Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 02:39
En cette semaine de congés, je vous propose un article paru sur U-Blog :

Je me suis servi du Que Sais Je ? de Jacques R.Ruelland intitulé Histoire de la Guerre Sainte (QSJ N°2716). L’auteur y apporte d’intéressants éclairages sur la notion de djihad islamique et montre combien il diffère des actes des religions antérieures.

Différence entre Islam et les autres religions monothéistes

Le concept de guerre mené au nom de Dieu n’est évidemment pas né avec l’Islam. Mais si cette notion est étrangère au christianisme des origines, il a un fondement dans le judaïsme. Mais dans le judaïsme, si la guerre peut être encouragée par Yahvé, elle est soit défensive soit elle permet de s’installer en Terre promise. Elle n’est pas un état permanent et elle n’est pas un outil de cohésion nationale. Le Djihad , lui, est un état de conquête permanent qui doit permettre de repousser sans cesse les frontières du Dar-al-Islam aux dépens du Dal-al-Harb. Cet état permanent est justifié par une phrase du Coran "Nous t'avons envoyé pour tous les hommes” . Le djihad est donc un état normal de la religion à la différence des guerres judaïque qui ne visent qu’à être temporaire.

Distinction de 2 djihads

Djihad veut dire « effort tendu vers un but déterminé’. .Il est important de distinguer deux djihad. Le premier est purement spirituel : il vise un effort de soi-même en vue de se perfectionner moralement et religieusement. De tradition chiite, ce djihad est aussi appelé mudjahada. Le djihad mineur lui est l’effort que l’on doit porter envers les infidèles. Cette conception est sujette à interprétation. Certains auteurs s’appuient sur la sourate 9 :29 « faites la guerre à ceux qui ne croient pas à Dieu ou au jugement dernier » et sur la sourate 8 :17 « Ce n’est pas vous qui les tuez, c’est Dieu ». Le propos a le mérite de la limpidité et c’est cette simplicité qui explique l’extension extraordinaire du Dar-al-Islam tout au long du VIIe siècle. D’autres auteurs, plus minoritaires, estiment que le djihad mineur peut être offensif mais aussi défensif et n’a pas forcément vocation à être permanent.

Organisation du djihad

Le djihad obéit à des règles exposées dans le Coran : ainsi, la conversion forcée ne peut être que pour les païens et les polythéistes. Les croyants des autres religions monothéistes sont tolérés dans le Dar-al-Islam s’ils se soumettent au Dhizya (le tribut de capitation) et au Kharadj (l’impôt foncier). Pour les païens, les seules issues sont la conversion, la mort et la mise en esclavage.

Certains mois ne sont pas propices au djihad. On ne combat donc pas durant les mois de Chawwal, Dhul-l-qa’da, Dhul-l-Hijja et Muharram. (Sourate 9 :5-6)

La répartition du butin se fait également de manière précise : un cinquième en revient à Dieu, aux parents, aux orphelins, aux pauvres et aux voyageurs (Sourate 8 :39-42). Le djihad est considéré comme une obligation collective mais on peut y renoncer en contrepartie d’un avantage (paiement d’un tribut par l’ennemi) si tel est l’intérêt du moment. Ceci explique l’alliance de certains émirs avec les dirigeants des états latins du Moyen Orient au XIIe siècle.

En conclusion, il apparaît que la notion de djihad dépasse la stricte définition d’une guerre. C’est à la fois un état d’esprit, une organisation de la conquête, un combat spirituel, un combat armé et un moyen d’extension. C’est sans doute la somme de ces aspects qui en font une action hostile , tournée contre l’occident en général et les démocraties en particulier.

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
actuellement ?

Sérieusement, tu penses ce que tu dis ?

T'es tu amusée à comparer les cartes de 630 , celles de 732, celles de 1091, celles de 1453, celles de 1379 , la carte africaine actuelle....

L'Islam a toujours été une religion de conquête, brutale , dès sa naissance.

Il a fallu plus de 800 ans pour que le christianisme dérive vers la guerre sainte (voir Jean Fiori) et cette notion a été progressivement abandonnée.

L'Islam n'a toujours pas fait sa révolution. Et ce n'est pas un aspect ultra minoritaire qui peut en changer la face.

Répondre
A
Le soufisme prouve justement que le Coran est, et doit être sujet à l'interprétation, il prouve que l'islam n'a pas qu'un seul visage, même si c'est son côté obscur qui domine actuellement, cela n'a rien de mineur...
"Quand elle sera lapidée par les barbus, elle pourra toujours tenter de parlementer."
ca doit etre assez chiant d'etre un neo-con en train de psychoter toute la journée sur les vilains barbus....tu dors la nuit sérieusement?
 
Répondre
C
il me semble que l\\\'article parle de jihad, pas du soufisme.

En plus, le soufisme est bien éphèmère dans l\\\'histoire de l\\\'Islam alors que le jihad existe depuis l\\\'attaque des murs d\\\'Heraclius (l\\\'empereur qui reprit la vraie croix aux Perses) par Mahomet en 632.

Mais si Amelichan préfère croire que le grand jihad n\\\'est pas tourné vers l\\\'occident, c\\\'est son soucis. Quand elle sera lapidée par les barbus, elle pourra toujours tenter de parlementer.
Répondre
A
"C’est sans doute la somme de ces aspects qui en font une action hostile , tournée contre l’occident en général et les démocraties en particulier."

tout simplement parce que cette conclusion va bien vite en besogne...et est extremement réductrice....si l'on explore justement cette facette de l'islam qu'est le soufisme...
Répondre
D
Je ne vois pas en quoi ma définition (en fait celle de Jacques Ruelland) est ridicule. D'autant que j'ai parlé du djihad intérieur dont se réclamme le soufisme.

Même si les deux facettes sont assez éloignées

Un peu comme si tu comparais l'appel à la croisade d'Urbain II avec le discours de Jean Paul II à l'intention de la jeunesse.
Répondre