Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 06:29

La liberté (virtuelle) d’expression

-

Michel Garroté      Vendredi 24 avril 2009      Notre société virtuelle,  avec ses médias et avec son Internet, nous accorde certes la liberté d’expression ;  mais à condition que nous nous taisions.  C’est du reste - peut-être - ainsi que les historiens définiront ce curieux début de 21e siècle,  début décidemment très virtuel,  que nous expérimentons,  jour après jour. Après avoir passé un mois en Amérique du Sud,  je dois avouer que la dimension virtuelle de notre société me laisse songeur.  J’en avais bien entendu conscience auparavant,  mais depuis mon retour en Europe,  le virtuel m’inquiète encore davantage.

-

Les commentaires de presse sur la conférence soi-disant antiraciste de « Durban II » à Genève,  conférence qui a débuté le jour où j’ai repris le travail,  ces commentaires de presse ont témoigné - une fois de plus - de cette absurde liberté virtuelle d’expression.  Ainsi,  personne ou presque n’a relevé que si la France et l'Angleterre ont refusé de se joindre au légitime boycott de cette abjecte conférence,  c’est parce que la France et l'Angleterre ont la trouille de leurs banlieues islamiques ;  et parce que la France et l'Angleterre ont d’abord songé à leur business dans le monde arabo-pétrolier.  Personne ou presque n’a relevé que les délégations jordanienne et marocaine ont quitté la salle avec les pays européens lorsque Ahmadinejad a prononcé ses versets sataniques.  Personne ou presque n’a relevé que cette conférence est l’oeuvre de violeurs systématiques des droits de l'homme,  tels l'Iran et la Libye.  Personne ou presque n’a relevé que les musulmans (et leurs alliés,  notamment cubain et vénézuélien) ont chaudement applaudi les versets sataniques d’Ahmadinejad.

-

Mais qu’est ce que le virtuel au fond ?  Le virtuel qualifie ce qui est certes en puissance,  mais souvent sans effet réel.  Le virtuel qualifie ce qui est possible,  mais sans être forcément réel.  Dans le domaine de la liberté d’expression,  on doit distinguer l'intention virtuelle de l'intention réelle.  L’intention virtuelle ne suffit pas pour accomplir l’intention réelle.  Parce que ce que dit quelqu’un virtuellement est indépendant de ce qu'il pense et de ce qu’il fait réellement,  à chaque fois qu'il ouvre la bouche.  Vu sous cet angle,  le virtuel a toujours existé.  Mais de nos jours le virtuel a une fâcheuse tendance à envahir tout l’espace,  à remplacer toute action réelle.  Et il en résulte que nous sommes libres de nous exprimer,  mais à condition de nous taire.  Car quiconque ouvre la bouche est instantanément et automatiquement jugé pour ce qu’il a dit,  pour ce qu’il a virtuellement dit.

-

D’un côté,  il est vrai,  être jugé pour ce qu’on a dit,  c’est une bonne chose.  Par exemple,  lorsque l’actuel président de la République française assène,  chaque jour,  son idée virtuelle du jour,  il est sain et il est bon que l’on puisse qualifier cela,  chaque jour,  de fanfaronnade.  D’un autre côté,  c’est aussi une mauvaise chose.  Car si quiconque osant ouvrir la bouche, est instantanément et automatiquement jugé pour ce qu’il dit,  alors il n’y a plus de valeurs réelles,  seulement des valeurs virtuelles.  Il n’y a plus que le jugement et la condamnation, par les uns,  de tout ce que disent,  les autres.  De ce fait,  hélas,  nombre d’intervenants publics parlent - uniquement - en fonction de ce que les autres ont dit hier,  et en fonction de ce que les autres vont dire demain.  C’est ce qu’accomplit notamment l’actuel président de la République française.  Et c’est ce qui fait de lui un président virtuel.  Un président que les médias - hors de France – taxent régulièrement de fanfaron.

-

Or,  si le virtuel remplace tout le reste,  et si au nom de ce virtuel,  quiconque ose ouvrir la bouche de façon atypique est instantanément et automatiquement jugé (à tors ou à raison) pour ce qu’il a dit,  alors il n’y a plus de liberté d’expression.  Et,  à part Sarkozy bien sûr,  plus personne ne va vouloir continuer à ouvrir la bouche indéfiniment ou à écrire indéfiniment. Seul sera libre de s’exprimer celui qui se taira (à part le continu Sarkozy qu’on n’a toujours pas débranché).  Il est naturel que celui qui parle chaque jour (par exemple Sarkozy) soit tourné - chaque jour - en dérision.  Il n’est,  en revanche,  pas naturel du tout,  que n’importe quel malade noctambule et oisif,  se sente appelé,  à commenter,  tout ce que les autres disent et écrivent.

