Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 08:42
Décidément, il devient complexe de comprendre la politique américaine. il y a deux jours le congrès annonçait qu'il refusait les crédits pour la fermeture de Guantanamo, cette prison américaine à Cuba où l'administration Bush a enfermé des dizaines de djihadistes et de terroristes. Les élus démocrates et républicains refusent également que l'on transfère des détenus dangereux sur le sol américain dans des prisons fédérales.

Soit dit en passant, les avocats des détenus ne le veulent pas trop non plus, estimant que la sécurité de leur client ne serait plus assurée correctement. Comme quoi, le soit disant enfer de Guantanamo n'est peut être pas le pire endroit de la planète.

Après avoir laissé faire , Obama vient d'annoncer que si, il fermera Guantanamo. Il veut donc aller contre la volonté du congrès , ce qui n'est pas vraiment un gage de démocratie, d'autant que le congrès est à majorité démocrate.

Pourquoi un tel revirement ? Tout simplement parce que son silence était désastreux pour son image. Or Obama ne gouverne que pour son image. Après l'avoir terni en disant qu'il remettait en place les tribunaux d'exception et en refusant que l'on publie les photos des "sévices" des prisonniers, un acquiescement , même contraint sur Guantanamo de la volonté du Congrès aurait encore assombri l'aura du saint homme. Rien ne vaut alors un bon discours où il fustige, comme à son habitude , Bush et qualifie la politique de son prédécesseur de "beau bazar" . Il est vrai qu'avoir empêché des attentats durant 8 ans et d'avoir retiré du monde des individus dangereux, ce n'est qu'un beau bazar !!

Dans le même temps, il refuse d'engager des enquêtes sur la gestion anti-terrorisme républicaine. Logique, une bonne partie des démocrates l'a approuvée et certains ont même fait partie prenante !! Dur de tirer sur son propre camp.

L'affaire de Guantanamo montre une fois de plus l'amateurisme de l'idéologue Obama. Il veut appliquer ses idées coûte que coûte, même s'il faut aller contre la volonté du congrès. Obama feint d'oublier qu'il n'est pas le seul maître à bord. Ajoutée à d'autres preuves patentes d'autoritarisme, l'idée qu'il se fait de la démocratie commence à devenir de plus en plus inquiétante !! 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dave - dans Obamania
commenter cet article

commentaires

Claude 30/05/2009 23:25

Bonne analyse, Jeremy.

Jeremy 30/05/2009 18:26

Bonsoir,Et oui Obama n'est plus en campagne mais face à la réalité et à ses premières erreurs! J'espère que bien des personnes comprendront que ce n'est qu'un homme, non pas une sorte de nouvel homme politique! Il fait comme tous les politiques, il ment pour dire au peuple ce qu'il veut entendre, mais de là à l'appliquer...Bonne soirée

Claude 24/05/2009 18:28

Le chef d'état-major interarmées américain, l'amiral Michael Mullen, a estimé que l'Iran avançait dans son objectif d'obtenir l'arme nucléaire mais a mis en garde contre les conséquences incertaines d'éventuelles frappes militaires contre ce pays."Je pense que les conséquences incertaines d'une frappe contre l'Iran pourraient être très graves", a indiqué l'amiral Mullen. "C'est pourquoi cet engagement, ce dialogue sont importants", a-t-il déclaré lors d'un entretien à ABC, faisant référence à l'initiative du président américain Barack Obama qui tente de redonner sa chance à la diplomatie.L'amiral Mullen a ajouté que les Etats-Unis gardaient "toutes les options sur la table" par rapport à l'Iran."Cela laissera donc très peu d'espace pour établir un dialogue efficace (... avec) une conclusion positive, c'est-à-dire, pour moi, qu'ils n'aient pas d'armes nucléaires", a-t-il ajouté. Il a précisé ne pas accorder foi aux affirmations de Téhéran selon lesquelles le programme nucléaire iranien poursuivrait un objectif civil.

