Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mai 2007 6 19 /05 /mai /2007 05:35


C'est un document exceptionnel que le livre de David Frum car il permet de vivre de l'intérieur la première année de Georges Bush au pouvoir.

Frum est un rédacteur de discours. Embauché par la Maison Blanche , avec d'autres personnes venant de divers horizons, il a vécu de l'intérieur les débuts laborieux d'une présidence puis le choc du 11 septembre et enfin la transformation du Président.

Ecrit dans un style assez alerte (quoique sautant parfois du coq à l'ane), les 300 pages nous plongent à la fois dans l'intimité d'une présidence, ses rivalités (Karl Rowes et Karen Hughes), dans la construction des discours du président, dans la petite cuisine démocrate dès janvier 2002 et bien sûr dans la réaction de la Maison Blanche après le 11 septembre.

L'auteur est franc : il avoue qu'au départ, il n'a pas une énorme confiance dans le nouveau président mais que , petit à petit, il va découvrir un homme simple mais droit, juste et honnête : a right man !! Il cite par exemple le président :
"Je ne suis pas de ceux qui cherchent à plaire à tout le monde. Ce qu'il y a de bien, dans la démocratie, c'est que si les gens sont d'accord avec vos décisions, ils vous laissent continuer. Sinon, ils vous renvoient à Crawford" . Certains hommes (ou femmes) politiques français(es) devraient méditer ces lignes au lieu de beugler contre l'ouverture sarkozienne !!

Frum commence par dévoiler les coulisses de la passation de pouvoir et le changement radical entre les deux équipes : sous Clinton, c'était pizza sur les tables et joyeux bordel à la Maison Blanche. Avec Bush, on revient au sérieux, à l'austère. Fini les paillettes et les galipettes, place à la politique , la vraie.

Puis il passe à la première année de la présidence, dont il a écrit quelques discours important sur l'économie (dont le fameux Warning Lights).

Mais ce n'est qu'un mise en bouche : le 11 septembre, Frum est à la Maison Blanche et il vit de l'intérieur l'agression de l'Amérique. Il ne cache rien du sentiment d'improvisation des premières heures puis petit à petit de la prise en compre du désastre par le Président. On a souvent écrit qu'il grandissait au fur et à mesure dans ses habits de président : ici, on voit réellement cette transformation. Malgré quelques digressions un peu hasardeuses, on est au coeur de l'Histoire avec toujours en toile de fond , la construction des discours les plus audacieux d'un président depuis Roosevelt.

Frum n'hésite pas à dénoncer l'attitude irresponsable de certains démocrates qui, dès la fin 2001, ont commencé à envoyer d'inquiétants signaux à leurs ennemis. Là aussi, tout un pan de la politique américaine passée sous silence en Europe nous apparaît en pleine lumière. Comme quoi, on est remarquablement désinformé !!

A travers les chapitres suivants, on comprend mieux le soutien de Bush à Israël, son refus de traiter avec Arafat mais également son refus de désigner les musulmans comme des monstres : Bush est en guerre contre les islamistes, pas contre l'Islam !!

Le livre se termine par le retrait de l'auteur de la Maison Blanche, estimant son devoir accompli. Il se lache également contre les journalistes qui annoncent que Bush l'a viré, alors que c'est lui même qui a décidé de faire autre chose.

Et il conclut par sa définition de Bush, devant des journalistes effarés qui n'attendaient qu'une agression envers le président : C'est un homme juste, il a une vision du futur pour nos enfants, pour tous nos enfants !!

Un grand livre vraiment qui vous fera comprendre de l'intérieur ce qu'est The Right Man.
Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Pas de soucis. Je comptais justement te faire un paquet la semaine prochaine !!
Répondre
D
Heureux que tu aimes aimé ce livre David !
J'ai aussi adoré ceux de Bill Sammon, le journaliste le plus proche de Bush.
J'ai commandé quelques ouvrages aux Etats-Unis ces jours-ci, tu peux compter sur ma bilbiothèque !
As-tu encore certaines de mes livres ? Si oui, si tu pouvais me les retourner.
 
Répondre
A
Et il est au bon endroit.
Répondre