Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 07:03

Ce que les spécialistes du terrorisme redoutait est finalement arrivé : Boko Haram vient de faire allégeance à Daesh, c'est à se placer sous la coupe de l'Etat Islamiste qui martyrise la Syrie et l'Irak.

 

Ce rapprochement est évidemment une catastrophe pour les démocraties, mais aussi pour les pays d'Afrique et du Moyen Orient. Beaucoup de gens l'ignorent, mais Daesh possède un trésor de guerre énorme, plus d'un millard d'euros, qu'il tire de revenus pétroliers. De plus, ils maîtrisent parfaitement la communication moderne. Ce n'est qu'une anecdote mais cela en dit long : les islamistes ont mis en ligne une vidéo de recrutement en langage des signes !! La famille Bélier version djihad en quelque sorte !

 

Si Boko Haram se met sous leur coupe et reconnait l'autorité du "calife" de Daseh, c'est donc également pour profiter de leur savoir faire, de leurs moyens. Cela leur permet aussi d'enclencher une dynamique de recrutement plus importante : les apprentis djihadistes seront naturellement attirés par le groupe le plus fort. Car qu'on ne s'y trompe pas, ce n'est pas uniquement pour les beaux yeux du prophète que les jeunes s'engagent en masse. C'est aussi parce que Boko Haram promet nourriture, logement, travail à leur famille. Avec des moyens accrus, Boko Haram pourra faire "mieux" encore.

 

Il est vraiment temps que les démocraties se réveillent. Car ceux qui espéraient une "guerre civile" entre factions islamistes en sont pour leur frais. C'est tout le contraire qui se profile , avec à terme, le retour du califat espéré et programmé !

 

Les destructions de Mossoul ne peuvent pas être l'arbre qui cache une forêt bien plus noire : l'internationale islamiste est bien plus dangereuse que feu l'internationale rouge ! Parce qu'elle est présente dans nos cités, au coeur de l'Europe, de l'Amérique.

 

La catastrophe de ce rapprochement doit être prise très très au sérieux. On ne peut pas la balayer d'un revers  de main comme les démocraties l'ont fait jusqu'à présent.

 

Le premier responsable de cet état de fait, Obama, doit s'expliquer puis prendre ses responsabilités. Il doit impérativement redéployer l'armée américaine en Irak. Les démocraties européennes doivent également cesser de ménager les islamistes sur leur sol et frapper militairement Daesh et Boko Haram. 

 

Fini le temps de Munich, celui de Londres doit venir !

Partager cet article
Repost0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 17:32

Ah la splendeur de l'Islam des lumières qui rayonnait de Bagdad à Al Andalous en passant par le Magrehb et l'Inde... On nous en rabat les oreilles depuis des lustres.

 

Sauf que dès l'avènement de l'Islam, les nouveaux maîtres de l'ex Empire Romain d'Orient brulèrent des livres, détruisirent des statues jugées idolâtres, effacèrent des hiérogyphes et des peintures représentant des figures humaines.

 

Et que le savoir, soi disant transmis aux hommes de la Renaissance par les Musulmans, le fut en fait par des moines chrétiens et des scientifiques syriaques...

 

Le carnage qu'a livré l'Etat Islamiste à Mossoul n'est que la continuité de ses antiques pratiques. Détruire des statues, les Talibans l'avaient déjà fait en 2001. Brûler des livres parce que contraire au Coran, les Turcs l'ont pratiqué pendant des siècles. Leur maxime ? "S'ils contiennent des choses qui sont dans le Coran, ils sont inutiles. S'ils contiennent des choses contraires au Coran, ils sont dangereux. Dans les deux cas, il faut les détuire" !

 

Détruire des mausolées, comme le fit Boko Haram en Afrique, c'est là aussi une triste continuité. Quand Al-Mansur se jeta sur le nord de l'Espagne restée chrétienne à la fin du Xe siècle, il ravagea le tombeau de St Jacques à Compostelle. 

 

Daesh, EI, Boko Haram ne sont pas uniquement des nouveaux barbares. Ils ont tout simplement bien retenu les leçons de leurs ancêtres. Pour l'Islam, tout ce qui antérieur à 622 n'est que mensonge ! Il faut donc l'éradiquer.

