Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 16:44

 Les Etats Unis se retirent donc d’Afghanistan. Obama a salué dimanche la « fin de la guerre ». Il n’a pu parler de victoire, car il n’y a aucune victoire. Il y a veillé.
Il a tout fait pour qu’il n’y ait pas de victoire en ne donnant pas à l’armée américaine les moyens d’une victoire et en ayant modifié les règles d’engagement des soldats américains. Il a tout fait pour renforcer les talibans et autres groupes djihadistes en relâchant nombre de leurs cadres enfermés à Guantanamo, camp qu’il est en train de vider peu à peu. Un peu plus de douze mille hommes restent sur place, ce qui n’est, bien évidemment, pas assez.

Le scénario ressemble à celui qui s’est déroulé en Irak lorsqu’Obama y a mis « fin » à la guerre. On sait ce qui s’est passé depuis, et qui avait été anticipé par George Walker Bush en 2007. L’Iran a pris le pouvoir à Bagdad, même si ce ne fut pas une prise de pouvoir officielle. Les djihadistes un temps vaincus et repliés en territoire syrien sont revenus et ont formé sur le territoire de la Syrie et de l’Irak, l’Etat Islamique.

Les djihadistes vont encore gagner du terrain en Afghanistan et y reconstituer des bases arrières. Il n’est pas du tout certain qu’ils ne noueront pas des liens avec l’Etat Islamique : celui-ci a noué des liens avec les principales factions islamiques présentes en Syrie, dont le front al Nosra. Il a reçu l’allégeance de groupes islamiques présents dans le Sinaï égyptien, en Libye, au Yemen, en Indonésie, en Algérie, en Tunisie, en Afrique su-saharienne. Il contrôle un territoire de la taille du Royaume Uni, mais on en parle en France comme d’un « groupe » : comme on crie beaucoup Allahou Akbar dans ce « groupe », peut-être dira-t-on bientôt que ce sont juste des psychopathes.


Les seules avancées positives dans la région sont que le général Sissi continue à tenir fermement l’Egypte, même s’il ne contrôle pas tout le pays, et que l’Arabie Saoudite et les autres émirats ont, semble-t-il, suffisamment menacé le Qatar pour qu’il refrène ses ardeurs : le Hamas n’y est donc plus comme s’il était chez lui, et ne bénéficie plus des largesses de l’émir, l’Etat Islamique ne bénéficie plus de chèques en blanc. Le Hamas reste, cela dit, soutenu par la Turquie et est à nouveau soutenu par Téhéran. La Turquie continue à pratiquer l’import-export avec l’Etat Islamique, qui ne cesse de vendre son pétrole, et les fruits du pillage des villes passées sous son contrôle.

J’ai dit dans le passé qu’Obama ne voulait pas abattre l’Etat Islamique : je persiste et je signe. Comme je l’ai noté plus haut, l’Etat Islamique est, plutôt, en plein essor.

J’ai dit dans le passé que des liens s’étaient noués entre l’Etat Islamique et le régime Erdogan à Ankara : je persiste et je signe aussi. La Turquie reste la principale porte d’entrée et de sortie de ce qu’achète et vend l’Etat Islamique.

J’ai dit dans le passé qu’Obama s’appuyait sur la Turquie islamique d’Erdogan : c’est ce qu’il fait.

J’ai dit aussi qu’il se rapprochait de l’Iran [NDLR: Obama a déclaré après la publication de cet article qu’il n’exclut pas d’ouvrir une ambassade à Téhéran] : Obama veut une domination de l’islam radical sur tout le Proche-Orient. Ses plans initiaux ont été contrariés par son incapacité à choisir en Syrie entre le régime Assad et les djihadistes sunnites. Ils ont été contrariés aussi par le renversement de Mohamed Morsi en Egypte et par les pressions exercées sur le Qatar. Mais il n’a pas dit son dernier mot.

Un monde sunnite dominé par Erdogan et l’Etat Islamique, et un monde chiite où l’Iran serait la puissance hégémonique régionale ne sont pas hors d’atteinte.

Seuls résistent à Obama l’Arabie Saoudite, les émirats autres que le Qatar, l’Egypte, financée par l’Arabie Saoudite.

Seule la baisse des prix du pétrole voulue par l’Arabie Saoudite freine les projets iraniens et l’Etat Islamique, et Obama n’est pour rien dans cette baisse. Elle affaiblit, par ricochet la Russie, alliée de l’Iran, et cela ne déplait pas aux Saoudiens. Elle permet un retour à la croissance aux Etats Unis, qu’Obama s’attribue, alors qu’il n’y est pour rien là encore.

Israël résiste aussi à Obama, qui manœuvre avec la gauche israélienne par l’intermédiaire de la lamentable Tzipi Livni, pour tenter de faire tomber Netanyahou.

Ont été dépêchés en Israël des conseillers en communication démocrates, Stanley Greenberg en tête : les coups bas dans la campagne israélienne vont pleuvoir, jusqu’au mois de mars. Mais dès lors que les Israéliens ne peuvent que voir ce qui se trame autour d’eux, et savent d’autre part qui est Obama, je ne puis penser qu’ils se laisseront berner par les idiots utiles d’Obama.

Jamais un Président américain n’a fait autant pour l’islam radical. Il est triste de le constater, mais il faut le constater.

Jamais un Président américain n’avait affaibli et discrédité à ce point les Etats Unis. Il est triste de le constater, là encore, mais il faut le constater.

Et il reste deux ans ! Et Obama entend se forger une place dans l’histoire !

Des commentateurs aux Etats Unis s’attendent à des choses terribles. Je crains qu’ils n’aient raison.

Si Obama va laisser une planète chaotique, il va laisser aussi des Etats Unis lacérés par les divisions : les manifestations gauchistes contre la police, accusée de racisme par Obama, Eric Holder, leur ami antisémite Al Sharpton (le responsable du pogrom de Crown Heights en 1991), et le maire d’ultra gauche de la ville de New York, Bill de Blasio ne sont qu’un échantillon des lacérations. Si, en France, on titrait « un criminel abattu par la police », ce serait plus exact que titre « un noir abattu par la police ». Cela renforcerait moins l’anti-américanisme primaire dans ce pays, je sais.

Si Obama, Eric Holder, Al Sharpton, Bill de Blasio donnaient un conseil aux délinquants et leur disait qu’il est risqué d’agresser des policiers, et plus risqué encore de pointer une arme à feu sur un policier, ils se conduiraient dignement. Et il n’y aurait sans doute pas eu deux policiers assassinés à New York : le meurtrier ayant publié pour justifier son acte des versets du Coran, on me dira que c’était un malade mental.

Les commentateurs qui, aux Etats Unis, ‘attendent à des choses terribles, disent qu’Obama, Eric Holder, Al Sharpton, Bill de Blasio ont du sang de policiers sur les mains. Je le pense aussi.

 

(Article original sur Dreuz.info)

Partager cet article

Repost 0
Published by Guy Millière - dans Obamania
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La pensée néoconservatrice
  • La pensée néoconservatrice
  • : Néocon ? Of course, man !!
  • Contact

La liberté


"Que Règne la Liberté"
Georges W Bush


 

L'Iraq en Vérité


Lisez le Rapport
sur l'Irak du Blog Drzz
Plus de 150 articles
pour vous réinformer sur l'Irak !

La Vidéo