Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 07:08
Stéphane Courtois, dans un entretien récent à la Nouvelle Revue d'Histoire, rappelle un fait essentiel : c'est la dégradation du communisme à l'est de l'Europe qui a engendré la chute du mur, et non le contraire.

Alors que le 9 novembre, c'est une bourde télévisuelle qui a amené les Allemands de l'est à aller ouvrir une brèche dans ce mur maudit (un journaliste commentant une dépêche portant sur la liberté de voyager à l'ouest , quand on lui demanda à quel moment entrerait en vigueur cette réforme bredouilla "heu, tout de suite, à ma connaissance") , les germes de la chute étaient là depuis bien longtemps. On peut même les remonter à la création de Solidarnosc en Pologne au début des années 80. 

si Lech Walesa a été l'un des acteurs de la chute du mur, il faut évidemment y ajouter Jean Paul II et Ronald Reagan. Ces deux apôtres de la liberté ont donné une leçon à l'humanité tout entière et c'est évidemment d'eux que devrait s'inspirer le lâche qui squatte  la Maison Blanche. Obama n'a même pas daigné se rendre à la commémoration de la chute à Berlin , sous prétexte d'agenda chargé. Il s'est contenté d'un message vidéo, signe évident de son mépris pour la liberté (et encore, ce message a été envoyé pour calmer l'opinion américaine qui commence à se lasser de l'attitude de diva de son président).

Ronald Reagan en entraînant l'URSS dans une course sans fin aux armements a détruit sa capacité économique. Reagan, qui avait le sens de la réplique, n'hésita pas à qualifier les pays de l'est d'Empire du mal, un langage inimaginable dans le politiquement correct de ce jour . Jean Paul II par son inébranlable discours sur la liberté galvanisa les énergies de tout un ensemble de peuples opprimés par la barbarie communiste.

Ce sont ces éléments qui, tels des dominos, firent tomber le mur. Berlin en offrant d'ailleurs à Lech Walesa le privilège de faire tomber ce soir le premier des (vrais) dominos symboliques s'en ait rappelé.

Ruinés , les pays du pacte de Varsovie ne pouvaient plus contenir le besoin de liberté des peuples de l'Europe de l'Est. Après 45 ans d'oppression, le vent de la dissidence détruisit le château de cartes né après la guerre . Certes, des millions d'hommes et de femmes avaient payé de leur vie, mais au final, nos frères et soeurs de l'Est se dégageaient de la monstruosité soviétique, au grand dam des "intellectuels" de gauche, ces collabos qui fermèrent les yeux pendant si longtemps et insultèrent Soljenitisyne !!

Et la France ? Comme d'habitude, dans tous les mouvements de liberté, elle fut aux abonnés absents . On se rappellera de la fronde de De Villepin et Chirac en 2003, prêt à tout pour préserver leur ami Saddam. Il est vrai que sous le règne du collabo Mitterrand, il était bon ton de flatter le grand frère rouge. Je n'ai pas oublié ces abrutis de pacifistes qui protestaient contre les Pershing II qui devaient nous protéger des SS 20 soviétiques. L'un des slogans de ceux qui avaient ouvert les yeux étaient d'ailleurs "A l'est les SS 20 protègent les goulags, à l'ouest les pacifistes protègent les SS 20" !! La France n'a participé en rien à la chute du mur !! Pire encore, Mitterrand s'opposa tant qu'il put à la réunification allemande !!

Cependant si le mur est tombé, les fils de pute qui le construisirent et l'entretenirent  n'ont jamais été jugés, les partis communistes ont toujours pignon sur rue et l'UE a refusé une journée de commémoration pour les millions de victimes des rouges !!

La France, toujours à la pointe du progrès côté conneries, a même le privilège de flirter avec les 10% de votes communistes et trostkystes, ce qui, soit dit en passant, est bonnet blanc et blanc bonnet.

Le mur est tombé il y a 20 ans, mais pour pas mal de nostalgiques du nazisme rouge, il y a encore pas mal de claques qui se perdent !!
Partager cet article
Repost0

commentaires

A

Obama ne daigne même pas venir commémorer la chute du mur de Berlin car il est soit méprisant soit indifférent à l'égard de l'Europe.
On reprochait à Bush son mépris pour l'Europe mais lui était fortement attaché aux valeurs qui ont fondé l'Europe.


Répondre