Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 février 2008 1 25 /02 /février /2008 21:06
Soyons clair , pour moi c'est une tempête dans un verre d'eau. Je ne me rappelle pas d'une telle polémique quand Georges Freche (qui vient d'être réintégré au  PS, soit dit en passant) avait traité les Harkis de sous-hommes. Comme quoi, quand on insulte quelqu'un , mieux vaut être de gauche !!

Ivan Rioufol, sur le site du Figaro, livre une analyse très pertinente de la situation.


La voici :
D'accord: Nicolas Sarkozy n’aurait pas dû siffler entre ses dents "casse toi alors  pau'v con", à l'adresse de celui qui, samedi au Salon de l'Agriculture, venait de refuser de lui serrer la main en lui disant: "Touche moi pas, tu m’salis". Ces choses là se pensent tout bas. Surtout quand les micros se font de plus en plus indiscrets. Pourtant, parmi ceux qui s’offusquent, beaucoup auront applaudi en 2006 au coup de boule donné par Zinedine Zidane à un joueur italien qui avait insulté sa sœur. Pour ma part, je désapprouve le geste de Zidane comme le mot de Sarkozy, qui reflètent une même impétuosité. Pas de quoi, pour autant, en faire un plat.

La curée contre le chef de l’Etat rend inaudibles (c’est d’ailleurs le but, à la veille des municipales) les propositions du gouvernement. Le discours de Sarkozy sur la refondation de la politique agricole commune (PAC), prononcé ce samedi, est passé inaperçu du grand public. La suggestion de Christian Estrosi de réformer le droit du sol à Mayotte a été étouffée. Quant à la décision du parlement d’instaurer une mesure de rétention de sureté pour éviter que des criminels dangereux non guéris soient remis dans la nature, elle s’est transformée en un embrouillamini visant à accréditer la thèse loufoque d’une République en danger.
(J'ajoute la volonté de Xavier Darcos de refaire de l'école primaire une vraie école)

  Il se répète, dans cette affaire, que le Conseil constitutionnel s’est prononcé contre la rétroactivité de la réforme, qui créé des centres socio-médico-judiciaires pour accueillir des détenus à l’issue de leur peine. C’est inexact. Les Sages ont admis que cette rétention n’était pas une peine, mais une mesure de sureté pouvant donc être appliquée tout de suite. Cependant elle a été assortie de conditions techniques qui rendent aléatoire l’efficacité recherchée par Rachida Dati. Quand Robert Badinter, ancien garde des Sceaux, voit dans cette réforme  "un tournant très grave de notre droit", il oublie que la relégation – qui envoyait les irrécupérables en Guyane – a été instituée en 1885. Elle a été remplacée par la tutelle pénale en 1970.  Il n’y a donc pas de " tournant",  ni d’atteinte aux "fondements de notre justice", contrairement à ce qu’avance Badinter.
Partager cet article
Repost0

commentaires

B
De plus, du point de vue du droit, il n'y a pas de différence, c'est interdit... Ce que vous voulez dire, c'est qu'il y a une différence de gravité, la sanction n'étant pas la même. Celà est étonnant de la part d'un ancien avocat... mais pourquoi notre président n'utilise-t-il pas la loi pour se défendre des rustres ? Il pouvait fort bien déposer plainte!!! Je ne comprend pas.De plus, pour certains des élèves, de leur point de vue, ils ont des raisons de traiter parfois un prof de sale con. Il y a des enseignants qui rabaissent les jeunes. Mais il ne faut pas tolérer ce langage, Pourquoi ? parce que c'est interdit... et le président n'a pas montré l'exemple... C'est pourtant celà vivre en société.Heureusement, nous sommes tous démocrates, et personne, absoluement personne, ne songe à instaurer un régime méritocratique... Celà serait bien, on réussit, et on a le droit de traiter les gens de "sale con"Bien à vous
Répondre
B
Notons, si votre source est exacte, que Freche a quand même été exclu, avant d'être réintégré... Il y a eu sanction. Mais la bonne foi qui caractérise les afficionados de notre président s'escriment à lui trouver des raisons de traiter un citoyen de pauvre con, mélangeant ainsi vie privé et publique, porte ouverte à tous les excès puisque la vie publique ne doit être régit que par la loi. Une bonne idée aurait été de porter plainte mais notre bon président à oublier sa critique envers la candidate socialiste...garder vos nerfs, maîtrisez vous... Bref un poids, 2 mesures. C'est comme pour le droit, dépénalisation du droit des affaires, changer la constitution pour que la rétention de sécurité soit rétroactive...Tiens il ne l'avait pas dis celà dans la campagne...Il pourrait par exemple faire une loi de temps en temps...
Répondre
B
David, david, david vous reprenez le mensonge distillé par les différents médias concernant la polémique visant Frêche, il n'a jamais traité les harkis de sous hommes, mais deux membres de cette communauté déshonnorant les harkis selon lui. Regardez la vidéo elle doit trainer sur youtube ou dailymotion.
Répondre
B
Une polémique stérile par excellence :http://rightwingnews.over-blog.com/article-17065302.html
Répondre
D
Attention , Freche va réintégrer le PS !! Et il y a une différence entre s'emporter et traiter un rustre de sale con d'un côté, et de l'autre balancer des propos racistes envers toute une communauté.

Si mes élèves me traitent de sales cons ? Punition immédiate si c'est totalement justifié. Si c'est moi qui leur ait dit "me salis pas", j'aurai sans doute mérité leur mépris.
Répondre