Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juin 2021 1 28 /06 /juin /2021 09:04

Deux scrutins étaient donc organisés en France ces 20 et 27 juin 2021 : les régionales et les départementales. 

 

Vu la façon dont ces deux élections n'ont pas passionné les Français , ainsi que le contexte Covid, il était évident qu'on irait vers une abstention record (plus de 66%) et que les sortants tireraient leur épingle du jeu.

 

Cependant, on peut tout de même tirer quelques conclusions qui, comme toujours, ne sont valables qu'à cet instant T.

 

Premièrement , le parti du président s'est clairement pris une claque magistrale. Aucune région ne sera dirigée par En Marche. C'est un échec cinglant et mérité tant ce parti ne repose sur rien : aucun ancrage local, un mépris affiché du président pour ce pays, une politique opportuniste et sans aucune direction. A cela s'ajoute une campagne électorale médiocre où malgré la présence de plusieurs ministre, le seul argument a été "Sans nous, le déluge de l'extrême droite" et on a donc tous les ingrédients d'une débâcle.

 

Evidemment, ceci ne présage en rien de ce qu'il va se passer l'année prochaine. On sait bien que les élections intermédiaires ne profitent pas forcément  au vainqueur lors de la présidentielle. Macron peut toujours être réélu si la droite est incapable de gérer cette victoire.

 

Deuxièmement, l'abstention a aussi touché le RN. Là aussi, une campagne médiocre et illisible menée sur la base du "tous pourris" qui commence à dater, une chef de parti incapable de fédérer autour de son nom et un programme dont a bien du mal à comprendre les contours. Ceux qui ont annonçaient un raz de marée RN se sont trompés. Et pour être honnête, je pensais que le parti de Marine Le Pen ferait un score plus important tant le ras le bol était important. Et puis, ne nous avait-on pas martelé que les médias comme Cnews ou Europe 1 (???) étaient désormais des relais de l'extrême droite ? Il est vrai que pour la pensée unique de gauche, dès qu'on affiche une valeur de droite républicaine, on est forcément un fasciste. La France insoumise , qui s'est pris une claque dimanche dernier, peut sans aucun souci afficher son antisémitisme , son racialisme sans aucun problème, mais dire qu'on aime son pays, quelle horreur !!!

 

Dans les cantons qui m'entourent, le RN a fait de bons chiffres, mais pas suffisant pour inverser la tendance. Il semble que le vote RN reste un vote rural. Il apparait aussi que le socle dit "ouvrier" du RN ne s'est pas déplacé alors qu'il avait tendance à le faire quand les autres catégories s'abstenaient. En ne faisant pas son plein de voix habituel, le RN a donc perdu gros et certains cadres commencent déjà à s'interroger sur la stratégie pour 2022 voire remettent en question la candidature "naturelle" de Marine Le Pen.

 

Car  Macron et elle sont les grands perdants de ces élections. Et même au niveau départemental, très peu de cantons sont allés aux partis des deux derniers finalistes de la présidentielle. Méfiance envers le président, désaveu des candidats FN locaux (très peu étaient connus du grand public), un boulevard s'ouvrait donc pour la droite et cela le troisième enseignement puisque Les Républicains sont en tête avec 38% des suffrages. La droite a donc réussi à contenir le FN, en musclant quelque peu son discours d'ailleurs, preuve qu'il en est que son électorat veut du concret, du solide et surtout pas  de l'alliance avec la gauche. Reste à transformer cette nouvelle victoire l'an prochain pour sortir de 10 ans de présidence Hollande/Macron. Problème : personne ne semble se détacher chez les Républicains pour incarner une vraie alternative.

 

Enfin, la gauche résiste aussi puisqu'elle a capté 34% des voix. Cependant, le conglomérat écolo/PS/Radicaux et cie semble toujours aussi disparate et là aussi bien malin qui saura prédire qui sortira des rangs l'an prochain. 

 

Au final, 5 régions à gauche, 7 à droite. Tous les sortants sont reconduits, même si être élu par un tiers des inscrits ne veut pas dire grand chose. On serait tenté de se dire "Tout ça pour ça". En fait, c'est surtout un retour au vieux bi-partisme, les extrêmes et En Marche s'étant pris les pieds dans le tapis.

 

On peut noter que les vieilles recettes de diabolisation ne fonctionnent plus trop en ce qui concerne la droite. Malgré "les menaces sur la démocratie" que seraient une victoire de la droite si l'on en croit les Autain et autre Poulvard, l'électorat de droite a clairement dit ce qu'il pensait de ces agressions verbales.

 

Oui, une partie des Français veulent un pays où l'on se sent en sécurité, où l'islam et les communautarismes ne font pas la loi, où le féminisme ne peut être un esprit revanchard et agressif et où le respect des orientations sexuelles ne doit pas tourner à la chasse aux sorcières hétéro.

 

C'est là dessus que doit travailler la droite. Je le redis, la reconquête ne passera pas par l'eau tiède ou les compromis. Elle passera par un discours clair, franc et sans concession à la gauche. Car, et on ne le dira jamais assez, il y a eu peu de voix dans la gauche démocratique pour s'élever contre les alliances avec LFI, si ce n'est celle de Manuel Valls. En tout cas, la droite doit aussi se rendre compte qu'elle peut gagner sans l'aide du RN. C'est ce qu'avait fait Sarkozy en 2007.

