Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2008 3 10 /09 /septembre /2008 08:30
La grande classe !! Obama se sent sans doute nerveux suite à la remontée dans les sondages de son rival. Voilà donc comment il contre attaque !!


“You can put lipstick on a pig. It’s still a pig,” he said as the crowd cheered and yelled and eventually got to their feet.

“You can wrap an old fish in a piece of paper called change. It’s still gonna stink.”

Traduisons

"Vous pouvez mettre du rouge à lèvre à un porc, cela reste un porc" !!

"Vous pouvez envelopper un vieux poisson dans un papier appelé changement. Cela pue toujours autant.

La première phrase s'adresse bien sûr à Sarah Palin , qui avait dit que la différence entre un Pittbull et elle, c'était le rouge à lèvre.

La deuxième phrase s'adresse à John McCain qui estime être le candidat du changement !!

On s'affole dans le camp démocrate et Obama commence à perdre les pédales.

Et dire que 80% des Français votent Obama !!!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

david martin 13/09/2008 22:20

Palin ne faisait que tourner en dérision des attaques déjà stupides. De plus, elle a parfaitement le droit de se moquer d'elle même.Chose que Mr Obama n'a pas vraiment compris puisqu'avec cette polémique ridicule, il s'est mis à dos une partie des journalistes féminins (et en a rajouté une couche en utilisant le sobriquet "sweetie" à tour de bras) .L'humour en politique est une chose à manipuler avec précaution. 

Thomas 13/09/2008 20:30

Si Obama avait traité Palin de "pitbull avec du rouge à lèvres", vous auriez poussé des petits cris scandalisés.Pourtant, c'est Palin elle-même qui s'est qualifié ainsi. On aurait voulu l'insulter, on aurait pas fait mieux! Obama n'a fait que se mettre à son niveau.

