Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mai 2007 6 26 /05 /mai /2007 01:43

Depuis des mois on nous annonce que les Démocrates vont renverser la vapeur aux USA, rendre Bush totalement chèvre, évacuer l'Irak, détruire la politique des néo-conservateurs !!

Tout faux !!

Le congrès , à majorité démocrate, a du céder et approuver la rallonge de 95 milliards de dollars pour financer la guerre contre le terrorisme (en Irak et en Afghanistan) et ce sans aucune contrepartie !! Exit le calendrier de retrait , exit les exigences des extrémistes style Cindy Sheehan...

Pourquoi un tel échec ? La presse française a "oublié" de vous dire que le congrès devait obtenir une majorité plus importante qu'un simple 50% donc convaincre des membres du Parti Républicain. Peine perdue !! De plus, certains élus démocrates ne sont absolument pas d'accord avec la dérive gauchisante de Nicole Pelosi dont la visite à Damas a torpillé son image. On ne négocie pas avec des états voyoux !!

Autre aspect, la menace d'un veto présidentiel. Les démocrates, dont la politique au congrès n'est plus approuvé que par 29% des américains, n'ont pas voulu prendre le risque de passer pour les obstinés de la dernière heure.

Enfin, le soutien d'une partie de la population US à ses soldats. Contrairement à ce que l'on croit en France, Cyndy Sheehan est loin de faire l'unanimité dans son pays et des mouvements comme Move America Forward ont une audience de plus en plus importante.

L'Amérique redécouvre que la guerre contre le terrorisme sera longue, très longue et qu'il ne faut pas baisser la garde.

Cependant, la Maison Blanche a de son côté exigé de Nouri al-Maliki , le premier ministre irakien, des résultats et que les aides seraient conditionnées par les progrès sur le terrain.

Alors Pelosi a beau claironner que le débat allait continuer, la claque est bel et bien là. Va-t-elle parler de non-victoire comme Mme Royal ?

I
Partager cet article
Repost0
23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 21:27
En rappelant la valeur du vouvoiement , Xavier Darcos vient de jeter un beau pavé dans la mare du politiquement correct !!

En rappelant que le respect commençait en classe, par une attitude verbale irréprochable, par une attitude vestimentaire correcte et par l'extinction du portable, Xavier Darcos ne fait que prolonger le discours inaugural de Nicolas Sarkozy : construire une France du respect.

Il n'en fallait pas plus pour que les vrais conservateurs de ce pays et les ex-soixanthuitards qui sévissent encore à l'Education Nationale, montent au créneau.

Leur argument massue est toujours le même : non, il n'y a pas de mauvais enseignants en France mais simplement un manque de moyen !!

Mon oeil !! Il y a de bons enseignants et il y a des feignasses !! Je le sais, j'en connais, je suis de la maison et j'en ai déjà rencontré  !!

Dire que tous les enseignants sont des modèles de vertus, de travail, de tolérance, d'abnégation... est un mensonge. Tous les corps de métiers ont leurs brebis galeuses. Pourquoi les enseignants y échapperaient-ils ?

Si tous les enseignants étaient les modèles décrits depuis deux jours, pourquoi 20% des enfants entrent en sixième en maîtrisant mal la lecture, pourquoi les cours privés font un tabac, pourquoi les gamins au collège sont de plus en plus "inciviques", pourquoi voit-on de plus en plus de jeunes devant des tribunaux.... Certes, les enseignants ne sont pas les seuls responsables mais quand on discute avec un prof qui vous balance "Tu sais, moi les mômes, du moment qu'ils ne m'emmerdent pas je leur fous la paix", on peut se dire qu'il n'a rien à faire à l'EN.

Le vouvoiement ringard ? Non, marque de respect. Je ne supporte pas les gens que je ne connais que depuis 30 secondes qui se mettent à me tutoyer. C'est une plaie de l'EN. Pour bien gonfler mon monde, je prends un malin plaisir à continuer à vouvoyer ces malpolis. Généralement, ils vont voir quelqu'un d'autre.

Et les enfants ? En toute logique, les plus petits enfants de l'école me tutoient. Y compris les CP dans ma classe (j'ai des enfants de 6 à 11 ans dans ma classe). Mais petit à petit et naturellement, sans que je leur demande , ils passent au vouvoiement. Là aussi, question de confiance et de respect.

