Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 18:24
Le verdict est tombé : 66% des Français seraient hostiles à la taxe carbone. Bon, une taxe de plus, cela se comprend. Mais où j'avoue rire sous cape, c'est que les Français se proclament champion du monde de l'écologie.

Donc, et pour résumer, le Français veut bien être écolo, mais gratuitement, sans payer, sans rien avoir à dépenser. Ou alors, les autres, mais pas moi.

Cela me rappelle furieusement le discours sur le racisme. La grande majorité dit "Moi, je ne suis pas raciste. Mais cela dit, pas question que des étrangers viennent vivre près de chez moi". Ce discours est d'ailleurs très gauche caviar, vous savez , ces gens qui hurlent au scandale dès que l'on expulse un clandestin avant de rentrer dans leur beau quartier, bien sécurisé. 

Trêve de plaisanterie : l'écologie payante, cela ne marchera pas puisque, quoiqu'il en soit, le Français aura toujours l'impression qu'il paye plus que le voisin. Ajoutez à cela quelques discours bien démago à la Royal (ouais, y a qu'à taxer Total) et vous obtenez 66% de gens contre.

Maintenant, il serait amusant de voir si parmi ces 66%, on trouve les 16% qui ont voté Cohn Bendit. Car c'est grâce (à cause ?) à eux que l'on a cette taxe et que Allègre a été évincé du futur gouvernement. Nicolas Sarkozy s'est dit : ils veulent de l'écologie, on va leur en donner. Et si au passage, cela ne peut pas faire de mal aux finances, pourquoi pas.

Voilà pourquoi l'écologie telle qu'on nous la vend ne marchera jamais : ce n'est pas en punissant mais en incitant que l'on ferait avancer les choses. Problème, le Français ne comprend que le langage de la force. Vous ne me croyez pas ? posez vous donc la question du recyclage volontaire à un maire, vous serez surpris.

L'hypocrisie écolo fonctionne donc à tous niveaux : gouvernemental en instaurant une taxe, français moyen en refusant de payer parce que, moi, je ne pollue pas. Par contre, ce salaud de voisin qui va chercher son pain en voiture....

Seul avantage : les verts se détachent de plus en plus du PS, donc de la gauche et se centrise. Encore un peu de temps et ils comprendront enfin que leurs discours depuis dix ans ne marchent absolument pas. 

Quand au PS, désormais hostile à la taxe (alors qu'il ne l'était pas il y a 10 jours), ne vous inquiétez pas pour eux : des taxes écolos , ils en ont aussi en magasin. Mais comme ce seront des taxes de gauche, pas de soucis, les médias sauront bien vous les vendre. 
Partager cet article
Repost0
2 août 2009 7 02 /08 /août /2009 08:50
Décidément, tout fout le camp, ma pauvre dame. Après les biocarburants portés aux nues par une bonne partie des Verts avant que certains se rendent compte que, finalement, cela ne valait pas le coup de transformer nos cultures afin que nous puissions rouler (quoiqu'avec toute la jachère qu'on a), voilà que les éoliennes sont dans le collimateur , au nom du "développement durable". Témoin ce petit article trouvé sur Yahoo.
Je note tout de même que, comme souvent, les écolos dénoncent mais ne proposent pas vraiment de solutions.

Les opposants de l'industrie éolienne annoncent le lancement d'une pétition au niveau national pour réclamer un moratoire sur l'installation de nouvelles éoliennes dans le paysage français.


Il s'agira, via internet, de prendre le relais d'une pétition inaugurée en avril en Ardèche et qui a d'ores et déjà récolté 1.200 signatures, dont celles de l'humoriste Yves Lecocq ou du chef trois étoiles Régis Marcon.

Samedi, une centaine de personnes ont manifesté contre les éoliennes au Mont Gerbier-de-Jonc (Ardèche), aux sources de la Loire, pour dénoncer une installation anarchique des éoliennes en France, en contradiction, selon eux, avec le développement durable, le respect de la nature et les lois d'urbanisme.

"L'installation de chaque éolienne nécessite de couler 1.500 tonnes de béton que l'on ne peut pas enlever en totalité quand on démonte l'éolienne", explique Yves Vérilhac, ancien directeur du parc des Monts d'Ardèche, à l'origine du moratoire.

