Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juillet 2007 2 03 /07 /juillet /2007 06:36

Rome et Athènes nous ont offert en héritage un système de pensée, Athènes en particulier nous a appris que l'homme était mesure de toute chose. Rome , au delà d'un cadre juridique , d'un réseau de routes, a posé les bases latines de notre langue et les prémices de notre droit.

Dans la première moitié du millénaire, l'action du  charpentier de Nazareth , nous a donné une religion et une morale. Que l'on soit croyant ou pas n'a que peu d'importance. C'est grâce à elle que nous sommes sortis de la barbarie.

Plus tard, les rois barbares , après avoir fait tomber l'Empire, ont su en garder les cadres et ont continué la construction d'une religion mais aussi la constitution d'un territoire que l'on nommera national.

Les carolingiens, Charlemagne et Louis le Pieux, se sont axés à structurer des coutumes faites de bric et de broc afin de fixer des cadres à leur empire. Ils ont unifié des règles, imposé l'écrit et , dans un soucis d'unité, étendu au delà du monde connu, les règles franques et le christianisme. Enfin, ils ont su résister aux forces centrifuges extèrieures.

Les rois capétiens , patiemment, ont su reconstruire un royaume, après l'échec de Verdun. C'est Louis VI matant les seigneurs voyoux, c'est Philippe Auguste donnant au pays un sentiment national à Bouvines, c'est St Louis établissant la moralité comme instrument suprême de gouvernement.

Bien après la fin de la période médiévale, la France s'est centralisée et toujours  souverains et  dirigeants ont voulu laisser un pays plus uni et plus fort que lorsqu'ils l'avaient trouvé. Louis XIV , malgré ses excès, s'est acharné à en faire la monarchie la plus puissante d'Europe tandis que son grand père, Henri IV, s'était ingénié à arrêter des guerres imbéciles de religion , rétablissant l'unité du pays.

La Révolution Française a apporté la liberté à tous mais a ensuite sombré dans la Terreur. Qu'importe, une partie de son héritage est toujours là.

Napoléon, malgré ses erreurs et ses fautes, a laissé intact un travail monstrueux de rénovation, de réformes, de ruptures : il a inventé la France moderne.

Le second Empire a transformé Paris.

La IIIe République a donné l'école laïque, gratuite et obligatoire, cette école qui a permis à Camus, à Pagnol et à tant d'autres de devenir les témoins les plus illustres de leur temps. Elle a permis l'épanouissement de temps de grands personnages comme Clémenceau, Blum, Delcassé, Poincaré.

La Ve République nous a donné une constitution, des institutions, une stabilité.

Et nous, que faisons nous ? Nous laissons détruire des églises !! Nous laissons notre patrimoine culturel, architectural, religieux partir en morceau.

Quel sera notre héritage ? La négation de ce que nous sommes ?
Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Bien sûr que c'est poignant d'assister à des choses comme cela, je pense en particulier au post n° 8 de David Martin.J'y verrais plutôt un symptôme de quelque chose de plus vaste :  la tiers-mondisation de la France, qui prend le chemin de pays dont les français se gaussaient il y a trente ans parce qu'ils laissaient leur patrimoine tomber en ruine ; à l'époque ces français disaient : "heureusement les civilisés viennent les aider et leur apprendre que ce n'est pas bien de faire ça"  :-)La France est en voie de délabrement général, elle a mangé son capital, n'a plus les moyens de tout payer et, si rien n'est fait pour renverser la vapeur, est en train de devenir un mélange d'Algérie et de Roumanie de l'époque Ceoucescu.
Répondre
A
 
 
J.C ferait bien de se réinformer sur la légende noire du christianisme en allant chercher  livres écrits par des gens tels que René Remond ou Jean Sevilia. Je ne nie pas que ces épisodes ont bien existé, mais attention aux clichés.
Et de toute façon ces tristes faits ne remettent pas en cause la verticalité de la religion ou l'apport de la morale. C'est même grâce à cet esprit, à cette culture qui avait diffusé dans la société et instruit même les non-croyants que l'on a pu dépasser ces situations.La différence entre la France et une société barbare, c'est un destin...qui est aussi quinze siècles de christianisme. Sortez ne serait-ce que de l'esprit des dix commandements et vous perdez le minimum nécessaire à une société pour rester "humanisante". 
David,la France par son histoire est en effet riche d'un beau mépris envers ses monuments. Il est vrai que le patrimoine architectural est une notion moderne...mais cela a donné de vrais aberrations jusqu'à très récemment dans notre histoire contemporaine.
attention pour ceux qui iront feuilleter ce bouquin: http://www.amazon.fr/Histoire-du-vandalisme-Louis-R%C3%A9au/dp/2221070151/ref=pd_bowtega_1/402-5991204-7472106?ie=UTF8&s=books&qid=1183498126&sr=1-1 un must!
Répondre
D
J'ajoute cet article, que j'avais mis en PDF en 2003

La commune d’Avesnes en Val disposait jusqu’à présent de trois églises.

