, celui de Mossoul.... René Grousset dans sa monumentale Histoire de la Croisade avait mieux réussi cet aspect mais il disposait de 5 fois plus de pages. On suit donc le chevalier dans ses démélés avec ses voisins et la haine grandissante qu'il va inspirer aux musulmans. Il est vrai que Renaud ne se prive pas de piller les caravanes qui passent à portée de son fief !!
 
Emprisonné en 1160 à Alep, sa biographie subit une nouvelle ellipse de 15 ans. Qu'à cela ne tienne, Pierre Aubé en profite pour s'intéresser aux autres protagonistes de cette histoire :  Raymond,  Nur ad Din, Baudoin IV le roi lépreux, Guy de Lusignan. Avec un style fort et malgré quelques anachronismes curieux (le spectre de la guerre d'Irak vient hanter plusieurs fois le livre sans que l'on comprenne vraiment pourquoi), c'est donc toute la deuxième moitié de XIIe siècle des royaumes latins qui défile sous nos yeux.
 
Le retour à la vie publique de Renaud, suite à sa libération, le voit se confronter à Saladin. Là  , le livre prend une tournure plus polémique. L'auteur d'une part ne croit pas que le chevalier soit le seul mauvais génie de l'époque, d'autre part, il remet en place une bonne partie de la légende de Saladin et ne lui reconnaît qu'une véritable victoire , celle de Hattîn. Armé des chroniques arabes, il montre que l'aura de celui qui unira les deux machoires musulmanes qui broyeront les royaumes latins est venu après mais que , sur le moment, ses contemporains l'ont jugé plus sévèrement, estimant que certaines de ses actions ont été des occasions manquées, voire des ratages. Ainsi, une chronique rapporte une analyse de Nur ad Din qui estime qu'il a "une certaine tiédeur à combattre les Francs". Il met également à  bas l'image chevaleresque qu'on a de lui en occident. Comme tous les chefs militaires de son temps, Saladin a pillé, massacré, étripé.... et les civils n'ont pas vraiment été épargnés. Ainsi, la prise de pouvoir sur les fatimides s'accompagne du massacre de la garde soudanaise de l'ancier régime : peut être 40 000 morts.
 
Pierre Aubé nous raconte ensuite les tentatives audacieuses mais totalement irresponsables de Chatillon pour s'emparer des richesses arabes. Il monte une expédition en mer rouge en faisant transporter des bateaux en  pièces détachés à dos de chameaux, il menace directement La Mecque, Médine. C'en est trop pour Saladin qui va l'affronter plusieurs fois mais sans jamais emporter le morceau.
 
Et ce n'est que lors de la bataille de Hattin, quand Guy de Lusignan, mal conseillé et mal préparé, se jettera dans la nasse de Saladin, que prend fin l'épopée de  Renaud de Chatillon. Sa mort nous est racontée de plusieurs manières différentes. Dans l'une d'elle, il aurait bravé Saladin jusqu'au bout, refusant de se convertir.
 
Quoiqu'il en soit, cette biographie, qui se conclut par une  copieuse bibliographie, incluant même le film de Ridley Scott, Kingdom of Heaven, ne pourra que ravir les amateurs d'histoire et les specialistes de cette époque que le politiquement correct a désormais relégué aux poubelles de la chronologie !!
(Un croisé contre Saladin . Pierre AUBE, Fayard, 20€)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

david martin 26/08/2007 11:46

Comme on me l'a fait remarquer, il faut remplacer René Bousquet par René Grousset !!

Vous avez le droit de me jeter des pierres....

Présentation

  • : La pensée néoconservatrice
  • La pensée néoconservatrice
  • : Néocon ? Of course, man !!
  • Contact

La liberté


"Que Règne la Liberté"
Georges W Bush


 

L'Iraq en Vérité


Lisez le Rapport
sur l'Irak du Blog Drzz
Plus de 150 articles
pour vous réinformer sur l'Irak !

La Vidéo