"Sur les couloirs de migration, chaque éolienne tue en moyenne une trentaine d'oiseaux par an", accuse l'écologiste.

Les détracteurs des éoliennes dénoncent aussi l'inefficacité énergétique de ce mode de production d'électricité.

"Les éoliennes ne produisent qu'entre 20% et 30% du temps et même si on atteignait l'objectif de 15.000 éoliennes d'ici 2020, on ne couvrirait que 10 % des besoins du pays, ce qui ne constitue pas une alternative au nucléaire ni aux centrales thermiques", déplore Yves Vérilhac.

Catherine Lagrange, édité par Pascal Liétout

Partager cet article
Repost0
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 08:48
Newsmax vient de donner son point de vue sur la possible nomination de Claude Allègre. Et vous vous en doutez, le journal conservateur se réjouit, comme nous, de ce qui pourrait être la meilleure décision de Sarkozy de l'année !!


3. Global Warming Skeptic May Get French Ministry Post

French President Nicolas Sarkozy has reportedly decided to appoint France's most outspoken global warming skeptic to head the nation's super-ministry of industry and innovation.

Dr. Claude Allegre, a former believer in manmade global warming, reversed his views in recent years and mocked climate change alarmist Al Gore's Nobel Prize as "a political gimmick."

Allegre is a former French Socialist Party leader, a member of both the French Academy of Sciences and the United States National Academy of Sciences, and the recipient of numerous scientific awards.

Twenty years ago he became one of the first scientists to warn about manmade global warming, but he now argues that the cause of climate change is "unknown."

Allegre's appointment to the high post "would send political earthquakes through Europe and the rest of the world," Climate Depot's Web site observes.

His possible appointment has drawn strong protests from environmentalists, according to the Financial Times.

Putting Allegre in charge of scientific research would be tantamount to "giving the finger" to scientists, Nicolas Hulot, France's best-known environmental activist, told the Times.

Allegre has been harsh in his attacks on global warming alarmists. "The ecology of helpless protesting has become a very lucrative business for some people," he told a French publication. He also criticized the "nonsense" in Gore's 2006 documentary "An Inconvenient Truth," calling it "scandalous" and "all politics."

Oklahoma Republican Sen. James Inhofe, Ranking Member of the Environment and Public Works Committee and Capitol Hill's leading global warming skeptic, has said in a speech on the Senate floor: "I find it ironic that a free market conservative capitalist in the U.S. Senate and a French socialist scientist both apparently agree that sound science is not what is driving this debate, but greed by those who would use this issue to line their own pockets." 
Partager cet article
Repost0
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 06:30
Il fut un temps où l’écologie était indépendante, se voulait une force et un avertissement. C’était le temps des Cousteau, des Tazieff, des Dugrain-Dubourg. C’était le temps où elle n’était pas encore devenue une idéologie pour bobos, une nouvelle forme de totalitarisme et une vache à lait.

Il y a plus de 15 ans, Actuel (RIP) titrait « Attention, certains écolos recyclent des idées qui puent » et mettait en image une petite planète verte avec des moustaches et une mèche tendance Adolf. Le magazine s’interrogeait sur certaines idées « vertes » comme l’obligation d’adhérer coûte que coûte à un mode de vie peut être écolo mais excluant la liberté et l’esprit d’initiative. Ce fut aussi le temps où l’on publia « Lettre ouverte aux écolos qui nous pompent l’air ».

Mais cela n’a pas empêché l’écologie de dériver vers l’extrême gauche tout en devenant un sport de riche. Désormais, même Hulot drague Besancenot et si vous osez affirmer votre scepticisme sur certains thèmes à la mode, la curée vous attend !!

Or, la droite en général, et Borloo en particulier découvre désormais que l’écologie peut devenir une formidable vache à lait. Sous réserve de nous faire consommer « propre », on va surtout nous taxer « propre ».

Que celui qui achète un énorme 4x4 paye un surplus peut à la limite se comprendre, même si, ce n’est pas forcément la cylindrée qui fait la pollution. Ceux qui, comme moi, se sont rendus dans les pays de l’Est ont vu que c’étaient les toutes petites voitures qui polluaient.

