Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 12:51

07b4c0c4-056c-11dd-987a-2bb641b34b5d.jpgC'est donc en novembre 1989 que le mur de la honte, tel que l'avait nommé le grand Ronald Reagan est tombé ! 25 ans que les peuples à l'est, opprimés par une Union Soviétiqueen pleine déconfiture, se sont libérés.

 

On sait que ce n'est pas l'Europe qui a participé à cette libération. C'est l'action de deux hommes d'état d'exception : Ronald Reagan qui en préciptant la chute de l'URSS a laissé cette horreur exangue (la course aux armements voulue par Reagan ne pouvait qu'aboutir à la ruine de l'URSS) et Jean Paul II, sans doute l'un des plus grands papes de l'histoire.

 

Ces deux hommes avaient en commun l'horreur du communisme et l'amour de la liberté. Si Reagan n'était plus en poste en 1989 (Georges Bush Sr lui avait succédé au début de l'année), Jean Paul II a pu savourer cette victoire.

 

A ce duo d'exception, il faut ajouter Gorbatchev , premier homme politique russe à avoir compris (avoué ?) que ce système politique était dans une impasse. Son action a été extrêmement importante, acceptant la main tendue de Reagan et autorisant des réformes dont il savait qu'elles détruiraient l'URSS.

 

Bien entendu, depuis 25 ans, les révisionnistes ont tenté de minimiser la portée de l'action de ces hommes. Reagan n'est qu'un cow boy illettré , Jean Paul II un sale réactionnaire et Gorbatchev a été oublié au profit du très opportuniste Boris Eltsine.

 

Que reste-t-il de cette chute ?

 

J'ai eu l'immense chance de voir l'Europe de l'Est tout de suite avant et tout de suite après la chute. La Pologne en 89, 90 et 91, la Tchécoslovaquie en 90 et 91, la Russie en 91. J'ai pu voir des gens attirés par la liberté, mais un peu effrayés tout de même. Une conversation en 1991, quelques jours après le putch manqué, avec des Moscovites m'avait marqué. Les musiciens avec qui nous avions joué la veille se réjouissaient de la chute annoncé de l'URSS, mais en même temps, se demandaient ce que serait leur vie future. Tous voulaient venir en Europe de l'Ouest. Et déjà quelques tentations nationalistes, dans le mauvais sens du terme, pointaient leur nez.

 

Aujourd'hui, une énorme partie de l'Europe de l'est regarde vers l'Atlantique. Voire vers l'outre-Atlantique. On peut à nouveau voyager facilement en Hongrie, aller visiter Prague, se recueillir en Pologne, pays doublement martyrisé par le nazisme et le communisme. La côte de la Croatie est une splendeur. Même l'Albanie, malgré ses difficultés énormes, accueille le "touriste" avec une sympathie non feinte.

 

Mais une petite partie de l'Europe de l'Est veut reconstituer l'Empire Russe. Des Ukrainiens, des Biellorusses ne se sentent pas en sécurité avec une Europe de l'Ouest qui ne fait pas grand chose pour les défendre. Ils sont prêt à se soumettre au trèx autoritaire Poutine pour ne pas sombrer dans ce qu'ils appellent "la décadence de l'Ouest".

 

Le bilan est cependant positif. Libéré du joug soviétique, les peuples de l'Est vivent mieux, même si tout n'est pas parfait. Mais l'est-il dans notre pays  ? 

 

Au point de vue politique, on peut constater amèrement que le communisme existe encore ! Qu'il refuse de faire son autocritique. Et quand il esquisse un pas dans cette direction, c'est pour minimiser ses crimes odieux !! Ou trouver d'autres coupables. Le libéralisme, nous dit-on, c'est plus de morts que le communisme. La colonisation, la découverte de l'Amérique, nous dit-on, ont fait pire encore...

 

De ce point de vue, 25 ans après, le mur n'est toujours pas tombé !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

D.J 10/11/2014 18:03


Pour Gorbachev je mettrais quand même bémol. Il s'est pas géné d'envoyer ses chars d'assauts contre les manifestants baltes qui manifestaient pour leur indépendence vis-à-visd de
l'URSS et cela juste après avoir reçu son prix nobel de la paix.


 


D.J

David 10/11/2014 07:18


C'est vrai que Walesa et Soljenitsime ont beaucoup oeuvré pour dénoncer de l'intérieur cette monstruosité qu'était (qu'est toujours) le communisme. 


Et je n'oublie pas tous ces hommes et femmes dans l'ombre qui ont travaillé à détruire l'URSS et les "démocraties" populaires. J'en ai rencontré quelques uns de 89 à 91. Des gens courageux !

pacoya 09/11/2014 19:18


Auxquels il faut rajouter le grand Soljénitsyne, qui après avoir vécu le goulag a formidablement dénoncé le communisme de l'intérieur et à grandement contribué à le faire tomber en faisant
exploser à la face du monde sa vraie nature.


Il est intéressant de constater que Gorbatchev aujourd'hui n'a pas un discours critique vis à vis de Poutine mais bien plus vis à vis de l'Europe de l'Ouest et notamment de l'Allemagne.

Deberteix 09/11/2014 15:11


Je rajouterais Lech Walesa et Solidarnosc soutenus par Reagan via la cia et par Jean PaulII via l'église polonaise.Ces trois personnalitées ont permis par leurs actions
complémentaires (politique religieuse et sociale) de renverser le bloc rouge et le mur de la honte pour que les peuples européens soient tous enfin libre.Ces 25 ans de la fin du mur de
Berlin sont a mes yeux un hommage a tout les 3.Dommage qu'il y en ai qu'un sur les trois pour feter ces 25 ans. 

Présentation

  • : La pensée néoconservatrice
  • La pensée néoconservatrice
  • : Néocon ? Of course, man !!
  • Contact

La liberté


"Que Règne la Liberté"
Georges W Bush


 

L'Iraq en Vérité


Lisez le Rapport
sur l'Irak du Blog Drzz
Plus de 150 articles
pour vous réinformer sur l'Irak !

La Vidéo