Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 06:01
La ZOA est profondément inquiète à cause des dernières déclarations de Hillary Clinton sur Israël et la Palestine, ainsi que sur la façon s'est passé son premier voyage officiel au Moyen Orient.

On savait qu'Obama considérait Israël comme  une épine dans la diplomatie américaine (pour reste poli) , on a la confirmation qu'il refile le virus à son gouvernement.

(Article en anglais tiré de Newsmax.com)

The Zionist Organization of America is “concerned and deeply disappointed” regarding the views expressed by Secretary of State Hillary Clinton during her recent trip to the Middle East.

In an interview on a Palestinian Authority (PA) TV teen show, Clinton “accepted the false premise of her teenage interviewer that Palestinians live under Israeli occupation without freedom and liberty, thereby helping to legitimize a false basis of Palestinian incitement to hate Israel,” according to a statement from the ZOA, which was founded in 1897 and has more than 30,000 members in the U.S.

Clinton was asked, “What would you do if your daughter was unfortunate enough to have been born under occupation, born deprived of freedom and liberty?”

The ZOA said: “Secretary Clinton legitimized the question’s false premise and actually helped incite hatred against Israel by not refuting it and ignoring the fact that 98 percent of Palestinians actually live under the PA or Hamas, not Israeli control.

“Instead, Clinton responded, ‘Well, I would do what so many parents here in the West Bank and in Gaza do. I would love her … I would get the best education I could for her … I would never give up on the dream of a Palestinian state.’

“That an alarming number of Palestinian parents have encouraged their children to become suicide bombers was somehow lost from Secretary Clinton’s response.”

The ZOA statement noted that as a senator, Clinton was “strongly vocal about the need to put an end to the culture of Palestinian incitement to hatred and murder in the PA-controlled TV and radio, mosques, schools and youth camps.”

The ZOA cited a statement Hillary made in October 2003: “How can you think about building a better future, no matter what your political views, if you indoctrinate your children to a culture of death?”

And Clinton said in February 2007: “We must stop the propaganda to which Palestinian children are being exposed . . . I have been speaking out against the incitement of hate and violence in Palestinian textbooks for years.”

ZOA National President Morton A. Klein said: “We are concerned and deeply disappointed that Secretary Clinton has uttered not a word about the issue of incitement to hatred and murder she herself once emphasized was a priority, and indeed the key to bringing about an Arab-Israeli peace.

“In this PA TV interview, Secretary Clinton had a real opportunity to confront the vital issue of incitement to hatred against Israel with a huge Palestinian audience. This could have been an excellent and rare opportunity to place the issue she once claimed was paramount on the international agenda by speaking directly to the next generation of Palestinians.

“Instead, not only did Secretary Clinton fail to confront the issue, but she actually became an accessory in the PA’s relentless promotion of hate propaganda against Israel.” 
Partager cet article
Repost0
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 12:12
Le plongeon du pays de la liberté continue. Témoin, cet article paru dans NewsMax.com qui montre qu'Obama va nommer un ennemi d'Israël au National Intelligence Council !!

President Barack Obama's administration has sparked controversy with its choice for chairman of the National Intelligence Council — a former ambassador to Saudi Arabia who has staunchly supported anti-Israel views.

In his new post, Charles W. Freeman — who was ambassador from 1989 to 1992 and served during Operation Desert Storm — will be responsible for overseeing the production of National Intelligence Estimates and other intelligence data.

The Power Line blog observed that “Saudi shill” Freeman’s “loyalty to Saudi Arabia and his outside-the-mainstream views on the Middle East make him a strange choice for the post, to say the least.”

For the past 12 years, Freeman has been president of the Middle East Policy Council (MEPC), which has received funding from Saudi Arabia and lobbies on behalf of the Arab world.

Views expressed in the organization’s journal, "Middle East Policy," argue that the invasion of Iraq was launched to aid Israel, saying that “the war was an excuse to enlarge the U.S. strategic ‘footprint’ on top of the lakes of oil in the Gulf region and make life easier for Israel, starting with the easiest problem case, Iraq.”

The MEPC published what it called an “unabridged” version of “The Israel Lobby and U.S. Foreign Policy” by professors John Mearsheimer and Stephen Walt. That controversial 2006 essay asserted that American Jews have a “stranglehold” on the U.S. Congress which they exploit to tilt America toward Israel at the expense of broader national interests.

