Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2008 6 12 /04 /avril /2008 08:39

 

Le conservatisme, fatalité française? La question se pose devant les prudences face aux réformes. Quelle politique suit Nicolas Sarkozy, quand il charme le Medef par ses discours libéraux mais assure que l’État ne laissera pas tomber les "métallos" d’ArcelorMittal? Où est la rupture, quand Éric Woerth, ministre du Budget, explique lundi que les économies sur l’assurance-maladie se feront "dans le respect du modèle social français", ce boulet?

 

 Une frustration s’installe chez ceux qui voudraient voir la droite tirer les leçons de la faillite d’un système inspiré par la gauche. Ce n’est plus à l’État de s’immiscer, comme à Gandrange (Moselle), dans une affaire privée. Ce n’est plus à lui de protéger un mécanisme qui ponctionne 42,3% du salaire brut au titre descotisations sociales, contre 10,5% en Angleterre . À chaque fois, un goût de trop peu reste en bouche. À commencer par les 35 heures non abolies ou la miniréforme des universités. Le gouvernement annonce la suppression de la publicité sur les chaînes publiques: des spots resteront en définitive sur certaines tranches horaires. Les introuvables taxis parisiens contestent le rapport Attali: la réforme est repoussée à plus tard. Les lycéens d’Ile-de-France, qui veulent en découdre, ont vu la faille.

Certes, le gouvernement a promis, juré de ne remplacer qu’un fonctionnaire sur deux (le quart des employés dépend de l’État, contre environ 15 % chez nos voisins). Mais quand Sarkozy annonce, vendredi, 166 mesures pour rationaliser les dépenses (272 milliards d’euros), les 8 milliards d’économies qui en ressortent à l’horizon 2011 paraissent dérisoires. Les Français, qui à 79% réclament de serrer la vis, sont plus téméraires que leurs dirigeants.

Ce n’est pas en déremboursant d’autres médicaments que les économies durables seront faites. L’heure est venue de changer de système de santé et de retraite et d’en finir avec l’État régulateur. Mardi, le chef de l’État a admis que les politiques sociales alimentaient le déficit et la dette. Pourquoi ne pas ouvrir ces secteurs, et bien d’autres, à la concurrence? Les mots appellent les actes.

 


La rupture réussie
L’endoctrinement antilibéral, qui s’apprend dès l’école, n’est pas plus justifiable que le matraquage antiatlantiste porté par la gauche et ceux qui en appellent àCharles de Gaulle. La retenue de Sarkozy pour bousculer une tradition étatique héritée de l’après-guerre s’explique d’autant plus mal qu’il n’hésite pas, renouant avec les États-Unis, à braver un antiaméricanisme, ancré depuis Baudelaire. La rupture, réussie en politique étrangère, se fait attendre en politique intérieure.

 

La gauche immobile ne voit pas le monde changer. Elle ne discerne pas davantage les réalités qui contredisent ce qu’elle défend depuis quarante ans en matière éducative, familiale, économique. Tandis que l’Iran installe 6000 autres centrifugeuses, la bien-pensance dénigre ceux qui mettent en garde contre le risque d’embrasement attisé par l’islam radical, le 11 septembre 2001 et qui s’inquiètent du choc des culturesPierre Moscovici (PS) sur France 5, dimanche, relayantMoati et Guetta: "La thèse de M. Rioufol sur la guerre des civilisations est bidon" (voir mon blog). Trop d’honneur, Messeigneurs.

Cet aveuglement a conduit le PS à défendre, mardi, sa motion de censure contre l’ "atlantisme" du chef de l’État et sa décision de renforcer de 700 hommes la présence militaire en Afghanistan. Un parti défaitiste et pusillanime est alors apparu. "Nous allons perdre en indépendance ce que nous ne gagnerons pas en sécurité", explique François Hollande. Faudrait-il que le monde libre renonce à s’unir et se défendre face au totalitarisme islamiste qui veut sa perte? L’apaisement amorce la reddition.

L’Occident et ses valeurs, qui dépassent les races et les religions, sont contestés par un obscurantisme qui attise les haines des extrémistes de tout bord. L’abjecte profanation, près d’Arras, de 148 tombes de tirailleurs musulmans morts pour la France vient insulter la civilisation. Or, comme le remarque Roger-Pol Droit(L’Occident expliqué à tout le monde, Seuil): "Ce qui est préoccupant, c’est qu’il (l’Occident) soit aujourd’hui en train de douter gravement de son universalité, à un moment où il est attaqué par des adversaires résolus qui veulent sa destruction."

 


Choc des cultures (suite) 
Autre expression du choc des cultures: le chahut réservé par les démocraties à laflamme olympique portée par la Chine. Sans doute a-t-il été pénible de voir le symbole des Jeux maltraité à Paris. Mais le combat des Tibétains pour la préservation de leurs racines et de leur religion, menacés par le totalitarisme chinois, est au cœur des droits de l’homme tels que l’opinion occidentale, pour une fois vigilante, entend les défendre. Au fait : se réjouir de voir les belles âmes, qui trouvent réactionnaire de parler d’identité française, se mobiliser pour l’identité tibétaine. Amorce d’une prise de conscience ou faute d’inattention?

 

 


Mai 68, encore
Les quarante ans de Mai 68. Pour la gauche passéiste, la France ne serait pas ce qu’elle est sans cette "révolution". En effet: d’autres pays voisins, qui l’ont évitée, sont plus avancés qu’elle…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dave - dans bloc note
commenter cet article

commentaires

I.F 13/04/2008 00:47

Choc des cultures (suite)
 
Que de contradiction de leur par en effet, pour quoi les villageois que l'on a gazé en Irak "par exemple", n'ont pas suscité autan de passion de leurs par, que les tibétains ? Faut il un grand événement super médiatisé, pour se soucié  des opprimés et des victimes innocentes ? Pour quoi quant certains agisse concrètement 
font il l'objet de manifestation encor plus virulente ? 
 Ne comprennes 'ils pas, que même tout ces"dit" acquis sociaux  qu'ils défende, son menacé par ces états totalitaires .

Digital Fury 12/04/2008 08:53

"L’endoctrinement antilibéral, qui s’apprend dès l’école"En effet j'ai l'impression que le corps enseignant en général n'est pas très (plus?) aligné sur le reste de la société Française d'aujourd'hui, voir du reste du Monde. En tout état de cause trop politisé et partial.Pourquoi?

Présentation

  • : La pensée néoconservatrice
  • La pensée néoconservatrice
  • : Néocon ? Of course, man !!
  • Contact

La liberté


"Que Règne la Liberté"
Georges W Bush


 

L'Iraq en Vérité


Lisez le Rapport
sur l'Irak du Blog Drzz
Plus de 150 articles
pour vous réinformer sur l'Irak !

La Vidéo