 

Les Tartuffes qui font mine de découvrir les ravages du fanatisme islamiste sont désormais bien embêtés. Car comment justifier que la religion de la paix, de l'amour, du savoir puisse se comporter ainsi ?

 

En attendant, dans une quasi indifférence générale, le patrimoine mondial et la mémoire de l'humanité disparaît sous les coups de boutoirs des nazislamistes. Mais ce n'est pas grave, puisque pour Charlie Hebdo nouvelle formule, le danger vient des évèques catholiques. Il suffit de voir leur dernière couverture.

Partager cet article
Repost0
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 08:57

Une attaque au couteau à Nice !

21 Coptes décapités en Egypte par l'Armée Islamiste ! 

2 morts au Danemark dans des fusillades !

La litanie de cette guerre est sans fin.

Tous les jours, les nazislamistes massacrent, décapitent, posent des bombes, sacrifient leurs jeunes...

La démonstration de "force" du 11 janvier en France ?

Ils n'en n'ont strictement rien à foutre ! Mais alors vraiment rien !

Avez vous vu les photos de ces femmes voilées crachant sur la St Valentin ?

Cela peut paraître ridicule ou accessoire, mais ces femmes défient ouvertement l'occident, ouvertement nos valeur !

Alors si elles osent ce genre de provocations, que voulez vous que les nazislamistes sur le terrain de la guerre en aient quelque chose à faire de Charlie ?

Quoiqu'en disent nos politiques , nos lâches politiques, il va falloir s'habituer à cela , à cette litanie sans fin, à ces attaques.

Il va falloir arrêter de se voiler la face !

Nous sommes en guerre ! Et la guerre est présent sur notre territoire, en France, en Europe.

Les Juppé et autres Fabius qui excusent les Islamistes peuvent aller se faire mettre ! Qu'ils aillent vivre avec les mecs de Daesh et qu'ils arrêtent de nous  gaver ! De nous mentir ! 

Quand Fabius ose dire que les premières victimes du 7 janvier sont les Musulmans, il oublie de dire qu'il n'y a qu'un musulman tué, un policier qui, lui refusait l'islamisme. Certes, Fabius en matière de mensonge est un orfèvre (contrairement à 99,99% des gens et de la presse, je n'ai pas oublié son rôle dans le sang contaminé), mais à ce niveau, on frise la perfection. Dans le cynisme. Dans la connerie.

 

Les assassins égyptiens ne sont pas Charlie.

Le tueur de Copenhage n'est pas Charlie.

Ce n'est pas de la manifestation de masse dont on n'a besoin : c'est d'une vraie stratégie guerrière contre les Islamistes !

 

Mais cela, les lâches politiques qui nous gouvernent ne le comprennent pas !

 

C'est bien là notre malheur !

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 17:49

En Jordanie, pas de manifestions "Je suis Charlie", pas de flagellations en place publique, pas de faux remords...

 

Daesh a brûlé vif un pilote jordanien ? La Jordanie exécute plusieurs islamistes qu'elle détenait .

 

Simple, direct, efficace ! 

 

Pas de bla-bla, pas d'excusite, pas de perte de temps.

 

Au moins, les lopettes de Daesh sont prévenues !

 

En France, on en a des islamistes en prison. On pourrait montrer notre détermination en en abattant quelques un en place publique. Cela ne ferait pas revenir nos morts, mais au moins, leurs camarades verraient de quel bois on se chauffe !!

 

Mais ne rêvons pas, la voie montrée par la Jordanie restera en Jordanie. Elle n'ira jamais jusqu'en France !

 

Et on continuera à subir les assauts les nazislamistes. Comme à Nice il y a deux jours.

 

Mais surtout : PAS D'AMALGAMES !!

 

 

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 23:15

Je suis, comme nombre de gens en France et sur la planète, absolument horrifié par ce qui s’est passé mercredi 7 janvier au siège de Charlie Hebdo, cela va de soi.
Je le suis d’autant plus que mon itinéraire a croisé celui de plusieurs de ceux qui sont morts. Nous étions en désaccord sur bien des sujets, mais j’appréciais leur impertinence et, je le dis, c’étaient des gens sans méchanceté, et à même de se montrer courageux lorsqu’il s’agissait de liberté individuelle.

