Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 août 2007 2 21 /08 /août /2007 05:40

Premier jalon de ce voyage : St Mère L'Eglise qui fut le premier village libéré par la 101e Airbone US.

Après un long périple depuis Grandville (où nous nous sommes installé pour une nuit) à travers de petites départementales très bien entretenues, nous arrivons donc dans ce petit village, fort sympathique et où tout a été fait pour entretenir la flamme du souvenir.

Premier étape : l'église !! Le mannequin représentant John Steele, un parachustiste qui resta accroché au clocher durant 2 heures avant d'être capturé par les allemands nous accueillent. Bien évidement, il est mitraillé pacifiquement par les appareils photos des nombreux touristes (étrangers pour la plupart). A noter qu'une conversation saisie dans la petite foule affirmait que Steele était en fait tombé de l'autre côté du clocher.

La petite église est typique des réalisations que nous trouverons partout en Normandie de par son architecture mais son vitrail est pour le moins, étonnant puisque des parachutistes entourent Marie. Les références au D-Day sont nombreuses au sein même du bâtiment.

Etant arrivés assez tard, nous ne pouvons accéder au musée Airbone. (Je vous signale cependant son site : airborne-museum.org) Qu'importe, la promenade dans les rues de la ville permet de saisir pas mal d'images dont la plus emblématique est cette borne de la liberté, le km zéro qui marque le début de la libération de la France. Une autre de ces bornes avec le chiffre zéro est visible sur Utah Beach. Les autres bornes sont visibles tous les km sur les routes qui ont permis l'offensive normande.

Mais St Mère l'Eglise réserve d'autres surprises aux amateurs d'histoire : des panneaux plantés régulièrement dans le village permettent de mieux comprendre la réalité de cette 2eme guerre mondiale : photos d'archives, cartes, textes explicatifs en plusieurs langues... un véritable parcours qui serpente dans les rues et qui donne la mesure de ce jour incroyable. J'en filme plusieurs en vue de mon futur court métrage.

Petit détour par la maison de souvenirs où nous achetons quelques cartes postales représentant des affiches de l'époque (je les posterai bientôt) et où je trouve enfin le DVD édité par le Mémorial de Caen. Ce dernier est un témoignage capital sur le D-Day avec une quantité impressionnante d'images d'archives, y compris allemandes !!

Prochain étape : Utah Beach.
Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Peteite erreurC'est staline qui a demandé aux alliées d' ouvrir un second front pour soulager les forces armées soviétiques qui malgré toute leur supériorité numérique n' arrivait pas à enfoncer le front  malgré Koursk,enfin les 20 millions de morts furent du à l' incapacité des généraux russes de sortir de leur tactiques primitives "la vague humaine" juste avant les blindés.grandpas
Répondre
D
Nous sommes donc d'accord.
Répondre
J
C' est bien dans ce sens que je l'entendais. Je ne souhaite pas faire l' apologie de Staline, criminel de guerre, mais bien rendre hommage au courage des soldats soviétiques au sens géographique du terme, sans qui aucun D-Day n'aurait été possible,puisque sans front de l' Est, les nazis auraient rejetés les Alliés à la mer...Rappellons que les pertes soviétiques se sont élevées à plus de 20 millions de morts durant la Seconde Guerre mondiale (pertes militaires et civiles )
Répondre
G
Le petit pére des peuples pour sauver ses fesses a fait appel à l' âme du peuple russe comme au temps des tsars et puis c'est vite oublier le courage des marins alliés qui ravitaillerent les russes par Mourmansk et le pont aérien par l' Alaska.C'est oublier le peu de considération pour la vie des hommes de la part des maréchaux soviétiques et du camarade Staline.C'est oublié le pacte germano-soviétique,le dépessage de la Pologne;les deux guerres contre le courageux  peuple finlandais .Alors l' hommage au rouges non! Au peuple russe,oui!grandpas
Répondre
D
Tu as raison de parler du courage des peuples russes et uniquement du peuple russe. Car si on doit parler de la guerre à l'est , il faudra parler du pacte germano-soviétique, des erreurs monstrueuses de Staline, de ses purges chez les généraux avant 1941 qui a fait que Guderian s'est trouvé face à une armée de bras cassés , de la manipulation des statistiques des morts de la "grande guerre contre le fascisme" pour y intégrer les victimes des massacres de 1930, du fait que les Ukrainiens et les baltiens accueillirent les nazis en libérateurs (!), de la propagande de Staline sur la faiblesse de l'aide alliée quand tout allait mal....

Les Russes ont lutté pour leur survie, entraînés dans cette guerre par l'aveuglement et le cynisme de leur dirigeant. Oui, il faut leur rendre hommage car , comme toute victime, ils ont quasiment tout perdu dans cette guerre. Par contre, ne compte pas sur moi pour écrire une ligne positive sur Staline et sa clique.
Répondre