Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 09:32

LUNDI 25 AOUT 2009

 

USA-SECU

La presse est remplie régulièrement d’un sujet qui va revenir en boucle à savoir  la promesse de campagne du président OBAMA de créer une sorte de sécurité sociale publique aux Etats-Unis.

C'est  une entreprise difficile car il a contre lui non seulement les républicains mais beaucoup de démocrates. L'ensemble des élus est fort inquiet de la pression éventuelle de l'opinion publique, d'autant plus qu'en 2010 un tiers des sénateurs doivent être changés et tous les représentants doivent être soumis à la réélection. En plus il n'est pas possible de dire que le président ait remporté quelque succès valable depuis sa prise de pouvoir. Sa popularité baisse d'une façon marquante et il semble désireux de se refaire  justement à la faveur de ce projet qu’il voudrait le boucler avant la fin de l’année.
 

C'est l'occasion pour la presse française et l’ensemble de  la presse occidentale  de ressortir diverses contrevérités sur l'organisation de la santé  aux Etats-Unis. Il nous est dit qu’il y aurait  47 millions d'Américains non-assurés ; il y a peu il était question de seulement 40 millions ! Tous les trucages sont bons pour nos médias.

D'une curieuse façon  personne ne cite,  ni aux États-Unis  ni ailleurs, le nombre de personnes très riches qui n'ont nul besoin d'assurance quel que soit le coût des soins : c’est une sorte d’omerta sur un chiffre qui relativiserait le problème.  Beaucoup de non-assurés  le sont parce qu'ils sont en transit entre deux emplois. Il est des jeunes, aussi, pleins de santé, qui pensent  qu'ils ne doivent pas prendre une assurance. Probablement il existe aussi beaucoup d'émigrés récents  venus participer au rêve américain et qui attendent de pouvoir se payer une assurance ou de se la faire payer par un employeur.
 

Devant tous ces faits l'argument suprême des médias occidentaux est de  dire qu'aux États-Unis beaucoup  de gens meurent dans la rue devant un hôpital sans pouvoir être soignés. Or, même les sans-papiers sont soignés. Il existe deux systèmes publics :  Medicaid qui prend en charge les non-assurés ainsi que les plus démunis et Medicare pour les personnes agées. Justement ces organismes sont en déficit récurrent comme une banale « sécu » à la française et ce n’est pas encourageant pour l’avenir du projet. Le président, comme un quelconque président français depuis 60 ans, a promis de veiller à une amélioration de la gestion de ces organismes !

Son  projet n'est pas facile à cerner d’autant plus qu’il évolue au hasard des obstacles.

Au centre, se trouve  l'idée d'une assurance obligatoire pour tous. Le plan prévoirait une structure publique et l'obligation pour tous les employeurs d'assurer leurs employés, à l'exception des entreprises de moins de 25 personnes. Il est prévu  1000 milliards de dollars sur 10 ans ; les experts connaissent la vanité de ces chiffres dès lors que le robinet des dépenses sera forcément ouvert en grand. La folie législative serait totale puisque le premier projet contient déjà I000 pages et c’est nécessairement un début. Dans un esprit de lutte des classes, il  serait prévu d'épargner la  classe moyenne, c'est-à-dire en fait de taxer les plus riches avec l'effet habituel de fuite devant l'impôt  et de ruine de l’économie.

Il est utile de rappeler  à ce stade le désastre de la « sécu » à la française telle qu’en  rêve  le président américain. Limitons-nous à l’assurance maladie. 

Le premier inconvénient  majeur est la stérilisation de l'épargne qui est détruite par ce quasi impôt que sont les contributions obligatoires à la prétendue assurance maladie ; dans une société libre chacun serait invité à épargner pour sa santé, soit de lui-même soit en  adhérant à des assurances privées ; en France les faits et les calculs montrent que le coût des   assurances privées serait  très sensiblement inférieur aux cotisations versées à l'assurance-maladie de la sécurité sociale. La marge de manœuvre  qui serait dégagée par le libre choix de l’assurance maladie procurerait aux investissements privés une manne considérable, avec en prime l’amélioration des soins. La stérilisation de l'épargne a pour conséquence un amoindrissement considérable  de la richesse nationale ; c’est une des raisons qui explique par effets indirects la paupérisation relative du peuple français. 
 

Il s'ajoute évidemment la déresponsabilisation générale puisque les décisions pour la santé dite publique sont prises par un organisme central qui navigue au hasard et au gré des politiques successives et des syndicats. Le concept de santé publique est à rejeter car la santé est un bien purement privé que chacun doit pouvoir gérer à sa guise.

Enfin, en conséquence de ce qui précède, se trouve l’impossibilité de gérer normalement : c’est l’explication du fameux « trou » qui existe depuis la création de la « sécu » et est consubstantiel au système, avec régulièrement des solutions bâtardes et insuffisantes. Des assurances privées sont par obligation capitalistique gérées correctement.

Toutes ces constatations doivent être connues des élus américains et cela  les conduit à beaucoup de méfiance. Certains n'hésitent pas à dire que ce programme de santé peut être le Waterloo du président.

