Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 06:28

Après avoir regardé la politique extérieure d'Obama, il est temps de s'intéresser à ce qu'il a fait à l'intérieur de l'Amérique. Et là aussi, la sanction qui se profile semble logique.

Durant la campagne, Obama a réussi le tour de force de faire croire à l'Amérique que la crise des subprimes était due aux Républicains. Personne (ou presque) n'est allé chercher aux origines de cette crise, à savoir une série de mesures prises par l'administration Clinton pour obliger les banques à prêter à des gens difficilement solvable. L'argument était simple : même en cas de défaillance de l'emprunteur, la vente de son bien immobilier permettait de rembourser ce qu'il ne l'était pas encore. Mais ce constat reposait sur une hausse sans fin du prix de l'immobilier. Quand celui-ci a commencé à stagner (les arbres ne montent pas au ciel), la bulle a explosé, tout comme la bulle internet a explosé au début des années 2000. 

La campagne d'Obama a donc été une campagne mensongère sur ce point et quand l'Amérique s'est rendu compte que les belles paroles ne suffisaient pas, que les faillites personnelles continuaient et que la crise de disparaissait pas, l'aura d'invincibilité s'est peu à peu dégradée avant de disparaître totalement. C'est un peu le lot de tout politique : promettre des lendemains qui chantent et ne pas réussir à les offrir. La déception est logiquement au bout.

Du coup, pour réussir une politique économique bien chancelante, Obama s'est lancé dans une solution toute européenne : la dette. On avait critiqué Bush qui avait creusé la dette américaine de manière importante en 8 ans. Obama l'a triplé en moins de 6 mois !! Il est alors devenu clair que son plan de relance hypothéquait les fruits à venir d'un démarrage. D'autant que quelques scandales ont émaillé ce déferlement d'argent comme le don de plusieurs centaines de millions de dollars à l'ACORN, accusé d'avoir truandé les listes électorales en 2008 afin d'offrir le maximum d'électeurs à Obama. Un bon retour sur service ! La promesse de dons importants à Hollywood, fervente terre démocrate, a également soulevé un tollé à tel point qu'il a bien fallu remercier de manière plus discrète le puissant lobby des acteurs ne jurant que par le parti de l'âne !!

Le pire est que ce flot d'argent n'a pas empêché le chômage de continuer à monter (il flirte avec les 10%, un taux quasi européen) et les faillites personnelles de se poursuivre. La relance attendue n'est pas là et l'électeur moyen s'en rend bien compte.

Au delà de l'économie, le style Obama a rapidement montré son vrai visage. Après avoir fait la campagne électorale la plus chère de l'histoire américaine, Obama a multiplié les fautes de goûts : fête d'investiture dispendieuse, vacances bling bling du couple (la palme revenant à l'excursion espagnole de madame cet été), présence quasi permanente sur les terrains de golf du président, et surtout un sentiment d'éloignement du peuple flagrant. On avait reproché à Bush de ne pas avoir réagi de suite lors du désastre Katryna, oubliant juste que c'était déjà aux autorités de Louisiane de le faire. Bush s'était tout de même excusé et avait immédiatement lancé une révision des procédures d'intervention de l'état fédéral dans le cadre des catastrophes. Cela n'avait pas empêché les Michael Moore de le brocarder et de faire des amalgames honteux. Mais comme le disait Goebels, plus un mensonge est gros, mieux il passe. Obama, lui, a mis plusieurs semaines avant de se rendre dans le golfe du Mexique, sa gestion de la marée noire a été jugée catastrophique. Déjà dans le cadre de la tuerie de Fort Hood ou de l'attentat manqué de New York, il a préféré continué à jouer au golf plutôt que de s'intéresser à ce qui se passait en Amérique. Pour la petite histoire, Bush s'est rendu à Fort Hood, sans caméra pour réconforter les soldats éprouvés par le massacre des leurs, tués par un soldat qui hurla "Allah Ackbar" avant d'ouvrir le feu. Tout comme les photos de Bush réconfortant les habitants de la Nouvelle Orléans, les prenant dans ses bras auraient dû clouer le bec à tous ses détracteurs s'ils avaient eu un minimum d'honnêteté !! Rien de cela avec Obama : l'homme a une telle idée de la hauteur de sa personne et de sa fonction qu'il ne s'abaisse pas à réconforter l'Américain moyen. 

Dans cette gestion de la crise, ses seules initiatives ont été de faire les gros yeux à BP et de mettre du crabe du golfe du Mexique au menu de son dîner d'anniversaire. Mais pour le reste...

L'électorat américain a donc découvert que celui qui se présentait comme un homme modeste et proche du peuple n'était en fait qu'un nouveau riche, tout content d'éblouir son monde avec du clinquant, du bling bling et de l'argent public. Forcément, l'électeur s'est rappelé que Bush était son exact opposé, que les vacances présidentielles se passaient dans son ranch et que le boulot y était tel que les collaborateurs de l'ex-président se plaignaient souvent de l'absence de vacances durant ces vacances !!

Plantage économique, style de vie présidentiel dispendieux, Obama s'est également montré comme un être rancunier et prêt à utiliser son pouvoir pour clouer le bec à ses détracteurs. Ses menaces contre FoxNews, coupable à ses yeux de ne plus vouloir retransmettre ses nombreuses interventions télévisuelles et de trop critiquer sa sainte politique, ont choqué l'Amérique qui considère la liberté d'expression comme un acquis inaltérable. Les radios conservatrice dans son collimateur ont également fait appel au public pour montrer la menace qui pesait sur elle. Et que dire du projet de l'administration Obama d'espionner ce qui se passe sur les réseaux sociaux ? En agissant ainsi, il donne l'impression de vouloir des médias à sa botte. Il est d'ailleurs rigolo de voir que les obamaphiles reprochent à Sarkozy les mêmes choses mais ne voient pas qu'Obama va bien plus loin dans la volonté de contrôle.

Il nous reste à parler de la vaste fumisterie de l'Obamacare, mais ce sera pour une 3e partie.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

D.J 02/10/2010 17:34



Quand un municipale socialiste de la ville de Genève, commet des délits et qui plus est, incite les gens à faire pareil.


 


http://www.tdg.ch/geneve/actu/resquilleur-proclame-pascal-holenweg-assume-prison-2010-10-01


 


D.J



D.J 01/10/2010 20:08



Exellent article que j'ai publié sur mon blog.


 


http://leblogdjetliberte.blog-tdg.ch/


 


D.J



Présentation

  • : La pensée néoconservatrice
  • La pensée néoconservatrice
  • : Néocon ? Of course, man !!
  • Contact

La liberté


"Que Règne la Liberté"
Georges W Bush


 

L'Iraq en Vérité


Lisez le Rapport
sur l'Irak du Blog Drzz
Plus de 150 articles
pour vous réinformer sur l'Irak !

La Vidéo