-

Quiconque,  par son comportement,  vit dans le mensonge,  dans la contradiction ou dans l’imposture,  s’expose,  à ce qu’un jour,  son comportement rentre dans le domaine public. Cela fait partie de la liberté d’expression et de la liberté tout court.  Mais commenter ce qu’un tel a commenté,  à propos de tel commentaire,  effectué par tel autre,  cela n’est pas de la liberté d’expression.

-

Cela n’est plus qu’un cirque virtuel,  où n’importe qui peut dire et écrire tout et n’importe quoi,  sans aucune compétence,  et dans des proportions obsessionnelles et conspirasionnistes hallucinantes (avec les ridicules thèses du « complot »).  Proportions obsessionnelles et conspirasionnistes hallucinantes qui relèvent,  non pas du travail des idées,  mais d’une pathologie neuropsychiatrique aiguë ;  une pathologie qui a pris ses quartiers notamment sur les alter-blogues ;  et aussi dans certains trolls (trolls postés la nuit,  mais supprimés par les webmasters dès le lendemain matin,  et donc trolls lus par personne,  excepté leurs tristes « auteurs »).

-

Je note,  pour conclure sur une note positive,  que rebelles.info,  drzz.info,  monde-info,  upjf.org,  juif.org , la pensée néoconservatrice, et quelques autres,  donnent la parole,  à celles et ceux qui savent distinguer liberté d’expression et liberté virtuelle d’expression,  tels Guy Millière,  François Celier et Ivan Rioufol entre autres.  Il est vrai que généralement sur Internet le débat reste au niveau des cloaques.  Il n’en demeure pas moins que les blogues cités plus haut transmettent une forme de pensée et d’expression qui participe - encore et pour l’instant - d’une certaine culture. C’est là un antidote salutaire contre « la virtuelle dictature de la réelle médiocrité ».

Partager cet article
Repost0
28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 08:06
 
17 ans en arrière. Nous sommes revenus 17 ans en arrière.

Avec le coup de force de Moscou reconnaissant les Républiques de la Géorgie, le spectre de la guerre froide ne fait pas que ressurgir, c’est tout un équilibre précaire qui menace de se rompre, et ce, dans un des pires moments de notre histoire.


Petit rappel : la pugnacité de Reagan associé à la force morale de Jean Paul II ont amené l’Union Soviétique à renoncer à ses rêves de domination. Très clairement, la course aux armements lancée par le président américain a ruiné l’URSS dont l’économie n’était que de façade. D’un autre côté, le discours du pape polonais, aidé en cela par des hommes d’exception comme Lech Walesa ont semé les graines de la liberté dans le bloc de l’est. La suite, on l’a connaît : le mur de Berlin s’est écroulé, le rideau de fer s’est désagrégé et l’URSS a implosé, rendant sa liberté à des dizaines de peuples et de pays. Baltes, Ukrainiens, Géorgiens, Roumains et Cie ont repris leur destin en marche.

En 1991, Georges Bush père a pu alors parler d’un nouvel ordre mondial. Mais il n’a pas été au bout du rêve : il n’a pas renversé Saddam et son administration a soutenu les mauvaises personnes en Russie. L’ère Clinton, avec sa politique brouillonne a fait le reste. Eltsine a placé son homme lige, Poutine et Poutine vient de se nommer Premier ministre afin de continue son idée de toujours : restaurer la grandeur de l’URSS.

« La Russie n’a pas peur d’une nouvelle guerre froide » martèle-t-on à Moscou.

Le pire, c’est qu’elle en a les moyens. En s’alliant à l’Iran, au Vénézuéla, en voulant renouer avec Cuba et en accentuant son emprise sur ses ex-Républiques, Moscou a clairement défini quel était son choix !!


Après le 11 septembre, on pouvait croire à un bloc occidental enfin réunifié contre la menace islamiste. La répression en Tchétchénie fut même justifiée à posteriori par le 11 septembre de la part de Poutine.

Hélas, il est clair que nous avons été floués. Floués par une Europe qui a refusé de voir le danger, totalement impuissante devant la guerre en Yougoslavie, floués par des « pacifistes » qui, au nom d’un antiaméricanisme commode, ont signé un chèque en blanc à Poutine.

A-t-on vu des manifestations « anti-guerre » pour la Géorgie ?

A-t-on vu des panneaux Poutine=Hitler ?

