Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 06:59

La campagne d'Obama a fait la part belle en 2008 d'Internet et des réseaux sociaux. Le président avait réussi une quasi OPA sur les nouvelles technologies de l'information, se construisant ainsi une image de politicien branché et sachant séduire sur la toile. Or, cette maîtrise du net l'a fortement aidée dans sa conquête de la Maison Blanche.

Or, depuis quelques temps, il semble qu'il ne soit plus si fan de l'information en temps réel présente sur le net.

On sait qu'Obama a vivement critiqué FoxNews, coupable du crime d'oser pilonner sa politique et de ne pas retransmettre tous ses discours.

Mais le 9 mai, à l'université de Hampton, c'est l'Ipad et les autres outils de Gerks qui ont été visés :

"Avec tous ces gadgets, iPods, iPads, Xbox, PlayStations, l’information devient une distraction, un divertissement, une forme de loisir, et non pas une source d’enrichissement ou d’émancipation. Aussi non seulement cela met la pression sur vous, mais ça met aussi la pression sur notre pays et sur notre démocratie"

Surprenant de la part de quelqu'un qui a utilisé Internet pour faire sa campagne.


Brent Bozell, président du Media Research Center s’en est d’ailleurs étonné : « Obama se retourne contre les médias libres parce qu’il n’a plus besoin d’eux »

Je ne pense pas qu'Obama cherche à contrôler l'information (c'est impossible dans une démocratie) mais il est clair que, tant qu'elle lui était favorable, il la soutenait mais maintenant que le vent tourne, il aimerait bien qu'elle le lâche un peu.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 12:57
En 93, l’élection du saxophoniste Bill Clinton avait sonné le glas du projet de Bush Sr de retourner sur la Lune.

En 2010, Barrack Obama se montre donc aussi stupide que son prédécesseur démocrate et sonne le glas du projet de Bush Jr de retourner sur la Lune !!

On voit ici toute la différence entre un parti tourné vers l’avenir , le GOP et un parti qui pratique la politique à la petite semaine. Un comble quand on sait que c’est Kennedy, un démocrate qui a impulsé l’Amérique dans l’aventure spatiale, la seule vraie aventure du XXe siècle, celle qui oblige sociétés à se dépasser !!

En abandonnant le projet Constellation et le développement du lancer Arès 1 (malgré 9 milliards de dollars déjà dépensés !!), Obama casse donc le dernier grand rêve américain comme le fit Clinton avant lui. Retour donc à des trucs banals comme l’ISS !! Le pire est qu’Obama veut réduire la dépendance de l’Amérique aux Soyouz russes, pour cause de navettes vieillissantes, mais sans se rendre compte que son « nouveau » projet prendra des années alors que Constellation était déjà sur les rails !!

L’Amérique des pionniers a bel et bien disparu. Désormais les démocrates se contentent de gérer le pays, en improvisant des assurances maladies dont personne ne veut ou en tentant d’endiguer le chômage dû à la crise (démocrate) des subprimes . L’abandon de Constellation va coûter 4500 emplois à l’Amérique sans compter que les retombées du retour à la lune auraient pu être colossaux !! Quant à Mars, autant y dire adieu : le retour sur la Lune était la condition essentielle pour y retourner. Lancer une expédition d’un sol où la pesanteur est 6 fois moindre permet des économies d’énergie énorme, sans compter que l’exploitation de la Lune pourrait lancer l’humanité dans un nouvel âge d’or. Mais Obama préfère tailler dans les budgets pour financer sa merdique Obamacare !!

Et en coulisses, la Chine continue de doper son aventure spatiale. Je prends le pari : les premiers hommes sur Mars y planteront le drapeau rouge !! Pas la bannière de la liberté !!

Et rien que pour cela, je le clame haut et fort : Obama n’est qu’un abruti, un nain politique que les poubelles de l’histoire doivent dégager le plus rapidement possible !!
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 08:43
Hallucinant !! Si les démocrates ont échoué à conserver le siège du bastion démocrate du Massachusetts, ce n'est pas la faute de l'obamacare ou de la politique menée depuis un an ou de la désillusion grandissante face à la présidence Obama, non c'est la faute à Bush !!

" not just because of what’s happened in the last year or two years, but what’s happened over the last eight years"

Cette phrase est de Barrack Obama et montre que le président , qui s'était octroyé un B+ en décembre vit parfois dans un déni de réalité touchant. Le ressentiment des Américains envers Bush serait si grand qu'ils en éliraient un sénateur Républicain !!