Ce qui a été assassiné, c’est l’impertinence. C’est aussi le droit de se montrer irrévérencieux vis-à-vis d’une religion que je n’ai nul besoin de nommer ici.

Charb, Cabu, Wolinski, Tignous ont été tout aussi irrévérencieux vis-à-vis du Christianisme: qui peut imaginer qu’un Chrétien aurait songé à les tuer pour cela ?

Une seule religion stipule aujourd’hui encore que l’irrespect envers elle mérite le meurtre. Et une seule religion implique passage à l’acte en pareil cas. Une seule religion prône, dans ses textes sacrés, la guerre sainte.

A l’horreur que j’ai pu ressentir s’est ajouté, je dois le dire, une forme de nausée. Des journalistes qui ont montré de multiples fois qu’ils n’avaient que faire de la liberté de parole, qui appelaient, il y a quelques jours encore, à la censure contre Eric Zemmour, qui ont exclu Renaud Camus des cercles de la bien pensance, qui enferment la pensée en France dans le vase clos du « politiquement correct », et qui seraient restés silencieux et indifférents si les victimes avaient été au siège d’un journal conservateur, se sont présentés, d’un seul coup, comme les adeptes intransigeants d’une liberté de tout dire censée caractériser la France, « pays de liberté ». En réalité, la liberté de parole en France est restreinte et asphyxiée, et ces journalistes, ont, consciemment ou non, contribué à cette restriction et à cette asphyxie.

A la nausée, s’est ajouté chez moi un malaise qui est allé croissant. Les journalistes qui ont contribué à la restriction et à l’asphyxie susdite ont, à quelques exceptions près, continué à ne pas pratiquer la liberté de parole et à poursuivre la restriction et l’asphyxie. La quasi-totalité des dirigeants politiques, à commencer par François Hollande, leur ont emboîté le pas, et ont, quasiment tous, tenu un discours qui relève lui-même de la restriction et de l’asphyxie.

Dire explicitement que les assassinats ont été commis au nom de l’islam, parce que le nom de Mohamed a été « insulté » par les moqueries d’humoristes, et que l’islam tel qu’il est ne tolère pas ce qu’il considère comme relevant du blasphème était semble-t-il, trop dire.

Dire que les terroristes ont agi au nom d’Allah, qu’ils ont clamé haut et fort, et avaient des raisons de penser qu’ils se conduisaient ainsi en bons Musulmans, était aussi trop dire.

Pour bien enfoncer le clou, des dignitaires et intellectuels musulmans ont été invités à parler, et ont, bien sûr, dit les uns après les autres que l’islam n’était pas violent, que ceux qui avaient tué étaient extérieurs à l’islam, voire que ceux qui avaient tué voulaient « salir » l’islam.

Dalil Boubakeur, qui avait été l’un des premiers à s’en prendre à Charlie Hebdo lors de la publication des caricatures de Mohamed, s’est, dans ce cadre, taillé des habits neufs, et est devenu un défenseur de Charlie Hebdo. Des représentants de l’UOIF, branche française des Frères Musulmans, ont parlé sur le même ton que Boubakeur. Malek Chebel a évoqué pour la millième fois un « islam des Lumières » dont on chercherait presque en vain la trace dans la quasi-totalité du monde musulman aujourd’hui.

Tous ont laissé de côté le fait, pourtant très significatif, que lorsque les caricatures de Mohamed ont été publiées pour la première fois, des millions de gens dans tout le dar al-islam se sont levés pour vociférer et demander la mort des caricaturistes.

Nul n’a évoqué la situation présente de la liberté de parole, du pluralisme religieux et de la non violence dans la quasi-totalité des pays musulmans de la planète. Evoquer cela aurait contredit les propos tenus d’une manière si flagrante que le silence était, à l’évidence, préférable.

On a reparlé ici ou là d’un « islam de France » qui n’existe pas plus que l’islam du Luxembourg ou du Morbihan.