Pour ma part, je tutoie mes élèves, et mes anciens élèves. Mais je vouvoie systématiquement leurs frères et soeurs plus âgés que je n'ai pas eu en classe. Je ne m'autorise que l'appel par leur prénom. Et quand j'interviens devant des enfants de collège , je les vouvoie également (sauf si l'élève en question est passé dans ma classe). Là aussi question de respect.

Je travaille avec la même collègue de Maternelle depuis 3 ans. Elle est plus jeune que moi mais je la vouvoie. Les Atsem de l'école ? Je les vouvoie également. L'assistante d'anglais ? Je la vouvoie. Elle me tutoie parfois car, anglaise, elle a encore du mal avec notre vouvoiement.

Où est le mal dans tout cela ? Xavier Darcos n'a fait que remettre en place quelques pratiques qui ont tendance à tomber en quenouille. Que les syndicats râlent ne fait que montrer qu'il a raison.

Le néoconservateur a une sainte horreur de la familiarité et de la vulgarité. Il ne peut donc qu'approuver cette petite mise au point.

Partager cet article
Repost0
13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 08:56


Inutile de se leurrer : la chute massive de fréquentation des bibliothèques, la baisse importante du savoir culturel des enfants, le dédain à l'égard de la culture générale nous entraînent dans une impasse extrêmement grave.

Lorsque les royautés barbares prirent le relais de l'Empire Romain en Occident , à la fin du Veme siècle, la culture classique disparut très rapidement : le grec ne fut plus appris, le latin s'abâtardit, les écoles fermèrent les unes après les autres, l'élite mérovingienne renonça à la lecture... Si l'on en croit Robert Folz (le couronnement impérial de Charlemagne)  qui utilise le terme de "renaissance carolingienne", la chute de la culture dans l'espace franc entraîna une baisse de la connaissance et certains grands auteurs comme St Augustin n'était plus du tout lu. Les rares textes que nous avons sur cette période comme ceux de Grégoire de Tours montrent , au delà des péripéties de la royauté mérovingienne, une langue et un style qui s'appauvrit.

Il fallut donc la révolution conservatrice de Charlemagne pour que la culture revienne au premier plan : le roi des Francs et des Lombards puis l'Empereur exigea de la noblesse et du clergé un minimum de culture, les écoles refleurirent dans l'Empire, les arts et la calligraphie revinrent au premier plan, le tout accompagné d'une reprise en main des cadres de la société via l'institution des Missi Dominici . C'est ainsi que l'on peut parler de renaissance carolingienne au IXe siècle avec en prime d'importantes réformes de fond : adoption de la lettre dite caroline (quasiment notre minuscule d'imprimerie) beaucoup plus lisible  , mise en place des chiffres arabes (plus pratique pour l'arithmétique), réforme monétaire claire... Avec ses outils, l'écrit revint à la premiere place et l'Empereur Louis le Pieux, successeur de Charlemagne , fut à l'origine de plusieurs centaines d'édits, de diplômes... L'Empire Carolingien redevint une patrie de lettrés , même si ce profond mouvement ne touchait que la noblesse et le clergé.

Nous vivons à la fin de l'époque mérovingienne : la culture générale est devenue le parent pauvre de l'éducation. Désormais, les enfants ne sont plus encouragés à lire, le plus souvent par des parents à qui l'école n'a pas su faire aimer la lecture. L'esprit de 68 a ringardisé le texte, l'a remplacé par la dictature de l'image et de l'éphémère. L'école ne s'occupe plus de transmettre un savoir mais veut former des "citoyens". Or un citoyen sans culture n'est qu'un demi-citoyen, prêt à gober n'importe quel discours , n'importe quelle contre-vérité. Désormais, ceux qui brillent sont ceux qui étalent leur inculture. N'a t-on pas vu des animateurs télés et certains "peoples" se vanter de ne jamais lire , ne pas s'intéresser au monde qui les entoure ?

