Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2009 6 04 /04 /avril /2009 18:33

Obamania ? Not’s dead !!  Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’après avoir subi 8 ans de Bush Derangement Syndrom, nous allons passer au moins 4 ans de Total Adiction for Obama !! C’est simple, le saint homme a tous les droits, peut tout faire (y compris déplacer une foule pour l’accompagner), se planter dans le protocole devant la Reine. La presse, les politiques, les foules n’ont d’yeux que pour le nouveau messie.

 

Logique qu’Obama plaise aux hordes de munichards qui peuplent l’Europe : il veut discuter avec tout le monde, des talibans à la Syrie en passant par l’Iran et la Corée du Nord. Avec lui, c’est la paix mondiale assurée. Et tant pis si les ennemis de la liberté ont compris que le nouveau locataire de la Maison-Blanche est un naïf à la Carter. L’Europe qui a si peur de se dresser contre l’ennemi commun est ravie de voir qu’elle peut enfin se laisser islamiser au grand jour, avec la bénédiction du messie et pactiser avec tous ceux qui ne rêvent que de nous détruire.

 

Que la gauche soit conquise par Obama est normal : comme elle, le saint homme est un adepte du déficit abyssal (on rappellera qu’il a bâti une partie sa victoire sur les critiques des budgets de la fin de l’ère Bush) et qu’il ne jure que par la relance par la consommation. Que la crise ait été provoquée par la mesure démocrate (et socialiste) des subprimes ne semblent pas gêner la gauche française. D’Aubry à Royal, tous louent le leadership d’Obama, sa volonté de changement, sa façon d’incarner le rêve américain. On verra bien ce qu’ils diront quand ce rêve se changera en cauchemar. Qu’on se le dise, la crise n’est pas dû au capitalisme mais à l’étatisme. Certes, les banques ont adopté une attitude suicidaire et ont voulu profiter de la situation en matraquant des taux délirants, mais l’occasion faisant le larron, elles ont cru, tout comme nos endetteurs professionnels que la source était inépuisable !! Le plus piquant est que l’un des petits responsables de la crise était un avocat qui attaquait ces sales banquiers qui refusaient de prêter de l’argent à ses frères de couleurs. Devenu président, Obama préfère oublier cette partie de sa vie et a chargé la barque républicaine de tous les maux de la planète.

 

Par contre, on ne peut qu’avoir envie de vomir en voyant Sarkozy traîner dans la boue W par louanges à Obama interposées !! L’entendre dire que désormais, l’Amérique ne fait plus cavalier seul est non seulement un mensonge mais surtout du révisionnisme forcené. Une quarantaine de nations ont accompagné l’Amérique dans la délivrance de l’Irak, l’opération en Afghanistan s’est faite sous l’égide de l’Otan, l’après-tsunami de 2004 a été d’abord géré par les USA, l’Inde et le Japon réunis… La liste est longue. La seule fois où l’Amérique s’est retrouvée vraiment seule, c’est dans la difficulté : quand il a fallu reconstruire l’économie après le 11 septembre, quand il a fallu affronter Katryna, quand il a fallu contrer l’Iran, le Soudan, la Corée, la Russie même dans l’affaire géorgienne !!

 

Le délire obamaniaque n’est pas prêt de s’éteindre. Qu’importe si aucune promesse de campagne n’est tenue. Qu’importe si, devant des lycéens franco-allemands, il a fustigé l’anti-américanisme qui suinte en Europe, provoquant un silence gêné dans l’assistance. Les nombreux flops des nominations, son débit oral médiocre dès que disparaît le prompteur, l’embauche de lobbyistes, les milliards de dollars sortis d’on ne sait où, la baisse de popularité en Amérique même, tout ceci est soigneusement mis sous le boisseau par la presse qui continue à enfoncer Bush, le « pire président jamais élu » et à encenser le saint homme.

 

Sarkozy, en perte de vitesse, cherche donc à faire de la lèche à son « copain » Obama. J’espère juste qu’il a compris que son « copain » le méprise au possible alors que Bush, homme sincère en amitié, le considérait comme un vrai partenaire. Mais Nicolas Sarkozy, pris dans le tourbillon du « plaire à tout prix » est désormais prêt à tout pour remonter dans les sondages, y compris pactiser avec le diable.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dave - dans True France
commenter cet article

commentaires

Jérémy 07/04/2009 12:58

Bonjour,Tout comme toi je déplore l'hégémonie faîte à Obama, nous ne voyons pas là un président mais toujours un candidat! Il peut donc se permettre de faire des discours idéalistes! Mais la réalité est tout autre...A bientôt

bruno.r 06/04/2009 15:21

Espérons!!!

Baz 06/04/2009 11:44

Bruno, c'est Washington aussi.....Ailleurs dans le pays c'est très certainement loin d'être le cas.

bruno.r 05/04/2009 20:42

je ne suis pas un spécialiste, seulement, j'étais à washington cette semaine, et je ne crois pas que l'obamania baisse ou s'estompe aux usa, loin de là. il est fatiguant, affligeant, de voir toutes ces boutiques vendant des articles Obama, ventant Obama... à tout les coins de rues. et le pire, c'est que ces boutiques  sont pleines.....

Iced Earth 04/04/2009 20:34

"Démagogique Man" a encore frappé.Comme une star d'Hollywood, Obama est en pleine promo en Europe, il se vend comme George Clooney vendrait un film, à l'exception du fait qu'il ne dit pas comme Clooney "j'aime le fwomage", mais "Le monde devrait être purgé de toutes les armes atomiques". Obamania ? Not’s dead !!Je vois mal comment cette folie pourrait s'arreter. Beyoncé en fond sonore dans un reportage people, "Da Prez'" a la classe dans sa limousine blindée, les filles sont folles de lui et nos "elites" sont à ses genoux.

Présentation

  • : La pensée néoconservatrice
  • La pensée néoconservatrice
  • : Néocon ? Of course, man !!
  • Contact

La liberté


"Que Règne la Liberté"
Georges W Bush


 

L'Iraq en Vérité


Lisez le Rapport
sur l'Irak du Blog Drzz
Plus de 150 articles
pour vous réinformer sur l'Irak !

La Vidéo