Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 08:54

Inutile de revenir sur le retrait de la présidence de l’Epad de Jean Sarkozy. Tout a été dit et désormais, ceux qui pensaient que la gauche ne gouvernait pas le pays devront bien ouvrir les yeux. Torpiller les réformes ne suffit donc pas, il faut désormais, pas des campagnes de lynchages médiatiques bien orchestrées, dénigrer tout ce qui porte le nom de Sarkozy. On notera juste que, une fois la décision de Sarkozy prise, les médias se sont rappelés que la présidence de l’Epad n’était pas rémunérée, rendant donc caduque les accusations de la gauche concernant le fils à papa qui se trouve un job. Un travail non payé, on appelle cela du bénévolat. Mais la gauche qui a inventé le concept d’emploi fictif bien avant le couple Tibéri (on se rappelle du scandale de la Mnef) n’en a cure.

 

L’affaire Sarkozy a donc monopolisé les médias. Les broutilles comme cet attentat contre les Pasdaran en Iran ont été traitées par-dessus la jambe.

 

Or cet attentat montre que l’Iran continue d’occuper médiatiquement le terrain pour afin de faire oublier son programme nucléaire. En accusant les Américains d’avoir commandité l’acte, Téhéran conforte son image, dans les masses arabes, d’opposition numéro 1 au grand Satan. C’est également une preuve que le Nobel donné à la va vite à Obama n’a pas vraiment impressionné les Perses. Cela a permis aussi de montrer des Iraniens soudés autour du régime et de légitimer le président.

 

Dès lors la question se pose : à qui profite le crime ? Aux Américains ? Pas vraiment puisque seule une action d’envergure pourra vraiment mettre l’Iran à terre. Ce ne sont pas quelques morts dans les rangs des gardiens de la Révolution qui arriveront à ce résultat.

 

À l’opposition iranienne en exil ? Pas vraiment  non plus, puisque la voilà accusée de commanditer des actes lâches.

 

Non, seul le régime sort grandi. Cela a permis de « souder » le peuple et surtout de mettre de côté les négociations ratées de Genève.

 

En ne s’intéressant pas à l’Iran, les médias prennent le risque de légitimer totalement la tentative du régime d’accéder au nucléaire militaire. Le Français moyen ignore totalement le bras de fer entre occidentaux et perses, pourtant crucial pour notre avenir.

 

De même que le 1000e mort de la grippe H1N1 aux USA est passé quasi inaperçu. Certes 1000 morts sur une population de 300 millions, c’est dérisoire. Mais cela montre cependant que cette grippe n’est pas si inoffensive. Pendant des semaines, les médias ont hurlé à la catastrophe à venir, puis, celle-ci n’arrivant pas, ils ont changé de fusil d’épaules en estimant que finalement, le gouvernement avait pris peur trop vite. À ce niveau d’hypocrisie, mieux vaut en rire : la presse crée les conditions d’une psychose pour ensuite la dénoncer. Résultat : une grande majorité de Français ne se vaccinera pas.

 

Espérons juste alors que nous n’atteindrons pas le pic US. De toute façon, la presse se déchaînera alors contre l’Etat, estimant qu’il n’a rien fait pour.

 

C’est comme cela, un pays dirigé par la presse de gauche : quoi que l’on fasse, on a tort !! 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

David 27/10/2009 09:06



Je vous rejoins François sur les dégâts. Il est clair que l'on aurait pu s'éviter cette polémique. Mais d'un autre côté, comme je l'ai dit, je pense que le lynchage médiatique était irréel et a
servi à la gauche et ses médias serviles "d'oublier" d'autres points bien plus importants .



Francois 26/10/2009 21:07


Hum... qui est responsable de ne pas avoir osé une autre candidature à la Présidence de l'EPAD ? Là dessus vraiment RIEN n'a été dit... ou alors j'ai raté un épisode. Alors que sur le maire PC
(Jarry), Claude Leroi de la CCI a posé le problème clairement. Alors l'autocensure ??

Sur la non rémunération, de nombreux acteurs se sont exprimés en ce sens, après un démarrage café du commerce.

L'enjeu du dirigeant est pourtant essentiel !! Et prétendre que c'est un poste qui n'exige pas d'expérience personnelle et/ou particulière, car il est non dirigeant la preuve il est d'ailleurs non
payé, voire qu'il ne "sert" à rien, pour lequel tout est fait par les fonctionnaires (la technocratie) relève quand même de l'escroquerie intellectuelle... et c'est hélas des responsables de droite
de heut niveau qui ont osé... (Novelli et son "poste honorifique" !! par exemple... Rien à craindre d'un maire communiste alors n'est-ce pas ?? la dérision fait mal dans ce cas...)

En plus, il ne s'agit même pas très clairement d'une élection pour ce poste de Présidence... à la différence des Présidences de communauté urbaine par exemple.

Je hais autant que vous le phénomène de meute, mais prendre les gens pour des cons ne fait jamais de bien à la démocratie. La taxe carbone m'énerve encore plus, certes, mais dans les deux cas,
l'atteinte à la stricte capacité à diriger par le maintien de la confiance en l'honnêteté intellectuelle minimum des dirigeants d'un Etat est immense.

On n'a pas besoin des turpitudes de la gauche et je refuse le "tous pareils" si proche quand on fait des amalgames de ce type. Enfin !
Restent quand même de rudes traces, chez nous et surtout à l'étranger semble-t-il : suivre l'attractivité de la zone et surtout les prix sera révélateur (y-aura-t-il une baisse pour "amortir" le
choc médiatique international ?


David 25/10/2009 22:24


Pas de problèmes, François. Votre point de vue est tout à fait défendable sur ce blog, même si je ne le partage pas tout à fait.