Jamais notre pays, depuis la création des écoles publiques par les lois Ferry de 1881-83 n'a connu un tel mépris pour la chose écrite et pour le savoir. L'éducation nationale fait faire de l'anglais aux enfants, de l'informatique, de la "citoyenneté" mais elle a mis sous le boiseau la culture générale : les programmes d'histoire sont simplifiés au maximum et passés à la moulinette du politiquement correct, les "leçons de choses" ont disparu et depuis 1989, le maître (ou la maîtresse) n'est plus celui qui donne le savoir mais un espèce d'animateur qui gravite autour de l'élève "construisant ses savoirs" !! Merci Jospin !!

Parlez de culture générale et on vous regardera comme un débile profond. Connaître notre histoire , savoir classer des animaux, se repérer sur carte... tout cela ne sert à rien , me dit-on puisque tout est sur internet !!

Savoir éphémère que celui disponible sur Internet. Avec Wikipédia, n'importe qui peut écrire sur n'importe quel sujet. Mais pas forcément la vérité !! Le savoir antique, celui qui mettait le lettré au dessus de la société et qui lui permettait de s'élever au dessus de la médiocrité disparaît . L'enfant qui va au collège sait peut être envoyer un email ou anoner quatre mots d'anglais mais il ne maîtrise pas forcément la lecture !!

Or lire permet d'entrer dans un monde contradictoire : au lieu de voir son esprit formaté par une seule source d'information , la lecture permet de confronter des idées. Que n'ai-je entendu , lors de la campagne récente, des gens justifier leur vote non pas par la lecture du programme mais par la bonne bouille du ou de la candidate. Le syndrome star-ac !! 1 , Votez Nicolas, 2 - Votez Ségolène.

Réac , mon opinion ? Sans doute !! Et alors ? Me battant tous les jours pour que les enfants de mes classe puissent accéder à un minimum de culture générale, je me vois dans l'obligation désormais de convaincre également les parents du bien fondé de ma démarche.

Oui, un enfant doit connaître De Vinci, Michel Ange, Van Gogh !! Oui, un enfant doit être capable de localiser tous les pays d'Europe sur une carte , ainsi que sa ville, sa région. Oui un enfant doit connaître Clovis, Charlemagne, Hugues Capet, Urbain II, Saladin, Soliman, il doit tout savoir de la crise qui amena la guerre de trente ans, il doit connaître pourquoi la France se lança dans la colonisation, comprendre ce que fut la conquête romaine.

Il doit avoir lu La Fontaine, Molière, Daudet, Pagnol. Il doit avoir vu Le Dictateur ou Le peuple Migrateur. Il doit avoir entendu Eine Kleine Nacht Muzik ou l'hymne à la joie, les 4 saisons ou le Boléro de Ravel. Il doit savoir qui présida son pays avant Chirac ou Sarkozy !!

Sans culture , on n'est rien d'autre qu'une coquille vide que les extrêmes sauront remplir.


Partager cet article
Repost0
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 06:32
Un million de Musulmans modérés dans les rues
par Daniel Pipes
New York Sun
8 mai 2007

Version originale anglaise: A Million Moderate Muslims on the March

Adaptation française: Alain Jean-Mairet

«Des licornes modérées» maugréait récemment un lecteur pour répondre à ma recommandation aux États occidentaux de soutenir les Musulmans modérés. Considérant leur existence comme un mythe, il relève que les non-Musulmans «attendent toujours que les modérés se dressent et fassent leur devoir, qu'ils identifient et écartent les voyous extrémistes de leurs mosquées et de leurs communautés».

C'est là un scepticisme justifié et une exigence raisonnable. Mais les événements qui se sont déroulés récemment au Pakistan et en Turquie montrent que les Musulmans modérés ne sont pas un mythe.

Au Pakistan, on estime que 100.000 personnes ont manifesté le 15 avril à Karachi, la plus grande ville du pays, pour protester contre la construction projetée d'une grande mosquée, la Lal Masjid, à Islamabad, qui établirait un système judiciaire parallèle basé sur la loi islamique, la charia. «Non à l'extrémisme», scandait la foule. «Nous résisterons vigoureusement au terrorisme religieux et à l'extrémisme religieux», exhortait Altaf Hussain, le leader du mouvement Muttahida Qaumi.