 

Mais qui sera le Sarkozy de 2022 ?

Partager cet article
Repost0
29 juin 2020 1 29 /06 /juin /2020 09:01

Que vaudront ces élections ? Avec un taux d'abstention délirant, mais légitimée par la crainte du Covid 19, ces municipales sont compliquées à décoder. Mais tâchons tout de même de le faire.

 

Le premier enseignement est que LREM sort laminée. Battu un peu partout en France, le parti du président a montré son incapacité à rassembler et la preuve est faite que LREM est bien une réunion hétéroclite , faite de bric et de broc. Pas une bonne nouvelle pour Macron ! Si on y ajoute une gestion de la crise sanitaire qui n'a pas du tout été à la hauteur, il peut d'ores et déjà s'inquiéter pour 2022. Ce qui ne peut que me réjouir tant l'escroquerie  était patente d'un type élu sans programme , juste sur sa communication et sa "bonne bouille", face , qui plus est à une Marine Le Pen lamentable et arrivé 2e uniquement avec l'aide de la justice qui avait bien savonné la planche de Fillon.

 

Le parti présidentiel, totalement artificiel, ne pouvait que se planter à une élection locale. Qui plus est l'arrogance de certains de ses représentants ne peut que le desservir. Traiter les Français d'ignorants, balayer leurs revendications d'un revers de main, les infantiliser , c'est forcément se prendre un retour de bâton important. 

 

Troisième à Paris, où Hidalgo a été réélue - comme quoi, inutile de lui taper dessus pendant 6 ans si c'est pour la remettre au pouvoir, balayée à Marseille, Lyon, Bordeaux, Strasbourg et j'en passe, La République en marche s'est donc pris une belle branlée hier.

 

Du coup, les vrais vainqueurs sont les Verts, ce qui pourrait réjouir si on ne savait pas que les écolos français, c'est l'extrême gauche la plus crasse , la plus fan de l'islamfascisme, la plus rétrograde d'Europe. Car si l'écologie ne devrait pas être politisée , les Verts français le sont à fond : soutien aux Palestiniens, aux Antifa, au Traoré, contre la police, contre le capitalisme, les libéraux... Ils sont également ultra moralisateurs, se la jouent LGBT histoire d'attirer le chaland, bref la gauche la plus extrême.

 

Pourquoi les gens votent donc pour ces tanches, surtout dans les villes ? Parce que justement, ils ne connaissent rien à l'écologie : ça roule en vélo électrique, ça mange du bio ultra onéreux, ça envoie ses enfants dans les écoles privées car ça ne se mélange pas avec la racaille (les Barbus, c'est juste pour les voix dans les urnes) et  ça se la joue festif. Mais ils sont incapables de comprendre qu'à la campagne, il est difficile de vivre sans voiture et que l'accès à Internet souvent médiocre ne permet pas toujours de télécharger la dernière recette sans gluten.

 

Les grandes villes désormais vertes à savoir Lyon, Marseille, Strasbourg ou  Bordeaux  vont donc rejoindre Grenoble. Le souci c'est que les Verts ne s'occupent que de leurs électeurs : les quartiers populaires ? ils s'en branlent. Les quartiers gangrénés par la violence ? Rien à faire, de toutes façons, c'est la faute de la police.  Les écoles ? Pas de soucis si vous êtes dans de joyeux bâtiments. Par contre si vous êtes en REP...

 

Mais bon, la démocratie a parlé et les gens ont choisi. De toutes façons, depuis 2012, les Français accumulent les mauvais choix pour les regretter tout de suite, ne vont pas voter pour gueuler qu'on a voté à leur place et se laissent tenter par le premier corniaud venu.

 

La chute sera forcément dure, mais je ne m'inquiète pas : les médias dans la poche, les villes vertes sauront logiquement faire croire que tout va très bien madame la marquise. 

 

Triste époque.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 avril 2018 5 20 /04 /avril /2018 10:26
Zad et Facultés : ras le bol des fascistes rouges !!!

Occupation illégale d'un site qui aurait dû servir à la construction d'un aéroport (voulu par par la population mais annulé par lâcheté de nos gouvernants successifs) !

 

Occupation illégale et violente de facultés un peu partout en France, au détriment des vrais étudiants (entendez ceux qui ne feront pas carrière au PS ou au PC après leur "engagement" dans l'UNEF) qui sont là pour faire leurs études !

 

Dans les deux cas, les fascistes rouges imposent leurs idées, dégradent, insultent la  République et la démocratie, et ce, sous les hourras des médias totalement acquis à leur "cause".

 

Et nous sommes priés d'applaudir, de trouver géniale cette "expérience" d'une "nouvelle vie en communauté". Bien entendu, on passe sous silence les dégradations , les décharges sauvages d'ordures, les routes bloqués et bien entendu, on ne dit mot sur cette façon de prendre en otage toute une région (sans compter l'argent dépensé). 

 

Cerise sur le gâteau, alors qu'il vous faut monter un dossier digne d'HEC pour construire un petit bâtiment au bout de votre jardin (je l'ai vécu, et du passer plus de temps à remplir les papiers qu'à construire un poulailler en dur de 2m sur 4), les "zadistes" en remplissant une déclaration simplifiée pourront donc continuer à inventer leur "mode de vie". Et tant pis donc pour le pauvre contribuable qui demandera 50 autorisations pour installer un Velux sur son toit (et qui paiera une taxe d'habitation plus importante).