In a 2007 address, Freeman stated that “Israel no longer even pretends to seek peace with the Palestinians” and decried “the brutal oppression of the Palestinians by an Israeli occupation,” The Wall Street Journal reported.

The MEPC’s political action group publishes a book that teaches children that Muslims discovered the New World. It cites two sources that claim Muslims reached the Western Hemisphere in pre-Columbian times and spread throughout the Americas.

When explorers reached the New World, according to the sources, they met “Iroquois and Algonquin chiefs with names like Abdul-Rahim and Abdallah Ibn Malik.”

Freeman maintained business ties to the bin Laden family and their Saudi Binladen Group construction conglomerate even after the 9/11 attacks. He said in an interview with The Associated Press less than a month after Sept. 11 that he was still “discussing proposals with the Binladen Group  — and that won’t change.”

Regarding the terrorist attacks, Freeman said at a 2002 conference that Osama bin Laden “almost certainly” perpetrated 9/11, the hijackers “probably” were recruited in Saudi Arabia, and Americans should ponder “what might have caused the attack.”

Freeman has also created concern over his views on China, saying in 2006 that the specter of a Chinese threat to the U.S. is nothing more than “a great fundraiser for the hyper-expensive advanced weaponry our military-industrial complex prefers to make.”

Freeman also opined that the Chinese government exercised “overly cautious behavior” regarding the 1989 Tiananmen Square protests that led to a massacre of demonstrators.

Freeman was on the international advisory board of the China National Offshore Oil Corporation, which is owned by the Chinese government, while it was doing business with Iran, according to the Weekly Standard.

In 2006, the Chinese firm reportedly agreed to a multibillion-dollar deal with the state-owned Iranian oil company that may violate U.S. sanctions against the Islamic Republic.

Members of the pro-Israeli community have privately criticized Freeman’s appointment, according to The Washington Times.

“Freeman is well-known for his hostility toward Israel, but what's more substantively troubling . . . is the obvious inappropriateness of hiring a well-known advocate for the interests of Middle Eastern autocracies to produce national intelligence estimates for the Obama Administration,” Jeffrey Goldberg wrote in The Atlantic.

And House Republican Whip Eric Cantor of Virginia said: “Freeman’s past associations and positions on foreign policy are deeply alarming. His statements about the U.S.-Israel relationship raise serious questions about his ability to support the administration’s attempts to bring security, stability, and peace to the Middle East.” 
Partager cet article
Repost0
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 07:01
Enfin, on aurait pu les croire assommés par la défaite de 2008 mais les membres du GOP ont décidé de contre attaquer.

John McCain avait choisi de faire confiance au nouveau président et même Sarah Palin lui avait emboîter le pas. Il est clair que cette "lune de miel" est terminée et que, aux vues des premières décisions de Barack Obama, le GOP réagit enfin et surtout n'est pas dupe des promesses qui consiste à gouverner au delà des clivages. Obama gouverne selon ses promesses de campagne, celles où il a battu Clinton et où il a fait dans le clin d'oeil à la gauche. Sa volonté de donner plus d'un milliard de dollars à l'ACORN, l'organisme qui l'a aidé à truquer les résultats dans plusieurs comtés montre bien cet état de fait.

Preuve en est ce petit article , tiré de Yahoo où l'ex candidat républicain s'en prend au dispendieux plan de relance démocrate !!

Le sénateur McCain s'inscrit dans le concert des critiques républicaines vis-à-vis du plan de relance de 819 milliards de dollars du nouveau président, adopté la semaine dernière par la Chambre des représentants sans aucun vote républicain et qui doit être désormais examiné au Sénat.

M. McCain a indiqué lundi sur CNN qu'il ne voterait pas pour le plan en l'état mais qu'il travaillait avec ses collègues républicains sur un "autre plan" tourné vers davantage de déductions fiscales et de mesures incitatives pour permettre aux Américains de conserver leurs logements. Il a appelé les démocrates à intégrer ces idées dans un nouveau plan de relance.