L’action terroriste et meurtrière contre Charlie Hebdo a été présentée comme une action criminelle, puis comme une action terroriste, à peu près jamais comme ce qu’elle a été : une action islamique djihadiste menée au nom de principes qui font l’objet de prescriptions coraniques validées par des centaines d’ulémas.

Elle a été fort peu rattachée à d’autres actions menées récemment aux cris d’Allahou Akbar, à Joué les Tours, à Dijon, au Mans, peut-être à Nantes. Elle a été extrêmement peu rapprochée des crimes islamiques djihadistes commis à Montauban et à Toulouse par Mohamed Merah, à Bruxelles par Medhi Nemmouche ou, ces dernières semaines dans d’autres pays, Canada ou Etats-Unis, Royaume-Uni ou Australie.

Quelques commentateurs ont évoqué une guerre contre le terrorisme et dit qu’il s’était agi, contre Charlie Hebdo, d’un acte de guerre : lorsque George W. Bush parlait, il y a huit ou dix ans, de guerre contre le terrorisme et de nécessité de voir le monde musulman se transformer en profondeur, il était traité de tous côtés de raciste, de fasciste et de crétin, y compris par des gens qui emploient présentement les mêmes mots que lui. Lorsque Binyamin Netanyahou, parlant lors de la guerre contre le Hamas, et après des attaques de synagogues à Paris et en région parisienne, avait dit que la guerre djihadiste contre Israël était en train de toucher la France, et que les djihadistes ne se limitaient pas à vouloir tuer des Juifs, ses propos étaient retombés dans un silence glaçant.

Les commentateurs qui ont parlé de guerre se sont faits un peu plus explicites avec la prise d’otage de Dammartin en Goële et la mort en « shahid », les armes à la main, face aux policiers, des assassins de Charlie Hebdo, et avec la prise d’otage au magasin Hyper Cacher de la Porte de Vincennes (où, hélas, trois otages semblent avoir trouvé la mort).

Ils n’ont pas été assez explicites.

Nous sommes en guerre, oui. Et ceux qui le disent devraient aller jusqu’au bout de leurs propos : nous sommes en guerre contre le terrorisme djihadiste. Nous ne sommes pas en guerre avec tous les Musulmans, cela va de soi.

Mais il n’empêche : le terrorisme djihadiste n’est pas extérieur à l’islam. Tous les Musulmans ne sont pas des terroristes djihadistes, : il faut répéter néanmoins que tous les terroristes djihadistes sont musulmans.

Il n’empêche aussi, et ce doit être dit : la guerre que nous a déclaré le terrorisme djihadiste est une guerre mondiale, et la France n’est que l’un des fronts de cette guerre.

Il n’empêche, enfin, et ce doit être dit aussi : la France est un pays particulièrement touché par cette guerre, et ce qui s’est passé à Charlie Hebdo est à même de se reproduire ailleurs. Walid Phares, un de mes amis américains, et l’un des meilleurs connaisseurs du djihadisme, me disait il y a quelques années que lorsque des assassinats d’écrivains et de journalistes commenceraient à survenir dans un pays occidental, ce serait un signal crucial montrant qu’un pas décisif dans l’escalade djihadiste se trouve franchi. Ce pas se trouve franchi.

D’autres pas seront franchis, tôt ou tard.

Les prisons françaises sont des lieux de recrutement de grande ampleur au service du djihadisme, des dizaines de mosquées et d’associations musulmanes en France sont aussi des lieux de recrutement. Des quartiers entiers de la périphérie des grandes villes sont devenues ce qu’un chercheur il y a quelques années a appelé les « banlieues de l’islam », et ce qui y règne est la loi des bandes et celle d’imams pas toujours aussi modérés que l’imam Chalghoumi, un homme hautement respectable, mais que nombres de Musulmans en France voient comme un traître, et qui vit sous la menace.

Ce que les auteurs d’un livre ont appelé il y a quelques années les « territoires perdus* » a pris de l’ampleur. L’antisémitisme islamique et la haine islamique envers l’Occident ont pris de l’ampleur aussi.

