Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 novembre 2007 6 03 /11 /novembre /2007 10:14
rioufol5eb.jpgLa France est dépressive. Selon une étude du Centre d'analyse stratégique (CAS), publiée lundi, 71 % des sondés voient la mondialisation comme une menace (moyenne européenne : 47 %), 13 % pensent qu'ils pourraient devenir sans-abri (2 % pour les Allemands, 8 % pour les Britanniques), 76 % estiment que la vie de leurs enfants sera « plus difficile » que la leur (moyenne : 64 %). En 2004, les préfets notaient déjà : « Les Français ne croient plus en rien ». En juin 2006, 85 % jugeaient que leur pays allait dans « la mauvaise direction ». Une nation suicidaire serait l'étape ultime. Cette photographie irrite ceux qui croient y déceler la retouche des « déclinologues », accusés d'alimenter le catastrophisme. Il est exact que les sondés se reconnaissent paradoxalement plutôt bien lotis. Mais c'est l'âme qui est atteinte. La perception des faiblesses du modèle social et des lâchetés politiques font redouter l'avenir. Les gens se défient, révèle l'étude, de la justice, de la police, des syndicats, du Parlement. Auraient-ils tort ?

Ce pessimisme montre une lucidité propice au sursaut. Quand Nicolas Sarkozy se confronte physiquement, vendredi dernier, aux cheminots CGT en grève à Saint-Denis pour leur rappeler que la rue n'aura pas le dernier mot, il montre un courage propre à doper les démoralisés. Quand François Fillon donne raison, mardi, au « grand scepticisme » des Français à qui tout aura été promis, il fait comprendre que le gouvernement mesure le désenchantement de la société.
Mais ce mal-être a des effets contradictoires : une même radicalisation est en train de dresser une partie de la population contre l'autre. Le recours aux prises d'otages d'usagers de la SNCF et d'Air France a été vécu comme une provocation. L'annonce, mercredi, d'autres grèves reconductibles dès le 13 novembre risque d'élargir la fracture entre conservateurs (de gauche) et réformistes (de droite). Partout, l'irritation est dans l'air.

Pourtant, l'État s'égare. Le ramdam sur le « Grenelle de l'environnement », qui a consacré l'autorité de l'homme de télévision (Nicolas Hulot) sur le savant, est déjà oublié. La réforme de la Constitution passionne les initiés. La commission Attali (l'homme des nationalisations de 1982) découvre le libéralisme comme d'autres la Lune. Sarkozy, qui choisit ces jours de tensions pour faire augmenter son salaire de 140 %, doit d'abord répondre au mal français.

La perspicacité du peuple
Pour dater le divorce entre les citoyens et leurs représentants, le 29 mai 2005 s'impose : près de 55 % des votants disent non au référendum sur la Constitution européenne, défendue unanimement. Ce rejet n'est pas seulement celui d'électeurs excédés par Jacques Chirac. Il révèle la méconnaissance par les élites de la profondeur des liens unissant un peuple à sa nation. L'échec de la consultation a fait prendre conscience du malaise existentiel des Français. Aussi, le choix de Nicolas Sarkozy de se dispenser de les entendre sur le nouveau traité simplifié est-il porteur d'incompréhensions. D'autant que, si le terme de Constitution a disparu, le nouveau texte (256 pages) reste assez semblable au projet initial. Valéry Giscard d'Estaing, son rédacteur, l'a répété mardi : « Les propositions originelles du traité constitutionnel sont pratiquement inchangées. » En décentralisant le Conseil des ministres - tenu mercredi à Ajaccio - le chef de l'État applique une proximité attendue. Mais elle est contredite par son refus d'appeler les Français à trancher un problème pour lequel ils se sont passionnés. Un sondage CSA, lundi, montre que 61 % déclarent vouloir cette consultation, pour laquelle ils seraient prêts à voter oui à 68 %. Sarkozy ne doit pas redouter la perspicacité du peuple qui l'a choisi.

Embarrassant Kadhafi
Les Français craignent moins l'Europe que ses technocrates. En revanche, il n'est pas dit qu'ils comprennent le projet présidentiel de construire, à l'image de l'Union européenne, une union méditerranéenne dont on ne voit pas bien comment elle éviterait la libre circulation des personnes. Le président libyen Kadhafi, acteur de ce possible rapprochement, tient pour sa part ce discours (10 avril 2006, sur la chaîne al-Jezira) : « Tout le monde doit être musulman [...] Nous avons 50 millions de musulmans en Europe. Il y a des signes qu'Allah accordera la victoire de l'islam en Europe, sans épée, sans fusil, sans conquête [...] ». Reçu à l'Élysée en décembre, il a proposé ses services, mercredi, dans l'affaire des humanitaires français détenus au Tchad. Quand on sait avec quelle indifférence l'ancien leader terroriste a laissé torturer les infirmières bulgares emprisonnées sous de fausses accusations d'empoisonnement d'enfants, on peut douter de ses intentions. La France des droits de l'homme, qui compterait aussi inviter l'Ubu vénézuélien Hugo Chavez, devrait prendre garde à ses fréquentations.
En attendant, cette histoire embrouillée mettant en scène des membres de l'association L'Arche de Zoé, légitimement sensibilisés au drame du Darfour, illustre une indifférence des âmes généreuses pour les déracinements. Ce ministre tchadien a raison quand il dit, parlant de la tentative d'expatriation de 103 enfants que l'organisation croyait menacés : « C'est très grave. On allait leur faire changer de culture, de religion, de famille, de tout. S'ils veulent vraiment aider, ils n'ont pas besoin d'emmener les enfants. »

La sincérité de FO
Hier, sur RTL : Jean-Claude Mailly (FO) se dit « surpris » d'apprendre - secret de Polichinelle - que des syndicalistes auraient accepté en douce de l'argent du patronat de la métallurgie (UIMM). Sa sincérité sonnait faux : à suivre.