 

Quand on sait que les opérations de police de la Zad sont évaluées à 300 000 euros par jour, la facture est déjà énorme, sans compter  tout ce que l'état a claqué en procédure, référendum et cie depuis des années.

 

Et tout cela pour que des ex-soixante-huitards puissent continuer à siphonner des aides sociales (un des gus expliquait qu'avec le RSA et ses trafics, il s'en sortait bien)...

 

Dans les facultés, c'est la même chanson. L'évacuation musclée de Tolbiac a fait déchaîner tous ces pleutres qui se pâment devant une jeunesse bien plus réactionnaire qu'on veut nous faire croire. Or, cette évacuation arrive des jours après que l'UNEF, ce syndicat fasciste de futurs feignasses encartés au PS, au PC ou chez Mélanchon ait pris les universités en otage, refusant aux étudiants le droit au travail, saccageant les locaux (des chiffres de 700 à 800 000 euros sont évoqués rien qu'à Tolbiac), piétinant la démocratie en refusant d'organiser des votes à bulletin secret. Et là aussi pour quoi ? 

 

Pour que les universités françaises continuent à produire des diplômés à la pelle sans aucun espoir de débouchés, vu  que les nazillons de l'UNEF refusent la moindre sélection. Les étudiants assez cons pour se faire endoctriner par les leaders syndicaux ne se rendent pas compte que ces derniers cherchent juste à se faire remarquer comme de "bons" révolutionnaires histoire d'avoir une bonne plaque en politique. Demandez donc  à un Juilliard comment il fait pour n'avoir jamais vraiment travaillé depuis sa sortie de la fac ? Les autres se retrouveront le bec dans l'eau et leur seul horizon sera pôle emploi.

 

Les fascistes rouges dirigent de facto une partie du pays, bafouant les lois, usant de violence en espérant que les tentatives pour les virer entraîneront au moins une bavure. Le droit de grève est devenu le droit d'emmerder le monde (demandez aux cheminots) et la propriété privée n'est plus qu'un lointain souvenir.

 

Et bien influencés par nos chers médias, les Français moyens, déjà déçus de Macron, seraient donc gréviste par procuration au travers de Sud Rail, de l'UNEF et de la CGT. Ils sont des zadistes en puissance et font mine de croire que cette "expérience" est une réponse à la dérive autoritaire d'un régime aux abois (ne riez pas, c'est ce qu'on lit sur les réseaux sociaux).

 

Personnellement, je pense qu'il faut raser la ZAD, évacuer les facultés occupés et bien entendu envoyer les factures aux syndicats et aux zadistes, ainsi qu'à leurs soutiens !!

 

Extrémiste moi ? Non, juste exaspéré de voir que la gauche, qui perd ses combats dans les unes, utilise les moyens fascistes de la rue pour imposer ses idées nauséabondes !!

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2017 1 27 /11 /novembre /2017 09:51

Solère ou la trahison en marche.

Il a planté les Républicains pour Macron. C'est un choix et après tout, cela ne sera pas le premier (ni le dernier) à changer de camp. Mais quand  on accepte une questure à l'Assemblée Nationale au nom de "Je représente l'opposition" puis qu'on rejoint le camp de la majorité, on rend cette questure. Solère ne veut pas la rendre, il trahit donc ses "convictions" en sus de son camp.

 

Si c'est cela la politique autrement, franchement, on pouvait s'en passer.

 

Cachez cette croix que je ne saurais voir

Depuis quelques temps, les "athées" voudraient nous faire croire que la France n'a jamais été chrétienne. Ces intégristes modernes chassent donc tout ce qui rappelle le christianisme. Evidemment, ils n'attaquent pas les prières de rues dans le XVIIIe car il est plus dangereux de s'attaquer aux islamistes français qu'aux catholiques. Mais quand il s'agit de demander le retrait des crèches (qui existent dans l'espace public depuis des siècles) ou d'enlever la croix au dessus d'une statue de Jean Paul II ou même de la porte d'un cimetière, ils rappliquent ventre à terre et la bave aux lèvres.

 

C'est donc devenu une mode que de cracher sur le christianisme. Une mode facile et peu dangereuse, comme je l'ai dit. Et le pire c'est que ces clowns ne font même pas semblant d'être contre "toutes les religions". Pourquoi faire , après tout, vu que leurs relais médiatiques sont de tout coeur avec eux ! Et quand  ce ne sont pas les médias, les "people" prennent la suite. On se souvient tous de la phrase de Bergé qui espérait qu'une "bombe explose dans le cortège de la Manif pour tous". A l'époque, qui s'est élevé contre les propos de cette ordure pédophile ?

 

Que les athées intégristes se le disent : la France est un pays chrétien depuis le IIeme siècle et les premières grandes vagues de persécutions en Gaule. Ce ne sont pas des gens qui ont imposé la religion par la force, mais au contraire, qui sont morts pour elles. Que ceux qui ne  supportent pas les croix détournent le regard. Ou alors qu'ils soient honnêtes (rires) et s'attaquent vraiment à toute religion, y compris celle dont les représentants abattent toute une rédaction, coupable à ses yeux de blasphème !