"Il est désormais temps de s'asseoir et de négocier réellement, ce que nous n'avons pas (fait) jusqu'à présent", a déclaré M. McCain. "Nous devons avoir comme objectif plus de déductions fiscales et moins de dépenses. Mais nous pouvons négocier", a-t-il dit.

"La crise a démarré par l'immobilier", a dit McCain, "elle se terminera quand nous stabiliserons l'immobilier, les prix des logements".

La minorité républicaine du Sénat a haussé le ton dimanche, menaçant de faire obstruction au plan en l'absence d'une profonde modification du niveau des réductions d'impôts et des dépenses publiques.

Le nouveau président qui avait promis de gouverner au delà des clivages partisans, avait appelé les républicains à soutenir son projet. Après son adoption à la Chambre, il a cependant dit souhaiter "améliorer" son plan, espérant ainsi encourager des républicains à soumettre des amendements dans la version finale du texte. 
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 14:47

Quand, lors de la campagne électorale de 2008, des blogs comme Drzz, Une vision néoconservatrice ou votre serviteur ont tenté de démontrer que Barak Obama n’était pas qu’un personnage sympathique et charismatique, mais également un dangereux idéologue de gauche, nous nous sommes pris une volée de bois vert.

 

L’élection du nouveau messie a ravi la presse mondiale et les bobos de toute la planète, mais l’on nous a rapidement expliqué qu’Obama se rangerait finalement à la raison et abandonnerait ses promesses de campagnes.

 

On peut déjà dire que les optimistes avaient tort et que les pessimistes avaient raison. En quelques jours, Obama a commencé par lancer d’extraordinaires signes de soumission aux nazislamistes. Derrière le discours de façade (nous serons intraitables contre le terrorisme), des signes inquiétants sont bel et bien là. Il y a déjà la présence de Ingrind Mattson, présidente de la Société Islamique d'Amérique du Nord à la cérémonie d’investiture. Or, cette Société est lié au Hamas si l'on en croit les autorités fédérales de Dallas !! On notera aussi que la presse mondiale a loué l’esprit d’ouverture du nouveau président, tout en faisant totalement l’impasse sur le fait que Georges W Bush fut le premier président américain à prier dans une mosquée et que contrairement à la légende, il n’a jamais considéré l’Islam comme un ennemi. W a toujours dit qu’il combattait l’islamisme, pas l’Islam !! Obama, dans son discours, n’a fait que reprendre les idées de W en lançant son appel aux musulmans.

 

Passons donc sur cette nouvelle vision sélective des médias, pour arriver aux premières décisions d’Obama.

 

La fermeture de Guantanamo est un rude coup porté à la lutte contre le terrorisme. On m’arguera que Mc Cain avait également promis de le faire, mais le candidat Républicain s’était petit à petit rangé à un autre avis. Guantanamo n’est pas un camp de concentration ni une prison de la honte, mais un centre où l’on a retiré du monde des personnes susceptibles de répandre la terreur sur notre planète. No Man’s Land nous dit-on ? Mais l’arsenal juridique ne permet pas de combattre efficacement le terrorisme. Londres et Madrid en savent quelque chose, même si les Espagnols n’ont pas compris la leçon (étonnant d’ailleurs pour un peuple qui a sur reconquérir son pays pendant plus de 700 ans que de céder aussi vite à la menace islamiste). En fermant Guantanamo, le signal envoyé est clair : terroristes de tous poils, vous pouvez de nouveau préparer les attentats sans craindre d’être internés dans une prison d’exception.

Tripoli ne s'est d'ailleurs pas trompé en réclamant une quinzaine de "ses" terroristes détenus sur l'île !!

On n’attrape pas des mouches avec du vinaigre, d’autant qu’Obama veut aussi revenir sur les règles qui permettent l’interrogation de suspects et sur les centres de détention de la CIA à l'étranger.

 

Le président ignore donc que, si le Patriot Act avait été en vigueur avant le 11 septembre, celui-ci n’aurait jamais eu lieu !! En effet, les autorités américaines avaient arrêté par hasard les cerveaux du 11 septembre, mais bien protégés par les lois en vigueur de l’époque, ils ont pu attendre tranquillement qu’arrive ce meurtre de masse. En revenant sur les lois sécuritaires, qui ont pu éviter de nouveaux attentats sur le sol américain, Obama prend le risque de voir les terroristes revenir à leur ancienne sécurité. Être aveugle à ce point confine à la sottise la plus crasse !!