A-t-on vu des députés et des peoples demander le jugement de l’autocrate russe pour crimes contre l’humanité ?


L’affaire géorgienne est plus qu’inquiétante. Elle montre comment le pouvoir russe entend exploiter la fenêtre de tir du changement d’administration américaine. En attaquant durant les JO, Moscou a fait preuve d’une grande connaissance médiatique. Pour les peuples occidentaux, rien ne devait troubler les jeux, pas même une guerre à nos frontières.

Il est clair que le travail de Reagan est en train d’être jeté à terre. L’Europe est impuissante, les USA hésitent entre continuer le boulot et élire un Carter bis, l’islamisme s’allie au nationalisme russe.

Oui, nous pouvons avoir peur !! Car après la Géorgie, à qui le tour ?

Partager cet article
Repost0
18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 17:14

Une fois de plus, Ivan Rioufol ose dire la vérité : oui la Russie est toujours ausis dangereuse et oui seul McCain a osé lui balancer "Nous sommes tous géorgiens" !!

L’Occident ouvrirait-il les yeux? Il semble s’inquiéter, enfin, de la volonté de reconquête de la Russie sur ses territoires perdus, à commencer par la Géorgie. C’est du moins ce qui ressort de la tribune de Nicolas Sarkozy, parue ce lundi dansLe Figaro. "Nous devrons (…) déterminer si l’intervention de la Russie contre son voisin géorgien aura été une réponse brutale- et excessive-, dans ce cas singulier, ou si elle inaugure un nouveau durcissement de Moscou vis-à-vis de ses voisins et de la communauté internationale toute entière (…)", écrit notamment le chef de l’Etat. Dimanche, la chancelière allemande, Angela Merkel, a promis d’accélérer l’entrée de la Géorgie dans l’Otan, après s’y être opposée, avec la France, en avril, afin de ne pas fâcher Vladimir Poutine: une politique de l’apaisement – qui fut celle de Chamberlain en 1938 – interprétée comme une faiblesse par l’ex-URSS.

Cependant, ces derniers jours ont montré la troublante fascination d’une partie de l’opinion et des médias pour l’autocratie russe, présentée comme l’agressée alors que son armée se préparait à l’invasion de la Géorgie depuis avril. L’immuable antiaméricanisme – dissimulé sous la critique des néoconservateurs - aura été prétexte à justifier les arguments d’un régime se présentant comme humilié et en état de légitime défense face à ses anciens alliés ayant choisi d’adhérer au monde libre. Dans cette guerre contre les démocraties de l’Est, déclenchée par une Russie se comportant comme un état-voyou, il s’est trouvé de nombreux commentateurs (y compris sur ce blog) pour donner raison à la loi du plus brutal et à sa désinformation. Ce n’est pas la plus réjouissante des constatations.

C’est ce manque de vigilance que semble vouloir corriger désormais les européens, en haussant le ton. La participation de la Russie au G8, à l’OCDE ou à l’OMC  pourrait notamment être remise en question. Mais cette grave crise a déjà révélé le manque de convictions de nos démocraties dépressives et pusillanimes, fascinées pour partie par les puissances impériales chinoise et russe. Même les Etats-Unisn’ont pas été à la hauteur de la provocation qui leur a été adressée avec l’invasion de la Géorgie, pays qui a donné à l’une des artères de Tbilissi le nom de George W. Bush. "Nous sommes tous Géorgiens", a déclaré John McCain, le candidat républicain. Pour le moment, il reste seul à le dire.

(Page originale : le blof d'I.Rioufol)
 
Partager cet article
Repost0
29 juillet 2008 2 29 /07 /juillet /2008 13:47
Il y a des articles qui vous mettent la haine . En voici un !!

Tiré du Figaro, les guignols munichards dont on parle estiment que l'action engagée depuis2001 ne sert  à rien !! C'est le retour aux temps de Clinton avec au bout du tunnel le 11 septembre.

Gageons que la Rand Corporation sera la nouvelle idole des idiots européens et qu'ils rangeront son image à côté de celle de St Obama !!

Un groupe de réflexion a mis en évidence que la solution militaire est inefficace contre la plupart des groupes terroristes. Pour battre al-Qaida, il préconise une nouvelle stratégie basée sur le renseignement et la police, et de changer de vocabulaire.


Une autopsie du terrorisme pour trouver la stratégie susceptible de vaincre al-Qaida. C'est à cet exercice statistique que s'est livré la RAND Corporation, un groupe de réflexion américain qui travaille régulièrement pour le Pentagone. Pour tenter de comprendre le destin des groupes terroristes, les chercheurs ont compilé des données sur 648 groupes recensés à travers le monde entre 1968 et 2006.