Vu sous l'angle de la  France, qui nous intéresse évidemment en priorité, il est permis de  se demander si un échec éventuel serait une bonne nouvelle.


Si le président arrive à réaliser son projet, il est possible que l'économie américaine soit durablement affaiblie suite à la surcharge qu'il va lui imposer et en particulier au découragement des investisseurs. Cela pourrait être considéré chez nous comme une bonne nouvelle étant donnée la compétition ouverte entre toutes les économies et la formidable compétitivité de l'économie américaine dans les conditions actuelles. Mais cela pourrait aussi conduire à saluer une mauvaise nouvelle, car dans la médiocrité de l'économie française créée par l'action délétère des pouvoirs publics, nous sommes, hélas, obligés de compter avec la dynamique américaine.

Il reste l'hypothèse où effectivement OBAMA rencontrerait son Waterloo.

Pour les très nombreux Français qui ne vibrent pas avec l’OBAMANIA, ce serait excellent.

A chacun de choisir.

Michel de Poncins

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ryan 15/09/2011 07:22



Merci beaucoup Dave. Je me demande si dans le livre d'Erik, il n y avait pas non plus un passage là dessus. Comme j'ai tout mes bouquins dans une malle, je suis démuni ^^.


 


Mais vous avez raison, je vais regarder en direct sur les sites US.


 


Merci encore.



Ryan 13/09/2011 19:30



Bonjour à tous,


 


Désolé de faire remonter ce post des profondeurs, mais je suis à la recherche d'une étude exhaustive (bouquin, article) sur le système de santé aux US.


 


Via Google, je tombe uniquement sur des courts articles sur medicaid, medicare, etc.. mais rien de bien complet. J'aimerais rentrer dans le détail (comment cela se passe en pratique lorsque l'on
bénéficie du médicaid, du médicare  ; combien coute une assurance privé  ; combien coutent les soins, etc....).


 


Si vous avez des pistes, merci par avance de votre aide.


 


Bonne soirée.



Dave 15/09/2011 06:55



A mon avis, il faut aller sur les sites US. Je pense qu'il y a des pistes à partir même du site de la Maison Blanche. Pour ma part, j'avais travaillé à partir du livre de JF Revel, l'obsession
anti-américaine où quelque passage décrivait le système US. Il y a aussi les passages du livre de Bush quand il parle de sa volonté de réformer ce système.



Annika 29/08/2009 02:42

Le Census Bureau des Etats Unis rapporte que le nombre des américains non-assurés s'élève a 35.92 millions et non pas les 47 millions d'américains que prétendent les démocrates.  En effet, les démocrates 'oublient' de stipuler que leur chiffre inclût les étrangers qui vivent aux U.S. http://www.census.gov/prod/2008pubs/p60-235.pdfSur ces 35.92 millions il y a 9.1 millions d’américains qui gagnent plus de $75,000 par an et donc choisissent de ne pas s’assurer.
35.92 millions - moins 9.1 millions = 26.82 millions d’américains sans assurance santé, ceci d’une façon involontaire – ce qui représente .089% de la population... http://www.cnsnews.com/PUBLIC/content/article.aspx?RsrcID=51443Quel bruit de par le monde on nous fait pour .089% de la population !
Quand a la sécurité sociale a la française – hormis le prix HORRENDOUS que ca coute aussi bien a l’employer qu’a l’employeur – le livre ci-après en parle comme d’une CATASTROPHE.  http://www.amazon.fr/sécurité-sociale-comment-sen-sortir/dp/2848800291/   
La France un exemple à suivre ?? No, thank… I’ll pass !

Marie-Pierre 26/08/2009 14:15

Qu'entendez-vous par stérilisation de l'épargne ? Que l'épargne forcée (sous forme de cotisations en assurances maladie) devienne non productive ? c'est à dire qu'elle ne serve pas au dynamisme de l'économie ?je serais OK avec votre analyse si elle s'appliquait à la France pays où les épargnants sont nombreux. Mais aux USA il y a peu d'épargnants et en plus, 80% de l'épargne mondiale est consommée par les USA. Ils vivent à crédit au dessus de leurs moyens. Pas dépargne du tout ou une épargne obligatoire stérile ? C'est le choix qu'ils auront à faire.

UN chouka 24/08/2009 20:56

Comment croire qu'un sèrvice gratuit ne cache pas ,peut etre quelques secrets désagréables pour les "clients naifs"contribuables   ? La santé (pas de troubles en dépit des agressions )etait a une époque ou la main d'oeuvre (vigueur du bétail)etait essentielle dans la rentabilité des industries dévoreuses de travailleurs,est devenue maintenant "peut etre" une charge inutile puisque la main d'oeuvre ne vaut plus grand chose?Alors pour les retraités ?

Présentation

  • : La pensée néoconservatrice
  • La pensée néoconservatrice
  • : Néocon ? Of course, man !!
  • Contact

La liberté


"Que Règne la Liberté"
Georges W Bush


 

L'Iraq en Vérité


Lisez le Rapport
sur l'Irak du Blog Drzz
Plus de 150 articles
pour vous réinformer sur l'Irak !

La Vidéo