 

Enfin, sur un autre point, Obama veut également revenir sur une loi de Bush, qui reprenait d’ailleurs un texte de Reagan (abrogé par Clinton, comme quoi, rien ne change) qui interdisait la promotion de l’avortement en Amérique du Nord. Obama entend redonner leur liberté aux femmes (rappelons quand même que l’avortement n’est pas interdit aux USA, contrairement aux conneries qu’on lit ici et là) mais, comme tout bon idéologue de gauche, il le fait de la manière la plus simpliste : faites de votre corps un lieu de plaisir et ne vous souciez pas des enfants à naître, une simple aspiration vous en débarrassera.

 

La gauche mondiale applaudira bien sûr ces décisions tandis que les pessimistes commenceront à se dire qu’ils étaient encore en deçà de la vérité !!

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 07:58
Cet article est le premier d’une série qui entend réfléchir avec recul sur l’échec de John McCain aux dernières élections présidentielles US.

Dans un premier temps, j’ai choisi de m’intéresser à Sarah Palin, celle qui aurait pu être vice-présidente si le peuple américain avait voté avec un peu plus de jugement et la façon dont son lynchage systématique a été organisé par un système inquisitoire d’une grande brutalité.

Inconnue il y a 8 semaines, sauf de ses administrés de l’Alaska, Sarah Palin a été choisie, à la surprise générale, par McCain afin de palier  plusieurs manques de sa campagne.

La jeunesse : McCain sait bien que son âge est un handicap. En choisissant une jeune femme (44 ans), il fit le pari de rajeunir son image et d’oser  lancer dans le grand bain une néophyte. Il prenait aussi le contre-pied de BHO qui avait choisi lui de s’adjoindre un vice-président expérimenté (malgré son surnom de Joelagaffe).

 La base conservatrice : Palin étant plus "à droite" que lui, il donnait un gage de diversité au GOP. D'ailleurs, durant la campagne, elle fut bien plus incisive que lui, tentant de rappeler au  public anesthésié par CNN et autres CBS la vraie nature de certains amis d'Obama.

En quelques heures, Sarah Palin est devenue un nom mondialement connu, mais cette lune de miel n’a duré que très peu de temps.

Rapidement, les démocrates ont senti le danger et ont envoyé des dizaines de personnes en Alaska pour enquêter sur la nouvelle star du GOP.

Fouillant les poubelles du passé, les médias acquis à Obama ont commencé à sortir des choses plus ou moins vraies sur Palin. Et même si un journal  comme le New York Time affichait rapidement des démentis comme, par exemple, la fausse appartenance de Palin à un parti indépendantiste d’Alaska, le mal était fait.

Palin a donc été accusé de mentir sur la filiation de son dernier enfant, trisomique, que la presse a attribué en fait à une de ses filles. La presse  a également constaté que son mari avait été pris en flagrant délit de conduite en état d’ivresse 22 ans auparavant !! La rancune est tenace chez les  Dems. Plus grave, elle fut accusée de  népotisme pour avoir fait pression afin qu’un employé fédéral soit viré. Là aussi, elle fut blanchie de ces accusations la veille du scrutin, mais là aussi le mal était fait.

Sarah Palin a vite compris que sa féminité ne la protégeait pas, bien au contraire. Certains démocrates créèrent une page Ebay où elle mettait en  vente son petit garçon. Obama, l’homme qui a fait une campagne « digne » balança à une foule hilare « même si l’on met du rouge à lèvre à un porc, cela reste un porc ». On railla le coût de sa  garde-robe, en oubliant qu’on avait trouvé les habits qu’elle portait au début de la campagne totalement ridicules et laids.

Palin a été ridiculisé dans des dizaines de spots internets, un porno a été tourné avec un sosie vaguement ressemblant (l’information fit la une de  l’AFP pendant quelques heures), l’émission Saturday morning live lança aussi son propre sosie de la candidate du GOP, la ridiculisant à chaque instant. Bonne joueuse, Palin vint affronter ce  mauvais clone et fit preuve d’un sens de l’humour bien supérieur à celui qu’on attendait d’elle.

Dans la catégorie mauvais goût, on notera la pendaison d’un mannequin à son effigie par un « artiste » californien.