Ils ont distingué chaque groupe en fonction de ses effectifs, ses buts, ses revenus financiers, du régime politique de son territoire d'implantation, de son orientation (religieux ou politique) et de ses buts. Ils ont ensuite passé au crible leurs destins. Sur les 648 groupes étudiés, 244 sont toujours actifs, et 136 se sont fragmentés ou ont fusionné avec d'autres groupes.

 

Les groupes religieux plus tenaces

 

Et parmi ceux qui ont effectivement cessé d'utiliser le terrorisme, les statistiques parlent d'elles-mêmes. La « bonne nouvelle » est que seuls 27 groupes (10%) ont cessé leurs activités après avoir rempli leurs objectifs, par exemple le FLN algérien. 114 (43%) ont déposé les armes suite à un accord politique avec l'Etat. Quant à ceux qui ont été réellement vaincu, 107 (40%) l'ont été par des moyens policiers et juridiques, les principaux étant le renseignement humain, l'infiltration des cellules, l'arrestation des leaders et le développement de la législation antiterroriste. Et 20 groupes seulement ont été écrasés sur le champ de bataille, par des moyens militaires, soit un pourcentage de 7%.

L'objectif du rapport étant d'évaluer les bonnes pratiques pour défaire al-Qaida, les historiques des mouvements similaires ont été spécialement étudiés. Mauvaise nouvelle : les groupes d'inspiration religieuse sont bien plus résistants que ceux qui ont une vocation politique. Depuis 1968, 62% des groupes terroristes ont cessé de nuire. Sur la même période, ce pourcentage tombe à 32% si l'on ne compte que les groupes religieux.

L'étude exclut d'office la solution politique pour al-Qaida, dont le but avoué est de renverser les gouvernements du Maghreb, du Proche et du Moyen Orient, pour unir le monde musulman sous une même bannière. La RAND Corporation estime que la probabilité d'un succès d'al-Qaida est proche de zéro, mais les statistiques montrent que les chances de parvenir à un accord politique sont d'autant plus faibles que les objectifs d'un groupe sont larges et ambitieux.

Quant à la solution militaire, à l'œuvre actuellement, l'étude conclut qu' « il n'y a aucun solution au terrorisme sur le champ de bataille ». Et d'ajouter que la force brute a souvent « l'effet inverse » en attisant l'hostilité des populations, fournissant ainsi un réservoir de recrue aux terroristes. Le groupe note une augmentation des actions d'al-Qaida dans un rayon plus large, et juge que la stratégie américaine de « guerre contre le terrorisme » n'a pas réussi à affaiblir la nébuleuse terroriste.

 

Une armée présente mais discrète

 

Quelle stratégie adopter alors ? L'étude préconise un combat sur deux fronts. D'abord, mettre l'accent sur la solution policière contre al-Qaida dans le monde, en augmentant les budgets de la CIA et du FBI. Objectif : cibler les principaux « nœuds » du réseau al-Qaida, qu'il s'agisse de points de décision, de communication ou de financement. Cela implique également de mettre hors d'état de nuire les chefs des réseaux, avec les règles qui s'imposent dans un état de droit. Le rapport cite notamment un membre de l'Unité de Coordination de la Lutte Antiterroriste française, qui fait part d'une tactique citée en exemple : concentrer les efforts de polices sur des délits annexes tels que le trafic de drogue, plus facile à prouver devant un tribunal, pour mettre les suspects « à l'ombre » sans attendre qu'ils aient commis un attentat.

Ensuite, l'étude ne plaide pas pour un désengagement militaire total, en particulier pour la situation particulière de l'Irak, où al-Qaida participe à une insurrection armée globale. L'histoire montre que la solution militaire est plus efficace contre les larges groupes de terroristes insurgés (19%) que contre les groupes terroristes en général (7%). Dans ces zones, la présence militaire est « nécessaire », mais le rapport souligne qu'il ne doit pas nécessairement s'agit d'une présence américaine. Les forces locales y auraient une plus grande légitimité, et une meilleure compréhension. Il faudrait donc, selon cette étude, que les Etats-Unis cantonnent leur rôle militaire en Irak à de la formation ou de l'armement.

La RAND Corporation suggère quelques pistes idéologiques. Par exemple, le groupe estime que les fatwas émises par le Conseil des Oulemas en Afghanistan clamant que les kamikazes n'auraient ni vierges, ni vie éternelle, ont été bien plus efficaces que les tonnes de tracts de propagande largués par l'aviation américaine.

