Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 avril 2007 4 05 /04 /avril /2007 13:54
La "libération" des 15 marins est une claque pour l'occident . La mise en scène ignoble qui a vu défiler chaque soldat britannique devant le petit nazillon iranien , mise en scène filmée avec un très grand soin et qui rappelle que le régime des Mollahs maîtrise parfaitement les armes de la propagande, est l'aboutissement logique d'une humiliation des démocraties.

Les télévisions du monde entier ont donc, dans une inconscience totale, retransmis une scène hallucinante où des soldats, capturés par un pouvoir fasciste, remercient leur bourreau. Ahmadinejad de les "libérer". La caméra est bien placée, on peut voir le sourire de l'hitler de pacotille et les masses incultes du Moyen Orient pourront admirer la "bonté" de celui qui nie la Shoah !! Un pub mondiale qu'il aurait été facile d'éviter en lisant un simple telex : "les otages britanniques ont été libérés". On notera la jubilation avec laquelle le commentateur du journal de France 3 a parlé de "l'humiliation de la Grande Bretagne"

Personnellement, j'aurais préféré voir des images moins glamours, moins bien filmées , où un commando de Marines aurait vraiment libéré les soldats. Hélas, une fois de plus, l'Occident a préféré tendre l'autre joue. 

L'histoire s'est déroulée comme prévue. A la veille d'un vote crucial sur d'énièmes sanctions à propos de son programe nucléaire, l'Iran a détourné l'attention en enlevant 15 marins. Exit l'important donc. La communauté internationale a mollement réagi : l'ONU a produit une résolution très édulcorée par la Russie et la Chine (entre dictatures, on se comprend) et l'UE n'a pas voulu suivre la GB sur une condamnation franche. En France, seuls deux candidats (Sarkozy et Royal) ont réagi en exigeant la libération des soldats.

Aux USA, les Démocrates, qui font tout pour torpiller le plan du Grand Moyen Orient, n'ont rien trouvé de mieux que d'envoyer Pelosi lécher les babouches de Bachir el Assad et d'exiger un retrait des troupes US d'Irak, alors que l'arrivée des renforts et les nouveaux plans de sécurité ont considérablement fait baisser la violence dans les 3 provinces concernées. Sacré signal envoyé aux nazislamiste.

Enfin, on n'a entendu aucune condamnation du monde arabe envers cet acte de piraterie inexcusable.

La mise en scène a été parfaite : les soldats sont exhibés à la télévision, jetés en pâture aux médias, au mépris de la convention de Genève, sans que cela ne gêne grand monde. Ils sont obligés d'écrire des lettres où ils demandent, ô surprise, le retrait des troupes US et britanniques d'Irak !!  La seule femme du groupe est voilée.

Londres voit vite qu'elle est isolée et rapidement Blair se voit obligé d'adopter un profil bas. La presse britannique, d'ordinaire si prompte à cracher sur les Français (par exemple), devient extraordinairement muette.

L'épilogue attendu voit donc un Ahmadinejad triomphant, miséricordieux, se la jouer grand seigneur avec la complicité des grands médias. En apparence, il a gagné : l'occident n'a pas bougé, son programme nucléaire se poursuit avec, en ligne de mire, la destruction d'Israël et ses pasdarans pourront continuer de déstabiliser l'Irak. L'Occident est humilié !! Le président iranien en a même profité pour décorer un garde côte qui "aurait capturé tout seul" les 15 marins. Plus un mensonge est gros, plus il a de chance de passer !!

L'Occident est humilié !! Nous sommes humiliés !!

Sauf que ... Sauf que les gardiens de la révolution capturés en Irak restent prisonniers, à l'exception d'un seul.

Sauf que le porte avion Nimitz est venu renforcer la flotte US dans le golfe. (http://www.newsmax.com/archives/articles/2007/4/4/124020.shtml) et a montré aux autorités iraniennes que les USA n'étaient pas composés que de Pelosi !!

Sauf que le débat a fait rage parmi les gardiens de la Révolution pour sortir de la crise sans trop de dégâts.

Sauf que Ahmadinejad a tout simplement réussi à lacher du lest au bon moment, évitant ainsi les frappes qu'il mérite. Comme Hitler en 38, il s'est montré conciliant . On sait cependant ce qui s'est passé après 1938.

Mais cela, les médias refuseront de l'interpréter. Ils vont louer le sang froid de Londres et de Téhéran qui auront éviter une nouvelle guerre, oubliant que la jeunesse iranienne veut être libérée des Mollahs, à n'importe quel prix !!