En Turquie, cinq manifestations réunissant plus d'un million de Musulmans modérés au total ont eu lieu pour protester contre le projet du Parti de la justice et du développement (AKP) qui vise la présidence de la république, ce qui lui donnerait le contrôle des deux principaux postes gouvernementaux (l'autre étant celui de premier ministre, assumé actuellement par Recep Tayyip Erdoğan).


La manifestation d'Ankara, le 14 avril 2007.
La première marche s'est déroulée dans la capitale, Ankara, le 14 avril, et était organisée par Şener Eruygur, un ex-général aujourd'hui président de l'Association pour la pensée d'Atatürk. Une foule estimée à 300.000 sécularistes (c'est-à-dire des Musulmans modérés) ont brandi des banderoles portant le portrait du fondateur de la république, Mustafa Kemal Atatürk, scandant des slogans du type «Nous ne voulons pas d'un imam comme président», «Nous respectons la foi, mais pas le radicalisme» ou «La Turquie est laïque et restera laïque!»
Une jeune femme portant un énorme drapeau turc, Muge Kaplan, expliqua que les participants sont musulmans et croient en l'Islam, mais qu'ils ne veulent pas que l'Islam «devienne tout notre mode de vie». Un agriculteur, Bülent Korucu, affirma que la foule défendait la république «contre des fondamentalistes religieux».

Une deuxième manifestation réunissant 700.000 participants a repris ces thèmes le 29 avril à Istanbul. Le 5 mai, des manifestations plus modestes ont eu lieu en Anatolie occidentale, dans les villes de Manisa, Çanakkale et Marmaris.

Et les foules ne sont pas seules à s'opposer aux islamistes de l'AKP. Le président Ahmet Necdet Sezer a ainsi averti que, pour la première fois depuis 1923, lors de la création de la république laïque, ses piliers «sont ouvertement remis en question» et il pesta contre l'imposition d'un État islamiste doux, affirmant qu'il deviendrait ensuite extrémiste. De son côté, Onur Öymen, vice-président du Parti républicain du peuple, dans l'opposition, a prévenu que si l'AKP s'emparait de la présidence, «tous les équilibres en seraient bouleversés» et que cela mènerait à une situation très dangereuse.

L'armée, l'ultime instance du pouvoir en Turquie, a émis deux déclarations qui renforcent cette appréciation. Le 12 avril, le chef d'état-major, le général Mehmet Yaşar Büyükanıt, exprima l'espoir que «quelqu'un de loyal aux principes de la république – par uniquement en paroles, mais en essence – sera élu président». Deux semaines plus tard, le ton des militaires se faisait plus pressant, annonçant que l'élection présidentielle «est suivie avec anxiété par les forces armées turques, qui restent fermement déterminées à s'acquitter des tâches qui leur sont clairement dévolues afin de protéger» les principes laïques.

Cette attitude résolue contre l'islamisme adoptée par les Musulmans turcs modérés est d'autant plus frappante lorsqu'on la compare à l'incompréhension des Occidentaux qui se moquent des dangers que représente l'ascension de l'AKP. Un éditorial du Wall Street Journal assure les Turcs que la popularité de leur premier ministre «est basée sur un gouvernement compétent et stable». Choisissant d'ignorer les tournants historiques perçus par le président Sezer et d'autres, il dénigre la «campagne de peur» concernant Erdoğan et l'attribue à des tactiques mesquines visant à «encourager les votes anti-AKP et à raviver une opposition en perte de vitesse».

«Même si Erdogan marchait sur l'eau, les laïques ne le croiraient pas», remarque un ex-ambassadeur américain en Turquie, Morton Abramowitz. Olli Rehn, le «commissaire à l'élargissement» de l'Union européenne, demanda que l'armée turque laisse la question de l'élection présidentielle entre les mains du gouvernement élu démocratiquement, qualifiant l'affaire de «test» du respect des forces armées pour leurs supérieurs politiques, une position soutenue ensuite par le gouvernement américain.

