Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2008 1 28 /01 /janvier /2008 06:58
antarctique.jpg2e incursion du site Pensée-unique sur le blog. Aujourd'hui , l'auteur s'interroge sur le futur du climat. Et ses conclusions ne vont pas forcément dans le sens du Giec !!

Permettez moi, avant d'aborder le sujet de cette page un peu iconoclaste, un petite prologue destiné à introduire les méthodes scientifiques alternatives à celle du GIEC qui, comme vous le savez, est basée sur les projections données par les ordinateurs. Ces dernières font la manchette des journaux alarmistes et prédisent une élévation constante de la température de la planète dans les années qui viennent...

Mais (on ne vous le dit jamais), il y a deux manières, très différentes, d'aborder les sciences du climat, la climatologie. Or, ces deux approches conduisent à des résultats et à des prévisions diamétralement opposées...Voyons cela :

La première de ces méthodes, mise en avant par les climatologues du GIEC et ses adeptes et dont on vous rebat les oreilles en vous affirmant qu'elle est incontournable, repose sur l'utilisation exclusive de modèles d'ordinateurs dits GCM (Global Circulation Model ou modèles de circulation générale). C'est ce que l'on appelle des modèles "déterministes" en ce sens que l'on présuppose que l'on est capable d'élaborer des simulations numériques du climat du temps présent et du futur, à partir des tout premiers principes. Cela suppose que l'on a tout compris des mouvements de l'atmosphère et des océans et que l'on sait tout sur les équations et les multiples paramètres qui influencent le climat et aussi, sur les nombreuses réponses (contre-réactions) positives ou négatives des différents composantes de la planète (terres, océans, biotas etc.). Ce sont ces modèles déterministes qui sont utilisés, en particulier et parmi bien d'autres, par les ingénieurs de Météo-France qui ont extrapolés les modèles classiques utilisée par la météorologie (tel que ARPEGE-climat qui est un avatar de ARPEGE météorologie) pour essayer de prédire le climat... dans cent ans. Compte tenu de l'extraordinaire complexité du problème climatique et du grand nombre d'inconnues, il est clair pour des milliers de scientifiques rigoureux que le résultat d'un tel exercice ne peut-être qu'extrêmement hasardeux (voir ici). Cette méthode aboutit, en général, à ce que l'on appelle des "projections" ou encore à des "scénarios" et non à des "prévisions" comme beaucoup le pensent, à tort.
La seconde méthode est la méthode empirique. Elle consiste à étudier les variations climatiques du temps passé et à essayer de trouver d'éventuelles périodicités dans ces évolutions ou des corrélations entre les variables du climat, comme la température, et les quantités réellement observables (telles les caractéristiques des océans où des éruptions solaires, par exemple). Ces méthodes, car il y en a plusieurs, sont basées fondamentalement sur les sciences de l'observation et non pas sur les projections, plus ou moins virtuelles, fournies par les ordinateurs. Cette méthode ne présuppose pas la connaissance détaillée de la totalité des multiples processus qui influencent le climat. Elle se contente d'observer et d'extrapoler.
A noter que cette distinction entre ces deux approches, très différentes, de la science climatique, n'est absolument pas propre à cette dernière. On retrouve actuellement cette dualité dans pratiquement toutes les sciences des systèmes complexes. La première méthode est toute récente. Elle procède des énormes progrès accomplis par les ordinateurs durant ces dernières décades. La seconde est la méthode traditionnelle, classique. C'est celle qui a permis à la Science d'accomplir les immenses progrès que nous connaissons. C'est celle de Louis Pasteur ou de Claude Bernard, parmi d'autres. Ainsi, le débat actuel qui oppose les tenants de l'effet de serre anthropogénique et les "sceptiques", ou plutôt, les "rationalistes" n'est pas seulement un débat scientifique habituel. Il reflète aussi le débat, plus vaste encore, qui oppose, dans les sciences de la complexité, les tenants des sciences de l'observation à ceux des simulations numériques par ordinateur.

Peu d'entre vous connaissent la grande diversité des projections modérément alarmistes des ordinateurs du GIEC. Par contre, tout le monde connaît les prévisions catastrophistes du bureau politique du GIEC, répercutées et amplifiées au centuple par les journaux, les télévisions, les écologistes, Al Gore etc. qui s'en font quotidiennement l'écho au point que beaucoup commencent à se lasser de ce matraquage en règle, qui constituera un précédent dans l'Histoire avec des conséquences sans doute désastreuses.

jan77.jpgMais personne, à l'exception de quelques milliers de scientifiques vigilants, ne connaît les prévisions ou les projections des autres modèles empiriques qui pourtant ont été élaborées dans les règles de la plus stricte rigueur scientifique...Et de fait, ces projections, ces prévisions, ne satisfont pas la soif des médias et des écologistes pour les nouvelles alarmistes. Pourtant, elles le devraient, car ces méthodes qui utilisent l'observation et les faits réels, prédisent unanimement que nous allons vers un REFROIDISSEMENT de la planète dans les années qui viennent, comme on le craignait en 1977  . Et nous avons beaucoup plus à craindre du froid que du chaud...