(Page originale sur Le Figaro.fr)
Partager cet article
Repost0
19 octobre 2007 5 19 /10 /octobre /2007 18:19
rioufol5eb.jpg Le maître a parlé !!  Comme régulièrement, je vous soumets le bloc note de Mr Rioufol, l'une des plumes les plus talenteuses de la presse écrite. La plus libre , sans doute aussi !!

Oh les beaux jours ! Réunie dimanche soir, au Zénith, cette chère vieille gauche a chanté à pleins poumons : « Ouvrez les frontières ! » Puis Serge Moati, arbitre patelin de l'émission Ripostes, sur La Cinq, s'est fait ténor pour égrener les people venus protester contre cette affaire d'ADN : Bernard-Henri Lévy, Michel Piccoli, Josiane Balasko, Renaud, etc. « Nous sommes là pour entrer en résistance ! », a dit Isabelle Adjani, très années 80 avec sa casquette gavroche à carreaux bleu et noir. Oui, c'était comme avant. Le folklore en plus.
 
Le souvenir des jours anciens s'accroche aux « progressistes ». Ils aimeraient tant que revienne ce temps où ils étaient craints. Mais : « The times they are a-changing » (Bob Dylan). Les tests ADN sont approuvés par 56 % des sondés et adoptés par le droit européen. Selon l'observatoire des évolutions socioculturelles de la Cofremca, 57 % sont favorables à la suppression des régimes spéciaux de retraite et 75 % pensent qu'il faut réduire dépenses publiques et impôts. La nostalgie, camarade.
 
Cette gauche d'hier ne veut pas mourir. On la comprend. Mais elle radote dans son monde clos. « Un combat commence ! », a prévenu dimanche François Hollande, qui aimerait, au-delà du volet sur la lutte contre la fraude au regroupement familial, que tout le projet de loi sur l'immigration soit retiré. Didier Le Reste, le secrétaire de la CGT-cheminots, en appelle pour sa part au militantisme communiste pour bloquer les transports en commun. Dans quel monde vivent-ils ?
 
La France moderne ne peut se reconnaître dans ces hommes immobiles et ces syndicalistes issus du XIXe siècle, qui refusent de s'interroger sur les problèmes posés par l'immigration de masse ou qui défendent des régimes spéciaux liés à un système en faillite. D'ailleurs, si le pays est dans cet état d'incertitude sur son avenir, c'est bien à cause de ces militants archaïques. Ils affectent de parler peuple mais ne se font plus comprendre.
 
Face à eux, le gouvernement a déjà trop reculé. Les recours aux tests ADN et au service minimum dans les transports, par exemple, ont été largement édulcorés. La gauche y a vu de la faiblesse. Faudrait-il un Sébastien Chabal, qui a malgré tout porté l'équipe de France de rugby, pour lever les ultimes obstacles à l'entrée dans le XXIe siècle ? Les Français attendent la vraie rupture. Eux aussi pourraient descendre dans la rue.
 
La pensée show-biz
 
 En fait, les socialistes ne se consolent pas de la défaite de Jean-Marie Le Pen, qui par ses dérapages avait rendu inabordables les questions liées à la cohésion nationale. Un déni dont la gauche a toujours su tirer profit. Aussi tente-t-elle de ressusciter le FN, dont elle voit l'ombre derrière le député UMP Thierry Mariani, l'auteur de la proposition sur le regroupement familial, ou le ministre Brice Hortefeux. Mais quand Bertrand Delanoë ose le parallèle, dimanche, entre le nazisme et le recours à la génétique pour prouver une filiation, c'est le maire de Paris qui mime l'extrême droite dans ses outrances.
 
 Alors qu'un séparatisme culturel et ethnique s'installe (je décris cette réalité occultée dans un livre, La Fracture identitaire, qui paraîtra chez Fayard le 2 novembre)*, il est stupéfiant d'observer avec quelle hypocrisie ces gens-là se détournent des faits. Ils disent se mobiliser pour les droits de l'homme quand ils critiquent ces tests adoptés par douze pays voisins. Mais qu'ont-ils dans les yeux ? Un lecteur me signale, cette semaine, ce débat sur la chaîne qatarie al-Jezira : « La France pourra-t-elle maintenir ses traditions face à la montée de l'islam ? » Le show-biz n'en pense rien.
 
 L'absence de réflexion sur la nouvelle immigration s'accompagne de son lot de désinformations ou de rétentions d'information. Cette semaine, des médias ont soutenu que la France serait le plus restrictif des pays d'Europe en matière de regroupement familial, alors qu'elle est en réalité dans la moyenne (www.integrationindex.eu). J'ai également sous les yeux un arrêté du ministère de l'économie du 19 juillet 2007 relatif aux résultats du recensement de la population par zones géographiques : son article 8 interdit la diffusion de ces données. À quand la transparence sur l'état de la France ?
 