N'est-il pas révélateur qu'un grand nombre de Musulmans modérés voient le danger et que tant de non-Musulmans y restent aveugles? Les événements du Pakistan et de Turquie ne confirment-ils pas mon propos, répété maintes fois, selon lequel l'Islam radical est le problème et l'Islam modéré est la solution? Et n'indiquent-ils pas que les fouineurs non musulmans et ignorants feraient mieux de laisser place aux Musulmans modérés déterminés à reléguer l'islamisme à sa place légitime, dans la poubelle de l'histoire?
Partager cet article
Repost0
29 avril 2007 7 29 /04 /avril /2007 13:06
Notre ami Drzz a encore réalisé une vidéo de très grande qualité . La pensée néoconservatrice la relaie ici :

Saddam's secrets
envoyé par drzz

Vous ne pourrez plus dire : je ne savais  pas !!

Pensez , ne vous désinformez plus !!


Partager cet article
Repost0
18 avril 2007 3 18 /04 /avril /2007 01:51
Notre ami Drzz vient de mettre en ligne plusieurs vidéos  , qu'il a lui même conçu. L'une d'elle rend chèvre les démocrates. Raison de plus que La pensée néoconservatrice s'associe au blog Drzz pour rendre encore plus accessibles ces 3 vidéos !!


Partager cet article
Repost0
8 avril 2007 7 08 /04 /avril /2007 03:42
La critique essentielle que nous subissons , nous autres néoconservateurs, est notre esprit de Cassandre. Cassandre dans la mythologie de la Grèce antique était condamnée à voir le futur mais sans que personne ne la croit.

Malgré les signaux que le monde nous envoient, la majorité des gens pense encore vivre un moment d'insouciance.

Analysez ces deux informations et demandez vous si ce monde est vraiment celui dont vous rêvez :

Lançant un défi majeur au gouvernement pakistanais, un imam extrémiste, soutenu par des milliers de ses partisans, a annoncé la création d'un tribunal islamique à la mode talibane pour faire appliquer la charia à Islamabad. Il a menacé de lancer une vague d'attentats-suicide si quiconque essayait de l'en empêcher. Des milliers de partisans du Maulana Abdul Aziz, aux cris de ''Notre voie, c'est le jihad'', ont joint le geste à la parole, avec un autodafé de DVD et cassettes vidéo, principalement occidentales ou indiennes, devant la Mosquée rouge d'Islamabad.


Le président américain George W. Bush a persisté samedi dans son refus de tout calendrier de retrait d'Irak et dans son intransigeance face au Congrès démocrate qu'il a accusé de menées politiciennes aux dépens des soldats.
Dans son message radiophonique hebdomadaire, il a accusé ses adversaires démocrates, majoritaires au Congrès depuis janvier, de prendre le risque que certaines unités voient prolonger leur déploiement sur le terrain et que d'autres soient contraintes de partir au front plus tôt parce que le Congrès n'aura pas adopté à temps le collectif budgétaire finançant la guerre.

Les deux informations nous montrent bien l'étendue du conflit en cours. D'un côté , des extrémistes qui entendent faire régner leurs lois imbéciles et qui ne rêvent que de mort, de l'autre des collaborateurs qui entendent faire passer leurs interêts partisans avant celui des peuples qu'ils sont censés défendre !!
Partager cet article
Repost0
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 01:17
L'Iran n'a décidément aucun tact !!

 Dit comme cela , cela peut sembler ridicule mais c'est pourtant la vérité. Alors que les dhimmis de la planète entière cherchent à se concilier les "perses" à grands coups de résolutions onusiennes sans effets, de paroles appaisantes (la dernière gaffe de Chirac était éloquante sans compter les déclarations pro-bombinettes de Le Pen) ou en encourageant l'antisémitisme sur ses territoires , voilà que les bas de plafonds de Téhéran enlèvent des marins anglais dans les eaux irakiennes  !! Décidément, le Perse n'est pas reconnaissant : on lui donne tout, il en veut plus. Pas sympa du tout !!

Ce qui pensaient que l'appaisement était la clé sont désormais devant le responsabilité. De la même façon qu'on ne négocie pas avec des terroristes , les pays libres n'ont pas à discuter avec un goulag islamiste. Les plus fins observateurs auront remarqué que la France n'a pas dit un mot à propos des otages britanniques. Après le scandale Total , on ne va surtout pas se facher avec les Mollahs. D'autant que l'image de la France, fille aînée de la solution finale en prendrait un coup au pays du révisionisme triomphant.

