Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 21:36

La déculottée des partis « classiques » lors de ces régionales 2015 peut s’expliquer de deux manières différentes, selon que les candidats soient de gauche ou de droite. 

 

On a eu beau parler d’une embellie dans les sondages pour le président après les attentats du 13 novembre, il est clair que cela n’a absolument pas joué sur le scrutin qui s’est avéré en tout point identique au scénario annoncé depuis des mois, à savoir une forte poussée du Front National, un laminage de la gauche et une stagnation des Républicains.

 

L’échec de la gauche tient en un nom : Hollande ! Le quinquennat totalement raté pour pour le moment sur le chômage, la sécurité, le pouvoir d’achat, la confiance même en l’avenir a forcément poussé un électorat déçu dans les bras de l’extrême droite. On peut se rassurer en projetant des cartes montrant la coorélation des téléspectateurs de Secret Story et le vote FN (je vous assure que ce type de carte circule sur les réseaux sociaux) ou dire que les Le Pen ne séduisent que les neuneus, il n’empêche : le parti d’extrême droite arrive en tête largement au plan national, est en passe de remporter deux régions (le Nord, Paca) voire trois si l’on regarde la bonne position de Philippot en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes et confirme un ancrage local qui ne cesse de monter depuis 2010. Pire encore, son électorat s’est rajeuni, étendu à des zones qui sont moins touchées par la crise et qui ne se cachent plus pour dire à haute voix  son choix de vote.

 

La gauche ayant été totalement discréditée sur son programme économique, ses réformes dites « sociétales » comme le mariage homo ou les nouveaux rythmes scolaires ne l’ont pas aidées non plus. A force de diviser les Français, de les mépriser et de ne pas les écouter, on les pousse forcément vers les extrêmes. Avoir gardé Taubira, malgré la façon dont elle affiche son mépris pour les « Français de souche » ne pouvait qu’offrir un boulevard au FN. La crise des migrants et sa gestions calamiteuse a encore apporté du grain à moudre et les Le Pen n’ont eu qu’à se baisser pour ramasser un fruit bien mûr. 

 

Pour Les républicains, la donne est un peu plus complexe. Elle tient sans doute au fait que l’opposition ne l’est pas tant que cela aux yeux des Français. Les propos des Juppé, NKM et autres Barouin donnent l’impression qu’il n’y a pas des masses de différentes entre la droite et le PS. Le pire c’est que pour les 3 sbires cités, on peut aller dans ce sens. Quand Juppé drague ouvertement les islamistes ou que Barouin, en réaction des attentats, décide que toutes les mairies doivent interdire les crèches, ils ne peuvent que conforter l’idée du FN du « tous pourris, tous identiques ». En fait, on se rend compte que dans les régions où la droite a fait une campagne décomplexée, elle a mieux résisté. Parce que l’électeur de droite préfèrera toujours une droite qui ne cherche pas à singer la gauche et non une droite qui cherche à plaire à la gauche.

 

Mais ce désaveu tient aussi au fait que depuis 3 ans et demi, la droite n’a pas vraiment tenu un discours d’opposant. Les maires de droite ont avalé trop facilement la couleuvre des rythmes scolaires, qui plombent pourtant leurs finances et côté mariage gay, cela ne se bouscule pas au portillon pour dire « On reviendra sur cette mesure une fois au pouvoir » !! La droite, depuis 1997, critique gentiment les mesures de gauche mais ne revient jamais dessus. On l’a également vu pour les 35 heures. La gauche, fort du soutien des médias, n’a pas ce type d’état d’âme. Vous me direz le FN non plus n’a pas grandement critiqué rythmes scolaires et mariage gay, mais le grand public s’en aperçoit moins.

 

Enfin, on peut aussi parler de Nicolas Sarkozy. Le fait qu’il soit concurrencé par un Juppé montre bien qu’une partie de l’électorat de droite lui en veut encore. Je ne parle pas de celui de gauche dont le sectarisme n’étant plus à démontrer ne lui apportera pas une once de soutien. Mais c’est de bonne guerre. Mais rejeter Sarkozy pour se jeter dans les bras de Juppé ne cesse de m’étonner. On a reproché à Sarkozy de ne pas avoir été au bout des promesses de 2007, d’avoir fait trop de concessions à la gauche et on voudrait le remplacer par Juppé, nettement moins à droite ? Un manque total de logique, mais les Français ne sont plus à cela près. Ils ont bien élu Hollande, n’est-ce pas ?