Sebaneau 11/09/2008 17:18

http://online.wsj.com/article/SB122108935141721343.html?mod=Commentary-US Obama Can't Win Against Palin By KARL ROVE,  11 September 2008 Of all the advantages Gov. Sarah Palin has brought to the GOP
ticket, the most important may be that she has gotten into Barack
Obama's head. How else to explain Sen. Obama's decision to go
one-on-one against "Sarah Barracuda," captain of the Wasilla High state
basketball champs? It's a matchup he'll lose. If Mr. Obama wants to win, he needs to
remember he's running against John McCain for president, not Mrs. Palin
for vice president.  
Michael Dukakis spent the last months of the 1988 campaign calling
his opponent's running mate, Dan Quayle, a risky choice and even ran a
TV ad blasting Mr. Quayle. The Bush/Quayle ticket carried 40 states. Adlai Stevenson spent the fall of 1952 bashing Dwight Eisenhower's
running mate, Richard Nixon, calling him "the kind of politician who
would cut down a redwood tree, and then mount the stump and make a
speech for conservation." The Republican ticket carried 39 of 48 states. If Mr. Obama keeps attacking Mrs. Palin, he could suffer the fate of
his Democratic predecessors. These assaults highlight his own
tissue-thin résumé, waste precious time better spent reassuring voters
he is up for the job, and diminish him -- not her. Consider Mr. Obama's response to CNN's Anderson Cooper, who asked
him about Republican claims that Mrs. Palin beats him on executive
experience. Mr. Obama responded by comparing Wasilla's 50 city workers
with his campaign's 2,500 employees and dismissed its budget of about
$12 million a year by saying "we have a budget of about three times
that just for the month." He claimed his campaign "made clear" his
"ability to manage large systems and to execute." Of course, this ignores the fact that Mrs. Palin is now governor.
She manages an $11 billion operating budget, a $1.7 billion capital
expenditure budget, and nearly 29,000 full- and part-time state
employees. In two years as governor, she's vetoed over $499 million
from Alaska's capital budget -- more money than Mr. Obama is likely to
spend on his entire campaign. And Mr. Obama is not running his campaign's day-to-day operation.
His manager, David Plouffe, assisted by others, makes the decisions
about the $335 million the campaign has spent. Even if Mr. Obama is his
own campaign manager, does that qualify him for president? A debate between Mr. Obama and Mrs. Palin over executive experience
also isn't smart politics for Democrats. As Mr. Obama talks down Mrs.
Palin's record, voters may start comparing backgrounds. He won't come
off well. Then there was Mr. Obama's blast Saturday about Mrs. Palin's record
on earmarks. He went at her personally, saying, "you been taking all
these earmarks when it is convenient and then suddenly you are the
champion anti-earmark person." It's true. Mrs. Palin did seek earmarks as Wasilla's mayor. But as
governor, she ratcheted down the state's requests for federal dollars,
telling the legislature last year Alaska "cannot and must not rely so
heavily on federal government earmarks." Her budget chief directed
state agencies to reduce earmark requests to only "the most compelling
needs" with "a strong national purpose," explaining to reporters "we
really want to skinny it down." Mr. Obama has again started a debate he can't win. As senator, he
has requested nearly $936 million in earmarks, ratcheting up his
requests each year he's been in the Senate. If voters dislike earmarks
-- and they do -- they may conclude Mrs. Palin cut them, while Mr.
Obama grabs for more each year. Mr. Obama may also pay a price for his "lipstick on a pig" comment.
The last time the word "lipstick" showed up in this campaign was during
Mrs. Palin's memorable ad-lib in her acceptance speech. Mr. Obama says
he didn't mean to aim the comment at Mrs. Palin, but he deserves all
the negative flashback he gets from the snarky aside. Sen. Joe Biden has now joined the attack on Mrs. Palin, saying this
week that her views on issues show she's "obviously a backwards step
for women." This is a mistake. Mr. Obama is already finding it
difficult to win over independent women and Hillary Clinton voters. If
it looks like he's going out of his way to attack Mrs. Palin, these
voters may conclude it's because he has a problem with strong women. In Denver two weeks ago, Mr. Obama said, "If you don't have a record
to run on, then you paint your opponent as someone people should run
from." That's what he's trying to do, only the object of his painting
is Sarah Palin, not John McCain. In Mrs. Palin, Mr. Obama faces a political phenomenon who has
altered the election's dynamics. Americans have rarely seen someone who
immediately connects with large numbers of voters at such a visceral
level. Mrs. Palin may be the first vice presidential candidate since
Lyndon B. Johnson to change an election's outcome. If Mr. Obama keeps
attacking her, the odds of Gov. Palin becoming Vice President Palin
increase significantly. Mr. Rove is a former senior adviser and deputy chief of staff to President George W. Bush.