Lestat 22/05/2009 12:48

Décidément, il devient complexe de comprendre la politique américaine.Je dirai à contrario qu'elle devient de plus en plus lisible.Voici un excellent article de la Mena.Extraits : Obama n’empêchera pas la bombe atomique iranienne (info # 012205/9)Par Stéphane Juffa © Metula News Agency
 
L’inimitié que Barack Hussein Obama voue à Israël s’est répercutée dans son langage corporel, lors de la visite du 1er ministre Netanyahu, dans le contenu et le ton de ses paroles, la fuyance de son regard et la courte durée de la conférence de presse commune.
 
On aurait pu interpréter que le Président nourrissait un différend qui n’était que personnel avec Benyamin Netanyahu, si le traitement qu’il avait réservé au président Shimon Pérès, quelques jours plus tôt, avait été différent.
 
Non seulement ce ne fut pas le cas, mais Obama se livra, contre le Prix Nobel de la Paix, à des agressions frontales à propos de la politique israélienne, qui déclenchèrent l’ire du très serein et très consensuel M. Pérès. Quant à la conférence de presse commune, on en fit tout simplement l’impasse, et on évacua l’hôte de Jérusalem de la Maison Blanche par une porte cochère. Un comble !
 
Cela, c’est pour la petite histoire, qui a toutefois le mérite de souligner les dispositions de M. Obama à l’égard de l’Etat hébreu.
 
En ce qui concerne le plat de résistance, Netanyahu était venu chercher deux choses à Washington : la définition d’une date butoir pour les négociations avec Téhéran, et l’entente qu’à l’issue de cette date, si la République Islamique n’acceptait pas de mettre un terme à son entreprise d’enrichissement d’uranium, on passerait sans perdre plus de temps à l’option militaire.
 
Or non seulement Barack Obama n’a pas fixé d’échéance claire – il parle de la fin de l’année courante sans plus de précision -, encore n’envisage-t-il ensuite qu’un hypothétique durcissement des sanctions contre la dictature des Ayatollahs.
 
La posture prise par le pensionnaire de la Maison Blanche dans cette affaire brûlante n’est visiblement pas à  même de résoudre le problème ; d’abord parce que la fin de l’année, c’est trop loin, l’Iran étant capable – selon tous les experts que je côtoie – d’accumuler 25 kg de matière fissile (de quoi faire la première bombe) à partir d’octobre-novembre.
 
Ensuite, parce que la saison des sanctions économiques est totalement dépassée, qu’elles ont déjà été décrétées à trois reprises par le Conseil de Sécurité, et qu’elles n’ont amené aucune inflexion de la part des barbus de Téhéran.
 
En d’autres mots très simples : si les Perses obtiennent 25 kg de matière fissile avant décembre prochain, soit dans la plage-temps qui leur est accordée par l’administration américaine, la planète comptera une puissance nucléaire supplémentaire.
 
L’Iran aurait ensuite tout le temps nécessaire afin d’assembler sa première bombe, avant les suivantes, plus sophistiquées, et les viennent ensuite, qui se rapprocheront, au cours des décennies à successives, de plus en plus du niveau de technicité de celles que possèdent aujourd’hui les nations atomiques.
 
Non seulement la République Islamique ne se départirait jamais plus de sa technologie nucléaire militaire – aucun pays ne l’a jamais fait ! – mais encore elle offrirait une protection accrue à ses porte-flingues terroristes, qui s’occupent depuis longtemps à fragiliser les régimes pro-occidentaux jusque là solides, et à renverser ceux qui branlaient déjà.
 
Quelqu’un se risquerait-il alors à des représailles contre un pays dot&eac

Présentation

  • : La pensée néoconservatrice
  • La pensée néoconservatrice
  • : Néocon ? Of course, man !!
  • Contact

La liberté


"Que Règne la Liberté"
Georges W Bush


 

L'Iraq en Vérité


Lisez le Rapport
sur l'Irak du Blog Drzz
Plus de 150 articles
pour vous réinformer sur l'Irak !

La Vidéo