Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 janvier 2008 4 17 /01 /janvier /2008 07:25
Comme promis en 2007, voici la publication d'un premier texte dirée du site Pensée Unique.fr !!

Celui ci porte sur certaines contradictions que le grand public ignore généralement. Mais c'est sans doute pour la bonne cause.

temperature98-06.jpgL'idée même que le réchauffement puisse être "global" pose problème à nombre de climatologues. En effet, le climat est très variable comme chacune sait, dans le temps et dans l'espace. Ceci est dû aux énormes courants d'air et aux cellules de convection qui parcourent notre planète. Rien n'est uniforme et tout cela varie dans le temps de manière difficile à prédire !

L'exemple de l'Antarctique est tout à fait typique : Une partie fond actuellement mais l'autre s'épaissit. Que signifie alors une température moyenne sur ce continent? A l'échelle de la terre c'est encore pire. Certaines parties se réchauffent (à cause de courants marins comme El Niño, par exemple) tandis que d'autres refroidissent. l'OMM (Organisation Météorologique Mondiale) qui fournit chaque année une moyenne "globale" se contente de simples moyennes du type ( Nord+Sud)/2 qui ne signifient pas grand chose en réalité. C'est aussi un sujet de débat. (Voir une bonne discussion de la NASA ici)
La mesure des températures est problématique en particulier à cause de l'effet dit des "îlots de chaleur", c'est à dire l'effet de la proximité des habitats et des industries de tailles grandissantes et de l'asphalte des voies de communication qui poussent les thermomètres à la hausse. Certains pensent que les mesures sont ainsi faussées par rapport aux mesures plus anciennes et donnent l'impression d'une hausse artificielle. D'autres disent que ces effets sont négligeables !

D'autre part, les évolutions de température d'une année sur l'autre sont de l'ordre de quelques dixièmes de degré (0,02 à 0,3 °C) comme le montre la courbe officielle ci-contre. Les physiciens savent bien que la mesure exacte de la température est toujours une chose délicate mais mesurer des variations aussi faibles (au millième de degré près comme les chiffres de la WMO ! ) sur différents points de la surface du globe avec une fiabilité suffisante pour en faire une moyenne significative relève d'un pari très difficile, sinon impossible. Prétendre évaluer la température de la planète au millième ou au centième de °C près relève de l'exploit... ou de la foi, car tout dépend de la manière dont on fait la moyenne des différents points de mesure ! Et quel est le vrai pourcentage d'incertitude que l'on ne donne jamais ?

L'incertitude doit être bien supérieure aux écarts supposés d'une année sur l'autre. Par contre les mesures satellitaires se révèlent plus précises et plus fiables que les mesures terrestres mais elles ont été longtemps rejetées par les partisans de l'effet de serre parce qu'elles indiquaient un réchauffement beaucoup plus faible voire pas de réchauffement du tout de la basse atmosphère. Il semble que des corrections aient été apportées depuis mais elles sont encore sujettes à caution. Bref, c'est un autre beau sujet de discussion et de disputes !
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Un petit lien qui permet de faire le point. A lire, la partie sur le rechauffement general du systeme solaire. Ben, il n'y a pas que sur terre que cela se produit mais dans l'ensemble du systeme solaire.http://www.objectifliberte.fr/2007/08/rchauffement-cl.html
Répondre
A
@ davidLes articles de pensée unique sont toujours aussi bon et detaillés. On y apprends beaucoup de choses.Par contre je connais un site que tu connais peut-être : http://profbof.com/  Un veritable moment de delice. Les sujet traités sont serieux mais une certaine pointe d'ironie rend la lecture vraiment hilarente.  Je te conseil la section : http://www.profbof.com/ecologie/index.htm
Répondre
D
@ laurent :<br /> pas de soucis pour le doc, je le mettrais en ligne avec grand plaisir
Répondre
A
@ LaurentSurtout que les etudes de Lyubushin montrent qu'il n'y a pas de correlation directe entre dCO2 et dT sur 140 ans. Sur les 1400 ans etudiés il apparait une periode cyclique de 50/60 ans, dont la courbe est en accords avec les dT sur cette periode. L'etude est evidemment soumise au debat.  De 1860 à 2030 le model semble en bon accord avec les relevés, montrant l'inflexion de 1940-70 et la stagnation actuelle des temperatures, ainsi qu'une baisse à venir.En d'autres termes, la dT actuelle est naturelle.http://lyubushin.hotbox.ru/Fuel_Consumption_and_Global_dT.pdf
Répondre
L
Pour Lisa : une des choses qui m'inquiètent le plus dans cette fixation que fait l'écologie sur le réchauffement climatique global, c'est que du coup on néglige complètement le respect de l'environnement . L'important dans l'écologie, pour moi, c'est de s'assurer qu'on ne pollue pas les nappes phréatiques, qu'on ne tue pas (trop) d'espèces, qu'on ne détruit pas d'équilibres écologiques par l'apport de certaines espèces ou tout simplement qu'on ne transforme pas la campagne en décharge.Le problème du réchauffement global et de son catastrophisme c'est que finalement l'écologie se résume maintenant à lutter contre les gaz à effet de serre... Combat vain puisque les volcans en rejettent largement plus que nous et que tous les animaux et les plantes de la terre font de même. Sans compter qu'à priori cela ne sert à rien. Même les gourous de la réduction disent que toute façon même si on arrêtait immédiatement, on est foutu, le réchauffement arrivera et qu'on va tous mourir.Une des meilleurs preuves de l'absurdité des thèses absolutistes du réchauffement climatique global, pour moi, c'est que dans la période 1940-1970 la température moyenne a baissé de façon vertigineuse alors qu'on était en plein boum économique avec des émissions de CO2 énormes. Donner une relation proportionnelle entre taux de CO2 et température est dès lors très risqué... Or si on regarde les courbes donnant la température prédite, on voit bien que ces "scientifiques" approximent une courbe sinusoïdale par.... une droite croissante ! Ils semblent négliger totalement l'aspect naturel de l'évolution de la température pour ne la relier qu'à l'émission de CO2 humaine (et même pas la naturelle).Si ça t'intéresse Dave, je pourrais t'envoyer un petit document que j'ai fait pour expliquer le problème qu'il y a à approximer une courbe sinusoïdale par une droite ^^
Répondre