 

Massacre dans une mosquée égyptienne 

Dans le même temps, je n'ai pas trop entendu ces "libres penseurs" s'insurger du massacre de plus de 300 personnes dans une mosquée égyptienne. Il est vrai que les auteurs de ce carnage sont eux mêmes musulmans, ce qui rend toujours très pudiques les médias. Pourtant, la cible n'a pas été choisie au hasard. La mosquée du Sinaï est fréquentée par les forces de police égyptienne. Or, le président Sissi lutte sans aucun répit contre l'Etat islamiste et il est hélas logique que les fascistes verts s'en prennent aux représentants des forces de l'ordre. La mosquée est également fréquentée par des Soufis, traitres et méritant la mort aux yeux de l'EI. Tout était donc réuni pour un carnage perpétré par des lopettes qui, n'osant pas affronter l'armée de face, s'en vont tuer leurs familles sans défense.

 

Si au moins ce massacre ouvrait les yeux sur d'autres en Egypte ! Dans le Sinaï d'autres Soufis mais aussi de nombreux Chrétiens ont été massacrés sans que cela n'émeuve grand monde. Même le pape François préfère condamner les vilains racistes qui rejettent les migrants que l'EI qui massacrent ses brebis à tour de bras. Jean Paul II et Benoît XVI avaient pris la mesure de la menace. François , au nom d'une doctrine incompréhensible, a choisi, comme la majorité des occidentaux de l'ignorer.

 

Esclavage musulman ? Cela dure depuis des siècles.

Le reportage choc sur CNN a eu le mérite de remettre les pendules à l'heure et de rappeler à un monde qui faisait semblant de ne pas le savoir que la traite négrière, pratiquée sans discontinuité depuis le 7eme siècle par les musulmans existait toujours. 

On a énormément écrit sur la traite négrière européenne, tâche noire sur l'histoire de notre continent et qui s'est étalé, grosso modo du XVe au XIXe siècle, avec des remises en cause de l'esclavage faites en Europe dès les années 1790. On a tellement écrit et disserté sur cette question que, encore maintenant, les blancs européens doivent battre leur coulpe et s'excuser encore et toujours de cette abomination. Ils l'ont déjà fait mainte et mainte fois, mais qu'importe. Dès que quelque chose ne va pas en Afrique ou dans les iles des Caraïbes, il faut rappeler au Blanc qu'il fut un esclavagiste. 

 

Mais qu'en est-il de la repentance musulmane sur la traite humaine ? Rien , nada, que dalle ! Non seulement, on ne regrette rien mais surtout on la continue. Le reportage de CNN montrait des migrants vendus comme des bêtes, mais qui a fait un reportage sur les femmes chrétiennes vendues comme esclaves sexuelles au Moyen Orient ?

 

Qui s'intéresse au sort de milliers de Philippins travaillant pour quasiment rien et privés de liberté dans les pays du Golfe ?

 

Qui sait que s'il n'y a quasiment pas d'hommes noirs au Moyen Orient, à la différence de l'Amérique ou des Caraïbes, c'est parce que les esclaves étaient castrés dès leur arrivée ?

 

Olivier Pétré-Grenouillau a été mis plus bas que terre quand il a évoqué la traite effectuée par les Musulmans. Le Monde a estimé qu'il détournait l'histoire, alors qu'il ne faisait que la mettre en lumière. Certains collectifs "droits de l'hommiste" l'ont traité de révisionniste ! 

 

Comme toujours, dès que l'on touche à l'Islam, la culture de l'excuse revient au galop. Si les droits de l'hommiste n'ont pas de mots assez durs pour qualifier la traite européenne, ils détournent pudiquement les yeux quand il s'agit de la traite musulmane. Le reportage de CNN a certes jeté un pavé dans la mare, mais la tiédeur des réactions montre bien l'embarras de nos élites, toujours très timorées quand il s'agit de critiquer les pays musulmans.

 

Qu'on se le dise : l'esclavage islamiste a encore des beaux jours devant lui.

 

Culture : pourquoi la Mini Super NES est un tel carton ?

 

Je vois qu'en un titre j'ai perdu une partie de mon auditoire ! Je parle en fait de l'idée géniale de Nintendo  de rééditer l'une de ses consoles les plus emblématiques, la Super Nintendo (appelée donc Super NES) dans un nouveau boitier, beaucoup plus petit, avec deux manettes, un cable HDMI et 22 jeux pré-installés. Lesquels ? Zelda link to the past, Donkey Kong Country,  Super Mario World, SuperMario Kart, Streefighter et j'en passe.

 

Ces jeux ont , pour certains, quasiment 30 ans. Ils sont en 2D, sont totalement dépassés technologiquement et n'ont donc rien à voir avec ce qui se fait maintenant.

 

Pourtant la Mini Super NES s'est mieux vendu que la Xbox One ! 

 

Pourquoi ?

 

Parce que la nostalgie fonctionne à plein. Ceux qui ont usé leurs yeux et leurs nuits sur Zelda ou Donkey Kong se sont rués sur cette réédition, même si leur vieille console fonctionnait encore. C'est le cas de votre serviteur qui n'a donc pas hésité à débourser 80 euros et quelques pour précommander la console. Et qui a fait découvrir  à ses enfants les plus jeunes les jeux de sa propre adolescence ! Et vu les chiffres, je ne suis pas le seul.

 

En 2016, Nintendo avait déjà réédité la Mini NES, mais avec des stocks moins importants. La console s'était retrouvée très vite en rupture et la firme s'est sans doute dit qu'il y avait un coup plus intéressant à faire commercialement plutôt que de créer un produit rare dont s'emparerait le marché noir et sur lequel elle ne toucherait de l'argent qu'au tout début.