Autre changement symbolique mais crucial : troquer la « War on Terror » (guerre contre le terrorisme), qui laisse croire à une solution purement militaire, contre le plus classique « counterterrorism » (antiterrorisme). De même, il s'agit de ne plus faire passer Ben Laden et consorts pour des guerriers engagés dans une guerre sainte mais pour de simples criminels. 
Partager cet article
Repost0
12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 10:32
Les gros naïfs qui croient que la Russie ou la Chine ont changé vont peut être enfin comprendre. Les deux pays viennent d'opposer leur véto à des sanctions contre le Zimbabwe , suite aux élections scandaleuses de la semaine dernière.

Moscou et Pékin, non content de foutre l'économie de la planète en l'air en pompant toutes ses matières premières et en faisant un chantage énergétique à l'Europe, jouent de nouveau aux maîtres du monde et soutiennent tous les dictatures de la planète : avant hier, Saddam !! Hier, le Soudan !! Aujourd'hui le Zimbabwe !! 

La guerre froide, on a cru l'enterrer en 91. Mais les années Clinton et Chirac sont passées par là. On a laissé la Russie revenir à un régime autocratique. On a laissé la Chine devenir l'atelier du monde.

Désormais, les vraies démocraties sont pieds et mains liés devant les nouveaux autocrates. Dans un mois, les Chinois referont le coup de Berlin en 36 et permettront à leur écoeurant régime de se pavaner devant les télé du monde entier.

La Russie, elle, veut reconstituer son Empire, détruire l'Otan et pour cela elle ne recule devant rien et prend tous les alliés possibles, qu'ils soient islamistes ou pas. Un comble pour un type qui a rasé la Tchétchénie !!

Le refus des sanctions montre aussi que l'ONU ne sert à rien !! Plus que jamais, il faut que le monde libre envoie balader ce machin et prennent VRAIMENT la mesure du danger qui menace.

Mais si un Obama s'empare de la Maison Blanche, alors là, tous les risques sont permis. 
Partager cet article
Repost0
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 18:39

Lettre Ouverte à l’Equipe d’Over-blog

  

Madame, Monsieur,

  

Vous faites disparaître pendant près de douze heures leblogdrzz, en vertu de la répression de l'apologie des crimes contre l'humanité ; de la répression de l'incitation à la haine raciale ; de la répression de la pornographie enfantine ; de la répression de l'incitation à la violence ; et de la répression des atteintes à la dignité humaine.

  

Vous faites cela - suite à un seul commentaire selon vous délictueux - commentaire posté au bas d’un article parmi plusieurs centaines d’articles publiés sur leblogdrzz.

  

Or, dans le cadre de mes activités de journaliste (y compris pour leblogdrzz), je constate chaque jour que des blogues révisionnistes, islamistes et altermondialistes, tombent sous le coup de la répression des délits que vous mentionnez. Délits que je reprends, dans le premier paragraphe, de la présente Lettre Ouverte, à vous adressée.

  

Leblogdrzz et moi-même appartenons à une communauté de pensée qui rassemble des chrétiens, des juifs et des musulmans. Cela dit, il est vrai que cette communauté de pensée multiculturelle résiste à l’islamisme radical, à sa violence verbale et à sa violence tout court.

  

C’est sans doute la raison pour laquelle les blogues révisionnistes, islamistes et altermondialistes susmentionnés, véhiculent, à notre sujet, des thèses conspirasionnistes.

  

Ces thèses conspirasionnistes allèguent notamment que nous - nous leblogdrzz et la communauté de pensée chrétienne, juive et musulmane à laquelle nous appartenons - serions au service de juifs néoconservateurs américains.

  

Des commentaires de cette nature vicieuse ont été postés au bas d’articles de leblogdrzz sans vous émouvoir le moins du monde. A ce stade, je n’irai pas plus loin dans ma réflexion sur ce point bien précis. Je vous laisse méditer en conscience.

 

En revanche, je conclus la présente Lettre Ouverte que je vous adresse, avec une petite anecdote personnelle à ce jour inédite. Ma défunte mère a quitté l’Allemagne - et n’y est plus jamais retournée vivre - en raison de l’épisode hitlérien de ce pays. Le gouvernement français a octroyé à ma défunte mère - après la Seconde Guerre mondiale - une bourse d’étude qui lui a permis de faire des études en Lettres à l’université d’Aix-en-Provence. Mon père s’est exilé d’Espagne sous Franco afin de ne pas finir fusillé. Il a effectué ses études à l’université à Paris. Moi-même, je combats sans relâche la judéophobie sous ces formes diverses. Mes articles sont régulièrement repris par un ensemble de sites juifs et de blogues juifs.