Mais vouloir nous mettre des écotaxes à toutes les sauces, mettre des bonus/malus sur l’électroménager, la hi-fi, l’informatique et même l’électricité (le ministère a démenti mais il n’y avait pas de fumée sans feu) consiste non pas à responsabiliser le consommateur mais tout simplement à lui faire cracher au bassinet. Vous voulez vivre normalement, donc vous allez payer en plus. Et tant pis si la hausse de l’essence a déjà amputé le budget de ceux qui n’ont pas le choix du moyen de transport.

Qui plus est ce système coûte une fortune à l’état, car passé le premier choc, le consommateur, qui n’est pas si stupide, se rabat sur les produits à bonus. Et tant pis s’ils sont laids ou peu pratiques.

D’une fausse bonne idée, on cherche désormais à obliger le Français à être écolo. Mais de la même manière que le tri sélectif a fait exploser la facture des poubelles, gageons que ce bonus/malus se transformera très vite en malus/malus.

Cerise sur le gâteau, on parle désormais d’étendre les péages urbains. Là aussi, tant pis pour ceux qui habitent loin d’un moyen de transport collectif. Ils auront droit à la double peine : hausse du carburant + péage.

Résumons nous : à force de vouloir inciter les gens à être écolo, on les pousse surtout à réduire leur pouvoir d’achat. Et on les rend cynique. Témoin, cette baisse du tri sélectif dans certaines communes : les gens se sont rendus compte que depuis qu’ils triaient, leurs taxes d’ordure ménagères avaient doublé. Que font-ils ? Ils reprennent les anciennes habitudes et ne trient plus.

Sacré victoire.
Partager cet article
Repost0
12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 07:17
C’est la nouvelle politique du jour : Nicolas Hulot vire à gauche toute. Non seulement, il signe un texte avec François Chérèque, leader plutôt archaïque de la CFDT (rien à voir avec Nicole Notat) mais surtout il se confirme qu’il se rapproche de plus en plus de …. Besancenot !! Oui, Besancenot, le pseudo facteur de Neuilly, héritier d’une pensée trotskyste nauséabonde et pourfendeur du capitalisme devant l’éternel.

Car Nicolas Hulot, comme tous les ignares de la planète, croit fermement que le capitalisme « sauvage » est l’ennemi de l’écologie mais qu’au contraire, le communisme et l’alter mondialisme sont les grands alliés de l’écologie.

Surprenant pour un homme qui a sillonné la planète et qui a dû voir que les plus grands désastres écologiques ont eu lieu en ex-Urss, en Ukraine, en Roumanie, en Angola, en Corée du Nord. La pollution nucléaire des mers froides russes, la destruction de la mer d’Aral, la construction par le socialiste Nasser du barrage d’Assouan, l’appauvrissement de la faune de la Toundra… Tout ceci a eu lieu sous des régimes dits « de gauche » !!

À l’heure actuelle, la Chine communiste dépasse largement les USA pour la pollution (il n’y avait qu’à voir les reportages accablants sur le sujet avant les JO), la Russie laisse pourrir des sous-marins nucléaires en mer de Béring, les centrales de l’ex-bloc de l’Est sont de véritables bombes… Faut-il en ajouter ?

Hulot oublie que les grandes entreprises modifient depuis des années leurs comportements écologiques. Que ce sont les grandes firmes automobiles qui construisent des voitures plus propres, que ce sont des sociétés capitalistes qui inventent des éoliennes, des capteurs solaires, des moteurs moins gourmands, des récupérateurs d’eau, des usines de dessalement. Le communisme n’a rien fait pour l’écologie, à part peut être protéger les langoustes à Cuba.

Il oublie aussi que c’est Rhône Poulenc qui a financé ses expéditions de milliardaires, où, utilisant largement l’hélicoptère, il participait activement à la pollution qu’il dénonce tant.

Les grandes sociétés ont fait des erreurs énormes mais tentent de les réparer. Les états communistes ont fait des erreurs énormes mais s'en lavent les mains.