Un grand n'importe quoi donc, de la part de celui qui a incarné tant d'espoir mais qui calque une grosse partie de sa politique sur celle de Bush.

Si les démocrates ont perdu cet état imperdable, c'est parce que les électeurs ont clairement dit non à l'Obamacare, que les indépendants qui avaient voté Obama en 2008 ont changé de camp et que le signal envoyé est très fort !!

Brown a fait une campagne simple : non à l'Obamacare , plus de dureté envers le terrorisme, pas de taxes supplémentaires. Un message populiste dénonce la presse (y compris en Europe) et les démocrates , mais un message qui a fait mouche puisque le candidat du GOP a remonté de 35 points !!

Obama refuse de se réveiller. Les mid-terms risquent de se transformer en cauchemar s'il ne veut pas entendre le message de SON électorat !! 
Partager cet article
Repost0
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 18:01
Faisons un peu de politique fiction venant du passé. Nous sommes en 2006. Bush doit faire son discours sur l'Union mais le soir prévu, un épisode crucial de X-Files est diffusé. Du coup, W hésite à décaler son discours !!

Le tollé serait immédiat : Bush serait qualifié de crétin, d'irresponsable, d'abruti de texan qui fait passer son plaisir personnel avat celui de son pays !!

Bon, revenons au présent et lisez donc cette petite notule dégottée sur Le Monde.Fr. Preuve qu'un messie démocrate a tous les droits !!

 

Le porte-parole de Barack Obama a laissé entendre, vendredi 8 janvier, que le président des Etats-Unis devrait décaler son discours annuel sur l'état de l'Union, prévu le 2 février, pour ne pas le prononcer en même temps qu'un épisode crucial de la série Lost, les disparus. La chaîne ABC a prévu de consacrer trois heures, le 2 février, à cette série qui relate les aventures de rescapés d'un accident d'avion isolés sur une île mystérieuse. Il s'agira du premier épisode de la sixième et dernière saison de cette saga qui devrait donner des réponses aux dizaines de questions que se posent les fans depuis que la série est diffusée.
Lire la suite l'article

 


M. Gibbs s'est toutefois refusé à préciser dans l'immédiat quand aurait lieu ce discours, qui intervient traditionnellement un mardi à la fin du mois de janvier. 'Je ne prévois pas un scénario où des millions de gens qui espèrent assister à une sorte de conclusion à Lost se verront empêchés [de le faire] par le président', a déclaré le porte-parole, Robert Gibbs, lors de son point de presse quotidien. Il répondait à une question d'une journaliste d'ABC, justement, qui se faisait l'écho de groupes d'internautes récemment constitués sur Facebook ou Twitter afin d'implorer M. Obama de ne pas choisir le 2 février pour prononcer ce discours.
Partager cet article
Repost0
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 09:47
On dit que le ridicule ne tue pas. Mais voir que, à Djakarta, les autorités ont érigé une statue du messie quand il était enfant laisse pantois !!

Alors qu'en un an, sa seule vraie décision de président n'aurait pas démérité dans la politique de Georges W.Bush (envoyer 30 000 hommes supplémentaires en Afghanistan ) , il est ahurissant de voir qu'une bonne partie du monde n'a toujours pas compris que les Américains ont commis une erreur monumentale en élisant un beau parleur, qui a basé sa campagne sur yes we can, tout en se hâtant de ne rien faire depuis un an !!

Obama, qui dévisse totalement dans les sondages (44% des américains regrettent W), se consolera donc en voyant que le pays où il a passé son enfance (et dans des conditions qui restent encore à éclaircir quant à sa religion de l'époque) le déifie désormais.

Au moins, si l'Amérique le rejette, notre Carter métis saura où aller !!

b497187c-e56d-11de-b639-965de4e7f268.jpg 
Partager cet article
Repost0
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 22:35
La descente continue pour Obama. Avec une chute de 13% dans l'électorat démocrate par rapport à juillet , il n'y a plus que 42% des Américains qui approuvent sa politique !!

En fait, il baisse partout : les Afro-Américains ? 83% en juillet contre 74% en août ?