 

Alors oui, il y a eu quelques critiques, notamment sur le fait que les jeux sont tous en anglais (Nintendo n'a sorti que deux versions : une en japonais et une en anglais, pour le reste du monde). Mais même là, des petits malins ont trouvé le moyen de rajouter des jeux (des Roms en fait, facilement trouvables sur Internet) dans la console.

 

Le dicton "C'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleurs soupes" est toujours d'actualité, y compris dans le monde des pixels.

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 09:12

Hier Juppé a donc déjeuné avec Edouard Philippe. On pourrait se dire que ce n'est qu'une rencontre entre deux premiers ministres.

 

Sauf que Philippe a été le bras droit de Juppé pendant 15 ans. Qu'il l'a trahi (comme il a trahi toute la droite) pour aller quémander ses 30 deniers chez Macron. Et comme Juppé n'a aucune fierté, il a encensé son ex-complice. Philippe lui a rendu la pareille, bien sur. Nous sommes entre gens de bonne compagnie.

 

Cette anecdote en montre bien sur la mollesse de la droite. Après avoir perdu une élection imperdable en étant incapable de répondre aux accusations d'une gauche aux abois (au fait, on en est où de la procédure qui devait envoyer Fillon à l'ombre pour de longues années ? Parce que si la justice a été hyper rapide avant le 22 avril, elle a singulièrement levé le pied depuis, non ?), la droite est toujours le cul entre deux chaises, toujours entre se laisser séduire par l'ancien ministre de Hollande et faire son travail d'opposant.

 

Comme depuis des années, elle tombe dans le piège classique de la gauche : pour attaquer un homme de droite, il suffit de dire qu'il a des accointances, des visions communes avec le Front National. c'est ballot, mais ça marche à tous les coups. Ainsi Wauquiez qui brigue la présidence des Républicains est accusé, y compris au sein des LR, d'être "proche du FN" ! Reproche-t-on à Mélanchon d'être trop proche de Staline ? 

 

Il est vrai que les membres LR qui souhaiteraient passez chez Macron risquent d'être exclu par Wauquiez. Ce qui est tout à fait normal. On ne peut pas être dans deux partis à la fois. Sauf les agents doubles ou les traitres !

 

Cette stratégie de la droite molle a ses limites. En refusant tout débat qui fâche, en refusant d'accuser la gauche de ce qu'elle est, la droite a envoyé Le Pen au 2e tour et Macron à l'Elysée. Dans d'autres pays, la droite ose dire les choses et, comme par hasard, elle gagne.

 

En France, on est totalement noyé dans le politiquement correct. Et Macron en profite. Sa récente interview télévisée, sublime mélange d'eau tiède et de pipeau, a bien montré que c'est lui qui dirige, et non son premier ministre. Mais cela ne fait rien, tout le monde trouve cela extraordinaire . Au passage, quand Sarkozy faisait peu ou prou pareil, on lui tombait dessus. Le soucis est que Macron fait croire qu'il fait les choses, mais franchement depuis 5 mois, qu'a-t-il fait ? Une loi travail par ordonnance , une réforme de l'ISF ! On peut y ajouter les insultes envers les gouvernements de l'est de l'Europe, Pologne en tête ou les Français (feignants , jaloux, fauteurs de bordel...). 

 

En fait, on est dans la politique Canada Dry. La droite ressemble à la droite, mais ce n'est pas la droite. Macron ressemble à un président, mais ce n'est qu'un président Canada Dry.

 

Après, comme je l'ai déjà dit, c'est ce que les Français ont voulu.

 

En attendant, les fachos de gauche et les islamo-bobos vivent tranquille ! Il est bien plus prudent d'arrêter les vilains militants d'ultra-droite qui envisageaient des attentats contre Mélanchon. On notera que, contrairement aux affaires où trempent des islamistes ou des gauchos, les noms de ces dangereux gugusses (qui ne sont pas passés à l'acte) ne sont pas remplacés par des noms d'emprunts.

 

En France, si on veut "foutre le bordel" ou tuer en masse, mieux vaut être d'extrême gauche (ce FDP de la France insoumise qui défend Bertrand Cantat) ou mahométan !!

Partager cet article
Repost0
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 06:28

Macron avait promis des nouvelles têtes ! Il  a (presque) tenu sa promesse pour le premier ministre. Car si Edouard Philippe n'est pas un perdreau de l'année, on ne peut pas dire qu'il soit un visage ultra connu ou un vieux routier de la politique. Maire du Havre depuis 2010 (ville qu'il prend à 39 ans), Philippe a commencé sa carrière à gauche avant de se découvrir une âme de Juppéiste, ce qui, en passant, ne constitue pas un énorme grand écart.

 

Mais le principal n'est pas là. Après avoir siphonné le PS et réduit le parti majoritaire des 5 derniers années à sa portion congrue (6,5% à une présidentielle, du jamais vu depuis les années 60), et mis le Modem sous sa coupe, Macron s'attaque à la droite.

 

Evidemment, il n'a pas pris une tête de liste , un Juppé ou un Lemaire. Le procédé aurait été trop gros et cela n'aurait pas cadré avec sa volonté de renouvellement. Mais en prenant Philippe, il jette un gros pavé dans la mare, s'inspirant de l'ouverture de Nicolas Sarkozy.