Hulot se disait apolitique. Mais tous les apolitiques finissent à gauche. C’est une constante. En rejoignant le camp des réactionnaires , il fait preuve non seulement d’un aveuglement déplorable, mais montre surtout qu’il n’a absolument aucune conscience politique, aucune mémoire historique.

Le plus ironique, c’est que Besancenot avait refusé de signer le pacte écologique de 2006, tout comme Le Pen. Ce qui en dit long sur la mentalité de ce personnage.

Qu’on se le dise, la seule écologie efficace est celle qui est indépendante. Hulot préfère aller se vendre à un petit facteur qui professe une idéologie qui a fait des millions de morts. Qu’il ne compte pas sur moi pour l’approuver.
Partager cet article
Repost0
19 avril 2008 6 19 /04 /avril /2008 15:13

Depuis quelques semaines, on assiste à deux évènements totalement contradictoire : des « émeutes de la faim » dans les pays pauvres, une radicalisation contre les OGM dans les pays riches !!

 

L’occident peut se nourrir, même si les prix continuent à monter.

 

Le Sud lui peut crever de faim si on ne lui donne pas de quoi étendre ses cultures.

 

Les plantes OGM qui résistent aux insectes qui ont besoin de moins d’eau ou qui peuvent pousser dans des terrains pauvres sont peut-être ce qui pourra sauver le sud de la famine.

 

Mais les idéologues du nord, qui se moquent du Sud comme de leur première manif ou qui ne s’y intéressent quand ils enfilent leurs t-shirts du Che, préfère leur combat contre le progrès à la sauvegarde des gens moins nantis.

 

Norman Borlaug, 94 ans, qui a mis au point des épis de blé  transgéniques dans les années 70 et qui a aidé des pays du Tiers-monde à devenir auto suffisant alimentairement, doit se poser des questions sur l’évolution de ce monde. En 2005 il écrivait 

« Notre planète compte 6,5 milliards d’habitants . Je vous en prie, utilisez du fumier. Vous ne pouvez pas rester assis à ne rien faire. Mais si l’on utilise que des engrais organiques et des méthodes naturelles sur les terres arables existantes, nous ne pouvons nourrir que 4 milliards de personnes. J’ai du mal à imaginer 2,5 milliards de personnes se portant bénévoles pour disparaître. »

 

Alors plutôt que d’encenser Bové, si on se demandait vraiment comme la science pourrait sauver l’humanité ?
(Un article plus complet est disponible sur Extreme centre

Partager cet article
Repost0
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 20:09

 

On nous parle de pénurie, d’après pétrole imminent , de crise énergétique… On nous dit que la pic de production a été atteint en 2006.

Ce qui est sûr , c’est qu’un jour, il  n’y aura plus de pétrole. Mais alors qu’on nous annonçait une baisse rapide de la production, voilà qu’on apprend que de nouveaux gisement sont découvert un peu partout dans le monde.

Le groupe pétrolier norvégien Det norske Oljeselskap a découvert en mer du Nord un gisement de pétrole et de gaz dont les premiers résultats sont "définitivement encourageants", a-t-il annoncé aujourd'hui.

Une cartographie précise du gisement va maintenant être nécessaire avant d'effectuer ou non un autre forage destiné à déterminer sa taille et à fournir davantage d'informations sur le réservoir.

De son côté, Det norske Oljeselskap estime qu'il s'agit d'un gisement "commercialement exploitable" sur la foi de résultats préliminaires "définitivement encourageants".


La découverte dans le golfe du Mexique annoncée ces derniers jours par Chevron (opérateur) et ses partenaires Statoil et Devon Energy pourrait représenter, d'après ces sociétés, des réserves récupérables de pétrole et de gaz de 3 à 15 Gbep (milliards de barils équivalent pétrole). Cette découverte située par plus de 2 100 m de hauteur d'eau et plus de 6 000 m de sédiments sous une épaisse couche de sel déformée est le résultat des avancées technologiques considérables faites ces dernières années dans le domaine de l'exploration et du forage.