Les 19-29 ans ? 41% contre 59 %

Les libéraux (attention, cela n'a pas le même sens que chez nous) ? 86% contre 95%
 
Chez les Républicains, il ne perd que 3% (8% contre 10%) et chez les indépendants seulement 3% (37 contre 40) .

Bref, l'Amérique se réveille avec une gueule de bois carabinée. Il est vrai qu'avec sa sécu, le messie a totalement plombé sa première année.

Maintenant, j'attends avec impatience qu'il atteigne les basses eaux de W (il n'en est plus bien loin) pour voir ce qu'en diront les médias français !! 

Le sondage Zogby sur Newsmax
Partager cet article
Repost0
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 09:13
Ah, comme il est dur de faire de la politique. Newsmax a retrouvé cette petite histoire, datant de 2003 puis de 2008, quand Obama insultait le sénateur Ted Kennedy, récemment décédé, et du passer sous les fourches caudines de l'excuse pour obtenir le soutien de ce qui reste du clan face à Hillary Clinton.

En 2003, alors que les démocrates se proposaient de modifier Medicare (qui étendait le nombre de médicament), Obama , en désaccord avec la proposition, déclara "Nous devrions appeler Ted Kennedy et lui dire "Ted, tu es un peu trop vieux maintenant, et tu as bien combattu pour nous avant. Je ne sais pas ce qui t'arrives maintenant. Prends un peu de piquant et résiste aux Républicains" . Tout ceci fut dit devant caméra.

En 2008, le sénateur Dick Turbin commença son travail de lobbying afin que Kennedy soutienne Obama au lieu de Clinton. Kennedy fit alors s'asseoir Turbin et lui montra la vidéo. 

Quand Obama fut mis au courant par Turbin, il commença par nier. Tubirn lui répondit "J'ai vu la vidéo". Obama n'eut alors pas d'autres choix que de s'excuser afin d'obtenir le précieux soutien.

Cette affaire, peu médiatisée (vous n'en trouverez aucune trace dans la presse française) montre deux choses : la propension d'Obama à insulter à droite et à gauche, et sa manie de mentir dès qu'il est pris en faute. Il montre aussi que les médias US sont aussi devenus bien serviles à l'égard de la Maison Blanche.

Le texte original de Newsmax

As President Obama continues to bask in the reflected glow of late Sen. Ted Kennedy's veneration, the serious run-in that Obama had with Kennedy – which nearly cost him his endorsement – has been widely overlooked.

The tiff first came to light in the Boston Globe's extensive biography, Last Lion: The Fall and Rise of Ted Kennedy.

It seems that in 2003 Obama, then a little-known Illinois state senator, uttered one of his infamous, off-the-cuff gaffes -- on camera.

Speaking to a gathering of AFL-CIO members, Obama said Democrats needed to "get some backbone" and reject the Medicare prescription-drug benefit bill that recently had been introduced. Not surprisingly, Obama thought the reforms the bill offered weren't drastic enough.

As told in Last Lion, Obama urged union members: "We've got to call up Ted Kennedy and say, 'Ted, you're getting a little old now, and you've been a fighter for us before. I don't know what's happening now. Get some spine and stand up to Republicans.'"

That an unknown Illinois rabble-rouser would dare to berate Kennedy on his signature issue of healthcare reform -- in front of a union meeting no less – apparently drove Kennedy to distraction.

So five years later, when Illinois Sen. Dick Durbin started lobbying Kennedy to endorse Obama over Hillary Clinton, Kennedy made him sit down and watch the video of Obama shooting from the lip.

Of greatest interest to historians, however, may be Durbin's account of Obama's reaction.

"I didn't say that," Obama insisted when Durbin told him why Kennedy was upset.

"Barack," Durbin replied, "it's on the video."

Desperately needing the mainstream acceptance a Kennedy endorsement would bring, Obama had no choice: He visited the Senate's liberal lion and personally apologized.

Partager cet article
Repost0
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 18:18
Toujours plus loin dans la com, voilà que nous avons droit à l'information la plus importante de l'année : Obama a emmené un livre de 2400 pages sur le réchauffement climatique pour le lire durant ses vacances (dorées) !!

Formidable : d'une part Obama est un lecteur surdoué puisqu'il va s'enfiler 2400 pages en 7 jours et d'autre part, c'est un citoyen concerné puisqu'il se préoccupe du réchauffement climatique !! 

Quel homme !! Il a vraiment tout pour plaire.