  

J’aurais aimé, dans ce contexte, que la répression des délits ne se fasse pas à sens unique. Et j’aurais aimé, toujours dans ce même contexte, que cette répression ne se limite pas à pinailler pour un commentaire. Alors que des sites révisionnistes, islamistes et altermondialistes continuent d’assimiler la communauté de pensée - à laquelle leblogdrzz et moi-même appartenons - à une soi-disant conspiration juive mondiale.

  

Si vous avez oublié comment parfois tout cela se termine, je ne peux quant à moi l’oublier, car mes parents auraient très bien pu mal finir. Auquel cas je ne serais pas là aujourd’hui pour vous adresser cette Lettre Ouverte. Vous voudrez bien excuser le style brouillon du présent texte. Il se trouve que pour une fois je suis légèrement ému. Cordialement,

  

Miguel Garroté

  

Journaliste

  

Partager cet article
Repost0
13 avril 2008 7 13 /04 /avril /2008 20:34
Le site L'association des Amis du Parti Républicains a récemment mis en ligne ce texte fortement jouissif et qui fera s'étrangler de rage une bonne partie de nos détracteurs.

 

Quand en Angleterre, lors d'une assez grande conférence, l'archevêque de Canterbury a demandé à Colin Powell si les plans américains pour l'Irak n'étaient qu'un exemple d’« empire building » par George Bush. [Jeu de mot entre  empire building (construction d’un empire) et nation building (construction d’une nation) qui est le terme par lequel les Etats-Unis définissent leur engagement en Irak par exemple -- NdT] . 
  
Il a répondu en disant : « Au fil des années, les États-Unis ont envoyé un grand nombre de leurs meilleurs jeunes hommes et femmes et les ont mis en grand danger en combattant pour la liberté au-delà de nos frontières. La seule quantité de terre que nous n’ayons jamais demandé en retour est la quantité suffisante pour enterrer ceux qui ne sont pas rentrés. » 
  

 

 

C’est devenu très calme dans la salle. 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Ensuite, il y a eu une conférence en France, à laquelle un grand nombre d'ingénieurs internationaux ont pris parts, y compris des Français et des Américains. Pendant une pause l'un des ingénieurs français revint dans la salle en disant « Avez-vous entendu la dernière grosse connerie que Bush a fait ? Il a envoyé un porte-avions en Indonésie pour aider les victimes du tsunami. Qu'est-ce qu'il a l'intention de faire, les bombarder ? »

Un ingénieur de Boeing s'est levé et a répondu calmement : « Chacun de nos porte-avions a trois hôpitaux à bord qui permettent de traiter plusieurs centaines de blessés ; ils fonctionnent à l’énergie nucléaire et peuvent apporter de l'énergie électrique de secours pour les installations à terre ; ils ont trois restaurants avec la capacité de nourrir 3000 personnes, avec trois repas par jour ; ils peuvent produire plusieurs milliers de litres d’eau potable à partir de l’eau de mer chaque jour ; et ils transportent une demi-douzaine d'hélicoptères qui peuvent servir à transporter des victimes et des blessés vers et depuis le pont d’envol du porte-avions. Nous avons 11 bâtiments comme cela. Combien en a la France ? » 

 

Une fois de plus, un silence absolu. 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Un amiral de la Marine américaine assistait à une conférence navale qui comprenait des amiraux en provenance des Marines américaine, anglaise, canadienne, australienne et française. Lors d'un cocktail, il se trouvait debout avec de nombreux officiers de la plupart de ces pays. Tout le monde discutait en anglais en dégustant leurs boissons, mais un amiral français s’est soudainement plaint du fait que : « tandis que les Européens apprennent plusieurs langues, les Américains apprennent uniquement l’Anglais. » Il a ensuite demandé : « Pourquoi est-ce que nous devons toujours parler Anglais à ces conférences plutôt que de parler Français ? »

Sans hésiter, l'amiral américain a répondu « Peut-être que c'est parce que des Britanniques, des Canadiens, des Australiens et des Américains, se sont organisés de sorte que vous n'ayez pas à parler l'Allemand. » 

 

Vous pourriez avoir entendu une épingle tomber. 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 
  
Enfin cette dernière histoire s'inscrit dans la droite ligne de celles du dessus...

 

Un groupe d'Américains, enseignants retraités, est récemment allé en France en voyage organisé.