Des réseaux islamiques djihadistes dormants et à même de s’activer sont présents sur tout le territoire français, comme sur le territoire d’autres pays occidentaux, et des gens formés au Yemen, en Syrie, dans le Sahel sont de retour en France, et prêts à agir. Des caches d’armes prêtes à l’utilisation existent, plus nombreuses qu’on ne le pense.

C’est en disant la vérité que le combat commence. Pour l’heure, personne ou presque n’ose dire la vérité en France : ni, pour la plupart, les journalistes, ni les dirigeants politiques. Ce qui montre plutôt que le combat est, peut-être, déjà perdu.

Des milliers de gens, entraînés par les grands médias, disaient ces derniers jours : « Nous sommes tous Charlie ». En s’imaginant défendre une liberté d’expression déjà moribonde et un pluralisme agonisant. Quelques jours encore, et ils oublieront. Ceux qui tissent leur toile, eux, n’oublient pas leur but. Que diront ceux qui disaient « Nous sommes tous Charlie » lors des prochains meurtres et des prochaines prises d’otage ? J’aurais aimé les voir aussi massivement mobilisés après le massacre de l’école Ozar Hatorah de Toulouse ou celle du Musée Juif de Bruxelles.


Une manifestation d’ « union nationale » sera organisée dimanche pour défendre la « République » et ses « valeurs ». Elle aura lieu, puis on passera à autre chose, en oubliant que la République n’est désormais qu’un mot qui ne sert plus même d’écran à la réalité d’une société déchirée, rongée de l’intérieur, où, entre la dissémination de l’islam radical et du djihadisme chez les uns, et la peur (très fondée) de l’islam chez d’autres, il n’y a rien, sinon un ensemble de discours vides qui sonnent faux parce qu’ils relèvent de l’imposture.

Ce qui s’imposerait immédiatement, sans attendre, serait une déclaration solennelle disant explicitement à la population ce qui est la réalité. Il faudrait, pour cela un Churchill. Nous avons un Hollande. Nicolas Sarkozy a été plus présidentiel que Hollande, et il a parlé de « guerre contre la civilisation ». Mais il n’est pas au pouvoir.

C’est, en tous cas un fait.

Nous sommes en guerre contre le terrorisme djihadiste, et c’est une guerre mondiale, enclenchée voici plus d’une décennie.

Une guerre se gagne ou se perd : pour l’heure, nous ne sommes pas en train de gagner, et nous sommes, plutôt, en train de perdre.

Si, bien au delà de la France, le monde occidental ne se mobilise pas pour gagner la guerre, et ce à l’échelle planétaire, l’avenir s’annonce sombre.

Si, en France, des décisions plus fermes ne sont pas prises rapidement, l’avenir de la France se fera sombre plus vite encore que celui d’autres contrées de la planète.

Ivan Rioufol, pour qui j’ai beaucoup d’estime, a écrit ces derniers jours : « il est urgent que les esprits se réveillent enfin et cessent de se réfugier dans le confort de l’apaisement, du pacifisme et des bons sentiments ». Je ne saurais mieux dire. J’aimerais être certain que les esprits se réveilleront.

Jacques Tarnero, un autre homme pour qui j’ai beaucoup d’estime, a écrit, lui : « Inscrire le jihad dans la catégorie des crimes contre l’humanité constituerait déjà un fort coup de semonce contre tous ceux qui habillent leurs crimes du masque d’une différence culturelle ». Je partage cette idée. Le djihad est un crime contre l’humanité. Et c’est ce crime contre l’humanité qui s’est commis à Paris, à Montrouge et à Vincennes le 7, le 8 et le 9 janvier. C’est ce crime contre l’humanité qui se commet partout où le djihad frappe, à chaque fois qu’il frappe.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour Dreuz.info.

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 12:31

B67MzGzIYAElYJk.jpgTout d'abord un sacré coup de chapeau au Raid et au GIGN ! Les flics d'élite ont réussi un double assaut simultané contre les islamistes (ou déséquilibrés selon la réthorique politiquement correct) qui s'est soldé par la mort de ces ordures . Bien sûr, les prendre vivant aurait été une bonne chose, mais était-ce vraiment possible ?

