Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 07:01
Enfin, on aurait pu les croire assommés par la défaite de 2008 mais les membres du GOP ont décidé de contre attaquer.

John McCain avait choisi de faire confiance au nouveau président et même Sarah Palin lui avait emboîter le pas. Il est clair que cette "lune de miel" est terminée et que, aux vues des premières décisions de Barack Obama, le GOP réagit enfin et surtout n'est pas dupe des promesses qui consiste à gouverner au delà des clivages. Obama gouverne selon ses promesses de campagne, celles où il a battu Clinton et où il a fait dans le clin d'oeil à la gauche. Sa volonté de donner plus d'un milliard de dollars à l'ACORN, l'organisme qui l'a aidé à truquer les résultats dans plusieurs comtés montre bien cet état de fait.

Preuve en est ce petit article , tiré de Yahoo où l'ex candidat républicain s'en prend au dispendieux plan de relance démocrate !!

Le sénateur McCain s'inscrit dans le concert des critiques républicaines vis-à-vis du plan de relance de 819 milliards de dollars du nouveau président, adopté la semaine dernière par la Chambre des représentants sans aucun vote républicain et qui doit être désormais examiné au Sénat.

M. McCain a indiqué lundi sur CNN qu'il ne voterait pas pour le plan en l'état mais qu'il travaillait avec ses collègues républicains sur un "autre plan" tourné vers davantage de déductions fiscales et de mesures incitatives pour permettre aux Américains de conserver leurs logements. Il a appelé les démocrates à intégrer ces idées dans un nouveau plan de relance.

"Il est désormais temps de s'asseoir et de négocier réellement, ce que nous n'avons pas (fait) jusqu'à présent", a déclaré M. McCain. "Nous devons avoir comme objectif plus de déductions fiscales et moins de dépenses. Mais nous pouvons négocier", a-t-il dit.

"La crise a démarré par l'immobilier", a dit McCain, "elle se terminera quand nous stabiliserons l'immobilier, les prix des logements".

La minorité républicaine du Sénat a haussé le ton dimanche, menaçant de faire obstruction au plan en l'absence d'une profonde modification du niveau des réductions d'impôts et des dépenses publiques.

Le nouveau président qui avait promis de gouverner au delà des clivages partisans, avait appelé les républicains à soutenir son projet. Après son adoption à la Chambre, il a cependant dit souhaiter "améliorer" son plan, espérant ainsi encourager des républicains à soumettre des amendements dans la version finale du texte. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

david 04/02/2009 08:23

Le président américain Barack Obama a assumé hier l'entière responsabilité du retrait surprise de son secrétaire à la Santé désigné, en raison de problèmes avec le fisc, en affirmant "j'ai foiré", dans une interview à CNN."Je pense que cela a été une erreur. J'ai foiré. J'en prends la responsabilité et nous allons faire en sorte de régler le problème pour être sûrs que cela ne se reproduira pas", a déclaré le président.Tom Daschle, un ancien sénateur, a demandé mardi au président Obama de renoncer à faire de lui son secrétaire à la Santé, après des révélations sur quelque 120.000 dollars d'impayés d'impôts.Ces informations risquaient de rendre plus difficile la confirmation de M. Daschle par le Sénat et sont embarrassantes pour l'administration Obama qui a édicté de très sévères règles éthiques pour ses membres.Dans une déclaration publiée par la Maison Blanche, M. Daschle explique qu'il n'aurait pas bénéficié de la "totale confiance" des Américains.Tout en estimant que M. Daschle était le mieux à même de réformer le système de santé américain --une priorité aux yeux de l'opinion publique-- le président a reconnu qu'il ne pouvait pas se permettre de donner l'impression d'appliquer deux poids et deux mesures.

Clauide 03/02/2009 08:54

Ce revirement de situation risque d'amoindrir sensiblement l'aptitude de Lula à faire adopter son programme législatif pendant le reste de son second mandat de quatre ans, qui prend fin en décembre 2010 : c'est aux présidents de chaque chambre qu'incombe d'établir l'ordre du jour des débats au Congrès.

Le sénateur José Sarney, ancien président brésilien et actuel dirigeant du PMDB (Parti du Mouvement démocratique brésilien), s'est fait élire à la tête du Sénat, battant le candidat du PT, le sénateur Tiao Viana, avec 49 voix contre 32.

Sarney, âgé de 78 ans, a été président du Brésil de 1985 à 1990. Il est depuis lors sénateur.

Michel Temer, également du PMDB, le plus important parti politique du Brésil, a été élu quant à lui président de la Chambre des députés, avec 304 des 509 suffrages exprimés.

Temer devient ainsi le troisième personnage de l'Etat, après Lula et son vice-président José Alencar, dont la santé est précaire et qui est en convalescence à l'hôpital après avoir subi une intervention chirurgicale pour un cancer.

Dans son premier discours, Temer a déclaré aux députés qu'ils devaient se préparer à adopter des mesures impopulaires pour faire face à la crise économique. "Ce seront deux années compliquées", a-t-il estimé.

Le PT contrôlait la chambre des députés jusqu'à présent, mais, dans le cadre d'un accord passé en 2007 avec le PMDB, il n'a pas présenté de candidat au poste de président de la chambre basse cette année. Le PMDB est le parti le mieux représenté dans les deux chambres.

A la suite du score pire que prévu enregistré par le PT lors d'élections régionales en octobre dernier, le PMDB s'est employé à accroître son pouvoir et avait décidé de briguer aussi la présidence du Sénat.

Fernando Exman, version française Eric Faye

Présentation

  • : La pensée néoconservatrice
  • La pensée néoconservatrice
  • : Néocon ? Of course, man !!
  • Contact

La liberté


"Que Règne la Liberté"
Georges W Bush


 

L'Iraq en Vérité


Lisez le Rapport
sur l'Irak du Blog Drzz
Plus de 150 articles
pour vous réinformer sur l'Irak !

La Vidéo