(L'article se continue , ici, avec les différentes hypothèses envisagées. Allez y, cela vaut franchement le coup d'être lu!  Je vous donne sa dernière phrase)

A noter que la glace du pôle Nord dont on nous a dit qu'elle devait disparaître rapidement, s'est reconstituée à une vitesse record à la fin de l'automne 2007....

En attendant et en décembre 2007, au Canada et aux Etats-Unis, on a battu des records...
de neige et de froid !
Et cela continue à la fin du mois de Janvier.
Partager cet article
Repost0

commentaires

E
Chers amis néoconservateurs, vous illustrez admirablement le mythe de la caverne de Platon :-)je vous laisse à votre pitoyable aveuglement bornéah! juste une chose, j'imagine que vous n'êtes :- ni un des 140 millions d'asiatiques dont l'habitat est directement menacé par la montée des eaux (due à la dilatation des océans sous l'effet de la hausse des températures)- ni un habitant du bord de la mer du Nord ne pouvant plus marcher sur ses plages couvertes d'huîtres creuses du pacifique s'étant acclimatées semble-t-il à nos températures. Cette espèce n'a aucun prédateur chez nous et elle a donc colonisé et détruit l'écosystème. Cet exemple de disparition d'espèce est reproductible dans tous nos océans!!!!- ni habitant (je vous le souhaite) du pan de glace de 415km² appartenant au plateau Wilkins (Antartique) qui s'est détaché aujourd'hui même- ni savoyard, vous compareriez alors vos glaciers à des peaux de chagrin- etc, etc...Pour avoir vos idées il ne faut pas être en contact avec la nature, c'est certain, ou alors avec celle que Monsanto nous vend. Continuez vos ridicules Think tank entre vous, dénués d'esprits critiques. Car ce que vous devez comprendre c'est que le danger réel lié aux évolutions que nous constatons n'est pas d'avoir trop froid ou trop chaud (pauvres petits chéris) mais de modifier irrémédiablement les écosystèmes dont les chaines complexes génèrent notamment notre propre alimentation.
Répondre
L
Il n’y a pas que les USA à être touchés par une importante vague de froid. En ce moment, Israël est sous la neige, une neige qui ne fond pas une fois le sol atteint, ce qui ne s’était pas vu depuis très longtemps. Plusieurs personnes sont mortes de froid dans le pays. Voici une photo de Jérusalem sous la neige :
Répondre
A
Sur les glaciers aussi, on entend tout et son contraire.A titre d'exemple, les glaciers d'indes.D'un coté le DIEC parle du retrecissement des glaciers himalayens et de l'autre on appreds que seul 50 glaciers sont etudiés sur les 9575.Qui plus est,  Raina, le Dr Ganjoo et Kool n'ont rien trouvé d'anormal. Glacial melting ‘not’ @ global warming S.P. Sharma Tribune News Service Jammu, December 26, 2007 Mr V.K. Raina, an expert on glacier studies, today pooh-poohed claims that glaciers on the Himalayas were receding at an alarming rate. He described such reports as more of scientific fiction than fact, wondering whether global warming had anything to do with melting of glaciers.Mr Raina was among the 60 scientists who assembled for the national conference of the Indian Institute of Geomorphologists, which was inaugurated by Prof Amitabh Mattoo, vice-chancellor of the Jammu University, here today. Mr Raina said glaciers in India had not shown much retreat, as hyped by some scientists, adding that melting of glaciers was a natural phenomenon.He said 9575 big and small glaciers had been identified in Uttranchal, Jammu and Kashmir, Himachal Pradesh, Sikkim and Arunachal Pradesh.Not a single glacier had vanished in the past about 150 years since scientific spotting of glaciers was started, he stated. Mr Raina, who had visited many glaciers, pointed out that India had the weakness to follow the US on whatever was said about the environment.He said the rate at which the glaciers had been melting now was the same as it had been about a century ago.He clarified that water requirements were being met with the melting of winter snow, that had shown a shift in the past few years.http://www.tribuneindia.com/2006/20061227/j&k.htm#5Il y a aussi le site de Robert Vivian qui est glaciologue reconnu : http://virtedit.online.fr/article3.html
Répondre
$
Moi je dis que le rechauffement de la grosse bleue est une platforme politique de la gauche qui perd tous les debats.Voila des news que personne ne reprend en Europe vu que cela ne rentrent pas dans leur calculs.....Dec. 13, 2007About a half million homes and businesses remained without power in the biggest blackout in state history. The ice storm was blamed for at least 21 deaths in Oklahoma.  http://www.usatoday.com/weather/storms/winter/2007-12-12-winter-storm_N.htmIce up to one and a half inches thick has glazed much of the central Plains and Midwest this week. At least 27 deaths.....http://www.cbsnews.com/stories/2007/12/12/national/main3609321.shtml
Répondre
T
Le rechauffement climatique entraine un dérèglement climatique, celui que nous ressentons....Quelles prédictions faire face à la fonte astronomique des glaçiers, qui viennent emplir les océans depuis 10 ans ?Dur de prédire le climat ? oui, mais possible de prédire un fort dérèglement climatique....
Répondre