 

Coup de maître ? oui, parce que les Républicains vont avoir du mal à s'opposer frontalement à un homme issu de leur rang. Alors bien sur, on peut facilement ressortir les propos de Philippe qui critiquait Macron de manière très vindicative en janvier. Mais vu que tout le monde a tout dit sur le nouveau président, on ne peut pas dire que cela soit vraiment un scoop. 

 

Du coup, une partie de la droite se crispe, crie à la trahison, au scandale, menace d'exclure. Il est vrai que Macron a choisi un homme plus proche du centre que de la ligne Fillon. Ouverture , mais trop quand même. Ses électeurs ne l'auraient pas accepté, même s'ils ont déjà du avaler quelques couleuvres.

 

La composition du premier gouvernement verra si Macron continue son offensive tout azimut de reconstruction du paysage politique. Et les législatives pourraient bien lui donner une majorité si les Français décident de le suivre sur cette voie. Les partis traditionnels n'existeraient plus, la droite se recomposerait sans doute en agglomérant des éléments du FN et la gauche se radicaliserait sous l'impulsion d'un Mélanchon. 

Après, la réussite ou pas de Macron passera par les mesures dont il a parlé durant la campagne. S'il redresse le pays, on pourra acter la naissance d'une nouvelle ère politique à la nomination de Philippe. S'il échoue, on reviendra sans aucun doute aux anciennes méthodes, la nature ayant horreur du vide.

 

En attendant, nul ne sait si Macron sera le sauveur que la presse nous vend depuis des mois, mais pour ce qui est de dynamiter un paysage figé depuis presque 30 ans, chapeau l'artiste !

Partager cet article
Repost0
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 19:43

Aucun article publié sur le blog depuis 21 jours ! Pas par manque de temps, mais par ras le bol et écoeurement ! Plusieurs articles ont été commencés (9 brouillons dans mon dossiers), mais aucun n'est allé au bout. Parce que j'en ai ras le bol !

 

Ras le bol de voir les médias faire monter du Macron ou du Mélanchon, de faire des courbettes à Poutou, de trouver Arthaud sympa comme une vulgaire Arlette !

 

Ras le bol de voir qu'aucun programme n'a vraiment été détaillé ni livré aux Français. Bien sûr, ces programmes existent , mais il faut aller les chercher (dans les professions de foi, sur le net...). La presse n'a pas fait son travail, elle a autre chose à foutre.

 

Comme analyser la moindre parole de Fillon, quitte à les déformer (hier  il se serait donc conduit comme un goujat envers une jeune maman journaliste et menti à propos de l'attentat des Champs Elysées - sauf que, bien entendu, tout est bidon, mais diffamez, il en restera toujours quelque chose !). Ou bien ne pas nous parler des casseroles de Macron ou Mélanchon.

 

Ras le bol de voir ce bal de faux-cul, de Valls qui, après avoir juré qu'il soutiendrait le vainqueur de la primaire, demande aux habitants de sa ville de voter Macron à Dupont-Aignan qui veut faire croire que le méchant journal Le Figaro le censure, alors que tout prouve le contraire.

 

Ras le bol aussi de voir des électeurs manipulés , endoctrinés même m'expliquer que "non, le communisme n'a jamais été appliqué en Russie, Chine, Pologne, Cambodge, Vietnam, Cuba", me dire que quitter l'Europe n'aurait aucune, mais alors aucune conséquence !

 

Ras le bol de voir que ces élections ont été volées par une caste médiation-judiciaire, avec la complicité de l'Elysée et du clown qui estime que le pays va mieux en 2017 qu'en 2012 !

 

Ras le bol de voir des gens que je connais depuis 30 ans aller voter Asselineau ou Poutou parce que, déçus par le système, ils veulent tout foutre par terre. L'honnêteté me pousse à dire que certains de mes amis ont surtout fichu leur vie en l'air avec des choix douteux et que les ressentiments qu'ils ont, ils les doivent surtout à eux-mêmes !

 

Bref, vivement que ce cirque se termine. Vivement que l'on sache si les sondages ont eu raison ou tort, si les Français sont assez cons pour voter à plus de 40% pour des extrêmes.

 

De toutes façons, le 8 mai, est ce que notre vie va vraiment changer ? Depuis que j'ai 17 ans, je vais régulièrement à l'étranger. J'y ai pu voir qu'on y vivait parfois mieux, que la liberté y était un bien précieux. J'ai pu voir aussi les dégâts d'une idéologie mortifère et je constaste amèrement que presque 20% de neuneus auraient mieux fait de m'accompagner en Pologne, en Allemagne de l'Est, en Russie, en Tchécoslovaquie...

 

Le 8 mai, Hollande aura enfin dégagé. Mais si c'est pour avoir Macron à la place, aura-t-on vraiment gagné au change ? Dans 6 mois, 9 maxi, il sera impossible de trouver quelqu'un qui aura voté pour lui.

 

Parce que, et je finis là dessus, ras le bol des cons qui n'assument pas leur vote !!

Partager cet article
Repost0
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 06:49

En voulant instaurer des primaires, et en poussant les Républicains à faire de même, le PS s'est, mine de rien, tiré une sacrée balle dans le pied. Car si la stratégie du rassemblement avait marché en 2012, pour cette élection rien ne va plus !

