Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mars 2007 1 26 /03 /mars /2007 06:53
Il fut un temps où Hollywood n'hésitait pas à glorifier la liberté et non à défiler chez Saddam comme le fit, par exemple, Sean Penn en 2003. Le cinéma pouvait alors servir une cause en accord avec l'esprit des pères fondateurs de la nation américaine et non servir de marchepied à des ex-(futurs?) candidats qui se découvrent une passion pour l'écologie.

Exodus , tourné en 1960 par Otto Preminger avec Paul Newman et Eva Marie Saint, est dans la lignée des films didactiques qui entendent , au delà de leurs images, donner un point de vue et informer le public.

Ecrit par Dalton Trumbo qui, ironiquement fut mis à l'index par Hollywood en raison de ses liens avec le PC, Exodus raconte rien de moins que la naissance d'Israël mais sans soucis de spectaculaire ou de manichéisme. A l'heure où un film comme 300 entend reveiller les conscience et l'occident sur le danger iranien, il est bon de voir que ce type de film engagé a une longue histoire derrière lui.

Exodus commence commence à Chypre en 1947. La guerre est finie mais les juifs sont toujours considérés comme un problème par les autorités anglaises. Par milliers, ils entendent désormais se rendre en Palestine afin d'y obtenir leur terre, celle de leur ancêtre afin que l'horreur de la Shoah ne se reproduise pas. Une jeune veuve, Kitty,  va découvrir les camps de transit où sont gardés ceux qui veulent tenter leur chance pour aller en Palestine. Elle va y rencontrer une jeune juive, Karen , qui a  été protégé par des Danois durant la guerre et Ari ben Canaan, un officier de la Haghana. Emue par les conditions de vie dans le camp , elle va vouloir adopter Karen pour l'emmener en Amérique.

Mais Karen fait partie des 850 personnes qu'Ari va embarquer sur l'Exodus, un vieux cargo et avec qui il va entamer un long combat pacifique pour obtenir le droit de se rendre en Palestine. Kitty  va alors suivre le combat de l'Exodus, le rejoindre et finalement aller en Palestine. Là bas, elle va y découvrir les villages de peuplement, le combat de la Haghana mais aussi le terrorisme de certains extrèmistes juifs et les liens d'amitié entre Ari et les arabes qui vivent également en Palestine.

Exodus , que l'on peut désormais trouver en DVD chez MGM (à 12€99 !!) dans une assez bonne copie, est à la fois un film magnifique (le discours final d'Ari qui jure sur la tombe de son ami arabe qu'il vient d'enterrer à côté d'une jeune juive assassiné par les hommes du grand Mufti que un jour arabe et juifs vivront en paix dans ce pays) et un film explicatif. On suit donc l'odyssée de l'Exodus , sa lutte avec les britanniques, l'arrivée en Palestine et le destin de deux jeunes immigrants qui vont suivre des chemins différents : l'un rejoindra une organisation juive qui lutte contre les britanniques par la violence, l'autre rejoindra un village de colons qui vit en bonne harmonie avec ses voisins arabes.

Le film ne passe rien sous silence : ainsi les terroristes qui vont sauter l'hotel où est installé le "pouvoir" britannique sont montrés avec leur contradiction. Otto Preminger n'hésite pas non plus à montrer que derrière le grand Mufti se cachent des ex-nazis. Enfin, il ne cache rien du dilemne des arabes de Palestine, symbolisés par l'ami d'enfance de Canaan et qui sera victime de la folie de extrémistes arabes. S'il est clair qu'Exodus est un film pro-sioniste (il insiste sur les bienfaits de la mise en culture du désert par les juifs), ce n'est pas un vulgaire film de propagande. Rien à voir avec les navets sans nom mettant , par exemple, en scène ces horribles protocoles de Sion.

Durant ces 3h30 (certains passages seront en VOST sur le DVD) , toute la naissance de la jeune nation est passée en revue, du vote de l'ONU aux premières violences. Mais jamais sans scènes spectaculaires ou grandioses. Ne vous attendez pas à des milliers de figurants ou des scènes de guerres sans pitié, mais à une reflexion poussée sur la naissance d'un état. Paul Newman y tient l'un de ses plus grands rôles et imprime tout le film de son charisme magnétique.

Exodus est un film sincère, honnête, porteur d'un discours de tolérance. On attend toujours son pendant palestinien.

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Merkel: hommage aux victimes de la Shoah
La chancelière allemande Angela Merkel a rendu hommage ce matin aux six millions de victimes juives de la Shoah lors d'une visite au Mémorial Yad Vashem de Jérusalem consacrée à l'étude et au souvenir du génocide nazi.
"L'Humanité grandit en assumant la responsabilité du passé", a-t-elle écrit en allemand sur le livre des hôtes de marque de l'institution.

Pas de doute, les conservateurs de toutes nationalités restent les derniers phares de la planète
Répondre
P
Effectivement, Exodus est un très GRAND film, histoire sublime, particulièrement nuancée (on a pas les "gentils" contre les "méchants", mais le scénario est néanmoins d'une rigueur exemplaire), acteurs convaincants, et puis il y a Eva Marie Saint qui, à elle seule, vaut de voir le film...
Ce qui frappe le plus sans doute c'est de voir l'image qu'ont les Américains du reste du monde ; contrairement à ce qu'on affirme bien souvent, ils ont une réelle sensibilité et témoignent d'un grand respect pour les autres peuples.
Bien sur, ils jouent aussi à l'outrance (...le génialissime Team America, que les chroniquers de Telerama continuent à prendre pour un brulot anti-US) mais il faut comparer avec ce qui est comparable.
A mon avis, l'un des plus beaux films réalisés sur la France c'est incontestablement le chef d'oeuvre inégalable, Casablanca : la scène d'ouverture, avec le résistant fauché par les balles de la police devant une affiche du maréchal Pétain ; la scène du bar, où la Marseillaise est chantée avec force par une entraineuse, etc.
Je connais peu de films francais qui auraient fait preuve d'une telle sensibilité patriotique ; et c'est bien dommage.
Dans le même genre, un film particulièrement patriote (mais aussi fait par des Américains, on s'en serait douté) c'est ""passage to marseile"" avec le même Humprhey Bogart, de 1943.
Quand est-ce que les Francais commenceront à comprendre que leur meilleur allié, c'est l'Amérique...
Répondre
C
L'Irgourn avait prévenu les Britanniques avant l'attentat de l'hotel King David mais ils n'ont pas été pris au sérieux.
Répondre
D
J'ai vu un extrait de la télévision iranienne...
Le penchant palestinien d'Exodus ce sont les films de Leni Riefenstal...
Répondre