Cela dit, le livre en question n'en ferait que 400 et quelques (ce qui est déjà plus raisonnable) et surtout, voir que l'homme le plus puissant du monde (enfin, plus pour longtemps au rythme où il détruit l'Amérique) s'intéresse à des sujets ultra politiquement correct montre bien que chez Obama, il n'y a que la com qui compte !!
Partager cet article
Repost0
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 08:51


Le projet de retrait des forces américaines d'Irak d'ici fin 2011 reste inchangé en dépit d'une
vague d'attentats "tragiques" qui ont frappé Bagdad aujourd'hui, a déclaré un porte-parole du département américain de la Défense à l'AFP.

 

Cela a le mérite d’être clair. L’administration Obama refuse donc d’ouvrir les yeux et de reconnaître ses erreurs. Car le retrait tel que veut le faire Obama a peu à voir avec ce que pensait l’administration Bush. Celle-ci pensait que ce retrait pouvait être réversible et que l’avis du gouvernement irakien comptait.

 

Rien de tout cela chez Obama : il l’a promis, il le fera. On retrouve ici la pensée de l’idéologue, celle qui ne se trompe pas. Prenons une comparaison en France : les 35h. Avant 1997, quelques socialistes, dont l’actuelle première secrétaire du Ps, Martine Aubry, lancent cette idée du partage du travail qui va faire baisser le chômage. Arrivés au pouvoir à la faveur des législatives ratées de 97 (et avec l’aide du FN et des triangulaires), le PS va donc mettre en route cette machine infernale, malgré toutes les mises en gardes, toutes les alertes, tous les avis d’experts. Pire encore, la droite au pouvoir refusera de revenir franchement sur cette aberration. L’idéologie triomphe, en dépit de la raison.

 

La recrudescence des attentats en Irak qui intervient depuis le début du retrait et la volonté d’Obama de ne rien remettre en question montre que l’ère Bush est bel et bien finie. Désormais, on courtise les dictateurs, on dialogues avec eux, on capitule devant l’ennemi et on hisse le drapeau blanc, même quand la victoire est proche !!

Tant pis pour les victimes, tant pis pour l'Irak, tant pis pour la démocratie !!

La devise d'Obama désormais "La liberté ? Rien à foutre" !! 

Partager cet article
Repost0
12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 08:30
Can the unthinkable actually be happening? Is the Obama Administration employing Stalinist tactics of thuggery and intimidation against average Americans who oppose ObamaCare

     Consider the following incident. 

     When Barack Hussein Obama rolled into town for his - by invitation only - town hall meeting in Bristol Virginia, average citizens, desperate to make their voices heard, gathered on sidewalks and curbs along the route of Obama's motorcade holding homemade signs opposing ObamaCare

     One of the peaceful citizen protesters sent this shocking eyewitness report to the Internet blog, TheGatewayPundit.com

"There were several vehicles following the limo that contained the secret service. The vehicles had all the windows rolled down, and back hatches open on the SUVs with the men holding their, I assume assault rifles, machine guns, drawn on everyone lining the streets. Needless to say, it took my breath away at the sight of them, and made my friends and I dizzy with fear.... I turned on a local talk radio program as we were leaving and all the calls were about witnessing the guns being pointed at them." 

     Of course, we don't want to jump to any conclusions. There might have been a legitimate reason behind what appears to otherwise be an excessive show of force... we simply don't know. 

     But even if the intent of the Obama Administration was not to oppressively stifle 1st Amendment rights... the message that was left is nonetheless chilling. 

     Rosslyn Smith with AmericanThinker.com put the incident in perspective: 

"Whatever it was, the message was poison. Only handpicked supporters were going to get into the carefully orchestrated media event at a Kroger deli that had Obama jetting in and out of the community. That all those who were left to peacefully demonstrate outside had been held at gunpoint is not going to be forgotten anytime soon by those in attendance." 

     Thuggery? ... Veiled threat? ... Paranoia on the part of Team Obama? ... Legitimate and necessary safeguards to protect the life of the President against a real threat? 

     We may never know. 

     But there is one thing that we do know.  Proponents of ObamaCare are showing a detestable contempt for the American people

     They don't want to hear from you. They don't want to hear what you have to say when it comes to the government takeover of the health care system and they don't care what you have to say. 

     Essentially, they are trying to tune you out. 

     But it doesn't have to be that way. You can make them listen... right here and right now. 

Partager cet article
Repost0