Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 13:42

Néoconservateurs et OTAN, une stratégie pour la liberté



La commémoration prochaine du 60ème anniversaire de l’OTAN ainsi que le retour de la France dans le commandement intégré est pleinement l’occasion de tirer le bilan de l’Alliance et d’envisager son futur.

Le succès majeur de l’OTAN – et de Reagan – fut l’effondrement du bloc soviétique en 1989, il est suivi du retour à la paix aux Balkans, de la stabilisation de cette zone sensible puis de la lutte contre la terreur islamiste en Afghanistan.

Depuis la chute du Mur, l’Europe présente une vision duelle de l’Alliance vue d’une part comme un organe de discussion stratégique avec les USA (vision de l’Europe de l’Ouest) et d’autre part comme une solution pour renforcer et moderniser la défense (vision des nouveaux adhérents d’Europe centrale). Ces points de vue s’opposent alors qu’ils devraient se rejoindre, la consolidation de la défense européenne passant nécessairement par une réflexion partagée Europe/USA.

Les néoconservateurs ne s’y sont pas trompés, alors que d’aucuns prédisaient l’abandon du vieux continent par les américains, les néoconservateurs mettaient en place en 2005 l’American Commitee for a Strong Europe et W. Bush développait le bouclier anti-missiles tandis que les bases US en Europe se déplaçaient vers le Sud et vers l’Est, devenus points stratégiques.


Il est vrai que, avec la fin de la guerre froide, l’idéologie de l’OTAN présenta des failles, perdant sa raison d’être première, l’Alliance, par manque de vision stratégique claire et globale fit entendre des dissonances internes.

Trois tensions sont apparues, l’une politique, l’autre opérationnelle et la dernière stratégique.

  • La perte du besoin de défense collective contre le communisme et le flou qui s’en suivi a permis à la Russie de développer un néo impérialisme inquiétant (Ukraine, Géorgie) sans être contrée par une forte opposition politique de la part de l’Alliance, le laisser-faire n’est plus acceptable.
  • La lutte contre le terrorisme islamiste en Afghanistan demande une révision totale de l’approche et de la mission. Les alliés des USA avaient à l’origine mission de sécurité et de développement, c’est une guerre qui s’y déroule qui devrait être traitée comme une guerre.
  • La stratégie de lutte contre le fléau actuel, le terrorisme islamiste, n’a pas été intégré de manière globale et pertinente, la réponse demande une vision partagée, la nécessité de stopper les Etats de soutien au terrorisme, le besoin d’aider les Etats en lutte contre cette menace.


L’actuel dirigeant de l’OTAN, le général De Hoop Scheffer vient de soulever la question : « Quelle OTAN voulons-nous pour les années à venir ? »

La réintégration de la France, la date anniversaire, l’ouverture à de nouveaux pays des Balkans et d’Europe centrale ou caucasienne ouvrent la voie à la définition d’une stratégie autour des menaces partagées à savoir la prolifération nucléaire et la terreur islamiste, ces risques étant deux formes de terrorisme profondément liées. 

Le terrorisme islamiste mondial représente à ce jour la pire menace pour nos démocraties libérales, notre liberté et nos valeurs de justice occidentale. Depuis 2001 le terrorisme islamiste montre son vrai visage, celui de l’ignominie sans nom, ne pas développer de stratégie globale c’est ouvrir notre porte aux futures attaques nucléaires, bactériologiques et chimiques, aussi la lutte contre ce risque massif doit immédiatement intégrer le cœur de la stratégie de l’Alliance. C’est par le développement de la contre prolifération du terrorisme que l’OTAN retrouvera sa flamme.


Plusieurs axes sont à définir :

Les axes opérationnels :

  • Le renforcement des moyens en Afghanistan et l’activation de la stratégie appliquée en Irak,
  • L’éradication du programme nucléaire iranien et la chute de la théocratie obscurantiste,
  • La destruction de l’abcès terroriste au Pakistan,
  • La mise à plat des mouvements terroristes du Hamas et Hezbollah ainsi que du régime soudanais,

(Dans cet axe, ne nous voilons par derrière un tulle de pudeur, une attaque massive multi cibles sera la plus efficace et la plus définitive.)

  • Le contrôle de la frontière entre l’Egypte et Gaza,
  • L’ultime avertissement à la Corée du Nord avant l’anéantissement de son pouvoir de nuisance.


Les axes stratégiques :

  • Le développement du dialogue et du soutien aux pays musulmans en proie avec le terrorisme islamique (Turquie, Syrie – si elle prouve enfin sa sortie de la classe des états voyous, son exclusion de l’axe opérationnel est loin d’être gagnée  - , et l’Afrique du Nord par l’accroissement du Dialogue Méditerranéen déjà en place),
  • Le retour d’un dialogue musclé avec la Russie.


Les axes politiques :

  • L’intégration et l’aide aux pays des Balkans et de l’Europe caucasienne,
  • L’élargissement à Israël, au Japon, la Corée du Sud et à l’Australie,
  • La coopération intime avec la Colombie et l’Inde.


L’Alliance Atlantique doit devenir une Alliance pour la Liberté.

Parce que le multilatéralisme porte le germe de la guerre, parce que les valeurs des gouvernements totalitaires sont à l’opposé des valeurs de liberté de nos démocraties libérales, parce que proposer une vision faible du monde et afficher des démocraties couchées concourent à l’effondrement de ce que l’humanité a créé de mieux nous prônons l’établissement d’un Nouvel Ordre International capable  de porter au travers du monde les valeurs de l’homme moderne qui sont la liberté et la démocratie.


Cette élaboration stratégique ne peut se développer que par une réflexion globale portée par l’hyperpuissance américaine. Les USA sont toujours et pour longtemps encore la puissance indispensable à l’extension de la liberté, à eux d’insuffler cette nouvelle orientation et de poursuivre leur effort porteur d’Alliance.

Saluons donc le retour de la France dans le commandement intégré et souhaitons que B. Obama comprenne rapidement que le monde n’est pas un arbre à palabres, il en va de la survie de la lumière sur nos esprits et sur le monde.

G. FAURE


 


Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Biden a annoncé  que les USA ne renonceraient pas à l'embargo contre Cuba. Obama disait pourtant le contraire il y a deux ou trois semaines.A mon avis, il y a du tirage à la Maison Blanche, d'où ces contradictions.. 
Répondre
D
C'est juste David,les discours à géométrie variable ne sont pas de bonnes augure.Espérons que celà reste une rumeure ou un changement de cap définitif.D.J
Répondre
G
Prions pour que la France reste avec une majorité de droite, oui.En 2012 cela semble parti pour un duel au second tour UMP/extrême gauche.Dans ce cadre, pas de doute que le France restera à droite.
Répondre
D
Obama se contente de poursuivre la tactique de Bush, amorcée dès 2007 en IraK. C'est tant mieux mais il y a aussi les rumeurs de désengagements en Afghanistan.Wait and See. 
Répondre
D
Le retour de la France dans le commendement de l'OTAN,est utile tant que la France reste engagée en Afghanistan au côté de ses alliés. Certainement aucun problème avec une majorité UMP,alors que bien des socialistes rêve de laisser les Américains se démerder avec leurs problèmes( c'est ce que disent beaucoup) en ne sachant pas que c'est le problème de tout le monde libre.Prions que la majorité en France reste à droite.Les dernières déclaration d'Obama sur Al quaeda,montre la détermination de l'Amérique de combattre le mal absolu.Espérons qu'il tienne ses engagements militaire et qu'il ne fasse pas fausse route comme il le fait pour l'économie.D.J
Répondre