Monde ancien
 
 C'est ce monde ancien qui, soutenu par le PS, a manifesté hier en empoisonnant une fois encore les usagers des transports. « Cette grève sera très forte, j'ai même le sentiment qu'il ne devrait y avoir quasiment plus de trains, de bus ni de métros », avait effectivement prévenu, dimanche, Xavier Bertrand, ministre du Travail. Était-il opportun de faire ainsi la promotion d'un mouvement corporatiste, qui cherche à soustraire les régimes spéciaux d'un alignement sur la fonction publique ? Cet énième blocage du pays donne surtout des arguments à ceux qui réclament la remise en cause du monopole public dans les transports collectifs. Le gouvernement, qui a l'opinion derrière lui, ne peut perdre ce conflit. Les syndicats sont d'autant moins crédibles dans ce combat dépassé que les révélations quotidiennes sur les connivences financières entretenues, depuis toujours, par certains d'entre eux avec le patronat de la métallurgie devraient inciter à moins d'arrogance, y compris du côté de la CGT. Cette pratique patronale est évidemment injustifiable. Reste à savoir dans quelles poches de syndicalistes, voire d'hommes politiques, sont allés ces billets distribués en douce.
 
Rupture
 
 Confirmation officielle, hier, du divorce du couple Sarkozy, annoncé par des médias depuis lundi. Longtemps le respect de la vie privée aura été pour la presse la limite infranchissable. La aussi, fin d'une époque.

*  Vivement le 2 novembre
Partager cet article
Repost0
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 11:43
Quel talent, quel brio !! Ivan Rioufol résume en quelques lignes tout ce qui fait l'essence de ce blog. Et avec un talent infiniment supérieur !! Pour ceux qui ne vont jamais sur le site du Figaro , voici donc le texte in extenso. L'original se trouve sur cette page.

 Merci ! Merci à Christine Lagarde, à Bernard Kouchner, à François Fillon. La première a osé parler de « plan de rigueur », le deuxième a admis que le pouvoir iranien faisait courir un risque de « guerre », le troisième a expliqué que l'État était « en situation de faillite ». Trois aveux généralement sifflés. Jean-Pierre Raffarin a jugé ces mots « maladroits ». Il est vrai que, premier ministre, il voyait la société « en mal d'amour » et lui susurrait des mots doux. Pas de quoi se vanter.
 
 Ceux qui n'ont jamais trouvé à redire aux berceuses déplorent, ces jours-ci, ces mots crus. Sans doute regrettent-ils ce bon vieux temps des slogans orwelliens (« Le modèle social est exemplaire », « L'islam est une religion de paix et de tolérance », « L'école est une réussite », etc.). Évoquer un déclin de la France y était défendu. La faillite est celle de ce système déphasé, protégé par un aveuglement collectif.
 
 Pourtant, malgré son parler vrai, Nicolas Sarkozy n'aime pas non plus ces rudesses. « Je ne crois pas à la politique d'austérité », dit-il. Sur la déclaration de son ministre des Affaires étrangères : « En ce qui me concerne, je n'utilise pas le mot»guerre*. » Sa réticence à désigner de pesantes réalités signifierait-elle qu'il n'entend pas les affronter ? Pour la croissance, son pouvoir de conviction ne peut avoir de prise sur un mécanisme bloqué.
 
 Le président ne veut être ni Thatcher ni Reagan. Encore moins Churchill promettant du sang, du labeur, de la sueur et des larmes. Cependant, son désir de plaire pourrait être sa faiblesse, si son pari d'un « choc de croissance » tardait à venir. « Plus la situation sera difficile, plus on fera des réformes », explique Henri Guaino, son bras droit. Comment pourraient-elles éviter des sacrifices, quand l'État emprunte pour financer ses dépenses de fonctionnement ? L'exemple allemand est dans les esprits. Fillon, dans Le Figaro, a rendu hommage « aux courageuses réformes menées depuis 2000 ». On en sait le coût : gel des salaires, réduction des allocations-chômage, assouplissement des conditions de licenciement, allongement du temps de travail sans compensation, etc. Les Français qui voient leur pays s'affaiblir seraient-ils, à l'image de la gauche la plus bête du monde, incapables de comprendre ? Ce serait leur faire injure.
 
Refonder la Sécu
 
 Si la faillite n'est pas seulement une image, c'est bien pour la Sécurité sociale. Les chiffres de lundi sont affolants : l'Assurance-maladie va connaître en 2007 un déficit de 11,7 milliards d'euros, que le gouvernement ne sait pas éponger autrement qu'en raclant le peu qui reste aux assurés. Le recours aux franchises ne saurait être qu'une accessoire mesure d'attente. L'actuel système de protection sociale, non financé, n'est plus viable. Sa refondation s'impose.
 
 Parce que bien des Français ne voudront plus payer pour ceux qui estiment que la gratuité est un dû, il faut redéfinir le périmètre de la solidarité nationale, le rôle de la responsabilité individuelle, la légitimité d'une « assurance-maladie » transformée en impôt. Un exemple : est-il normal que la couverture maladie universelle (CMU) soit accordée aux étrangers présents en France depuis trois mois ? Le professeur Gérard Lafay suggère de les exempter de cotisations afin qu'ils souscrivent des assurances dans un régime privé ou dans leur pays d'origine (France, horizon 2050, Economica).
 