Partager cet article
Repost0

commentaires

V
Moi je suis partisans de la méthode des Russes brutaux et sanguinaires évoqué par "Phalanx" ci dessus. Pour une fois qu'ils nous montrent le bon exemple (...) Ne jamais établir de négociations avec les mollahs nazislamistes, c'est un signe de soumission et de faiblesse qui ne fait que leur profiter <br />  
Répondre
P
Je ne suis pas un admirateur des cocos mais parfois les soviétiques brutaux et sanguinaires. En 1983 au Liban un conseiller de l'ambassade soviétique avait été enlevé par les nazislamistes. Le KGB a arrêter deux des frères des ravisseurs et les ont buter en faisant savoir que si leur compatriotes n'était pas libéré en vie sous 24 h ils flingueraient leurs lardons. L'otage a été libéré dans les temps et en bonne santé.<br /> Les nazislamistes ne connaissent qu'un seul language celui de la violence.<br />  
Répondre
D
Le point de vue de Ron Kessler :<br /> <br /> Pelosi Is Our Neville Chamberlain<br /> <br /> By Ronald Kessler<br /> <br /> With her trip to Syria, House Speaker Nancy Pelosi achieved two things: She undercut her own credibility in Washington, and she spotlighted what is wrong with the Democrats' approach to national security.<br /> <br /> The spectacle of Pelosi making nice with Syrian dictator Bashar al-Assad in Damascus and accepting at face value his claim that he is ready to "resume the peace process" with Israel had a large portion of official Washington tittering.<br /> <br /> At the same time, Syrian authorities were telling the local press that there had been no change in its position. And Israeli Prime Minister Ehud Olmert told Pelosi that "a number of Senate and House members who recently visited Damascus received the impression that despite the declarations of Bashar al-Assad, there is no change in the position of his country regarding a possible peace process with Israel."<br /> <br /> Pelosi's Charade<br /> <br /> Moreover, Pelosi misrepresented Israel's position to Assad, announcing that she had delivered a message from Olmert that "Israel was ready to engage in peace talks" with Syria. Olmert quickly issued a statement denying that.<br /> <br /> Even the Washington Post saw through the charade.<br /> <br /> "Ms. Pelosi not only misrepresented Israel's position, but was virtually alone in failing to discern that Mr. Assad's words were mere propaganda," an editorial in the paper said. The editorial added that "Ms. Pelosi's attempt to establish a shadow presidency is not only counterproductive, it is foolish."<br /> <br /> While that is certainly true, the specter of Pelosi naively chatting with Assad and announcing that she had helped achieve a diplomatic breakthrough also highlights all that is wrong with the Democrats' approach to foreign police today.<br /> <br /> Syria hosts the exiled leadership of Hamas, as well as other Palestinian radical groups, and is a major supplier of funds to Hezbollah. Syria is also believed to be involved in the assassination of Lebanese political figures and allowing its territory to be used by jihadists fighting against the United States-led coalition and the coalition-backed government in Iraq.<br /> <br /> History Repeats<br /> <br /> Pelosi's willingness to undercut the president and accept the word of the chief of state of a sponsor of terrorism is on a par with the Democrats' effort to set a timetable for fighting the war in Iraq. It brings to mind the efforts of Joseph P. Kennedy, the founder of the Kennedy dynasty, to appease Adolf Hitler.<br /> <br /> As ambassador to the Court of St. James, Joe Kennedy met on June 13, 1938 with Herbert von Dirksen, the German ambassador. The two got along famously, and Dirksen later reported on the conversation in great detail to Baron Ernst von Weizsäcker, the German state secretary.<br /> <br /> According to that report, Kennedy confided to the German ambassador that Neville Chamberlain, the British prime minister, was anxious to have some sort of settlement with Germany. By saying this, he undercut Great Britain's negotiating position with Hitler. Moreover, Kennedy said President Roosevelt was not anti-German and wanted friendly relations with Hitler. However, no European leader spoke well of the Germans because most of them were "afraid of the Jews" and did not "dare to say anything good about Germany . . ." Kennedy stated.<br /> <br /> Even as the two met at the German embassy in London, Hitler was planning to gobble up most of Europe and exterminate the Jews. The following year, World War II began after Hitler invaded Poland.<br /> <br /> "Speaker Pelosi is the Neville Chamberlain of our time," said Brad Blakeman, a Republican strategist who was an aide in the Bush White House. "Cowering to and appeasing the dictator of a terrorist state was a disgrace to the high office she holds. The Sryians used this visit to validate their bad behavior by propagandizing the whole visit and her anti-war stance."<br /> <br /> The Pelosi visit underscores that, when it comes to dealing with our enemies, the Democrats live in a dream world. Yet when another terrorist attack occurs in the U.S., they will be the first to say President Bush did not do enough to protect the country.<br /> <br /> Tout est dit dans le titre : Pelosi est notre Chamberlain
Répondre
B
Oui, ces prisonniers obligés de serrer la main du petit führer iranien, c'était insuportable. Cette femme obligée de cacher ses cheveux, comme toutes celles qui vivent chez les obscurantistes, c'était insuportable. Humiliation publique. Les médias ont complaisament transmis les images. Ils confondent la mise au pilori et le conte de fées. <br /> Pour se sentir humilié il faudrait que l'Occident ait encore quelque fierté.
Répondre
D
Sarkozy comme tous les autres candidats n'ont pas mis dans leur agenda électoral ou de façon très partielle la lutte contre le terrorisme. Si les démocrates américains sont un peu mou (du moins pour l'instant), je vois mal la droite française et encore pire la gauche de soutenir activement une lutte globale.<br /> Néanmoins, heureusement que les services secrets français ont semblent-ils consciences du danger.<br /> D.J  
Répondre