Celle située dans le centre du village et les églises de Villy le Haut et de Saint Aignan.

C’est une situation tragique qui vient de prendre fin en début de matinée de ce mercredi 19 mars 2003 puisque les murs n’ont pu résister très longtemps à la force de la grue, destinée à faire place nette au milieu du cimetière. Qui aurait pu s’imaginer que dans ce lieu si calme et préservé, dominant la vallée de l’Yères et à l’abri de toute menace de destruction, l’identité d’un petit hameau disparaîtrait dans l’indifférence quasi générale.

Cela fait plusieurs années que la présence de cette petite église est source de conflits.

Avesnes-en-Val dispose de moyens financiers limités et cette petite église a souffert durant des années d’un manque d’entretien. Petit à petit, le trou dans la toiture s’est agrandi pour aboutir à l’effondrement total de la toiture, des conflits de familles n’étant pas faits pour arranger les choses.

On savait l’avenir de l’église menacé, même si les murs de pierre et silex datant du 13 e siècle pouvaient laisser espérer à un chantier de réinsertion qui aurait permis d’établir une nouvelle toiture.

“C’est déplorable, cela fait mal au coeur. Nous n’avons même pas été prévenus de cette démolition”, regrettait cette habitante de Saint Aignan arrivée il y a quelques années seulement dans la commune. En rentrant du travail, ils vont donc être nombreux à faire un détour pour constater la disparition de cette petite église.

Catherine Flamant-Morel, maire d’Avesnes, a donc hérité d’un dossier épineux lors de sa prise de fonction: “Nous avons fait expertiser les murs récemment et il a été prouvé qu’il y avait danger pour les personnes. La sécurité dans le cimetière ne pouvait plus être assurée”, souligne le maire, évoquant la proposition du préfet de Région qui suggérait de conserver le pignon Est.

Les silex et les pierres seront stockés sur un terrain communal bien fermé.

Un futur calvaire ?

La municipalité va maintenant s’interroger sur l’occupation future de cet espace.

“On va remettre au moins un calvaire”, pense Mme Flamant-Morel qui reconnaît que l’aboutissement de cette affaire est déplorable: “je comprends que c’est dommage, mais il s’agit de la suite d’un processus qui évolue depuis tant d’années. A un moment, il faut trancher dans le vif...”

Cette église n’avait pas été classée et dans des petites communes, on doit encore s’interroger aujourd’hui du manque de moyens financiers pour protéger le patrimoine.

Une triste fin

Jusqu’au bout Guy Thillard, le riverain président de l’association de Saint Aignan, s’est battu pour essayer de défendre le patrimoine communal: “cela fait longtemps que j’ai écrit au préfet de Région pour parler de véritable acte de vandalisme”, souligne l’ancien élu.

Il a donc tenté de faire obstacle à l’entreprise de démolition par un geste de désespoir et les gendarmes d’Envermeu et de la brigade territoriale de Dieppe se sont rapidement rendus sur place mercredi matin.

Il aura tout fait pour sauver le patrimoine et si une plainte a été déposée contre lui, l’habitant du hameau de saint Aignan compte lui aussi déposer une plainte pour destruction de patrimoine.

Une guerre s’annonce à des milliers de kilomètres mais ici, on n’aura pas eu besoin de munitions pour détruire un édifice.

(L'article est toujours dispo i ci : http://www.linformateur.com/news/archivestory.php/aid/2650/Saint_Aignan_n%92a_plus_d%92%E9glise:_La_pelleteuse_a__d%E9truit_les_murs.html
Répondre
D
La photo n'est que l'illustration d'un article que j'ai lu il y a quelques mois sur le fait que pas mal de maires ne veulent plus "payer" pour les églises et qu'ils envisagaient d'en raser certaines..

Et n'oublions pas les propos de Djamel Bouras qui demandait que l'on remplace les "églises inutiles" par des mosquées.

Enfin, la photo est là pour choquer bien sûr mais ne doit pas faire oublier l'état pitoyable de certains batiments publics (et pas que des églises d'ailleurs). Je pense à l'église de Grand qui est franchement mal en point mais aussi à certains édifices laïques qui ne sont plus du tout entretenues...

La France a d'ailleurs une sacré tradition là dedans. Pensons aux théâtre romain d'Orange transformé en Caserne, au château de Chambord servant d'écuries....
Répondre
$
Attention a ce que vous voyez, peut etre que l'eglise sur cette photo avait une mauvaise fondation. Peut etre que c'etait dangereux. Il faut en savoir plus a propos de cette photo.
"une photo vaut 20,000 mots surtout hors contexte!"
Global warNing!
Répondre