 Si rien ne vient rompre avec le système, les premiers réfractaires qui quittent la Sécurité sociale pourraient faire tache d'huile. En effet, son monopole a été cassé par deux directives européennes de 1992 et a été abrogé en France par une ordonnance de 2001 (Les Échos, 12 juillet 2007). Juridiquement, une compagnie privée est en droit de proposer une assurance-maladie concurrente et un particulier peut quitter la Sécu. Une révolution des mentalités se profile. (Note : c'est d'ailleurs le combat de Claude Reichman)
 
Coup de maître
 
 Quant à l'Iran : Bernard Kouchner a eu évidemment raison d'évoquer le risque de guerre que fait courir le président Ahmadinejad soutenu par des illuminés. Ces islamistes radicaux, qui croient en l'homme supérieur et veulent rayer Israël de la carte, caricaturent un peuple subtil et cultivé, bien décrit par Sara Yalda dans un livre qui sort la semaine prochaine (Regard persan, Grasset). Nicolas Sarkozy a placé l'enjeu en déclarant, mardi, qu'un Iran avec la bombe ferait « courir un risque inacceptable à la stabilité de la région et du monde ».
 
 La France des droits de l'homme, qui soutient cette semaine la révolte birmane contre la tyrannie d'une junte issue du communisme, a heureusement refusé hier de prêter sa voix à celle des Munichois qui font crédit à Ahmadinejad lorsqu'il assure : « Nous ne croyons pas aux armes nucléaires. » Selon les experts, deux mille centrifugeuses seraient en action pour produire, d'ici deux à quatre ans, le combustible utile à une bombe. Le déni des pacifistes est une manière de capituler devant ce régime sectaire, possiblement capable d'un acte suicidaire contre Israël.
 
 Face à ce risque, des destructions préventives ciblées ne peuvent être exclues en cas d'échec de la diplomatie. Le peu de commentaires sur le raid effectué par l'armée israélienne en Syrie, le 6 septembre, illustre une gêne à admettre le danger : un commando des forces d'élites aurait saisi du matériel nucléaire nord-coréen (destiné à l'Iran ?) avant que Tsahal ne bombarde des sites sensibles. Un coup de maître, que peine à démentir une Syrie penaude. (Rappelons que le blog Drzz a levé le lièvre depuis plusieurs semaines !!)
 
ADN, le recul
 
 La commission des lois du Sénat a supprimé, mercredi, le recours aux tests ADN pour le regroupement familial, contestés par les moralistes : les fraudeurs peuvent leur dire : merci !
Partager cet article
Repost0
27 septembre 2007 4 27 /09 /septembre /2007 06:37
Birmanie , la Révolution, enfin ?

Il est des moments que l'on ne peut pas saisir. Ecrasé depuis des decennies par la junte militaire, pourquoi le peuple birman a-t-il choisi ce mois de septembre pour dire "non" ? Pourquoi un sursaut démocratique emmené par les moines boudhistes alors que l'on avait l'impression que les birmans s'étaient "habitués" à cette privation de la liberté ? Nul ne le saura à moins d'étudier en détail la sociologie et la réalité de la vie en Birmanie. Or, et c'est le propre d'une dictature, le cadenassage des informations ne permet pas forcément de voir le ras-le-bol des gens. En France, où l'on peut manifester quand on veut, on oublie trop vite que cette chance, tout le monde ne l'a pas.

Mais bien évidemment les amoureux de la liberté ne peuvent que se réjouir de cette formidable levée en masse d'un peuple qui décide de dire non. D'espérer que cette révolution safran puisse en inspirer d'autres, en Iran, en Corée, à Cuba, en Chine, à Gaza.... Espérer aussi qu'au bout , il n'y aura pas la repression sanglante. Espérer surtout que les démocraties, les vrais ne détourneront pas pudiquement les yeux en cas de dérapage de la junte.

Sanctions contre la Birmanie

En demandant des sanctions contre la junte, Nicolas Sarkozy a rompu avec la prudence française qui , depuis des années, l'avait amené à considérer avec suspicions toute tentative de renversement d'une dictature. On se rappellera avec honte pendant longtemps De Villepin à l'ONU qui, sous les habits d'Aristide Briand, cachaient en fait la pensée de Daladier.

"Nous ne pouvons pas accepter des comportements aussi contraires aux droits de l'homme et aux droits de l'opposition"

"La France n'acceptera pas que l'opposition birmane soit muselée".

"Notre soutien va aux démocrates, nous ne pouvons pas accepter que des gens soient frappés, que des gens soient tués parce qu'ils manifestent, (...) que des gens soient assignés à résidence ou mis en prison".

Voilà des phrases que l'on a plaisir à entendre dans la bouche d'un président. D'autant qu'elles font écho à celles de Georges Bush. Mais le président va encore plus loin en exigeant que l'Union Européenne et l'ONU prennent des sanctions, que Total retire ses billes de Birmanie et n'investisse plus de nouveau là bas. Il est également prêt à envoyer Rama Yade pour signifier à la junte ce que le mot liberté veut dire.

Quelque part, cela fait du bien de voir que la France a rejoint le camp de la liberté.