Robert Whiting, un vieux monsieur de 83 ans, arrive à Paris par avion. Aux douanes françaises, il a pris quelques minutes pour retrouver son passeport dans son bagage à main.

« Vous êtes déjà venu en France avant, monsieur ? » Demanda l'agent des douanes sarcastiquement.

M. Whiting a admis qu'il était déjà venu en France auparavant.

« Alors vous devriez savoir que votre passeport doit être prêt. » 

L'Américain a dit : « La dernière fois que je suis venu ici, je n'ai pas eu à le montrer. »

« Impossible, rétorqua l’agent, Les Américains doivent toujours montrer leurs passeports à leur arrivée en France ! »

Le senior américain a donné un long regard dur au Français. Puis il a tranquillement expliqué : « Eh bien, lorsque j’ai débarqué à Omaha Beach le 6 juin 1944 pour aider à la libération de ce pays, je n'ai trouvé aucun damné Français à qui le montrer. »

Eric Cunat 

Franchement, j'adore le dernier message !!

Partager cet article
Repost0
20 mars 2008 4 20 /03 /mars /2008 07:22
saddam-fall.jpgEn journalisme, on appelle cela un marronnier: un article qui revient tous les ans et qui dit , à peu près la même chose. Exemple : en septembre, la rentrée des classes, en décembre, les achats de Noël. Désormais, vers le 20 mars, nous avons droit à l’invasion de l’Irak, avec tout un tas de clichés.

La presse française n’a toujours pas compris l’opération Iraqi Freedom. Elle en est resté à « la guerre pour le pétrole ». Les pacifistes qui firent honte aux amoureux de la liberté sont toujours portés aux nues. Les médias français continuent de présenter la guerre d’Irak aux français comme un fiasco alors que les opérations du général Petraeus ont fait reculer très sensiblement les violences dues à Al Quaïda. On nous a , comme par hasard, fait le coup du rapport du Pentagone sur les liens entre le régime baasiste et la nébuleuse islamiste la semaine dernière : l’agence militaire se contredit d’ailleurs et entend désormais ignorer les documents trouvés lors de l’invasion sur la présence d’islamismes bien avant 2003 en Iraq. Exit aussi le soutien de Bagdad au terrorisme palestinien, adios les nombreuses images à la gloire du 11 septembre trouvées dans les palais de Saddam.
saddammeetsusa.jpg
Pire encore, l’opinion est toujours aussi manipulée : Bush fait l’objet d’une nouvelle campagne de haine dans les médias français (il n’y a qu’à lire les différents commentaires sur Le Figaro.fr ou Libération.Fr) et les iraquiens sont toujours aussi méprisés (ah, comme ils étaient heureux sous Saddam, quand ils se faisaient gazer, massacrer, envoyer sur le front iranien…). Quoi, ces rustres ont désormais la démocratie alors qu’elle ne devrait être utilisée que par les blancs !!

Allez quelques images pour faire oublier ce flot de conneries débitées par la pravda française.
High-Five-copie-1.jpg
Partager cet article
Repost0
3 décembre 2007 1 03 /12 /décembre /2007 08:12
08dc98ac-a16a-11dc-8c7a-26dcc62b4067.jpgVladimir qui rit, Hugo qui pleure . L'un a gagné, l'autre a perdu. Si dans un cas, la chape de plomb a marché, dans l'autre la démagogie s'est heurté au bon sens des Vénézueliens.

Chavez demandait des pouvoirs étendus : briguer un nombre illimité de mandats,le droit de censurer la presse en situation de crise, le contrôle de la banque centrale et pour faire passer la pilule la réduction à six heures de la journée de travail.

C’est un pari perdu pour Chavez. Les réformes constitutionnelles proposées par le président vénézuélien ont été rejetées par 51% des électeurs. Le taux de participation était à peine de 56%.

Les Vénézueliens , conscient de l'impasse dans laquelle les conduit leur président démagogue ont donc refusé une situation à la Palpatine (Revoyez donc L'attaque des Clones si vous ne comprenez pas cette phrase)

Chavez a toutefois assuré qu’il continuerait «sa bataille pour construire le socialisme». Reconnaissons lui le mérite de respecter (pour le moment) le verdict des urnes. Il faut dire qu'il n'avait pas vraiment le choix, n'ayant pas encore la puissance et l'impunité scandaleuse d'un Poutine. Il est vrai aussi que dans les derniers jours l'opposition a su s'organiser et faire des manifestations très importantes.