Sur les blogs , on pu voir également un sexisme hallucinant se développer autour de sa personne. Sur le blog Drzz, elle eut droit aux fantasmes de  quelques puceaux libidineux qui la voyaient distribuer des fantaisies buccales à John McCain. Quelques passages sur les forums du Figaro ou de Libération donnaient également le vertige. Un type  débarquant de la Lune et voulant se renseigner sur Palin aurait vite compris qu’au mieux, elle était d’une stupidité rare, au pire, c’était une Hitler en jupon.

La moindre de ces déclarations étaient montées en épingle par la presse, qui ignorait pudiquement les nombreuses gaffes de Biden. Rien ne lui fut  épargné, ni ses lunettes, ni sa coupe de cheveux, et surtout pas ses idées religieuses.

Car Sarah Palin a eu la mauvaise idée d’être chrétienne et d’oser le dire. Créationniste de surcroît ! Et la presse qui nous bassine avec sa  soi-disant tolérance religieuse en a fait l’égal d’un nazislamiste de base, obscurantiste et ravagée !!! Amusant de voir que la sphère privée n’a aucun intérêt quand il s’agit d’une femme de  droite.

En cas de victoire de McCain,   L’express s’apprêtait à titrer « Le couple qui fait peur » !! Sarah Palin n’a eu aucun soutien dans les  médias qui ont tiré à boulet rouge sur elle. Une des groupies française de BHO, Nicole Baccharan estimait que Palin était le cauchemar de la femme américaine parce qu’elle était pro-life et adhérente de la NRA !! Pour les féministes, une femme se doit de toute façon d’être de gauche, sinon ce n’est qu’une conne !!

Seule Fox News a fait exception à la règle.

Et même au sein du Parti Républicain, les aigris se sont vite faits connaître !! À la limite que les Démocrates l’insultent, c’est de bonne guerre,  c’est de la politique. Mais être descendue par son propre parti doit laisser un goût amer.

Pourtant, à partir de sa candidature , l’affluence des meetings du GOp a explosé. Elle a plus que tenu tête à Joe Biden lors du débat. Son sourire et  sa candeur naturelle la placent désormais comme une valeur sûre de la vie politique américaine.

Sarah Palin a peut-être perdu l’élection, elle est sans doute devenue la femme la plus détestée de la planète , massacrée par une presse dont  l’intolérance n’est plus à prouver, mais elle a gagné le droit de changer la politique américaine. Elle incarne l’avenir du GOP.
Partager cet article
Repost0
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 23:04
Vous pensez que je fais de la provoc avec cette question ?

Pas du tout !! C’était le titre d’une émission d’Europe 1 le 1er novembre 2008.

(soit dit en passant, oui, l'Amérique est prête pour élire un Noir. Elle a déjà eu des maires, des  sénateurs, des gouverneurs de couleur...)

En fait, la campagne électorale américaine a remis le facteur racial au centre du débat. Et pas forcément de la façon la plus élégante.

Explication.

Si Obama n’est pas élu mercredi, ce sera la preuve que les Américains sont de gros cons racistes. Personne ne se dira que, finalement, les votants auront jeté un œil sur le délirant programme du candidat démocrate. Ou bien qu’ils auront préféré l’expérience d’un McCain.

Si Obama est élu, alors ce sera la preuve que les Américains ont jeté leurs préjugés aux vestiaires. Personne ne se dira que finalement, les votants auront envie de tenter l’expérience que leur propose le candidat démocrate. Ou bien qu’ils auront eu envie de ne pas continuer l’aventure commune avec le GOP.

Le problème du racisme est donc à géométrie variable. Il est d’ailleurs amusant de voir que la France, qui n’a jamais connu de candidat de couleur, se permet de donner des leçons d’anti-racisme aux USA. Les immigrés en France peuvent d’ailleurs tous témoigner de l’excellent accueil que leur a toujours réservé notre pays. Les mots « ritals », « polacs » ou « bougnoules » sont sans doute des surnoms affectueux.

Qu’on n’oublie pas que ce sont les Républicains qui ont nommé des noirs à des postes de responsabilité importants, que Bush a été le premier président à nomme un Powell ou une Rice à de tels niveaux de pouvoirs.