Claurila 11/09/2008 17:04

http://www.valeursactuelles.com/public/valeurs-actuelles/html/fr/articles.php?article_id=3249 L'effet Sarah Palin États-Unis. John McCain a su reprendre l'offensive face au camp Obama. Claude Porsella, à Washington, le 11-09-2008 Le candidat républicain a marqué un point important en choisissant
la redoutable Sarah Palin. Les coups vont redoubler jusqu’au 4 novembre. Barack Obama a proposé à la chaîne ABC, en plaisantant bien sûr,
d’affronter sur un terrain de basket Sarah Palin, la candidate
républicaine à la viceprésidence. L’offre n’est pas sans danger pour
lui. Rien ne garantit qu’il sorte vainqueur du match. Ses coéquipières
de l’équipe de basket de son lycée l’avaient surnommée “Sarah
Barracuda” : énergique et courageuse, ne renonçant jamais. John McCain
l’a choisie pour ces qualités.  Sa biographie est maintenant connue de tous, aux États-Unis et à
l’étranger. Son histoire personnelle a supplanté les récits ressassés
sur la famille Obama. La mise en scène orchestrée du “destin de
Sarah”ne doit rien au hasard. Elle revient à Karl Rove, l’ancien
conseiller de George Bush à la Maison-Blanche, maître en communication
politique. Née il y a 44 ans dans l’Idaho, Sarah Palin est la troisième de quatre
enfants. Son père, professeur de sciences naturelles, et sa mère,
secrétaire, partent s’installer à Wasilla, dans l’Alaska. C’est là que
Sarah va grandir. Mignonne, elle est élue Miss Wasilla. Elle finit
troisième au concours de Miss Alaska. Jolie frimousse et tête bien
faite, elle étudie le journalisme à l’université de l’Idaho, présente
la météo et réalise des reportages sportifs pour une station locale. Sarah est déjà connue pour son anticonformisme. Son mariage n’a rien de
conventionnel. Sans rien dire à ses parents, elle se présente devant un
juge de paix avec son fiancé, Todd Palin : « C’était pour faire des économies »,
explique-t-elle. Beau gosse, Todd est la coqueluche de la ville. Il a
été arrêté pour conduite en état d’ivresse, ce qui ne l’a pas empêché
de remporter quatre fois un championnat de motoneige. Ancien pêcheur,
il est aujourd’hui représentant syndical et l’éminence grise de madame
la gouverneur. Sarah a 28 ans lorsqu’elle se tourne vers la politique. Conseillère
municipale puis maire de Wasilla, elle réussit à chasser son
prédécesseur installé depuis trois mandats. Elle ne l’emporte qu’avec
211 voix d’avance, s’accrochant jusqu’au bout. Souriante mais
totalement déterminée, Sarah Palin est tenace. Ses adversaires
l’avaient sous-estimée. En 2002, elle manque l’élection au poste de gouverneur adjoint de
l’Alaska mais siège à la commission qui réglemente les activités
pétrolières et gazières de l’État. Elle y fait le ménage : elle obtient
le renvoi d’un de ses collègues qui se livrait à des activités
politiques pendant ses heures de service (ce qui est illégal). C’était
le président régional du Parti républicain. La légende s’installe :
Sarah Palin, « la femme que rien n’arrête ». Quatre ans plus tard, elle bat son ancien bienfaiteur, le gouverneur
Frank Murkowski. L’Alaska se retrouve dirigé par une femme de combat,
adversaire de l’avortement et de l’utilisation scientifique des
cellules souches, avocate de l’enseignement du créationnisme à l’école
publique et du port d’armes. Les évangéliques sont aux anges, les
membres du lobby des armes au septième ciel. Sarah Palin avait promis des réformes. Elle les tient, taille dans les
dépenses inutiles, supprime sa voiture et son avion de fonction. Elle
s’oppose aux deux sénateurs républicains de l’État, rejetant le projet
cher à l’un d’eux. Ted Stevens, doyen des républicains au Sénat, avait
obtenu du Congrès 226 millions de dollars pour construire le “pont qui
ne va nulle part”servant à relier le continent à une île de… cinquante
habitants ! Sarah Palin abandonne l’idée mais garde les 226 millions de
dollars pour d’autres projets. Petite contradiction : elle se dit
opposée aux subventions fédérales mais, maire de Wasilla, elle accepta
26 millions de dollars en trois ans pour une population de moins de 8
000 habitants. Sarah Palin est admirée car elle a su concilier sa vie professionnelle
et politique et sa vie familiale (vingt ans de mariage et cinq
enfants). Son aîné vient de s’engager dans l’armée et part pour l’Irak.
Le dernier, Trig, né en avril, est trisomique. Les parents le savaient
avant la naissance mais avaient décidé de le garder, fidèles à leurs
convictions religieuses. Les mêmes principes ont prévalu pour leur
fille Bristol, 17 ans, enceinte de cinq mois, sans être mariée (elle
doit épouser prochainement le père de son enfant, guère plus âgé
qu’elle). Embarrassante pour sa mère, opposée à l’enseignement de l’éducation
sexuelle à l’école, la nouvelle a été annoncée le jour où s’ouvrait la
convention républicaine à Saint Paul (Minnesota), infligeant aux
délégués républicains la seconde tempête de la journée, après le
cyclone Gustav. Par égard pour les États menacés, la première soirée de
la convention venait d’être limitée à un appel à l’aide humanitaire,
lancé par Laura Bush et Cindy McCain. John McCain en a tiré un avantage tactique, la menace de Gustav
éloignant George Bush, occupé à surveiller les opérations de secours.
L’équipe a soufflé parce qu’elle essaie de dissocier son candidat du
bilan de Bush, toujours aussi impopulaire. Le lendemain, elle ne lui
accordait que huit petites minutes par vidéo depuis la Maison-Blanche,
à une heure de faible écoute. Ce soir-là, l’orateur vedette fut le démocrate Joe Lieberman, ancien
colistier d’Al Gore en 2000, en désaccord avec les siens sur le dossier
irakien. Son ami McCain aurait sans doute aimé le prendre comme
colistier mais ses positions trop progressistes – favorables à
