Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 07:06
48h après le premier tour, il est intéressant d'en tirer quelques enseignements.


1 - La tentative de diabolisation de Sarkozy par la quasi totalité des candidats n'a pas marché. Malgré les attaques sur son origine hongroise, sur son dragage des électeurs frontistes, sur sa "dangerosité" , plus de 31% des électeurs ont porté leur choix sur eux. Du jamais vu depuis Pompidou en 69. Le lynchage politique et médiatique (les 14 pages de Marianne qui lui ont valu des records de vente par exemple) a même tendance à faire l'effet inverse, si l'on en croit Yvan Rioufol.

Ce qui est sûr, c'est que , dès le soir du premier tour , la gauche continuait dans cette voie : Sarkozy est dangereux, Sarkozy c'est Le Pen, il faut voter contre Sarkozy (Besancenot, Bové...) . Royal n'a plus que cette carte à jouer : devenir un rempart contre le soit disant fascisme de Sarkozy. Un responsable socialiste (Moscovici , je crois) a même osé dire que Sarkozy suivait la même trajectoire que Berlusconi. Et quand on sait ce que Berlusconi représente pour la gauche française, on se dit que la diabolisation va continuer bon train. Espérons juste que les français feront la part des choses. Mme Veil a déjà donné un bel exemple de résistance en remettant en place un Fabius qui lui donnait du "Simone" mais qui, selon l'ancienne ministre UDF, insultait 30% des français.

2 - Sarkozy remporte son pari haut la main : il voulait être en tête, avec plus de 30% des voix. C'est fait. Il se paye même le luxe de battre sa rivale de 5,5 points. Du jamais vu depuis Mitterand en 88. Là aussi, sa campagne efficace lui a permis un score historique.

3 - Segolène Royale réussit à se qualifier au deuxième tour , malgré des rumeurs bidons d'élimination par Bayrou voire Le Pen (cf : le soi disant sondage des RG que Le nouvel Observateur , pro-Royal je le rappelle, avait mis en ligne). Royal avait pris soin de déminer le terrain en négociant avec la gauche non communiste de Chevenement et de Taubira. Car, et la presse oublie de le dire, si ces deux là avaient été présents, son score aurait été amputés d'au moins 2 ou 3 points. Elle aurait été toujours en course, le rapport de voix droite/gauche aurait été le même mais l'effet psychologique aurait été encore plus grave. Car, le PS a beau crier victoire, la tronche de ses responsables était plutôt crispée mardi soir.

4 - Bayrou est 3eme mais il  a échoué. Vendredi encore, il disait "je serai au 2eme tour". Ce n'est pas le cas. Il a été loin d'être modeste. Et il est désormais au centre (dans tous les sens du terme) d'un dilemne. S'il choisit l'un des candidats, il perd une partie de son électorat (en gros 46% à gauche, 54% à droite), s'il ne choisit par, il est déjà accusée par Royal d'être celui qui fera élire Sarkozy !!

D'autres part, les responsables UMP ont rappelé que RPR-UDF ont marché de concert durant des années, que pas mal de députés UMP ont des suppléants UDF et que ce parti a été créé par Giscard comme un parti de centre droit. Difficile de penser qu'il pourra tenter de survivre comme une 3eme force sans choisir un camp. Bayrou est pris à son propre piège.

5 - Le Pen est le grand perdant : en voix, en pourcentage, en crédibilité... Il a cru surfer sur la vague mais au final se ramasse totalement. Et que ceux qui pensent à un syphonage des voix frontistes par Sarko méditent ce chiffre : seul 1/4 des électeurs du FN ont été voir à l'UMP. Une parti est également reparti à gauche ou chez De Villiers !!

6 - Enfin, l'extrême gauche est en déconfiture totale : Le score cache-sexe de Besancenot ne doit pas faire oublier les 1 ou 2% de chaque gauchistes ultra-rouge. Le vote utile a certes joué mais aussi les Français commencent enfin à comprendre que les LCR et autre LO sont dangereuses !! On remarquera que, comme d'habitude, le PS accepter sans sourciller les voix de ces dangereux adversaires de la démocratie. Et leurs résultats minables ne peut pas les autoriser à espérer des concessions de la part de Royal.
Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Savez vous messieurs que le petit facteur de la LCR a ét gratifié par les méchants patrons de la Poste de deux mois d'  Autorisation Spéciale d' Absence pour sa campagne politique ,ce que n' ont pas dit les médias en question,c'est que ces deux mois furent payés plein pot par l' administration qui soit en passant exige de tous ces fonctionnaires d' être Français avant tout !
Elle pas belle la vie pour un andidat contre la préference nationale dans le travail,faites ce que je dis mais pas ce que je fais !
Grandpas
Répondre
S
@david martinJe vois que nous nous rejoignons dans nos analyses respectives   :-)
Répondre
S
@chevalier noir La CGT, dirigée un moment par Krasucki, membre du Bureau politique du PC, mais se proclamant depuis toujours "apolique", serait devenue, en cas de prise du pouvoir par le PC, LE syndicat unique.Coluche :   CGT =  Cancer Général du Travail.
Répondre
D
Je reconnais qu'il a donné un coup de jeune à la gauche fascisante française.

Pour le reste, ce n'est que l'homme de paille de Krivine et rien que cela le rend suspect à mes yeux.
Répondre
B
Besancenot m'est sympathique, s'il ne pêchait pas dans les eaux troubles de Trotsky ç'aurait pu être quelqu'un de bien politiquement parlant.
Répondre