 

Et surtout ces ordures auraient-elles parlé ? Rien n'est moins sûr !

 

Ce matin, il faut donc nous souvenir des 17 victimes innocentes : journalistes, policiers, agent d'entrentien, simples passants.. Tous tombés à cause de la barbarie islamiste.

 

Sont-ils des héros ? Qu'est ce que cela peut faire , franchement ?

 

Par contre, peut-on parler d'union nationale ?

 

En excluant d'entrée le FN de la manifestation de dimanche, le PS a commis une erreur monumentale ! Une de plus ! Car il n'a fait que renforcer la victimisation de ce parti.

 

Si l'on parle d'union nationale, alors c'est tout le monde ou personne.

 

Je ne porte pas le FN dans mon coeur , tous ceux qui viennent sur ce blog le savent.

 

Mais le cadeau qui vient de lui faire le PS (un de plus me direz vous) dépasse sans doute leurs espoirs les plus fous. Ils vont pouvoir surfer là dessus pendant des semaines.

 

Mais il n'y a pas que le FN, exclu lui par le PS.

 

Il y a aussi Besancenot, soutien inconditionnel du Hamas, qui refuse de défiler, je cite "à côté de Hollande et Sarkozy" !!

 

Comme prévu, les médias en parlent moins. Pourtant, c'est ce petit connard lui même qui se met hors jeu, alors que le FN a été mis hors jeu par les autres. C'est donc, à mes yeux, encore plus grave !

 

Et je n'oublie pas ces centaines de chances pour la France qui clament leur soutien aux 3 ordures islamistes sur Tweeter, sur Facebook ou tous les forums et réseaux sociaux ! Ces jeunes qui ont refusé de faire la minute de silence, ces connards qui "excusent" les islamistes parce qu'on a insulté leur prophète...

 

Union nationale ? une façade ! Il n'y aura union quand la gauche cessera ces petits calculs politiciens, quand la droite arrêtera de singer la gauche, quand les Musulmans expurgeront de leur Coran tous les appels à la haine qui s'y trouvent et reconnaîtront que Mahomet était un chef de guerre violent, esclavagiste et criminel.

 

Pas demain la veille à mon avis !

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 17:56

10647073_10204756516010763_5068902578639908159_n.jpgCela me fait penser à ses fameux "Plans pour la Banlieue", quand l'Etat déverse des millions d'euros pour refaire des immeubles, cages d'escalier, espaces verts et cie. Et que, quelques mois après, on se rend compte que rien n'a changé.

 

Le Hamas a provoqué une enième guerre avec Israël, en enlevant et assassinant 3 jeunes juifs, puis en bombardant le sud du pays avec des centaines de roquettes. Le conflit qui s'en est suivi a tourné militairement à l'avantage de l'Etat Hébreu, mais pas médiatiquement puisque, en toute impunité, les antisémites de tout poils ont pu balancer leur désinformation frelâtée.

 

Bien entendu, aucun "journaliste" n'a voulu vérifier le pipeau du Hamas sur les "milliers de victimes civiles". Aucun ne s'est posé la question des tunnels ultra moderne, ni de leur financement. Rien non plus sur les armes du Hamas, les boucliers humains, les assassinats de "collabos" palestiniens.

 

La photo qui illustre cet article n'est pas une photo de l'EI, mais du Hamas exécutant des Palestiniens ! Il faut croire qu'il y a les bons islamistes et les mauvais islamistes.

 

Et là, on apprend que la bande de Gaza va recevoir 4,5 milliards de dollars pour sa reconstruction !!

 

Les moins naïfs savent où ira le pognon : dans les poches des dirigeants, dans de nouveaux tunnels, dans de nouvelles armes. Les Gazaouis n'en verront pas la couleur, ou si peu. Ainsi maintenus dans la pauvreté et l'ignorance, ils feront de superbes préposés au lavage de cerveau du Hamas !

 

Et bien entendu, ce ne sont pas les pays "frères" arabes qui vont payer la facture, mais l'occident en grande partie.

 

Nous seulement, nous sommes dirigés par des lâches, mais en plus ce sont des gaspilleurs !

