Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mai 2007 2 15 /05 /mai /2007 06:46
Le nouveau président a décidé de faire une ouverture sur sa gauche, et cela malgré sa victoire nette et éclatante . On peut s'en irriter (c'est d'ailleurs ce que fait Patrick Devedjian) ou s'en réjouir.

Durant la campagne, Mr Sarkozy a toujours dit qu'il ne se limiterait pas à son propre camp. Si certains noms annoncés comme Hubert Védrine sont franchement étonnants voire énervants, d'autres comme Kouchner ou Allègre sont déjà nettement plus réjouissants. Aller au delà de ses frontières politiques en se basant sur la qualité des  hommes et non leur appartenance à un clan est une qualité rare. C'est la preuve d'une ouverture d'esprit mais aussi une volonté de rompre avec le passé.

Hélas, tout le monde ne peut pas en dire autant. Ainsi ces quelques réactions :

Bertrand Delanoë : "On ne peut pas être de gauche et dans ce gouvernement (...) C'est une erreur de penser que ce gouvernement peut mener une politique économique et sociale de gauche"

Dominique Strauss-Kahn : "une trahison de soi-même", visant notamment Hubert Védrine et Bernard Kouchner. "Ce n'est pas obligatoirement la meilleure solution pour quelqu'un qui a été ministre de la gauche, de François Mitterrand, de Lionel Jospin de servir aujourd'hui une politique qui ne peut pas être la même (...) ou bien on a des convictions - et les deux personnes évoquées en ont - et c'est très difficile de dire qu'avec ces convictions là on va faire le contraire de ce qu'on a dit avant. Ou bien on faisait de la politique sans convictions, et ce serait un peu dérisoire, je ne crois pas que ce soit le cas"

Claude Bartolone : "les personnalités de gauche qui accepteraient d'entrer dans le gouvernement auraient à assumer les politiques sociales, les politiques économiques de la nouvelle majorité. S'ils acceptent, c'est qu'ils arrivent à gérer des contradictions et ont la colonne vertébrale très souple"


Jean-Christophe Cambadelis : "s'ils entrent au gouvernement, ils passent à droite. Une droite, qui, sous le masque de l'ouverture, reste dure. Ils auront à assumer une politique qu'ils ont eux-mêmes combattue".

Benoît Hamon : "l'entrée d'hommes de gauche au gouvernement porterait un sale coup au Parti socialiste. S'ils le font, cela les amènerait à quitter la gauche (...) l'objectif de Nicolas Sarkozy est simplement de réussir au débauchage d'un ancien ministre de gauche".

Comment interpréter ces réactions ? Jalousie ? Repli sur soi ? Refus de voir que la droite aussi peut pratiquer l'ouverture ? Je ne me rappelle pas avoir entendu des critiques en 88.

On peut se poser également la question suivante : Si Ségolène Royale avait été élue, aurait-elle été chercher des talents à gauche ? Et si elle l'avait fait , comment aurait réagi le microcosme ? Aurait-il trouvé là une preuve d'ouverture d'esprit ou bien, comme le font la plupart des médias , juste une idée cynique visant à assécher l'autre camp avant les législatives ?

L'ouverture de Nicolas Sarkozy me semble sincère , il veut désormais rassembler et aller au delà du  clivage gauche droite. Par ses déclarations frileuses, certains leaders de la gauche montrent que pour eux, rien ne doit changer, pas même dans l'interêt du pays.
Partager cet article
Repost0

commentaires

D
L’arrivée probable du socialiste Bernard Kouchner au gouvernement est mieux accueillie par les sondés que celle d’Alain Juppé.
61% des Français pensent que la nomination de François Fillon à Matignon est une bonne chose, selon le dernier sondage Opinion Way pour Le Figaro et LCI. Le capital de sympathie du nouveau premier ministre est particulièrement fort chez les électeurs de Nicolas Sarkozy, qui approuvent son arrivée à 90%.
Dans le détail, le nouveau premier ministre est jugé courageux (68%), compétent (65%), sympathique (53%), capable de réformer (52%) et à l’écoute des Français (50%). A noter que les électeurs de François Bayrou le jugent positivement, François Fillon ne recueillant moins que la moyenne chez eux que pour le critère « à l’écoute » (48%).
Kouchner plébiscité
Si François Fillon est bien accueilli, la probable nomination du socialiste Bernard Kouchner au Quai d’Orsay est encore mieux jugée : 71% des sondés l’approuvent. Les électeurs de Nicolas Sarkozy semblent valider la politique de « l’ouverture » prônée par le président, puisque 83% de ses électeurs approuvent la nomination du « French Doctor ».

(dans ta tronche la gauche)

A titre de comparaison, le retour aux affaires d’Alain Juppé, donné favori pour un grand ministère de l’environnement, dispose d’un a priori moins favorable : 55% des sondés jugent que sa nomination est « une mauvaise chose ».

Répondre
D
Fabius, l'ouverture et le débauchage
Le député PS Laurent Fabius a appelé à Pau à ne pas confondre "débauchage et ouverture" à propos des hypothèses qui circulent sur la composition du prochain gouvernement autour du président Nicolas Sarkozy.

Hou le vilain jaloux !! Dire que ce mec était considéré comme à droite de son parti de 84 à 86 !!
Répondre
D
C'est le lot de toutes élections. Ce qui, en passant, n'est pas flatteur pour Royal et qui prouve bien le manque de culture politique de certains.

Qui vivra verra.
Répondre
L
Mais Sarkozy ne rassemblera personne, surtout quand on sait qu'une bonne partie des 47 % n'a pas voté POUR Royal mais CONTRE lui.
Répondre
D
"François Hollande vise en particulier Bernard Kouchner, donné partant pour intégrer le premier gouvernement de l’ère Sarkozy.
« Celui qui irait dans un gouvernement de Fillon serait avec la droite et deviendrait un ministre de droite ». Pas de demi-mesure pour François Hollande. Le premier secrétaire du PS a fustigé les personnalités du PS qui pourraient intégrer le futur gouvernement
« La morale en politique est essentielle, le débauchage, la trahison, la récupération individuelle des frustrations, je laisse cela à d'autres », a ajouté Hollande qui a déclaré avoir eu une explication avec Bernard Kouchner, annoncé au Quai d’Orsay. Pour lui, Nicolas Sarkozy « ne recule devant aucune opération pour obtenir les pleins pouvoirs ». "


Quelle bassesse !!

"Même son de cloche chez Jean-Marc Ayrault. Le président du groupe socialiste à l’Assemblée estime que si le président élu « applique ce qu'il a promis, ceux venus de la gauche qui s'embarquent dans l'aventure se retrouveront sur le sable ». Quant à Elisabeth Guigou, elle a déclaré que les socialistes qui accepteraient « l’ouverture » de Nicolas Sarkozy se rendraient « complices d'une manœuvre » visant à « laminer la gauche aux élections législatives »"

C'est ça les gens "ouverts, démocrates et cie" ???
Répondre