Un premier puits de découverte avait été réalisé en 2004, qui avait rencontré 350 m de réservoirs imprégnés dans les formations géologiques du tertiaire inférieur qui constituent un des objectifs pétroliers de cette région. Le deuxième puits effectué en 2006 a permis de confirmer les résultats du premier et de fournir une première estimation des réserves récupérables. Un troisième puits programmé en 2007 devrait affiner l'évaluation faite de l'accumulation dénommée "Jack" par les opérateurs.

Il s'agit d'une découverte majeure à l'échelle mondiale. A titre de comparaison, le gisement Kashagan, découvert en 2000 dans la partie kazakhe de la mer Caspienne, représente des réserves de 10 Gb de pétrole et de 3 à 4 Gbep de gaz. Kashagan était considéré en 2000 comme la plus grosse découverte depuis près de 20 ans.

A l'échelle des États-Unis, ce nouveau gisement pourrait être le plus important depuis 30 ans, il permettrait d'augmenter les réserves globales actuelles d'hydrocarbures (pétrole et gaz) du pays de 5 à 25 % et celles de la seule région du golfe du Mexique (partie États-Unis) de 30 à 150 %. Il pourrait s'agir également du plus gros champ mis à jour dans le golfe du Mexique.

Située dans une zone encore peu explorée, elle laisse présager de fortes possibilités de trouver d'autres gisements de grandes tailles. L'IFP estimait avant cette découverte qu'au minimum 30 Gb de pétrole, et plus probablement près de 100 Gbep de pétrole et de gaz, pouvaient encore être découvert dans ce bassin.

Aujourd'hui dans le monde, une centaine de champs ont déjà été découverts dans des profondeurs d'eau supérieures à 1500 m, c'est à dire en offshore ultra profond. Une vingtaine d'entre eux, situés dans le golfe du Mexique et au Brésil, sont d'ores et déjà en production. Ils fournissent près de 800 000 b/j soit environ 1 % de la production mondiale. Cette production par très grand fond qui apparaît pour le moment marginale devrait se développer très fortement dans les années à venir et doubler d'ici 2010.

Un gisement de la taille de celui qui vient d'être découvert pourrait produire plus de 500 000 b/j chaque année. Quoiqu'il en soit le démarrage de sa production qui nécessitera des investissements colossaux (à titre de comparaison, les champs similaires développés au Brésil ont demandé chacun entre 5 et 10 milliards de dollars d'investissement) n'interviendra sans doute pas avant 5 ans.

 

Bon, on a encore un peu de temps devant soi !!

Partager cet article
Repost0
13 avril 2008 7 13 /04 /avril /2008 10:24
Un visiteur régulier du site, Admastor, m'a fait parvenir ce texte qui reprend les conclusions du livre de Michael Crichton Etat D'urgence sur l'éco-terrorisme et dont j'ai déjà parlé (voir article ici). Je vous les livre donc en rappelant que ce point de vue n'existe que pour vous montrer que la version officielle n'est pas la seule.

J'ai compilé ces textes disponibles sur le site de Michael Crichton pour mon usage personnel, afin de les imprimer et de les lire plus facilement.

Autant vous en faire part.

Mon cœur de scientifique se réjouit que, à propos de la religion réchauffiste, Crichton fasse deux remarques :



> en science, le consensus ne signifie rien. Les grands scientifiques, de Galilée à Einstein, sont grands justement pour avoir brisé un consensus. En pseudo-science, on invoque le consensus quand le cas n'est pas défendable par des arguments scientifiques. Il ne vient à personne l'idée d'invoquer un consensus pour justifier la formule E=Mc² tout simplement parce qu'il y a des arguments scientifiques pour la défendre.

Si c'est un consensus, ce n'est pas de la science ; si c'est de la science, ce n'est pas un consensus.



> Depuis quand «sceptique» serait-il devenu une insulte en science ? De là à imaginer que ceux qui emploient «climat-sceptique» comme une insulte, par exemple adressée à Claude Allègre, ne connaissent pas grand'chose à la science ou ne s'en préoccupent pas ...

Le réchauffisme est très révélateur de nos contemporains, le fond de religiosité païenne (L'homme offense la généreuse mais colérique Mère Nature) et de crédulité («C'est vrai, puisque la télé le dit.»).