 

On se rend compte que les primaires fabriquent surtout de l'aigreur et du ressentiment. Ainsi, chez les Républicains, dès que la justice et les médias ont commencé à lyncher Fillon, avec l'aide de l'Elysée et d'un cabinet noir qui, soi disant n'existe pas mais dont Hollande se vantait en 2014, on a vu une partie de ses "soutiens" se barrer à vitesse grand V et demander qu'un autre candidat soit désigné. Et comme par hasard cet autre candidat était Juppé, le grand perdant de la primaire.

 

Dans un sursaut d'honneur qu'on ne lui connaissait pas, Juppé n'a pas saisi la perche au vol, malgré des sondages qui, comme par hasard, le donnait gagnant. Mais cette fracture laissera des traces et Fillon, si il était élu, aura su garder, on l'espère, le nom de tous ces traitres qui ont déserté le navire à la première alerte.

 

A gauche, c'est Benoît Hamon qui a gagné la primaire et les candidats perdants s'étaient engagés par écrit à soutenir le vainqueur. Parmi eux, Valls ! Mais en refusant de parrainer Hamon puis en allant soutenir Macron, dans l'espoir d'un macaron évidemment, Valls se parjure. Et il n'est pas le seul : certains ministres PS se détournent d'Hamon pour aller soutenir l'illusionniste d'En Marche.

 

On pourrait penser qu'Hollande fustigerait ces traitres. Que nenni ! Et qui ne dit rien consent ! Ce qui est logique vu que Macron, qui se présente comme un homme neuf vu le conseiller d'Hollande puis l'un de ses ministres les plus puissants de 2012 à septembre 2016, soit la plus de 80% du quinquennat ! Hollande que l'on peut prendre pour un crétin fini n'en est pas moins un fin politicien. Sachant très bien qu'une nouvelle candidature est impossible, il pousse en coulisse son protégé et son cabinet - qui n'existe pas mais qui aligne quand même pas mal de coïncidences - se charge de flinguer Fillon. Ne reste plus qu'à faire monter le FN et le tour est joué ! D'un revers cuisant qui se profilait, la gauche peut sortir vainqueur dans 6 semaines ! Un sacré tour de force, sans doute inédit dans l'histoire de la Ve République.

 

En attendant, Macron continue à aligner les promesses intenables comme son service militaire d'un mois, coûteux et totalement inutile, sa volonté de gouverner selon les diktats de l'Europe que les gens ne veulent plus (impôts  à la source par exemple) et rivalise de politiquement correct, brossant tout le monde dans le sens du poil et faisant mine d'ignorer la situation actuelle. La tactique avait marché en 2012 (La crise ? Hollande disait qu'elle n'existait pas ! La menace islamiste sur la France ? Hollande parlait de pur fantasme sécuritaire ! ) et elle peut encore marcher en 2017.

 

Reste un espoir, que la macronite aigüe entretenue par les médias et l'Elysée soit une baudruche amenée à se dégonfler le jour du vote, comme pour le Brexit - qui ne devait pas passer - ou Trump - qui ne devait pas être élu. 

 

Mais plus le temps passe, moins j'ai d'espoir. J'ai plutôt la crainte que nous replongions pour 5 ans de socialisme "new look", même si l'attrape tout Macron ne pourra jamais avoir de majorité. Le pays serait alors vraiment ingouvernable et on se dirigerait tout droit vers une catastrophe majeure, à l'heure où le monde est de plus en plus dangereux.

 

J'ose juste espérer que les Français vont réfléchir un minimum, comprendre l'énormité de la manipulation et balancer le duo Macron/Le Pen aux poubelles de l'histoire ! 

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2015 6 26 /12 /décembre /2015 08:27

Les leçons des régionales ont-elles été tirées par la droite ? On peut en douter car malgré le fait d'avoir récupéré 6 régions à la gauche, le plus souvent en tenant un vrai langage de droite et non en tentant de singer la gauche, les Républicains en sont à chercher un "coupable" au fait que la gauche n'ait pas pris une déculottée plus importante.

 

En première ligne, le coupable idéal est Nicolas Sarkozy. Les Juppé, NKM et autres Barroin ont déjà oublié l'état de l'UMP avant que l'ex-président ne reprenne les choses en mains. Pour eux, Sarkozy est un obstacle pour 2017. Les Français n'en veulent plus nous dit-on. Les sondages montrent que Juppé et même Bayrou feraient de meilleurs candidats. On rappellera qu'en 1995, Edouard Balladur aurait du être élu sans aucun problème et qu'en 2002 Jopsin devait être le premier à passer de Matignon à l'Elysée depuis Georges Pompidou.

 

Donc, il faut détruire Sarkozy. Que le responsable du désastre actuel en matière de chômage, d'insécurité, de montée du FN, de perte totale des valeurs s'appelle Hollande n'a pas l'air de les gêner.

 

Pour Juppé et cie, ce n'est pas le président actuel qu'il faut dégommer, mais bel et bien l'ancien !! Toujours cette droite stupide qui ne sait pas prendre ses responsabilités, qui est incapable de choisir ses priorités et de cibler ses ennemis. Cette droite qui a perdu en 97 et en 2012 à cause de ses divisions et de sa volonté de draguer la gauche !

