Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 19:40

Décidément, la France en faillite (si l'on en croit Sapin) a vraiment besoin de ce genre de réformes promptes à remettre le pays sur les rails de la réussite économique ! Après l'indispensable mariage gay - et le divorce qui ira avec !! -, la future loi sur le vote des étrangers que tout le monde attend avec impatience, voilà que la gauche va expérimenter... les salles de shoot !!

 

Formidable, non ? Alors qu'une personne meurt par an d'overdose, autant encourager ce genre de délire ! L'excuse invoquée est que le toxicomane pourra être suivi quand il se drogue ! Il serait plus logique de l'aider à se sortir de cette merde, mais bon, c'est tellement plus facile d'entretenir quelqu'un dans sa dépendance, que de lui donner des outils pour se battre !!

 

Alors que l'héroïne est interdite en France, on va donc l'autoriser dans sur Paris. Sous contrôle nous dit-on ! Aujourd'hui, peut-être. Mais demain ?

 

La drogue enrichit les mafias et les islamistes, détruit la jeunesse, enfonce la société dans un tonneau d'immondice, brise des familles et condamne des enfants à la dépendance dès le berceau. 

 

Mais pour la gauche, ce n'est pas assez !! La prochaine étape ? dépénaliser le canabis, bien sûr !! 

 

Après tout, qu'est ce qu'un petit joint quand on va autoriser une bonne piquouse ??

Partager cet article

Repost 0
Published by Dave - dans Gauchisme
commenter cet article

commentaires

D.J 07/02/2013 12:43


Les lausannois il y a quelques années ont refusé par les urnes des sales de shoot. Mais quand je voit certain passages en ville très fréquenté la journée ou dans des parcs
publiquse fréquenté par des gosses où il traine des seringues au sol avec leurs aiguilles, je me demande des fois si cela ne serait pas pour des raisons sanitaires une solution
parmis d'autres? le problème de ses salles de shoot, c' est surtout le risque du tourisme des toxicomanes venant des autres villes ou régions.


 


D.J


 


D.J