Homophobie iranienne

En déclarant qu'il n'y avait pas d'homosexuels en Iran, le président iranien n'a pas tout à fait menti. Depuis des années, l'Iran pend les homosexuels sans que personne ne s'en émeuvent vraiment. Un petit tour sur le site d'Act Up montre que l'association mène une guerre contre Sarkozy, Hortefeux, Manuel Walls mais rien, absolument rien sur les déclaration d'Ahmindjamenad !! De telles déclarations ne font que renforcer la piètre opinion que l'on peut se faire  du nazillon iranien mais le fait qu'elle ne provoque pas de vagues en France, y compris chez ceux qui se servent de la cause homosexuelle comme d'un étendard invite à se poser des questions quand à leur sincérité.

Europe 1 , radio de l'opposition ?

C'est l'impression que me fait de plus en plus la grille de rentrée de la radio. Entre les éditoriaux du matin où l'on descend en flèche la politique gouvernementale, la mainmise pendant 3 heures de 11h à 14h de l'information par la mise en scène spectacle de Morandini au détriment d'une analyse raisonnée et le retour de Ruquier, on peut se le demander.

Seul avantage : la parole donnée aux gens "normaux" et qui, le plus souvent, va contre cette pensée unique et qui doit donner de l'urtiquaire aux tenants du politiquement correct.

Royal, fin de parcours ?

La publication de tous les livres sur la défaîte de Ségolène Royal n'entame en rien son penchant pour la démesure. Se plaçant dans les habits d'une Sainte, Marie-Bobo prend surtout le risque de ne pas faire son autocritique. Un peu comme un Jospin en 2002. On sait ce qu'il en est devenu. En attendant, le PS en est réduit à mesurer le temps de parole de Sarkozy dans les médias. Pas bien glorieux.

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2007 6 08 /09 /septembre /2007 13:57
Le croque mitaine de Tora Bora

Le 11 septembre approche et Ben Laden refait surface. Mais est-ce bien lui ? Les médias du monde entier s'emparent de la fameuse cassette mais bien peu s'interrogent sur son authenticité. Le croque mitaine fait toujours recette mais qu'en est-il vraiment des délires du nazislamiste ?

Rien de bien nouveau en fait. Il promet toujours la guerre sainte, estime que l'Amérique fragile doit se convertir à l'Islam pour éviter le pire, cite Sarkozy et le premier ministre irakien mais , au final, ne délivre qu'un message rabaché et  inepte. Pas un mot sur les nombreux échecs d'Al Quaïda ces derniers mois (Londres, Allemagne, Danemark). Rien sur la "mise en sommeil" de la milice d'Al Sadr, rien sur le rapport du général Patreus qui pointe l'alliance entre les sunnites et l'armée américaine en Irak contre Al Quaïda... Bien sûr, les médias n'en parleront pas non plus !!

En fait, Ben Laden n'est plus rien, juste une vague icone qui ne peut plus que parler via des vidéos enregistrées. La guerre contre la terreur l'affaiblit  et même si les autruches françaises refusent de le dire, le conflit actuel n'a plus besoin de lui.

Rentrée sous pression

Ni la lettre de Nicolas Sarkozy ni les cajolades de Darcos n'auront changé quelque chose : les syndicats enseignants sont toujours aussi obtus et ultra-conservateurs. Les 11 000 suppressions de poste  à l'EN ? Un scandale pour ces apôtres du toujours plus alos que cela ne sera que goutte d'eau dans l'océan des 1,1 million d'employés du ministère  !! Le rapport du HEC ? Ils le rejettent en bloc estimant que tout va bien, madame la marquise, alors que tous les jours on peut voir les dégats de la pensée soixante-huitarde à l'école avec son nivellement par le bas. Les revues syndicales (sur papier glacé pour la plupart, preuve que du blé à l'EN, il y en a) tirent à boulet rouge sur le gouvernement, font dans la démagogie la plus crasse, organisant par exemple des avant premières pour aller voir le dernier navet de Michael Moore mais ne proposent aucune solution, aucune ouverture. Rien. Le néant total !! Hallucinants privilégiés qui se réfugient dans leur dernier carré sans tenir compte du monde extérieur !!

rachida.jpgRachida Dati superstar !!

Là aussi, les conservatismes ont la vie dure. Le syndicat de la magistrature (à gauche !!) critique vertement la ministre, les journalistes la décrivent comme incompétente, colérique, incapable d'entente avec son entourage, trop proche du président et de sa femme, ect, ect... On notera d'ailleurs quelques arrières pensées pas vraiment ragoutantes dans ce magma. La presse serait-elle aussi pugnace si Rachida ne s'appelait pas Rachida. On a bien vu l'acharnement envers son frère. Manque de chance, les français la plébiscitent. Ils sont majoritairement pour les peines planchers (à 84%), estiment normal qu'elle ait convoqué le vice-procureur de Nancy (à 64%). Même à gauche et à l'extrême gauche , le soutien est important.(Voir le sondage Opinionways). Le public commence à changer, pas les médias soumis.

Alerte en Allemagne

La mort du ténor italien Pavarotti a éclipsé des unes le coup de filet anti-terroriste  de mercredi. Dommage, car le public , déjà privé de la voix exceptionnelle du maître, s'est également vu coupé de certaines analyses. Les nazislamistes allemands s'apprêtaient donc à de vastes attentats anti-américains , apparemment contre la base de Ramstein.  Ces arrestations suivaient celles au Danemark de 8 autres personnes. Là aussi, quelques entrefilets mais pas de une. Le terrorisme ne fait vendre uniquement quand il tue, pas quand il échoue. Reste la blogosphère qui fait son travail comme notre ami Drzz, toujours aussi pointu et prompte à se bouger.

Rugby : la France à la peine.