Le discours de Crichton sur l'environnementalisme comme religion ne surprendra pas mes lecteurs. 99 % des écolos (proportion pifométrée !) ne sont pas accessibles à des arguments rationnels (c'est bien illustré par leurs contradictions évidentes : pas de nucléaire mais moins de CO2, pas d'OGMs mais moins de pesticides, etc ...), en étant écolos ils font un acte de foi, donc imperméable aux faits.

Mais le réchauffisme révèle aussi à quel point la pensée scientifique n'est pas même pas à l'état de vernis chez la plupart.



Autre exemple évident : le tabagisme passif. Entre deux personnes, même rapprochées, il y a plusieurs mètres cubes d'air, la fumée de tabac est donc très diluée.

De plus, mis à part quelques travailleurs de bistros et autres lieux publics, l'exposition au tabagisme passif est très réduite en temps.

Il est donc fort peu probable que le tabagisme passif présente des risques considérables. Les rapports qui essaient de chiffrer le risque du tabagisme passif reposent sur une cascade d'hypothèses qui rendent le résultat final peu fiable, pour ne pas dire fantaisiste. Mais le pouvoir conjugué des chiffres et des medias est tel qu'il suffit qu'un chiffre «passe à la télé» pour devenir parole d'Evangile.

Pourtant, c'est au nom du tabagisme passif qu'on a interdit de fumer dans les lieux publics.



Bien sûr, il y a des théories jugées initialement scabreuses, comme la dérive des continents, qui se sont révélées vraies. Mais ces preuves ne reposent pas sur un consensus, elles tiennent dans une démarche scientifique. C'est la qualité de cette démarche qui convainc et le consensus qui en résulte n'en est qu'un effet annexe.

Rien de tel s'agissant du réchauffisme : il n'y a pas aujourd'hui d'arguments scientifiques qui emportent le morceau, le réchauffisme repose sur du sable. Par exemple, l'existence de l'effet appelé par erreur de serre (car ce qu'on nous décrit comme l'effet de serre atmosphérique n'a rien à voir avec le fonctionnement d'une serre) n'est pas prouvée. On nous bassine tellement avec l'effet de serre qu'il sera étonnant pour certains d'apprendre qu'il n'est pas prouvé.

Si les gens qui affirment que les émissions humaines entrainent un réchauffement du climat étaient sérieux, ils commenceraient par essayer de prouver que cet effet existe, alors que tous les modèles commencent par supposer qu'il existe.

J'ai réfléchi à comment éviter de tomber dans l'erreur ou d'y rester très longtemps (voir
De l'art de conférer). Me sont venus quelques préceptes que j'essaie avec plus ou moins de bonheur d'appliquer :



> ne pas engager d'ego dans ses opinions. On n'essaie pas d'avoir raison, on essaie de découvrir ou d'approcher la vérité. Et, ma foi, si c'est mon contradicteur qui l'a, cette vérité, tant mieux, l'essentiel étant que quelqu'un puisse me la transmettre.



> faire la girouette le plus souvent possible, changer d'opinion ou, au moins, se mettre à la place de l'autre. Cela étonnera peut-être mes contradicteurs socialistes, mais je me dis souvent «Tu es socialiste, comment analyses-tu tel ou tel événement ?».

Mais je suis toujours pour l'instant revenu au libéralisme parce que c'est le niveau de moindre énergie intellectuelle, le plus cohérent, le plus stable.

Quand il y a des faits qui ne cadrent pas avec une vision du monde, il faut déployer de l'énergie pour les interpréter et pour les intégrer dans dans une vision modernisée et quand il y faut trop d'énergie, mieux vaut changer radicalement de vision du monde. C'est exactement à mes yeux la position du socialisme par rapport au libéralisme.

Il y a de nombreux faits qui ne cadrent pas bien avec le libéralisme, mais c'est encore plus vrai du socialisme.

Enfin, on remarquera que les textes de Crichton sont déjà vieux de quelques années et conservent pourtant leur pertinence critique, voire, vu les progrès de l'hystérie réchauffiste, elle s'est renforcée.