 

Les Gazaouis veulent une vie meilleure ? Qu'ils abattent les FDP du Hamas !

 

Après on pourra discuter !

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 12:20

Depuis les années 90 et les années Clinton, une partie de la communauté internationale pensent que des frappes aériennes suffisent à bloquer voire détruire un ennemi.

 

Sauf que cette théorie est fausse. Si les frappes aériennes sont indispensables (on l'a vu en Irak au début de la guerre en 2003), elles n'en doivent pas moins être épaulées par des troupes au sol.

 

Une drône, un avion de combat ou un missile lancé depuis un navire font évidemment de très gros dégâts. Mais elles  ont l'inconvénient énorme de frapper des cibles qui peuvent bouger ou se cacher.

 

Une option plus précise est l'hélicoptère. Plus mobile, volant plus bas, il est à même de mieux dénicher un barbu. Cependant, il est plus sensible aux représailles et aux lance-roquettes !

 

Les troupes au sol présentent un avantage indéniable : elles sont composées d'êtres humains qui peuvent anticiper des mouvements, dénicher des indices de présence, changer de décision au dernier moment.

 

Car l'EI est composée d'hommes, pas de machines. Et pour combattre des hommes, il faut des hommes.

 

Clinton pensait que la technologie et la théorie "0 mort" suffirait à éviter tout drame après la première attaque contre New York en 1995. Le 11 septembre lui a donné dramatiquement tort. Soyons honnête, la CIA et la NSA ont fait la même erreur. Et les Républicains également. En fait, tout le monde occidental a cru à la toute puissante technologie.

 

Des terroristes armés de cutter ont montré que l'homme, mesure de toute chose (comme le disait Protagoras), est la créature la plus habile et la plus intelligente quand il s'agit de déjouer la technologie.

 

Contre les Islamistes, il faut des troupes au sol.

 

Et vite !

 

Les Kurdes ne tiendront pas longtemps !

 

Obama qui a cru malin de faire évacuer les GI's d'Irak va peut être le comprendre.

 

Peut être...

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 15:19

La décapitation d'un nouvel otage, britannique, cette fois ci ne devrait plus laisser de doutes à tous les naïfs qui croient encore que les islamistes ne sont pas un danger. Il parait qu'il y en a encore. Fabius ou Juppé par exemple qui parlent de "religion de la paix" à propos de l'Islam.

 

Ils ignorent (ou feignent d'ignorer) que l'Islam fut fondé par Mahomet, chef de guerre arabe qui n'hésita pas à faire égorger tous les membres de la dernière tribu juive qui vivait à La Mecque !! Et que de son vivant, il lança ses armées à l'assaut de l'Empire Byzantin afin de propager la nouvelle religion.

 

Et l'on passera sur les phrases du Coran appelant aux meurtres des infidèles,  des Chrétiens, des Juifs, des athés...

 

On me rétorquera que DAESH (le nouveau mot "politiquement correct" pour éviter de dire clairement islam) ne représente pas les Musulmans. D'ailleurs, 400 personnes ont manifesté publiquement leur opposition et indignation au meurtre de l'otage français devant la grande mosquée de Paris.

 

Sauf que cela ressemblait sérieusement à une opération de com ! Pour comparaison, il y avait des milliers de musulmans qui défilaient à Paris pour soutenir le Hamas lors de l'opération d'Israël dans la bande de Gaza.

 

Et pour suivre sur mon compte twitter quelques "musulmans modérés", j'ai pu ainsi lire des centaines de tweets antisémites depuis le mois de juillet. Mais je n'ai lu AUCUN tweet s'offusquant des meurtres des otages par les islamistes.

 

En fait, les 400 personnes qui scandaient "Pas en notre nom" cherchaient surtout à se démarquer, voire à se protéger d'éventuels amalgames. On notera d'ailleurs que les amalgames ne gênent pas la presse quand ce sont des gens de la Manif pour Tous qui manifestent. D'un coup d'un seul, tous les Chrétiens sont mis dans le même sac. Mais passons.