Chavez a, de plus, multiplié les erreurs ces dernières semaines : rupture diplomatique avec l'Espagne, échec de sa médiation avec les Farc, humiliation par le roi d'Espagne (la phrase culte est devenue la sonnerie de portable la plus téléchargée chez nos voisins ibériques) et sa dernière tentative de faire bloc autour de "l'ennemi américain" à qui on va "couper le robinet" du pétrole est apparue comme un acte désespéré !!

Désormais , le peuple vénézuelien est à la croisée des chemins : il lui fait désormais se débarasser , dans la légalité, de ce clown qui mène le pays au désastre et qui déstabilise l'Amérique Latine. Castro et Molares ont du soucis à se faire...

Changeons de continent pour nous intéresser à l'autre scrutin du week end.
c8ee20bc-a0f6-11dc-bb05-22f273a7d70d.jpg


Comme prévu, Vladimir Poutine avec 63,5% des suffrages selon des résultats préliminaires partiels, pour son parti «Russie unie», a largement gagné les Législatives et  fait un bond phénoménal par rapport aux législatives de 2003 (37,57%). Les communistes arrivent en deuxième position, avec 11,3%, confirmant leur inexorable érosion depuis la chute de l’URSS. Il est d'ailleurs amusant de constater de voir que ce sont eux qui désormais en sont réduits à dénoncer les tricheries (sans aucun doute réelles) du maître du Kremlin  , tricheries qu'ils utilisaient sans vergogne quand ils étaient au pouvoir. La roue tourne !!

Au total, quatre partis franchissent a priori la barre des 7% requise pour siéger au Parlement : en plus de «Russie unie» et du PC, les ultranationalistes pro-Kremlin (LDPR) de Vladimir Jirinovski (10%) et le parti de gauche pro-Kremlin «Russie juste» (7%). Un total de 84% pour Poutine donc qui ne peut plus se représenter comme président mais dont la victoire comme chef de parti lui donne toute légitimité pour être premier ministre. A moins bien sûr, que cette nouvelle chambre ne modifie la constituition.

Les vrais opposants (en sus du PC, dont Poutine fut membre en même temps que son passage dans le JGB) sont laminés : Labloko a 1,2% des suffrages et le SPS 1,1% !!

Le taux de participation est de 60% (mais 99% en Tchetchenie !!).

L'élection n'a pas été observée par l'OSCE mais les opposants dénoncent des magouilles de toutes sortes : votes multiples, cadeaux aux électeurs, bourrages d'urnes... Pour la petite histoire, Chavez a, semble-t-il tenter de bidonner les élections, mais s'y est moins bien pris que Poutine.


Comme quoi, avoir fait ses armes dans le KGB est un atout quand on vise le pouvoir suprême et sans partage.

Cela dit, les deux scrutins d'hier montre qu'un peuple peut se rebeller contre le résultat attendu. Que le triomphe de Poutine, de toutes façons entachés de soupçons, ne pourra pas durer. Il y aura forcément une véritable révolution en Russie qui ne sera pas confisquée.

Le Venezuela a montré la voie. Aux  Cubains, Iraniens, Russes, Coréens du nord , etc..;à suivre cet exemple.
Partager cet article
Repost0
9 septembre 2007 7 09 /09 /septembre /2007 08:57
"Une majorité d'écoles publiques, de magasins et certaines universités de Gaza sont restés fermés aujourd'hui, observant une grève générale d'un jour en signe de protestation contre les actes de violence de la police du Hamas. Vendredi, la Force exécutive du Hamas, qui a interdit la prière collective en plein air dans la bande de Gaza, avait dispersé violemment plusieurs rassemblements, blessant 20 Palestiniens."
(Source : Le Figaro)

Commenceraient-ils enfin à comprendre, ces habitants de la bande de Gaza qu'ils ont joué sur le mauvais cheval ?

Que les islamistes sont la pire des solutions ?

Qu'en se coupant du monde extérieur ils ne feront que s'enfoncer dans la misère et la violence ?

Que le Hamas se fout totalement de leur bien être, uniquement préoccupé par l'application de sa précieuse charia, loi inique et anti-libertaire ?

En mettant le parti nazislamiste au pouvoir, les palestiniens ont ouvert la boîte de Pandore. Les voilà désormais, pour moitié, prisonnier d'une meute qui ne les respecte pas, les brutalise et qui, demain, les massacrera au nom de leur Islam pur et dur.

Puisse cette grève être le début de la compréhension. Que s'ils veulent s'en sortir, les palestiniens doivent se tourner , non pas vers les nazis verts mais bel et bien vers la liberté, la démocratie et vers Israël !!
300Leader-ismail-haniyeh-HAMAS-at-rally-cartoon.jpg

Partager cet article
Repost0