Ca commence mal. Battue par l'Argentine , l'équipe de France n'a pas entamé cette coupe du monde comme elle l'espérait. Il lui reste encore deux matchs pour se racheter. Mais si , par malheur, elle était éliminée dès le premier tour, comment vont réagir les nombreux sponsors qui ont dépensé des sommes énormes pour promouvoir  cet évènement ?

La Môme

Je termine ce bloc note avec une pensée  pour le seul film français franchement utile de cette année. La sortie de La Môme en DVD (voir ma chronique sur SOI) est l'occasion pour ceux qui ne l'avaient pas vu en salle de découvrir le destin exceptionnel d'Edith Piaf qui incarnait la France aux yeux du monde entier. Maintenant, il paraît que c'est Diams . On a les idoles qu'on mérite.
Partager cet article
Repost0
21 juin 2007 4 21 /06 /juin /2007 06:20
Les curieuses méthodes de DSK

On en a finalement peu parlé de cette agression de la rivale UMP de DSK par une bande de djeunes sur un marché de Sarcelles. On a dit que cette agression venait sans doute de propos racistes qu'aurait tenu la candidate, ce qu'elle dément bien évidemment. Or la population de Sarcelles a été quelque peu chauffée à blanc par la diffusion de tracts reprenant les hypothétiques propos. Résultat, la candidate UMP se fait agresser sur un marché. On a également peu entendu de condamnations de la part du PS de cette agression qui, même si les propos étaient prouvés, reste scandaleuse. Drôle de méthodes donc pour un DSK qui a osé ajouter avant le second tour "Chaque siège socialiste , c'est de la démocratie en plus". Si on renverse donc, chaque siège UMP, c'est de la démocratie en moins. Curieuse conception de la vie publique.

Le Pen à l'Elysée

Nicolas Sarkozy a reçu Le Pen à l'Elysée, une première depuis 1969 (où il avait été reçu par Alain Poher) et là aussi la gauche s'enflamme. Il est vrai que quand Le Pen ne sert pas ses intérêts , comme gagner les législative en 97 ou limiter la casse en 86 ou bien diviser la droite, le FN est une abomination pour la gauche et l'extrême gauche, malgré leur culture commune sur l'Europe ou la mondialisation voire la dénonciation d'un soit disant complot mondial (cela vaut surtout pour l'extrême gauche). Comme l'a rappelé le président hier sur TF1 , "J'ai fait entrer Le Pen à l'Elysée, la gauche l'a fait venir à l'Assemblée". Il aurait également pu dire que le Front National a toujours prospéré quand la gauche était au pouvoir. Mon opinion : Il n'était pas obligé de le faire mais après tout, cela n'engage pas grand chose au final. Mitterand et Chirac recevaient bien des communistes.

Bayrou et la TVA sociale

On ne l'a pas vraiment entendu sur le sujet durant le 2eme tour. Voilà pourtant ce qu'en pense François Bayrou :

C'est une idée qui envisage que les charges sociales ne reposent plus uniquement sur l'emploi, et que les produits importés prennent part à la protection sociale française. Beaucoup travaillent sur cette piste, notamment Jean Arthuis, ancien ministre des finances, qui est notre président de la Commission des finances du Sénat. Mais il y a une question qui n'est pas tranchée, à savoir quelle proportion de charges du travail on transfère sur la TVA, car celle-ci n'est pas extensible : on ne peut pas la monter à 40%. Pour ses défenseurs, il ne faut pas qu'elle augmente le prix des produits fabriqués en France : le but est même de les faire baisser, et qu'elle augmente celui des produits qui viennent d'ailleurs. C'est donc une mesure extrêmement compliquée à concevoir et à mettre en ?uvre. Si j'ai un pari à faire pour l'avenir, bien sûr on va aller vers une nouvelle répartition des charges entre le travail et d'autres éléments de l'économie (la consommation, les revenus financiers?). J'ai proposé une taxe Tobin sociale, et j'étais tout seul à le faire. J'ai proposé qu'il y ait un prélèvement extrêmement léger, mais sur chaque mouvement financier dans notre pays : je dois à la vérité de dire que ce serait une idée plus intéressante si elle était européenne, car les mesures uniquement nationales n'évitent pas les évasions, non seulement fiscales comme on l'a vu ces jours-ci (petite référence à Johnny Hallyday - ndlr) mais également d'activités économiques. En tout cas, la réflexion sur quels éléments on prélève les dépenses de la solidarité est très importante pour moi.(L'article complet sur http://www.labayrousina.fr/)

Etonnant ?

A propos du Modem

Autre aspect peu mis en avant par les médias : le modem a contribué à l'élection de plusieurs candidats PS (alors que l'UMP s'était retiré dans quelques circonscriptions où il risquait une triangulaire) . Bayrou n'a pas donné de consignes de vote claires, pas mal de candidats Modem se sont clairement opposés à l'UMP et l'incorrigible Aziz Beggag a même osé parlé de parti "raciste et antisémite" à propos de l'UMP, oubliant que seul le Modem présentait un candidat raciste et antisémite , Mr Djamel Bourras. Au final, le Modem a 4 élus mais il est clair qu'il faut  les mettre dans l'opposition.