Même Tony Blair est décevant. Au lieu d'exiger une libération immédiate sous peine de représailles militaires , il en est à demander à l'ONU un projet de déclaration exprimant son soutien à une libération. Certes , l'ONU vient d'avoir un nouveau secrétaire moins corrompu que Anan mais ce grand machin inutile fait surtout bien rire à Téhéran.

Que les choses soient claires. Les Mollahs ont enlevé des Anglais pour s'en servir comme monnaie d'échange car ils commencent à sentir le vent des missiles qui vitrifieront leurs installations. L'islamiste étant une lopette par nature, quoi de mieux que quelques boucliers humains. Et comme l'Iran sait que l'occident ne réagira pas, pourquoi se gêner ? Avec les démocrates américains qui se la jouent "Somalie revival" et une UE qui refuse toujours de voir le danger , les mollahs ont encore pas mal de cartes à jouer, d'autant que la Russie et la Chine (qui soutient aussi les égorgeurs soudanais, entre fils de putes, on se comprend) entendent paralyser toute initiative visant à restaurer la liberté dans la Perse du grand Cyrrus !!

En exhibant les prisonniers, au mépris de toute convention (et sans soulever beaucoup de protestations. Je me rappelle les médias plus incisifs quand l'armée US avait filmé des baasistes prisonniers en 2003) , l'Iran des Mollahs prouve qu'elle appartient à la lie de l'humanité. Que les démagogues qui nous gouvernenent s'en aperçoivent désormais !! Qu'ils comprennent aussi que l'on a marre de les voir ramper devant les larves islamistes, que l'on exige des dirigeants qui prennent leur responsabilité : pas des Chirac, pas des Zapatero , pas des Pelosi !!

Leonidas, revient, on a un petit travail pour toi du côté de l'antique Perse.
Partager cet article
Repost0
29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 01:24
Ainsi, c'est fait !! Le Congrès Américain vient de lancer un signal fort aux nazislamistes en exigeant de Georges W Bush une date limite de retrait d'Irak en mars 2008 !!

Incroyable légèreté de ceux qui, pour plaire à une majorité volatile, sont prêts à sacrifier tout ce que le mot liberté représente.

Annoncer un retrait c'est tout simplement réitérer l'erreur monumentale du Vietnam !! Demandez aux Boat Peoples et aux millions de morts cambodgiens ce qu'ils en pensent.

Annoncer un retrait , c'est un peu comme si, dans une partie de carte, vous montriez vos cartes à l'adversaire.

Ceux qui veulent cette date limite auront du sang sur les mains. Ils auront la rude tâche de devoir justifier leurs actes devant la planète entière. Celle qui leur balancera en pleine face les images de la brutalité nazislamiste que plus rien n'arreterait.

Qu'on se le dise, les 4 ans de libération de l'Irak n'ont peut être pas empéché tous les attentats mais sans les GI's , cela aurait été encore plus de mort ! Soit de la main de Saddam, soit de la main des nazislamistes.

Se rendre n'est pas une option. La défaite non plus. La guerre ne se gagne pas en disant à l'autre ce que l'on va faire, bien au contraire, bien au contraire.

Il fut un temps où les démocraties cédèrent devant la barbarie, reculèrent devant le nazisme pour avoir la "paix". Chamberlain et Daladier furent acclamés par des foules en délires. 70 ans après, que reste-il de ces deux hommes sinon l'image de deux dirigeants politiques qui ont trahi les peuples qu'ils étaient censés servir ?

Combien de temps faudra-t-il pour que les représentants américains qui préfèrent la honte à la guerre pour que l'opinion publique se rendent compte de leur duplicité ?

MAF l'a bien compris et va mettre en ligne sa nouvelle "pub" pour faire comprendre au peuple américain que décidément "Surrender is not an option".

Extraits :
By now you've heard the news that the U.S. Senate has shamefully undercut our troops serving on the frontlines in the war on terrorism.  Yesterday by a vote of 50-48 they handed the terrorists a victory and signaled to the world that the Congress was prepared to undermine our troops and their missions and surrender in Iraq.

We said it before, friends:  SURRENDER IS NOT AN OPTION.