l’avortement et aux mariages homosexuels – étaient incompatibles avec
le camp religieux et conservateur qui forme le socle de l’électorat
républicain. En désignant Sarah Palin, McCain s’est rallié définitivement cet
électorat, tout en tentant de séduire les électrices américaines qui
voulaient voter Hillary Clinton pour envoyer une femme à la
Maison-Blanche. Certaines de ces électrices ont mal supporté la façon
cavalière dont Obama a traité Clinton pendant la campagne et sa façon
de l’écarter ensuite. Rien ne dit que l’effet Palin jouera sur les
femmes. Un sondage ABC montre qu’elle séduit encore plus les électeurs
(54 %) que les électrices (37%). Sarah Palin a-t-elle été injustement traitée par les médias, comme le
dénonce, non sans raison, le camp McCain ? Dès sa nomination, la presse
américaine s’était livrée à un jeu de massacre. Ce n’est qu’après son
discours magistral à la convention, tout en charme et en pugnacité
contre Obama, qu’elle a commencé à faire un peu marche arrière,
reconnaissant son talent. Elle a été notamment critiquée pour avoir accepté l’offre de McCain,
alors qu’elle a un enfant trisomique et une fille enceinte qui vont
avoir besoin d’elle. Devant le ventre rebondi de Bristol, les délégués
républicains ont fait preuve d’une largesse d’esprit qu’ils n’auraient
peut-être pas eue si la même chose était arrivée à Chelsea, la fille
des Clinton. «Voilà une belle famille américaine », a simplement dit McCain. Sarah Palin a repris au vol les piques : « Nous sommes une famille comme les autres, avec ses hauts et ses bas. » Amatrice
de chasse au caribou, initiée au tir par son père, elle a visé les
médias élitistes de la côte est, jouant la carte de l’Amérique profonde
: « Je ne vais pas à Washington pour avoir votre approbation mais pour servir le peuple. » C’est à Barack Obama, jamais nommé, qu’elle a décoché ses flèches les plus cruelles : «
En politique, il y a les candidats du changement qui utilisent leur
candidature pour promouvoir leur carrière. Et puis il y a ceux, comme
John McCain, qui utilisent leur carrière à promouvoir le changement. » La remarque qui a suscité le plus d’enthousiasme ne figurait pas dans le discours officiel. Évoquant les hockey moms,
ces mères de famille qui accompagnent leurs enfants aux matchs de
hockey, sport ultrapopulaire en Alaska, elle a demandé au public la
différence entre ces mères et des pitbulls. Réponse devant une foule en
délire : « Le rouge à lèvres. » Le Parti républicain a maintenant lui aussi sa star : 37 millions
d’Américains étaient devant leur téléviseur pour suivre ce discours en
forme de baptême du feu, un petit million de moins à peine que pour
Obama une semaine avant, à Denver. Vingtquatre heures plus tard, John
McCain emportait la mise de l’audience télévisée, avec plus de quarante
millions de téléspectateurs, plus qu’Obama, ce qui est très
significatif pour les Américains. Obama a été rattrapé et parfois dépassé dans les intentions de vote Devant la bannière étoilée projetée sur un écran géant, McCain a promis
le changement, soulignant son caractère de franc-tireur pour mieux se
démarquer de l’administration Bush. Ancré sur un programme fidèle au
credo traditionnel républicain – moins d’impôts, moins de gouvernement,
une défense forte, de nouveaux forages en mer, le retour au nucléaire
–, McCain s’est engagé à mettre fin aux querelles partisanes qui
paralysent Washington, rappelant avec émotion ses cinq années de
détention dans les geôles vietnamiennes : «
Je tendrai la main à tous ceux qui peuvent m’aider à relancer le pays.
J’ai un passé et les cicatrices pour le prouver. Le sénateur Obama ne
les a pas. » Son message final a sans doute galvanisé une partie de l’électorat
américain, au-delà de l’enthousiasme des seuls délégués républicains : « Battez-vous à mes côtés. […] Combattez pour ce qui est juste pour notre pays. […] Levez-vous pour défendre notre pays contre ses ennemis. […] Levez-vous
et combattez. Nous sommes américains et nous ne renonçons jamais. Nous
ne fuyons jamais l’histoire. Nous la faisons. » Cet élan et l’effet
produit par Sarah Palin se sont aussitôt traduits dans les sondages.
Obama a été rattrapé et parfois dépassé dans les intentions de vote. Il faudra tenir jusqu’à l’élection du 4 novembre et résister aux
attaques qui vont se multiplier contre Palin, déjà sous le coup d’une
enquête sur un possible abus de pouvoir. A-t-elle limogé le chef de la
police parce qu’il avait refusé de renvoyer son ex-beau-frère, policier
divorcé de sa soeur, en désaccord sur la garde de leurs enfants ?
A-t-elle eu une liaison extra-maritale avec un de ses collaborateurs,
comme l’affirme le National Inquirer, feuille à scandales qui révéla naguère l’infidélité (bien réelle) de l’ancien candidat démocrate John Edwards ? Le camp démocrate l’attend au tournant quand elle devra faire campagne
en solo, sans téléprompteur ni foule acquise, face à des journalistes
qui eux aussi peuvent se transformer en pitbulls. Son plus gros
handicap devrait être son inexpérience en politique étrangère. Les
meilleurs experts du camp républicain lui font suivre un cours accéléré
sur ces sujets, en prévision de son débat avec Joe Biden le 2 octobre.
L’affrontement sera rude. Président de la commission des affaires
étrangères du Sénat, Biden est un spécialiste du sujet. Les amis de McCain font confiance à “Sarah Barracuda”. À ceux qui lui
disent que son manque d’expérience en politique étrangère pourrait la
disqualifier pour être vice-présidente, Sarah Palin répond par un nom :
Harry Truman. Ce modeste chemisier du Missouri, guère plus versé
qu’elle dans les affaires du monde, fut vice-président des États-Unis
pendant quelques mois, avant d’accéder soudainement à la présidence
après la mort de Roosevelt. En temps de guerre.