Cela a plutôt tendance à valider le point de vue de Crichton, à savoir que nous sommes plus dans l'ère de la désinformation que dans celle de l'information.

 
Partager cet article
Repost0
1 avril 2008 2 01 /04 /avril /2008 13:09
Bonne claque pour les écolototalitaires !! Hier, fut présenté à l’Assemblée Nationale un film très critique et totalement partisan contre la firme Mosento, vous savez ces vilains américains qui ne font qu’à nous polluer avec leurs horribles OGM !!

Seuls une quarantaine de députés sont donc venus visionner ce document affligeant et partial (ll est passé sur Arte il y a deux semaines, et franchement, ça vaut du Michael Moore). Aucun de la majorité, quelques socialistes, Corine Lepage (Modem) est venue faire coucou… Bref, rien de nouveau sous le soleil.

Bien sûr, l’inusable Bové était là pour instaurer un « piquet de vigilance » afin que les députés ne se trompent pas en examinant la loi sur les OGM. Bové dont on se demande comment sa ferme peut tourner car, quand il n’est pas en taule, il est en représentation politique (ou alors il accuse Israël d’organiser des attentats pour faire porter le chapeau aux sympathiques barbus du Hamas) !!

Qu’on se le dise. Les OGM, c’est comme le réchauffement climatique. Il y a ceux qui sont contre, ceux qui sont pour mais le débat n’existe pas !! Les études scientifiques de l’INRA sont inconnues du grand public et chacun peut donc dire ce qu’il veut sur le sujet. Personne n’ira le contredire puisqu’on peut dire tout et son contraire.

Sauf que, jusqu’à preuve du contraire, personne n’est mort d’ingestion d’OGM. Et comme les écoloterroristes détruisent les expériences en cours, personne ne peut dire si oui ou non, ils sont dangereux.

Un bide donc à l’assemblée mais ce n’est pas cela qui fera avancer le débat puisque la firme Mosento n’a pas pu se défendre.  Diffamez, diffamez , il en restera toujours quelque chose.
Partager cet article
Repost0
25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 22:16

Un article repris par Extrême centre donne un éclairage nouveau sur le (soi-disant) réchauffement climatique global. Je vous laisse juge.

Interview interessante dans The Australian de Jennifer Marohasy, une biologiste et ” senior fellow” du think tank  Institute of Public Affairs de Melbourne. Concernant le réchauffement de la planète, elle dit que les nouvelles données montrent que depuis 1998 la température de la terre a baissé légèrement et que par rapport à 2002, ces temperatures ont atteint un plateau.

Quand on lui demande si ce genre d’affirnmation est controversée, elle répond que non, puisque  le grand ponte du GIEC  l’a reconnu. Les nouvelles données collectées par le satellite de la NASA Aqua, démontrent que les modèles informatiques utilisés par les chercheurs qui soutiennent la thèse du réchauffement climatique sont faux.

Extrait :  Le satellite a été lancé en 2002 et il a permis la collecte des renseignements, non seulement sur la température, mais aussi sur la formation de nuages et  la vapeur d’eau. Ce que tous les modèles de climat suggèrent c’est que, quand vous avez   une augmentation du dioxyde de carbone  cela produit un réchauffement qui entrainera plus de vapeur d’eau, et donc vous allez recevoir un feed-back positif. Ca c’est la version developpée par les modèles. Ce que les nouvelles données de la NASA  du satellite d’Aqua  montrent vraiment, c’est que c’est juste le contraire , qu’avec un petit peu du réchauffement, les processus météorologiques compensent, donc ils limitent vraiment l’effet de serre et vous recevez une réponse négative plutôt qu’un feed-back positif. “… Ces conclusions ne sont pas vraiment contestées par la communauté météorologique. Ils ont du mal à digérer les conclusions, ils admettent les conclusions, ils admettent que les données du satellite Aqua de NASA ne sont pas conformes à ce que  les modèles prédisent et je crois qu’ils sont sur le point de reconnaître que les modèles ont vraiment besoin d’être révisés et que quand ils seront révisés ils montreront probablement une forte reduction des projections de réchauffement   résultant de l’augmentation du dioxyde de carbone. “

Partager cet article
Repost0