Ouverture et archaïsme de la gauche

Une nouvelle volée de bois vert a accueilli ceux qui ont osé tenter l'aventure avec le nouveau gouvernement. La gauche prouve encore et toujours son archaïsme voire son intégrisme en fustigeant tout ceux qui sortent du rang. Mention spéciale au collectif AC le feu qui dézingue à tout va la présidente de Ni pute ni soumise, estimant qu'elle n'a aucune légitimité pour représenter la banlieue !! On croit rêver : une association qui a interdit à certains candidats de venir sur son territoire et qui entend dire qui peut être ou non au gouvernement.

Malek Boutih sauve l'honneur du PS

Fort heureusement, il y a encore des gens honnêtes et lucides. Ainsi Malek Boutih qui  a déclaré à propos de la nomination de personnalités issues des minorités dites "visibles"

"C'est une très bonne chose. Il faut se féliciter de la place faite aux minorités dans ce gouvernement. Trois femmes à des postes importants, ce n'est pas rien... La seule chose qui soit dommage est que ce soit la droite qui donne l'exemple. (...) C'est certain, il (Nicolas Sarkozy) vient de mettre 10 à 0 au Parti socialiste. Il montre qu'il est, sur ce sujet, plus progressiste que le principal parti de gauche. Et il montre surtout qu'il y a un manque de courage sur la promotion des classes populaires françaises au sein du PS."

"Je pense que le Parti socialiste est un parti conservateur. Nous n'avons aucun député issu de l?immigration. Quand on a présenté des candidats, ça été fait n'importe comment, dans des circonscriptions difficiles, sans aucune aide. Il y a même des candidats qui ont été confrontés à des comportements et des propos racistes."

"Des associations de gauche n'ont fait qu'utiliser la lutte contre le racisme, sans conviction. Les partis de gauche en ont fait de même à des fins électoralistes. Dans le fond rien n'a vraiment bougé. Finalement, c'est la droite qui fait bouger les lignes et crédibilise la présence de femmes et d'hommes politiques issus des minorités à des hauts postes politiques. Paradoxalement, c'est une bonne nouvelle. On ne peut que s'en féliciter. On ne va pas cracher dessus."

Défaite de Royal : c'est la faute à Fabius

Ca y est, l'ex Mme Hollande a trouvé le responsable de sa défaite : Laurent Fabius qui voulait le smic à 1500 euros et la généralisation des 35 heures. Le fait que sa campagne ait été floue, faite de volte face et de délires démagogiques , improvisée au fur et à mesure n'a donc rien à voir dans sa défaite . On peut y croire si on est naïf.
Partager cet article
Repost0
31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 07:43
Chavez est un dictateur !!

En fermant une télévision qui avait le toupet de le critiquer, Chavez prouve par a+b qu'il n'est pas un démocrate. Cela fait des années qu'on le sait mais les médias viennent de le découvrir. Tant que Chavez interdisait des manifs, insultait Bush à l'ONU, se rangeait dans le camp du président iranien, flirtait avec les négationiste,cherchait à se faire élire président à vie,  pas de problèmes pour les journalistes. Mais là , il s'attaque à leurs collègues . Le réflexe corpotratif joue. Les médias condamnent ! Mieux vauut tard que jamais.

Nicolas Sarkozy va rencontrer W

La nouvelle est tombée cette nuit mais on s'en doutait un peu. Notre nouveau président va s'entretenir avec Georges Bush en marge du G8. Le lien entre la France et les USA va donc enfin se retendre et la brouille stupide due à De Villepin et de Chirac devrait s'estomper. La maison Blanche précise que "Georges Bush se réduit de cette rencontre". Dame, ce n'est pas tous les jours que l'on retrouve un allié.

Le président doit s'engager dans les législatives

A pleurer de rire, la nouvelle polémique du PS : ainsi, Mr Sarkozy n'aurait pas à s'investir dans la nouvelle campagne législative. Pourtant , c'est bel et bien ce qu'avait fait Mitterand en 86, qui plus est après avoir modifié la loi électorale en instaurant une proportionnelle.

Ce qui est mauvais à droite est toujours bon à gauche. Là, rien ne change sous le soleil de la politique.

Bayrou dans une mauvaise passe

Il a cru qu'il serait président !! Il n'a pas accédé au 2nd tour.
Il s'est cru faiseur de roi !! Sarkozy s'est débrouillé sans lui.
Il a cru que ses 18% en ferait un élement incontournable des législatives !! Les sondages lui prédisent entre 0 et 8 sièges.

Certes le scrutin majoritaire à deux tours ne lui ait pas favorable mais Bayrou se retrouve dans la même position que Balladur ou Barre : il risque bel et bien de n'avoir été qu'un 3eme homme provisoire, une sorte d'hirondelle qui ne ferait pas le printemps. Alors, le MODEM racle les fonds de tiroir (l'affaire Djamel Bouras) et les médias, émus, en sont à mettre Hervé Morin dans le même sac que Eric Besson. La réalité est tout autre : si Bayrou risque de sombrer la semaine prochaine, c'est bien parce qu'il a refusé de choisir son camp d'une part et qu'il s'est cru plus important au point que sa tête a enflé, enflé, enflé. Et ça, les Français l'ont vu.

Révisionisme à Hollywood

Le mensuel Les Années Laser (consacré au DVD et au Home Cinéma) compte au sein de sa rédaction un journaliste qui déteste les Républicains. Il passe donc son temps à monter en épingle tout acteur qui va dans son sens. Ainsi dans le dernier numéro, il cite Martin Sheen. Ce dernier clame son admiration pour Clinton et Carter, les "présidents les plus extraordaires qu'il ait connu" et estime que "Nixon, Reagan, Bush père et fils sont des criminels". Le journaliste ajoute que, comme par hasard, Carter et Clinton sont des démocrates. Sous entendu, tout ce qui n'est pas démocrate est forcément criminel.

