Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 18:43

Ceux qui connaissent bien l'histoire de notre XXe siècle savent que c'est un attentat commis à Sarajevo contre l'héritier du royaume d'Autriche-Hongrie qui a enclenché les conflits les plus meurtriers de l'histoire, la grande guerre de 14-18 (dont  nous "fêtons" cette année le bicentenaire) puis par ricochet la seconde guerre mondiale et même la guerre froide. D'un meurtre a découlé des dizaines de millions de morts, des pays ravagés, des destructions à l'échelle d'un continent et dont l'Europe paie encore le prix.

 

Forcément, l'escalade entre l'Ukraine et la Russie ne peut qu'inquiéter, même si en France, on a la nette impression que tout le monde s'en tape.

 

Après tout, l'Ukraine , c'est loin . Et comme on les a éliminé de la route du mondial...

 

Courte vue française !

 

L'Ukraine, c'est l'Europe. Et la Russie commence en Europe avant de se terminer en Asie. Ce qui touche ces pays touchera forcément l'Europe occidentale.

 

Pour être honnête, je ne sais si la Crimée doit retourner dans le giron russe ou s'il dit rester attachée à l'Ukraine. Même si une population russophone importante y vit, elle n'est pas seule. Une autre partie de la population, minoritaire certes, reste attachée à l'Ukraine et regarde vers l'ouest.

 

Sans doute la solution consistera en un nouveau partage. Il y aura sans doute des mouvements de populations, comme il y en a eu quand la Tchécoslovaquie a éclaté.

 

Mais doit-on pour autant laisser Poutine s'offrir un nouveau morceau d'empire ?

 

Quelles seront ces prochaines exigences ? Après tout, il y a aussi des Russes en Tchétchénie et dans certaines ex-républiques soviétiques musulmanes .

 

La Crimée vaut-elle une guerre ? C'est la question que l'on entend (un peu) en France. Pro et anti-Russe se déchirent à longueur de forum, de site, de blog... Mais très peu envisagent les conséquences à long terme.

 

Risquer une guerre avec la Russie, c'est autre chose qu'envahir le Mali. Mais laisser Poutine triompher, c'est faire un bras d'honneur fulgurant à la liberté et à la démocratie.

 

Or, Poutine, tout critiqué qu'il soit en France, est loin d'être un abruti. Il sait que l'Amérique d'Obama est faible, qu'une partie de l'Europe est gouvernée par des clowns, Hollande étant bien sûr le maître étalon, bref qu'il a les coudées franches.

 

Il n'empêche : il joue à un jeu dangereux où la moindre erreur peut être fatale. Aujourd'hui, samedi 15 mars, l'Ukraine accuse Moscou d'avoir envahi militairement son territoire. Ce ne sont pas des accusations légères, qu'elles soient vraies ou pas. Et même si notre Europe est le théâtre de conflit qui couvent depuis des décennies, comme à Chypre par exemple, rien ne nous dit que l'escalade ne sera pas au bout du chemin.

 

Je pense que l'erreur vient , comme souvent, du passé, quand le monde libre a laché Gorbatchev pour Elstine. Or, Eltsine  a vendu la Russie aux entreprises et aux mafias, et a permis à un jeune loup aux dents longues, Vladimir Poutine de s'emparer du pouvoir. Le putch raté de 91 a permis à Eltsine de sortir du bois en héros. Et je pense que la situation de 2014 en est la directe conséquence.

 

Comme souvent, on ne mesure pas assez l'importance du passé.

 

Escalade fatale ? Réussite de la négociation ? compromis honteux (ou pas) trouvé in-extremis ? L'issue est plus qu'incertaine. Mais ce qui est sûr, c'est qu'il y aura forcément un perdant et un gagnant ?

 

Et en France, cela n'a pas l'air d'intéresser grand monde. Comme le meurtre de juin 1914 ! On connait la suite...

 

Et vous qu'en pensez vous ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Dave - dans histoire
commenter cet article

commentaires

D.J 20/03/2014 14:04


" une énorme majorité de la Crimée veut être russe. "


 


C'est probablement relatif comme énormité majoritaire. La crimée c'est 60% de russophone OK. Mais étaient-ils tous pro-russie? ça m'étonnerait. Mais on verra avec les années. On verra
si avoir choisi la Russie de Poutine c'est pas comme les français qui ont choisi la France de Hollande pour s'apparcevoir deux plus tard qu'ils ont fait une connerie.


 


Avec Poutine se sera probablement dans 5 ans " vous êtes en Russie c'est vous qui l' avez choisi; n'avez qu'à fermer vos gueules si ma politique ne vous plaît pas.


 


D.J


 


 

D.J 20/03/2014 13:56


@ Lucien,


 


Obama ne s'est jamais retrouvé avec un Comgrès à majorité républicaine. De plus Obama a changé les règles récemment quand il a vu que le senat ( a majorité démocrate )  ne pouvait
pas toujours contrebalancer dans certains cas la majorité républicaine de la chambre des représentant. A l'époque en 2008 W.Bush devait avoir laval du Congrès à majorité
démocrate pour les décisions importante sur la scène internationale. Obama a aujourd'hui les mains bien plus libre que W.Bush en 2008. La nuance est là.


 


D.J

David 19/03/2014 22:49


Je remarque une fois de plus que Lucien déborde du cadre de mon article pour partir sur une direction que je n'ai même pas évoquée. Relisez bien ce que j'ai écrit et vous verrez que ce qui me
questionne, c'est l'issue de cette crise. Or, avec Obama et Hollande, on peut ne pas être rassuré.


Maintenant, et même si le scrutin a été sans doute orienté, une énorme majorité de la Crimée veut être russe. ce n'est pas nouveau et cela doit forcément être pris en compte.

lucien 19/03/2014 21:48


@david, Vous pensez sincèrement qu'un Sarkozy président de la république aurait empêché Poutine de récupérer la Crimée, région hautement stratégique pour la Russie. Que ce soit Sarkozy ou
Hollande, Poutine s'en tape. L'Europe ne compte pas dans ce contexte de nouvelle guerre froide, elle n'a aucun pouvoir, on l'avait vu dans les balkans, on le voit encore dans cette crise. 

lucien 19/03/2014 21:42


@DJ, Que de mauvaise foi. Quand ça vous arrange, vous mettez en avant le rôle du président républicain américain. Quand c'est problématique, c'est à cause du congrès démocrate. On peut aisément
utiliser votre raisonnement quand le président est démocrate et qu'il est bloqué par la majorité sénatoriale républicaine.