Après tout, c'est ainsi que marche la démocratie : en confrontant des points de vue (et non en en étouffant certains, comme le font les médias actuels).

De plus, j'ai une sainte horreur de hurler avec les meutes quand cela n'est pas nécessaire. Et dans ce cas, une fois de plus, un tas d'éléments a été caché au public, comme le fait que le poste
n'était pas rémunéré.

Quand à la gauche, le nombre de postes officieux occupés par les fils Mitterrand devrait l'inciter à la fermer. Ici, mine de rien, il y avait une procédure légale.

Désormais, c'est à un communiste que risque de revenir le poste. On peut se demander comment un "ennemi" du capital peut gérer cet énorme quartier d'affaire. Cela aussi a été absent du lynchage...
heu pardon des débats.

Bien à vous 


Claude 25/10/2009 22:20


Concernant l'âge, Alexandre a conquis le monde connu avant 30 ans. Et est devenu roi à 19.

Dans un pays où l'on privilégie, soit disant, la jeunesse, j'ai plutôt l'impression qu'on a eu droit à un bel élan gériatrique et que d'un coup la jeunesse devenait un handicap. 


François 25/10/2009 21:19



Bonjour,

partageant généralement très largement vos avis, je ne vous suis pas sur Jean Sarkozy. Prétexter que le "problème" vient de la gauche me paraît... "biaisé" et en tout cas, pas conforme à l'idée
que je me fais des vertus et exigences du néo-conservatisme. Il me semble que sur ce point (précisément, veuillez m'en excuser et j'espère ne pas être maladroit en essayant de l'expliquer), je
suis en désaccord avec votre analyse : le problème n'a guère à voir avec la gauche !


 


Critiquer la gauche (donc je suppose ses "dirigeants") au prétexte qu'ils auraient dit qu'il s'agissait d'un poste rémunéré dévolu à un fils à papa, me paraît déraisonnable et très
contre-productif ; que les cafés du commerce de gauche comme de droite disent des âneries à dormir debout, c'est un fait ; que "la gauche" (donc implicitement ses dirigeants) ait commis ce genre
d'ânerie, il ne faut pas pousser ! Et Dieu sait que je ne suis pas de gauche !


Un poste de président d'une instance en charge de coordination politique et développement territorial, tout particulièrement quand il s'agit de Paris, mais c'est vrai bien ailleurs, n'a
absolument pas besoin d'être rémunéré pour être un poste clé !! Le pouvoir attire le pouvoir... et l'argent, si on a une vision très sombre de l'engagement politique, avec concussion etc. Mais
faisons l’hypothèse que c’est hors champ, par croyance en la chose publique, en la jeunesse et en l’humanité.

Ce type de poste est un poste de pouvoir, permettant d'accéder directement ou indirectement à d'autres lieux de pouvoir et d'autres mandats, eux éventuellement rémunérés, mais le problème n’est
pas dans la rémunération.
Il est que cela n’a rien à voir avec un job gratuit, type cours de soutien d'étudiants en direction des enfants en difficulté ou engagement associatif sportif (même de très haut niveau pour
certains sports) ou etc.
Rien de gratuit de même nature en la matière pour l'EPAD... Mais le pouvoir d’engager, de donner des orientations qui engagent, de faire fonctionner la technocratie sur la base des orientations
politiques choisies. Un pouvoir inacceptable pour quelqu'un qui n'a pas encore fait ses armes, qui ne peut pas avoir autant de maturité qu'un 30-40-50 inséré depuis longtemps, dans la vie
publique, dans l’économie régionale, nationale, voire internationale, dans sa vie.Le pouvoir de s'en servir de marche-pied pour autre ne serait d'ailleurs que secondaire peut-être, s'il n'y avait
ces enjeux considérables à l'heure où le Grand-Paris est en question, où certains ont montré que la capitale n'était plus spontanément attractive et que la crise que connaît la région parisienne
(dont la Défense est un fleuron, sinon le...) est sérieuse, etc. On n'est pas sérieux quand on a 17 ans disait Rimabud, et bien 23 ans, jeune étudiant, jeune élu, futur papa, on ne l'est pas
davantage au regard des enjeux...


23 ans et toutes ses dents, certes ! Mais l'expérience humaine est irremplaçable : quel que soit votre QI, votre avance intellectuelle et relationnelle sur vos semblables, chacun n’a jamais
que l’âge psychologique de ses artères, et c’est tant mieux ou tant pis selon les cas observé… Sans que cela soit le moins du monde critique des potentiels de Jean Sarkozy. Potentiels. Qu’il ait
la chance d’être bien conseillé et bien soutenu, tant mieux. Mais potentiels.


 


Oui la presse ne s’est pas attardée sur la quantité de faits internationaux d’une extrême gravité; mais l’exercice du pouvoir est aussi un enjeu d’une extrême gravité, car il faut de la
confiance, sinon rien n’est possible. Ce n’était en rien une opération de cosmétique ou de diversion. En tout cas à mon avis…


De toute façon, on n’a pas entendu grand monde (droite comme gauche confondues) pour rappeler que le monde était dangereux et qu’il y avait des enjeux majeurs qui se jouaient en ce moment et que
nombre de questions sur la sortie de crise, le rééquilibrage économique, la déflation, l’inflation, etc. ne pourraient avoir de vraie réponse que dans un monde un peu plus sûr…




Présentation

  • : La pensée néoconservatrice
  • La pensée néoconservatrice
  • : Néocon ? Of course, man !!
  • Contact

La liberté


"Que Règne la Liberté"
Georges W Bush


 

L'Iraq en Vérité


Lisez le Rapport
sur l'Irak du Blog Drzz
Plus de 150 articles
pour vous réinformer sur l'Irak !

La Vidéo