You must realize how important it is for us to respond aggressively to generate a giant backlash of opposition to what the Senate and House have done to our troops.  This is the reason we have pleaded for support for our aggressive ad campaign.

Vous pouvez voir  la  ici
Partager cet article
Repost0
25 mars 2007 7 25 /03 /mars /2007 09:06
Il y a 50 ans, le 25 mars 1957 ,  6 états européens signaient le traité de Rome et s'engageaient sur la voie de la construction européenne.

Le 25 mars 2007, l'Europe des 27 fête cette anniversaire en Allemagne mais au final, on peut se poser la question : pour quoi faire.

L'Europe divisée est né du partage de Verdun en 843. Après avoir été romaine puis franque puis carolingienne, l'Europe a commencé à se constituer en états rivaux à la mort de  Louis le Pieux en 840. Quand ses 3 fils, au bout de 3 années de guerre civile, ont divisé l'Empire en trois zones, la zone européenne a début une histoire chaotique et sanglante. Les tentatives pour la réunifier ont été éphémères , menées par la guerre , la conquête. Parfois de manières spirituelles comme le pape Innocent III qui voulut établir la primauté du Vatican sur l'Europe, parfois de manière politiques et guerrière comme l'action de Napoléon qui, pour garder l'héritage de la Révolution, se lança dans une aventure guerrière , le plus souvent poussée par un réflexe défensif. Le pire fut bien entendu atteint par Hitler qui voulu établir une Europe de la haine et de la barbarie.

La construction européenne est la première qui s'est engagée de manière pacifique et qui s'est fait sur des critètes économiques. Il n'était plus question de conquêtes, de sang, d'aventures mais de partenariat , de liens commerciaux, d'échanges...

Mais au final, quel résultat ? L'Europe des 27 ne fait plus rêver. Le "non" à la consitution l'a emporté grâce à la démagogie de certains et à la peur d'autres. Elle est devenue une sorte de monstre bureaucratique fort éloigné du dessin des pères fondateurs. Certains Etats , comme la France, aspire à le diriger alors qu'ils sont sur la pente du déclin. Pire encore, depuis des années, l'Europe se construit en opposition avec le reste du bloc démocratique, à savoir le bloc anglo-saxon. L'Erurope est devenue la meilleure amie des dictatures arabes, africaines et communistes. Elle a été incapable d'empêcher le torrent de haine qui a déchiré la Yougoslavie . Elle n'a pas levé le petit doigt pour empécher le génocide rwandais. Désormais, si l'on met de côté les ex-pays de l'est, elle refuse de s'engager vraiment dans la sauvegarde de sa civilisation, défile contre la libération de l'Irak, soutient le Hamas et le Hezbollah, laisse l'antisémitisme renaître sur son sol...

Pauvre Europe, devenue un thème de campagne sous-exploité !! Pauvre Europe , manipulée par un gouvernement théocratique non élu et qui entend imposer ses règles sans se soucier de la vie de chacun.

L'Europe qui aurait pu redevenir un pôle de liberté n'a dû sa survie qu'à l'aide américaine, au Plan Marshall . Elle est désormais exclue des grandes décisions planétaires, de la croissance . Elle s'accroche à de nouvelles "aventures" comme la "lutte contre le capitalisme,  le réchauffement climatique, la soumission à tout ce qui n'est pas occidental" mais sans vraiment se donner la peine d'y réfléchir.

Peut mieux faire, donc !! L'Europe que l'on promettait enfant, celle de la prospérité, de la paix n'existe pas. Elle est devenu un truc incontrolable, ballotés au gré des modes , distancés par les USA, la Chine, l'Inde et demain peut être la Russie voir le monde arabe si celui ci sort de la gangrène de l'islamisme.

Je ne souhaite pas une Europe hautaine, toute puissante, je n'entends pas revenir à la situation de 1914 quand elle dominait le monde par le commerce et par la guerre mais tout simplement une Europe égale aux autres blocs, un partenaire honnête et efficace...

Bref, je souhaite que l'Europe de Charlemagne, qui traitait en partenaire avec Byzance et le Califat de Bagdad renaisse sur les cendres de ce monstre bureaucratique.
Partager cet article
Repost0