Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 07:30
Il aura donc fallu un an pour que le prix Nobel de la paix Barrack Obama comprenne qu'une guerre ne se gagnait pas en flattant l'ennemi mais en le combattant. Mieux vaut tard que jamais, bien sûr, mais que de temps perdu depuis l'élection du président américain qui vient, enfin, de prendre une vraie décision courageuse, prenant son camp à contre-pied et contredisant ses stupides promesses de campagnes.

Certes, en 2008, Obama avait plusieurs fois répété que le champ de bataille afghan était plus important que celui de l'Irak. Les démocrates ne sont donc pas pris en traitre . Mais il est clair que cette décision aurait dû être prise bien plus tôt. Pourquoi tant d'hésitations qui aura fait tant de morts sur le terrain et permis aux Talibans de reprendre pied ?

Parce que cette stratégie s'inscrit directement dans la stratégie de Georges W.Bush, l'homme qui a compris que pour combattre un ennemi, il fallait aller le traquer, le chercher sur son propre territoire. Bush a ouvert deux fronts officiels dans la guerre contre la terreur, mais également des front officieux en Asie, dans le Sahara. Il a osé prendre des décisions controversées et impopulaires comme la création de la prison de Guantanamo (qu'Obama n'a toujours pas fermé). 

Obama prend donc le risque de décevoir son camp, mais il prend surtout la décision d'envoyer un signal fort à ceux qui ont cru que l'Amérique était devenue une nation de lâches, prêt à déserter la guerre en cours.

Gros bémol cependant : en se hâtant de donner une date de retrait (en 2011), Obama, qui a voulu "adoucir" sa décision afin d'amadouer son propre camp, prend un autre risque : celui de donner une date butoir aux talibans. Ceux-ci sont loin d'être stupides et font attendre que l'évacuation US prennent corps pour reprendre leur conquête idéologique et militaire du pays.

Qu'importe !! Pour le moment, savourons la première décision présidentielle d'Obama qui ne soit pas un stupide coup de com' ou un délire idéologique .

Le plus frappant dans cette histoire est qu'Obama a employé les mêmes accent que le général Patreus et le mot "surge". Il a enfin compris que la stratégie qui avait marché en Irak (mais gravement mise en péril par sa décision irresponsable de retirer les troupes US des villes) pouvait fonctionner en Afghanistan. 

L'accélération de la formation des polices et armées afghanes, l'intensification de la reconstruction du pays, tout ceci vient directement de la pensée néo-conservatrice. Il ne l'avouera jamais mais cette nuit, c'est bel et bien W qui parlait à travers lui. L'ancien président doit savourer un triomphe mérité ce matin, même si peu d'analystes oseront écrire les lignes que je viens de faire. Cela ferait bien trop mal aux médias politiquement correct d'admettre qu'ils avaient tort et que Bush, quasi seul contre tous, avait raison.

Les Républicains eux boivent du petit lait : ils possèdent même un levier extraordinaire pour obliger Obama à abandonner sa réforme de santé !! En échange d'un soutien quasi sans faille que le président n'aura pas dans son propre camp, les Républicains rappelleront que le coût de ce Surge est incompatible avec l'Obamacare !!!

Reste encore une grosse bataille à mener pour Obama : convaincre les Européens que, eux aussi, sont concernés et menacés par la barbarie talibane. Si Nicolas Sarkozy a salué un discours historique, il sera mis à terre s'il emboîte le pas à Obama et envoie aussi des renforts. Une chance que les Suisses viennent de décomplexer une partie de l'opinion qui ose enfin s'exprimer contre l'islamisation de l'Europe . L'Espagne socialiste a décidé de jouer le jeu en envoyant 200 soldats de plus : une façon comme une autre d'effacer leur lâche décision de se retirer d'Irak.

Il sera cependant amusant de regarder les anciennes groupies d'Obama nous expliquer que "la France n'a pas à subir l'impérialisme US" !! Voir des médias tout bredouillants reprocher à l'ex-Messie que finalement, il ne vaut pas mieux que Bush. Gageons que la lecture des journaux ces prochains jours sera d'un grand comique !!



 
Partager cet article
Repost0

commentaires

R
<br /> <br /> Il fallait s'y attendre, Obama est voué aux gémonies par ceux là mêmes qui pleuraient de joie le jour de son élection. J'ai déjà du le défendre face à des gauchistes français (qui s'ignorent<br /> comme tels) à la suite de son discours d'Oslo dans lequel il affirme à juste titre, si j'ose dire, qu'il y a des guerres qui sont justes ! C'est un comble : les pro néoconservateurs français,<br /> parce qu'ils sont intellectuellement honnêtes, contrairement aux propangandistes, sont maintenant les seuls ou presque à prendre la défense d'Obama, s'il prend une décision courageuse :)<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> Ah, la vieille rengaine de fin 2001. Rue 89 devrait plutôt s'intéresser à ce qui s'est passé du côté de Tora Bora en 2004.<br /> <br /> Pour revenir au discours d'Obama, s'il en avait parlé durant la campagne, c'était très discret (j'ai suivi toute la campagne de A à Z) et ce qui est formidable, c'est que l'aile gauche de son parti<br /> est en train de devenir verte de rage !! <br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> rue89, vous ne lisez pas non plus sûrement, mais il y a des articles intéressants.<br /> <br /> http://www.rue89.com/2009/11/29/comment-bush-a-laisse-echapper-ben-laden-fin-2001-127955<br /> <br /> sinon, rien de surprenant qu'Obama renforce ses troupes en Afghanistan, il a toujours dit depuis le début que la priorité était l'anéantissement des talibans. Mais, il faudra intervenir dans les<br /> zones tribales du Pakistan, ce sera une tâche plus difficile. <br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> <br /> La Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) en Afghanistan, commandée par<br /> l'Otan, peut déjà compter sur un renfort "d'au moins" 5.000 hommes, en sus des 30.000 annoncés par les Etats-Unis, a annoncé aujourd'hui<br /> le secrétaire général de l'Alliance atlantique.<br /> <br /> "Je peux confirmer que les alliés (membres de l'Otan) et nos partenaires vont apporter une contribution supplémentaire significative, au moins 5.000 soldats et probablement quelques milliers<br /> encore en plus", a déclaré Anders Fogh Rasmussen dans un discours à Bruxelles.<br /> <br /> Ce chiffre de quelques 5.000 soldats supplémentaires avait déjà été donné la semaine dernière de source militaire.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre