Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 07:21
undefinedAinsi Bayrou peut perdre Pau. Ceux qui croient encore à une troisième force peuvent se poser des questions.

Ici, je m’allie avec le PS pour faire tomber Gaudin ou Tiberi, ici je m’allie avec l’UMP pour que le parti de droite garde ou conquiert une mairie, ici je m’allie avec les communistes mais je me fais désavouer par mon président. Ici, je ne donne aucune consigne de vote. Ici, je désavoue ceux qui font alliance avec la gauche, ou avec la droite…

Le Modem, c’est le retour de la 4e République, un parti attrape tout, qui vole d’un bout à l’autre de l’échiquier et qui entretient une stratégie schizophrène. On pourrait lui adjoindre le titre du film de Klapish "Ni pour, ni  contre, bien au contraire"

Juste pour rappel, celui qui pesait 18% en 2007 n'en pèse plus que 6%.

Au plan national, Bayrou veut être le premier opposant à Sarkozy et adopte la stratégie socialiste du « toujours contre sans rien proposer » quitte à signer avec des loosers comme Royal ou de Villepin des pétitions grandiloquentes dans un torchon qui refuse de dire qu’il se trompe (Pour info, Marianne continue à parle de claques pour le président à propos du premier tour, alors que plus de 100 députés UMP ont déjà été élus ou réélus, sans compter les membres du gouvernement).

Bayrou qui s’oppose donc mais qui, sur le terrain, laisser jouer la carte du local, la seule carte d’ailleurs valable pour une élection locale.

Il voulait, tout comme la gauche, nationaliser le scrutin. Il a échoué.

Il voulait jouer les arbitres mais au final, et malgré la danse un peu ridicule de l’UMP, se retrouve dans la position du jambon dans le sandwich.

Le Modem n’a pas de stratégie, pas d’alliances durables, il fonctionne au coup par coup. Certains appellent cela « ne pas vendre son âme », j’aurais tendance à y voir de l’opportunisme.

Bayrou a oublié d’où il venait, que l’ex-UDF était un parti de droite. Il sera d’ailleurs intéressant de faire le point dimanche soir, de voir où les élus Modem peuvent vraiment être efficace. Pas à Paris ou à Lyon, ni même à Lille puisque les maires de ces grandes villes n’ont pas besoin du Modem.

En voulant jouer la victimisation, Bayrou va sans doute perdre son pari à Pau. Tant pis pour lui, quand on est incohérent et que l’on refuse de prendre parti, on se brûle.


Partager cet article
Repost0

commentaires

A
"Un coup à droite, un coup à gauche, ensuite au centre..." Pas étonnant de la part du parti modulateur-démodulateur ....Seulement maintenant, on est passé aux routeurs et au haut-débit...Bayrou, c'est toujours du 56k
Répondre
D
Maryse, je n'ai rien contre les 60 000 adhérents du Modem, j'écris juste que la stratégie du "patron" est incompréhensible et qu'il va saborder le parti.Il n'y a pas que moi qui le dit, certains membres haut placés du Modem le disent aussi, ils n'ont rien compris à la stratégie d'entre les deux tours. Un coup à droit, un coup à gauche, un coup avec les verts, un coup avec le PCF (une honte pour un parti qui se dit démocrate !!).Franchement, qui pige cela dans la France moyenne. 
Répondre
C
60 000 adhérents ? Et alors, ce ne sont pas les adhérents qui vont gagner à eux seuls une élection, c'est la façon de convaincre l'électorat.<br /> <br /> Et là on ne peut pas nier que Bayrou a échoué !!<br /> <br /> L'article ne dit pas il faut interdire le Modem, il dit juste que le pari de Bayrou a été perdu.<br /> <br /> Sortez de votre victimisation.
Répondre
M
Désolant de lire ces articles et commentaires peu argumentés .Messieurs,Mesdames, vous oubliez que le Modem rassemble environ 60000 adhérents (double de L'UDF) et c'est encore un "bébé" ., vous oubliez qu'enfin des personnes en avant garde (question ouverture d'esprit) ont trouvé enfin une place dans l'échiquier politique.Bien sur il fait peur aux bi partistes (ceux qui font de la politique politicienne archaïques).Le modem est laminé et par ces politiques et par la presse mais le Modem n'est pas le FN et quand l'électeur de base aura évoluer, et n'aura plus ce reflexe pavlovien de voter soit gauche soit droite, il s'lélevera enfin à autre chose, une ouverture d'esprit qui manquent tant à ces "grands de ce monde politique"!! sachez encore que le Modem rassemble des personnes qui ne s'était pas encore investis en politique et qui je peux vous le confirmer ont une énergie que les autres partis lui envient.Alors, aux journalistes, montrez un peu d'ouverture d'esprit , laissez les gens du Modem s'exprimer et si vous faites vraiment votre métier !!! Si vous êtes démocrates, laissez ce parti exister !!!
Répondre
D
BlogRSS Vu de la place Victor Hugopar Maurice-Ruben Hayoun Les armées américaines en Irak15 Mars 2008 | Politique http://www.blog.24heures.ch/    Depuis quelque temps et malgré le retour de certaines actions terroristes, sanglantes mais limitées, les Américains marquent incontestablement des points en Irak. Le long article, bien présenté et solidement documenté de Patrice Claude dans le Journal Le Monde de cette semaine, le montre. De quoi s'agit-il?     Ayant enfin compris que dans l'Orient arabe, tout s'achète et tout se transforme (les alliés d'hier en ennemis de demain et inversement) les USA ont armé des milices sunnites contre al-Qaida et surmonté les réticences des Chi'ites qui regardaient d'un très mauvais œil le retour en grâce de leurs frères ennemis. N'oublions pas que durant le règne de Saddam, les Sunnites (40 % de la population) dominaient le pays et persécutaient leurs frères chi'ites     Grâce à cette alliance qui eût été naturelle et eût coulé de source si les Américains, dans leur folie, n'avaient pas dissous l'armée de Saddam et son système sécuritaire, al-Qaida est pratiquement détruite en Irak. Al-Zarqaoui doit se retourner dans sa tombe…    La main de l'Iran n'est pas absente dans ce gigantesque marchandage. Les USA négocient en cachette avec ce pays dont le président s'est récemment rendu en grande pompe à Bagdad, dépendant ainsi de la protection de l'armée de l'oncle Sam. Absolument inimaginable il y encore peu de temps.    Dans cette partie de poker menteur, les Iraniens pourraient nous étonner. Derrière les rodomontades de leur président, on perçoit une volonté iranienne, assez démoniaque, de changer d'alliance et de brader des intérêts apparents pour la chose qui le compte le plus; la sécurité de l'Iran et le renforcement de son rôle régional. Et dans ce marchandage, tout peut servir de monnaie d'échange: l'alliance contre nature avec la Syrie baassiste, le soutien au Hezbollah, l'appui accordé au Hamas, l'armement des Chi'ites en Irak et même le sort des soldats israéliens détenus…    Le général de Gaulle l'avait bien dit: vers l'Orient compliqué, je voguais avec des idées simples… 
Répondre