Sebaneau 11/09/2008 13:42

Plus qualifiée... que Clinton quand il a été éluRunning Alaska
Wall Street Journal - September 10, 2008; Page A14 One
rap on Sarah Palin's qualifications to be Vice President is that she
governs one of our least populated states, with a budget of "only" $12
billion and 16,000 full-time state employees. On the other hand, it
turns out that the Governor's office in Alaska is one of the country's
most powerful. For
more than two decades Thad Beyle, a political scientist at the
University of North Carolina, has maintained an index of "institutional
powers" in state offices. He rates governorships on potential length of
service, budgetary and appointment authority, veto power and other
factors. Mr. Beyle's findings for 2008 rate Alaska at 4.1 on a scale of
5. The national average is 3.5. Only four other states -- Maryland, New Jersey, New York and West
Virginia -- concentrate as much power in the Governor's office as
Alaska does, and only one state (Massachusetts) concentrates more.
California may be the nation's most populous state, but its Governor
rates as below-average (3.2) in executive authority. This may account
in part for Arnold Schwarzenegger's poor legislative track record. The
lowest rating goes to Vermont (2.5), where the Governor (remember
Howard Dean) is a figurehead compared to Mrs. Palin. In
Alaska, the Governor has line-item veto power over the budget and can
only be overridden by a three-quarters majority of the Legislature. In
1992, the year Arkansas Governor Bill Clinton was elected President,
his state budget was $2 billion and among the smallest in the country.
Compared to that, Sarah Palin is an executive giant.

Présentation

  • : La pensée néoconservatrice
  • La pensée néoconservatrice
  • : Néocon ? Of course, man !!
  • Contact

La liberté


"Que Règne la Liberté"
Georges W Bush


 

L'Iraq en Vérité


Lisez le Rapport
sur l'Irak du Blog Drzz
Plus de 150 articles
pour vous réinformer sur l'Irak !

La Vidéo