Obama a joué la carte raciste durant toute sa campagne. La moindre attaque d’Hillary Clinton était forcément une attaque raciste. Il a ensuite repris cette rhétorique contre McCain. Il est interdit de critiquer Obama sans être taxé de racisme.

Vous osez dire que le programme d’Obama est à gauche ? Racisme !!

Vous osez dire que Obama a des fréquentations douteuses ? Raciste !!

Les réactions qui fusent sur le blog sont claires : puisque nous n’aimons pas le personnage Obama et son programme, nous ne sommes que de gros beaufs racistes. Et tant pis si nous exprimons nos craintes de voir le pouvoir américain aux mains d’un homme qui veut ruiner les efforts en Irak, négocier avec l’Iran, avec Chavez, avec Castro, qui veut imposer ses compatriotes et surtout qui cache de telles zones d’ombres dans sa vie.

McCain n’a pas que l’age comme handicap, sa couleur l’est aussi. Car après tout, soyons absurdes, si le peuple américain plébiscite Obama mardi soir, pourquoi ne serait-ce pas un signe de racisme anti-blanc ? Pourquoi peut-on pendre Sarah Palin en effigie mais pas Obama ?

Si Obama perd les élections, la presse traînera alors l’Amérique dans la boue, elle qui aura refusé le poste suprême à un métis.

S’il les gagne, alors, la presse sera heureuse. Pas longtemps, sans doute, mais on l’aura prévenu.
Partager cet article
Repost0
17 octobre 2008 5 17 /10 /octobre /2008 07:22
L’élection présidentielle de 2008 sera-t-elle la première basée sur la foi aveugle ?

On peut sincèrement le penser tant l’Amérique, si l’on en croit les sondages (plus ou moins sincères) , s’apprête à envoyer à la Maison Blanche un homme sans s’inquiéter des nombreux signaux qu’il véhiculent.

Petit récapitulatif !!

L’Amérique sait qu’Obama a frayé avec William Ayers, un terroriste d’extrême gauche particulièrement incisif et qui se réjouissait du 11 septembre. L’Amérique le sait, mais Obama nie. L’Amérique lui pardonne.

L’Amérique sait qu’Obama soutient l’ACORN , une association dont le but est d’inscrire de nouveaux électeurs sur les listes , mais qui est accusée de fraudes électorales massives dans plusieurs états. Obama nie tout lien avec l’Acorn, mais lui a versé plusieurs centaines de milliers de dollars. L’Amérique sait, mais elle ferme les yeux.

L’Amérique a entendu le révérend Jackson dire qu’Obama élu, ce sera la fin de la mainmise sioniste sur le pouvoir américain. L’Amérique fait mine de ne pas avoir compris.

L’Amérique a compris que Joe Biden n’était pas dérangé par un Iran nucléaire, sachant qu’Israël serait directement menacé !! Mais les juifs américains soutiennent Obama.

L’Amérique a sans doute compris que le programme économique d’Obama se résumait à de nouvelles hausses d’impôts. L’Amérique déteste les taxes et a même entamé sa lutte pour l’indépendance suite aux taxes anglaises sur les produits américains, mais l’Amérique ne dit rien sur les taxes d’Obama.

L’Amérique estime que le Surge en Irak est un succès mais l’Amérique voit d’un bon œil le retrait honteux que lui propose Obama.

L’Amérique a lutté contre le communisme durant des années, mais doit se dire qu’un candidat soutenu par tous les marxistes de la planète, ce n’est pas si mal.

L’Amérique est en guerre contre l’islamisme radical, mais n’est pas dérangé par un futur candidat soutenu par le Hamas, le Hezbollah .

L’Amérique sait que le fameux Kill him est un tissu de mensonge mais se dit que bon, peut être qu’il y en a qui le pense.

En clair, comme l’a fait remarqué Howard Stern , si Obama était pro-life, partisan de rester en Irak et avait comme colistière Mme Palin, ses partisans voterait quand même pour lui !!

On appelle cela la foi !! Mais on sait que parfois, elle est aveugle.
Partager cet article
Repost0
12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 08:57
Seuls les imbéciles ne changent pas d'avis, mais il est assez ironique de voir que même Barrack Obama a pensé, tout comme Joe Biden, qu'il n'avait pas l'expérience pour se présenter à la Présidence.

