Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2008 6 26 /04 /avril /2008 11:48
LA MAISON-BLANCHE aura attendu près de huit mois ce qu'a déploré hier l'AIEA pour briser son silence sur la destruction, par Israël, du réacteur nucléaire dont la Syrie aurait tenté de se doter avec l'aide de la Corée du Nord. Le choix du moment reste une énigme.

Alors que George W. Bush recevait jeudi Mahmoud Abbas pour redonner un élan aux négociations israélo-palestiniennes, les projecteurs se sont au contraire braqués sur le contentieux nord-coréen. Au moment où la négociation avec Pyongyang sur la cessation de son programme nucléaire militaire est dans la phase délicate de la vérification. La réaction du sénateur John McCain éclaire le débat entre les « faucons » soupçonnés de vouloir faire dérailler le processus et les partisans du dialogue dont Barack Obama est le plus radical.

Pour le candidat assuré de l'investiture républicaine, l'occasion était trop belle d'attaquer le favori de la course à la nomination démocrate, voire de faire le jeu de sa rivale Hillary Clinton, qui juge le jeune sénateur de l'Illinois naïf et inexpérimenté. Lors d'un débat télévisé, Barack Obama avait déclaré qu'il accepterait de « rencontrer séparément, sans précondition », pendant sa première année de gouvernement, « à Washington ou ailleurs, les dirigeants de l'Iran, de la Syrie, du Venezuela, de Cuba et de la Corée du Nord ». Il a depuis assuré ne pas avoir changé d'avis, malgré les critiques de ses adversaires dans les deux camps.

 John McCain n'a pas eu besoin de citer son nom en commentant jeudi le dossier à charge, présenté au Congrès par la CIA, des velléités de prolifération nord-coréennes : « Ceux qui disent que nous avons seulement besoin de rencontrer sans condition Kim Jong-il plutôt que d'appliquer une pression multilatérale significative devraient expliquer aux Américains en quoi le fait de parler sans condition avec des dictateurs comme Kim Jong-il, dans le sillage des récentes révélations, fait avancer les intérêts américains. Notre diplomatie doit s'appuyer sur quelque chose de plus que de l'espoir » , ce dernier mot étant une allusion directe au thème majeur de la campagne d'Obama. Mais au-delà de la joute électorale, le sénateur McCain s'est fait l'écho des parlementaires républicains, qui pensent que le gouvernement Bush a fait trop de concessions au régime nord-coréen.

Il faisait partie de ceux qui s'étaient opposés à l'entente que l'ancien président Bill Clinton avait négociée et que son successeur a rejetée. Le héros de la guerre du Vietnam et l'allié de George W. Bush sur l'Irak constate que « la Corée du Nord n'a pas respecté les termes de l'accord des six parties du 13 février 2007 » . Il veut un « accord complètement vérifiable » et des négociations incluant la question des droits de l'homme en Corée du Nord. Bref, pas de rupture, comme le souhaitent ceux qui ont forcé la main de George W. Bush sur le réacteur syrien, mais suffisamment de pression sur la suite de la négociation pour les rassurer.
(Article tiré du Figaro.fr
Partager cet article
Repost0

commentaires

D
C'est surtout le fait que je puisse résonner ainsi que sa tient de la SF.il y aura toujours des abrutis pour défendre les dictatures du moment que celà peut nuire à Israël ou au USA.McCain présidentD.J 
Répondre
D
SF ?
Pas si sûr, DJ...Il y aura bien des comiques pour dire que la Corée a besoin d'un coup de pouce pour se démocratiser !!McCain for President !! 
Répondre
D
A mon avis seul l'octroi des J.O à la Corée du nord serait positif pour les droits de l'homme et la démocratie ainsi que de donner un siège au CIO au Hamas.La Chine est un exemple de progrès depuis qu'ils organisent les jeux.pour ceux qui me connaisse savent bien que mon commentaire tient de la science fiction.D.J
Répondre