Sauf que Carter est l'homme qui a laissé le nazislmisme vert s'installer en Iran et qui n'a rien fait pour empêcher l'invasion de l'Afghanistan tandis que Clinton a laissé la Somalie sombrer dans le chaos et n'a pas levé le petit doigt pour empêcher le génocide Rwandais !! Le révisionisme à Hollywood a encore de beaux jours devant lui.

Triplement de l'audience du blog

Durant ce mois de mai, l'audience du blog a triplé, le nombre de visiteurs uniques atteignant en moyenne 134 par jour. Je vous en remercie.
Partager cet article
Repost0
11 mai 2007 5 11 /05 /mai /2007 06:32
Retour du bloc note , petite pagette qui existait déjà dans l'ancien blog, et qui vous propose des petits sujets réunis sur un seul article. Promis, on va tenter d'être plus régulier. Disons, tous les 15 jours !!

Les Français pas choqués par les vacances de Mr Sarkozy

58% des Français ne sont pas choqués par les vacances du nouveau président. Une fois de plus, les médias et une partie de la gauche sont allés chercher une polémique là où il n'y en avait pas tout en se défendant de ne pas en faire (les explications tordantes données mardi soir sur Europe 1 pour justifier la polémique valaient vraiment le coup).

Les Français ne sont pas choqués parce que :

- ils savent bien qu'une campagne est longue, usante et que le nouveau président a besoin de quelques temps pour digérer son nouveau statut. La constitution lui donne 10 jours.

- cela n'a pas coûté un sou à la République, à la différence des émeutes et autre cassages depuis dimanche soir.

- ils ont compris que la polémique était instrumentalisée par la gauche qui ne sait plus comment faire pour effacer son échec de dimanche.

J'ajoute que tout le monde n'a pas la chance de disposer d'une villa avec piscine en bord de mer pour s'y reposer.

Et le respect de la vie privée ?

Que l'on écrive un livre sur la façon dont le couple Royal-Hollande gère le PS, est une chose. Que l'on jette en pâture la vie privée de la candidate socialiste en est une autre !! Un livre "La femme fatale" consacrée à la campagne de Ségolène Royale en profite pour étaler la vie intime de la candidate et son compagnon. Quel respect pour la sphère privée ? Les Français doivent-ils tout savoir ? L'intimité et le droit à la vie privée n'existent peut être plus pour certains journalistes prêts à tout pour vendre du papier. Pour ma part, je ne m'associe pas à cette démarche et refuse d'avaliser ce bouquin. Que le couple ait décidé de porter plainte ne me semble pas choquant.

Bayrou joue son va-tout !!

Dans un interview publiée au Figaro, Gilles de Robien commente ainsi la naissance de Mouvement démocrate :

Ce rassemblement n?a pas d?espace politique, parce qu?il est créé sur une ambiguïté. François Bayrou a raté l?occasion qui s?offrait à lui au soir du premier tour d?annoncer un choix clair qui le confortait dans son rôle d?acteur de la vie politique. Le succès de Nicolas Sarkozy montre que c?est la clarté du débat qui crée l?adhésion. François Bayrou, lui, a fait une campagne contre la droite républicaine et contre les institutions, du style «Vous êtes contre la Ve République, votez pour moi». C?était lui le chef du parti «tout sauf Sarkozy». On ne bâtit rien de durable sur une coalition de protestataires. L?UDF, sa tradition, son histoire montrent qu?il s?agit d?une famille autonome qui a toujours fait le choix d?une appartenance à la majorité avec la droite républicaine.

Il est clair que François Bayrou veut capitaliser son succès du premier tour. Mais il oublie une petite chose  : seul 20% de ses électeurs ont écouté ses consignes du "ni ni". Et 20% de 18% (de 85% de votants), cela ne fait pas si gros que cela.

Bayrou prépare 2012. C'est son droit. Par contre, il continue à croire qu'une 3eme voie est possible. On peut en douter, vu le choix des candidats du 2eme tour et la victoire nette de la droite républicaine.

La bonne parole de DSK

En appelant le PS a faire son mea culpa, DSK se pose en homme politique responsable.Rien à voir avec les déclarations des autres éléphants qui ne veulent rien changer ou continuer à s'ouvrir vers l'extrême gauche. En Angleterre, Allemagne, Espagne ... la gauche est devenue moderne. Pourquoi pas en France ?

Tournant néoconservateur ?

La presse anglo-saxonne salue la victoire de Mr Sarkozy comme un tournant dans la vie politique française et un retour à des relations apaisées. Il est clair qu'après 12 ans de chiraquisme, marqués par une opposition parfois ridicule aux USA (le coup du véto à l'ONU !!) , on devrait avoir droit à quelque chose de plus digne !! Le fait que le nouveau président ait fait une campagne à droite (comme Bush en 2004) montre en tout cas que les choix malheureux du pays de ces dernières décennies vont être radicalement modifiés. Après le socialisme à la Française, après le radical-socialisme à la Chirac et les 5 ans de jospinisme, espérons que le tournant néoconservateur va enfin s'opérer.

Partager cet article
Repost0