C'était en 2004. Depuis qu'est ce qui a vraiment changé pour lui ?
(merci à Leroidavid pour le lien)

 
Partager cet article
Repost0
7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 20:10

La nouvelle a fait l'effet d'une bombe : John McCain renonçait à faire campagne dans le Michigan car, selon lui, la cause était perdue !!

Le Gop (et même Sarah Palin) ont décidé de ne pas laisser tomber l'état. Plusieurs associations du Gop et NewsMax ont lancé une campagne pour que le candidat Républicain n'abandonne pas un pouce de terrain à Obama. Car on le sait, la moindre voix perdue sera terrible !!

Extrait de NewsMax :

Immediately following the news reports about McCain's decision to pull resources from Michigan, his own running mate, Gov. Sarah Palin was telling Fox News Channel's Carl Cameron, "Oh, come on. You know, do we have to? Do we have to call it there?"  Palin has announced she and her husband Todd are willing to go to the state and save it for the campaign.

McCain's Michigan campaign Chairman, Chuck Yob, told Palin in an email that he agreed - and that the state of Michigan must be fought for by McCain/Palin supporters.  Here's an excerpt from that email:

 

"I wholeheartedly agree with you that the
decision by the McCain campaign to pull out of Michigan was the wrong decision.

 

We have all been wrong at times, and I think this is a decision that will be corrected in a couple of weeks.  We were ahead three points as of a week ago according to MRG, a polling firm that I trust more thanany national pollster.

I talked to Michigan Republicans and McCain supporters on a conference call last night and they vowed to redouble their efforts."

We here at the Our Country Deserves Better Committee are going to stand in support of her and make the state as much "in play" as we can.

We will be conducting 8, yes - EIGHT, rallies in support of the McCain/Palin ticket and opposing the Obama/Biden ticket in cities across America in our upcoming national "Stop Obama" Tour. 
Partager cet article
Repost0
5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 17:07
Ouf, enfin, le Gop se réveille. Témoin, cet article cité aujourd'hui par l'AFP et que je remets ici.

«Quand allez-vous enlever les gants?», demandait une supportrice républicaine à John McCain. « Mardi », avait-il répondu en référence au deuxième débat qui opposera les deux candidats. D'ici là, il laisse le tour de chauffe à sa colistière Sarah Palin. Celle qui s'était volontiers présentée comme un « pitbull avec du rouge à lèvre » a franchi un pas supplémentaire vers un affrontement sans retenue, en accusant Barack Obama de « copiner avec les terroristes ».

« Notre adversaire est quelqu'un qui voit l'Amérique semble-t-il comme tellement imparfaite qu'il copine avec des terroristes qui prendraient pour cible leur propre pays », a-t-elle lancé samedi lors d'une réunion de collecte de fonds à Englewood (Colorado, centre).

Cette rude attaque, répétée à deux reprises lors de visites dans des villes de Californie, est une allusion à un article du New York Times sur Bill Ayers, un ancien militant contre la guerre du Viet Nam qui avait lancé une campagne d'attentats aux Etats-Unis avec son groupe des « Weathermen ».

L'article explique que la route d'Ayers, devenu professeur, a croisé celle de Barack Obama vers 1995 à l'occasion d'un projet éducatif. Selon les témoignages rapportés par le journal, les deux hommes auraient depuis échangés e-mails et coups de téléphone, mais ne semblent pas être des proches. Et Obama n'a jamais exprimé la moindre sympathie pour le passé terroriste d'Ayers, selon le New York Times.

Les adversaires d'Obama se sont cependant emparés de l'affaire Ayers, faisant figurer l'ancien terroriste dans ce spot diffusé sur Youtube : 

L'équipe démocrate, qui dément qu'Ayers ait eu un quelconque rôle de conseil ou une quelconque influence sur Obama, a qualifié cette attaque de «désespérée et fausse».

«Les commentaires de la gouverneure Palin, sont insultants mais ne sont pas surprenants étant donné la déclaration du camp McCain ce matin selon laquelle ils vont lancer des attaques de façon à détourner l'attention du pays des difficultés économiques», a dit le porte-parole du ticket Obama-Biden, Hari Sevugan. 
Partager cet article
Repost0