 

Et il est frappant de voir que parmi ces "Pas en notre nom", un certain nombre rajoutaient "mais si la France n'avait pas bombardé l'Irak, il n'y aurait pas eu de meurtres d'otages". L'un d'eux a exprimé ces propos sur Télématin le vendredi 25 septembre sans que cela ne dérange le journaliste présent.

 

En clair, toujours, les "modérés" sont d'accord pour dire qu'ils n'ont rien à voir avec Daesh, mais leur trouve souvent des excuses.

 

Pas en leur nom, donc.Quoique...

Partager cet article
Repost0
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 10:05

persecution.pngLe pontificat de Benoît XVI avait montré un certain durcissement de la position vaticane envers l'Islam radical. Le discours de Ratisbonne avait beau avoir froissé une bonne partie de l'intelligentisia politiquement correct, il n'en était pas moins un rappel cinglant de la dangerosité d'une religion créée à l'aune de la violence.

 

Le remplacement de Benoît XVI par le pape François a boulversé quelque peu la donne.

 

On revenait à nouveau à une notion de dialogue entre les religions, une notion à sens unique.

 

Car pour dialoguer, il faut être deux.

 

Or, les islamistes d'Irak et de Syrie (entre autres) ne veulent pas dialoguer.

 

Pour eux, seul compte le Coran. Tout le reste n'est que paganisme et doit être éradiqué par n'importe quel moyen !

 

Exécution sommaire, lapidation, enfants enterrés vivants, décapitation, populations forcées à l'exil, destruction d'église : tout est bon pour imposer un islam barbare !

 

Il aura donc fallu une série de massacres épouvantables pour qu'enfin le Pape François ouvre les yeux et comprenne que Benoit n'était pas vraiment dans le tort quand il attaquait l'Islam.

 

François demande donc , enfin, une intervention militaire pour sauver les Chrétiens d'Irak. Il demande enfin que l'on frappe (donc que l'on tue) les ordures islamistes qui ravagent  la région depuis des mois.

 

Il comprend enfin que l'on ne discute pas avec les islamistes. Non ! On les combat et on les envoie en enfer !

 

Alors bien sûr, il y a encore du cheminement à parcourir. Ainsi, demander une intervention sous l'égide de l'ONU est une ineptie tant cette organisation supra-nationale a prouvé son incapacité à agir efficacement !

 

Pas besoin de l'ONU, où siègent les pires dictatures encore debout sur la planète, pour intervenir !

 

Mais vers qui se tourner alors ?

 

Vers l'Europe qui se contente de livrer des armes aux Kurdes, afin qu'ils fassent le sale boulot. L'Europe ne veut pas froisser les millions de Musulmans qui vivent sur son sol.

 

Paradoxal ! On nous bassine que les Musulmans européens sont pacifiques, mais on se refuse à les vexer. D'ailleurs on ne les a pas beaucoup vu manifester contre les massacres en Irak ou en Syrie.

 

Vers les USA ?

 

Mais depuis qu'Obama a abandonné l'Irak à son sort, détruisant en quelques jours, près de 10 ans d'efforts acharnés, il n'est plus crédible. Comme Clinton , il veut se contenter de quelques frappes aériennes.

 

Le credo démocrate "No US dead" est toujours, hélas, de vigueur !

 

Vers la Russie, la Chine ? Ces pays ont toujours soutenu les islamistes...

 

Il est clair que sans l'immense erreur d'Obama, l'EI n'aurait pas pu progresser à ce point.

 

Il est clair que sans la lâcheté d'une partie de l'Europe, emmenée par la France, l'EI n'aurait pas pu progresser à ce point.

 

Quand Urbain II prêcha la croisade en 1095, il ne s'embarassait pas de précautions de langage.

 

Le Vatican est encore trop prudent !

 

Mais c'est un premier pas.

 

Mais en attendant, ce sont bel et bien les Chrétiens d'Irak qui sont en première ligne et qui payent nos erreurs.

 

Ce sont eux qui doivent être armés, accompagnés !

 

Et pour cela, Amérique, Europe, Vatican doivent repenser leur "stratégie de dialogue".

 

Et pour cela, Obama, Hollande et cie doivent partir !!

Partager cet article
Repost0