 

En attendant, Hollande doit regarder cela avec gourmandise. La montée du FN, qu'il a sciemment provoquée, l'a bien aidée à garder plusieurs régions. J'en profite pour tacler les Bretons, ces pseudo-révolutionnaires bonnets rouges, qui se sont empressés de mettre au pouvoir un ministre socialiste ! Comme la grande majorité des Français, le Breton gueule après le pouvoir de gauche, mais continue à voter pour lui. Au moins les Corses ont les couilles d'aller jusqu'au bout de leur logique et de mettre des nationalistes au pouvoir. On notera aussi que l'exécutif n'a pas été gêné que le discours d'ouverture de la nouvelle assemblée se fasse en langue corse et non en français. Là aussi, Matignon fait les gros bras avec la Manif pour Tous ou les crèches de Noël dans les mairies, mais s'écrase devant des indépendantistes maffieux !

 

Hollande  a besoin de Marine le Pen au 2e tour. Il sait que si la grosse fille de Jean-Marie est présente contre lui, le "réflexe" républicain lui permettra un nouveau tour de 5 ans à l'Elysée. Il lui faut donc que Marine reste à un haut niveau. Mais aussi que la droite se présente divisée, histoire d'éliminer son candidat. Et même en cas de primaire, il lui faut un Juppé ou un Bayrou candidat ! Ces faux candidats de droite seront un tel repoussoir à électeur de droite que Le Pen sera automatiquement présente au 2e tour.

 

L'éviction de NKM est un premier signe encourageant de la part de la direction des Républicains. Exit l'abrutie finie qui a plombé la campagne de 2012 et qui a  été incapable de reprendre la ville de Paris à la gauche malgré toutes les magouilles de Delanoé et Hidalgo.

 

Mais il faut aller plus loin : liquider les Juppé, Bayrou, Larcher et Raffarin (ces deux derniers FDP sont d'ailleurs allés faire des courbettes au pouvoir iranien, montrant où se situe leur sens de l'honneur, à hauteur de caniveau), reprendre une vraie politique de droite, ne serait-ce que dans les régions conquises : arrêter les subventions à ces associations dont le seul but est de faire gagner la gauche ou de promouvoir ses valeurs à la con, par exemple !! C'est la seule solution pour espérer battre Marine le Pen en 2017.

 

Pour cela, il faut avoir du courage et des convictions. Et surtout, SURTOUT, ne pas regarder ce que disent les médias de gauche (pléonasme) ! De toutes façons, les Libé et cie taperont à bras raccourcis sur la droite, vraie, fausse, extrême, nationaliste, quoiqu'elle fasse ou dise. Autant arrêter de chercher à les séduire. Après tout, Bush a réussi à gagner 2 élections en ayant la majorité des médias contre lui, excepté Fox News, parce qu'il n'a pas varié d'un pouce son discours et son action.

 

Nicolas Sarkozy sait ce qu'il lui reste à faire.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 22:25

Contrairement à ce que je craignais, le FN n'emporte aucune région. La plus forte mobilisation a permis de rajouter des voix au PS et aux Républicains. Le retrait des listes de gauche en PACA et dans le Nord a logiquement profité à Estrosi et Bertrand. Et même dans le cas de triangulaires, le FN n'a pas réussi à s'imposer. En Lorraine, par exemple, de 39% au premier tour, Philipot est passé à 36. Pourtant ses voix ont augmenté en nombre, mais le recul de l'abstention et un bon report de voix des autres listes de droite ont donné la victoire à Richert, le Républicain qui a remplacé au pied levé Nadine Morano.

 

Maintenant, même en ayant aucune région, le FN triple ses conseillers, ce qui donnera facilement les parainages à Marine Le Pen. De plus, en se posant à nouveau en victime du système, les frontistes vont pouvoir continuer à jouer sur ce registre. Cela marche plutôt bien si on lit les commentaires de leurs électeurs dépités.

 

La gauche s'en sort bien, même si je ne comprends pas pourquoi la Bretagne des "bonnets rouges" continue à faire confiance aux faussaires socialistes. Mais avec 5 grandes régions , on est bien loin de la branlée attendue. Nul doute que le "front républicain" et les triangulaires avec le FN ont bien aidé. La gauche gagne souvent grâce au FN, l'exemple le plus éclatant furent les législatives de 1997.

 

La droite gagne 7 régions dont la puissante Ile de France (même si c'est de justesse). La campagne haineuse de Bartolone a joué contre lui au final. Quand on insulte la moité de ses électeurs, il ne faut pas s'attendre à ce qu'elle vote pour vous.

 

Nicolas Sarkozy n'a qu'à moitié réussi son pari. Dans les régions où la campagne fut orientée à droite, la droite a gagné. Dans les régions où la campagne a été plus que molle, le FN a résisté et a permis à la gauche de l'emporter. Et pourtant hier, la cruche NKM continuait de critiquer le "ni-ni". Elle a été exclue des Républicains ce jour et c'est une bonne chose. La droite n'a plus besoin de ses transfuges bobos, les Juppés et autre Baroin, toujours prêts à baisser leur froc devant la gauche !

 

Le FN sort gagnant au final. Il montre qu'il s'enracine durablement dans le paysage, que son vote est désormais un vote d'adhésion et plus seulement de protestation. Les naïfs ont beau se gargariser en disant "60% des Français ne veulent pas du FN", la vérité est tout autre. Désormais, le vote frontiste ne se cache plus, il s'affirme au grand jour.

 

Et tant que la France ira mal, avec un chômage très haut, une insécurité massive et une islamisation rampante, le FN aura le vent en poupe.

Partager cet article
Repost0