Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 16:25
Attention , amoureux de l'écologiquement correct , abstenez vous sous peine d'attaque cardiaque de regarder cette vidéo !!

 
Partager cet article
Repost0

commentaires

D

Alors, l'ours polaire : population en 1979 environ 8 000 . Population en 2008 environ 22 000. Cherchez l'erreur.

Même les inuits estiment que l'ours n'est pas en danger. Pourtant, on veut leur imposer des mesures drastiques d'interdiction de leur chasse traditionnel (Cf 30 millions d'amis - j'y suis abonné -
de décembre 2009). 


Répondre
T


Alors fonte ou pas fonte ??!!

L'océan Arctique souffre d'un dégel rapide en raison du réchauffement, mais une "Ruée vers le Nord" et ses ressources en hydrocarbures est peu probable en raison des icebergs et des coûts
d'exploitation, estime un ouvrage récent.

Dans son livre "After the Ice" (Après la glace), publié en Grande-Bretagne chez HarperCollins,
l'auteur Alun Anderson note que la fonte estivale plus marquée en Arctique change le mode de vie des populations indigènes et place l'ours polaire sous la menace de l'extinction.


"L'environnement de l'Arctique change plus radicalement qu'aucune autre région du monde depuis des milliers d'années", écrit-il dans son livre.


De nombreuses entreprises pétrolières ou gazières lorgnent avec envie les ressources inexploitées - et encore largement inexploitables - du Grand Nord.


Toutefois, l'ancien chercheur en biologie, qui fut également rédacteur en chef du magazine britannique The New Scientist, estime que la présence d'icebergs, les fortes vagues, le froid et les
courants sous-marins rendent toute opération de forage ou de transport bien trop complexe pour qu'elle puisse être rentable.


"A mon avis, le boom pétrolier et gazier sera de courte durée, et n'ira guère plus loin que les eaux relativement peu profondes près de la Russie, et peut-être certaines régions proches de l'Alaska."


ARRIVÉE DU FOXTROT AU GROËNLAND


Des experts interrogés par Anderson pour les besoins de cet essai estiment également que la perspective d'une "Ruée vers le Nord" est encore éloignée.


Non seulement les conditions d'exploitation resteront difficiles, mais la réorientation progressive des producteurs d'énergie vers le renouvelable va rendre les hydrocarbures de moins en moins
intéressant, prévoit-il.


Le recul de plus en plus marqué des glaces au nord du Canada pourrait permettre au transport maritime de bénéficier avec le Passage du Nord-Ouest d'un raccourci entre les océans Pacifique et
Atlantique.


Selon Anderson, les glaces continueront de poser de grandes difficultés aux navires commerciaux, et certaines cargaisons, telles que les produits informatiques, ne résisteraient pas à une
exposition prolongée aux très basses températures qui restent la norme même en été.


A terre aussi de profonds changements se font sentir. Les éleveurs de rennes ont de plus en plus de mal à emmener paître leurs troupeaux, en raison du dégel des rivières qui survient de plus en
plus tôt et empêche leur passage.


Truffé d'anecdotes, "After the Ice" explore également la petite histoire des régions arctiques, et raconte comment un précédent changement climatique avait permis aux Inuits de découvrir le
foxtrot.


Dans les années 1920, le courant du Gulf Stream s'était orienté plus vers le Nord, réchauffant les eaux le long de la côte ouest du Groenland et amenant avec lui un grand nombre de morues.


Les bénéfices tirés de la pêche avaient fortement augmenté, accroissant le niveau de vie des autochtones. Des gramophones étaient alors apparus dans leurs foyers, "faisant découvrir le tango et
le foxtrot aux jeunes Inuits".


Les changements actuels pourraient aussi entraîner l'arrivée de nouvelles espèces marines dans les eaux arctiques, estime Anderson. "Alors que l'ours polaire survit dans une petite portion de son
ancien royaume, l'Arctique nouveau et ses eaux dégagées en été appartiendront à l'orque", prédit-il.



Répondre
D

2007 et 2008 années chaudes ?? hiver 2009, hiver chaud ?? Alors pourquoi des vagues de froid ont submergé l'Europe et l'Asie depuis 3 ans ?

Fonte des glaces en Antarctique ? c'est le contraire, il y a épaississement des volumes glaciaires.

3,4 mm de hausse par an. Donc sur 100 ans, 34 cm !! Où sont les vagues qui vont submerger Manhattan (dixit Gore) ?


Répondre
L

Bonjour, Bonsoir, c'est selon.
je ne sais ce qui peut gêner aux entournures ceux qui dénoncent, attaquent, stigmatisent les propos d'Allègre. Quels sont les arguments? quelles sont les mesures scientifiques qui peuvent
contrecarrer les faits mesurés, les relevés pris, les élements qui constituent une preuve scientifique. Qui en fait fait de la pensée néo-conservatrice? Interrogeons ces alarmistes bêlants qui
comme le Club de Rome prédisaient déja la fin du monde. Allègre est un maladroit, qui n'à pas la langue dans sa poche et se foût des cantines et de leurs jargons. Eh bien oui, il n'est pas de
catastrophe écologique pire que la bêtise alarmiste! C'est le lit de tous les totalitarismes. L'Homme s'est toujours adapté, et cela continuera. L'activité humaine n'intervient pas dans les
modifications du climat. Il faut l'activité volcanique, les cories à très haute altitude et durant de longs mois, pour que perceptiblement le climat se modifie. Le CHAOS est seul maître à bord,
d'autres le nomment autrement. Et même l'abyssale bêtise des intégristes de la nature, avec un petit "haine" ne bouleverseront rien, même pas nos vies de consommateurs citoyens et responsables.


Répondre
T


Conséquence majeure du changement climatique : la hausse du niveau des mers. Leur observation par satellites montre que leur élévation s’accélère, et atteignant 3,4 millimètres par an
depuis 2003, suivant le haut des prévisions. La cause de cette accélération se situe dans la réaction beaucoup plus rapide que prévue des calottes du Groenland et de l’Antarctique (fonte,
ruissellement et décharges d’icebergs) mesurée ces dernières années. Le rapport affirme qu’il faut doubler l’estimation du niveau marin futur, établi par le Giec en 2007 (entre 1 et 2 mètres
pour 2100). 160 millions de personnes vivant sur des territoires situés à moins d’un mètre au-dessus du niveau marin sont menacées. Et plus de 450 millions qui vivent à moins de 2
mètres.



L’évolution des températures annuelles moyennes depuis 1980 montre une tendance à la hausse assez régulière de 0,2° C par décennie, en accord avec les modèles climatiques des simulations sur
ordinateurs. Les causes des fortes variations annuelles - cycle d’activité du Soleil, oscillations océaniques (El Niño-La Niña, et en Atlantique Nord), éruptions volcaniques - restent objet de
recherche mais ne peuvent plus masquer le renforcement de l’effet de serre. Ainsi, alors que 2007, 2008 et 2009 constituent un record de bas niveau d’activité solaire depuis 1910, elles font
pourtant partie des dix années les plus chaudes depuis cent cinquante ans, comme toutes les années depuis 2001. L’idée d’un «refroidissement» colportée par «certains médias et lobby» est donc
fausse, indique le rapport.








Répondre