 

On peut donc dire, sans trop se tromper que l’électorat de droite a voulu, à nouveau sanctionné Sarkozy. Mais paradoxalement, je le redis, là où le candidat de droite a affiché clairement ses convictions, sans singer la gauche, il a fait plus que résister. On se retrouve devant un dilemme compliqué à droite : trouver un leader incarnant une droite n’ayant pas peur de ses origines et de ses idées et qui ne soit pas forcément Nicolas Sarkozy. Or ce mouton à 5 pattes n’existe pas ! Aucune personnalité ne s’est vraiment affirmée depuis 2012 et l’on comprend mieux pourquoi le FN joue sur le « tous pareil », sur les « vieux appareils », sur « nous, au moins, on représente l’avenir… ».

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 10:00

D'après la jurisprudence "Morano", édictée par les censeurs de la pensée unique, le mot "race" est désormais interdit.

 

On ne peut donc plus dire "Cette race de chien est facile à dresser" !!

 

Inutile de préciser que vous élevez des "chats de race" dans le but de gagner un peu d'argent. Dites juste que vous élevez des chats.

 

Le jeu vidéo "Star Wars Racers" ? oubliez !!

 

Le mot racisme est désormais banni ! Nous vivons donc dans le meilleur des mondes où aucune personne ne se moquera d'une autre en raison de sa couleur de peau, qu'elle soit blanche ou noire.

 

Dire le mot "race" est puni par la loi. La sanction ? retrait de la nomination en tant que tête de liste aux régionales.

 

Même la droite s'y met ! Enfin, la droite. Disons la gauche qui est à droite du PS.

 

Bref, puis-je encore me permettre de leur dire d'aller se faire foutre ?

Partager cet article
Repost0
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 07:10

J'ai déjà écrit plusieurs fois que le Front National était un parti de rigolos ! Tant dans son programme économique (de gauche soit dit en passant) que dans ses délires antisémites ou complotistes. Et je passe sur leur côté "On est seul contre tous" alors que sur pas mal de points, ce n'est que le Front de gauche avec une perruque blonde !

 

Cependant, on touche désormais le fond avec la querelle père-fille !! Le torchon brûle entre Jean Marie et Marine. Le vieux n'a pas apprécié que fifille (qu'il a pourtant imposée au détriment de ses plus fidèles lieutenants, au demeurant bien meilleurs politiques qu'elle) lui fasse de l'ombre. Et Marine ne supporte plus que son père ouvre la bouche pour détruire tout ce qu'elle essaye de faire en terme de respectabilité de son parti.

 

Jean Marie n'a donc plus le droit de parler au nom du FN, qu'il a pourtant créé il y a des décennies. Il est vrai que, vu le nombre de stupidités qu'il balance, mieux vaut qu'il se taise ! Et qu'à 80 ans passés, il est bien temps de vraiment passer la main.

 

Mais cette façon de jeter le vieux aux orties ne pourra que choquer les militants historiques. Les plus jeunes eux s'en moqueront. L'histoire étant la matière la plus malmenée au sein de notre pays, pour eux, le FN ça doit commencer avec les élections de 2012.

 

Quoiqu'il en soit, cette farce montre bien que le FN est bien une petite entreprise familiale qui cherche surtout à placer les multiples rejetons à des places bien juteuses dans notre République.

 

Vous me direz, les autres partis placent aussi leurs copains, cousins, tontons, fistons et neveux... Donc, le FN est un parti comme les autres : clientélisme et petit meurtre entre ami sont son lot quotidien !

Partager cet article
Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 21:13

Une fois de plus, les sondeurs se sont plantés. Ils nous promettaient le FN en tête, apocalypse en prime. Mais au final, c'est l'UMP qui arrive premier, confirmant la stratégie gagnante de Nicolas Sarkozy qui a parfaitement su cibler ses adversaires et ne s'est pas contenté de gesticuler en disant que la bête infame était de retour !

 

Par comme un certain Valls qui, alors que son parti se prend encore les pieds dans le tapis a le culot de dire que si le FN n'est pas en tête, c'est grâce à lui ! A ce niveau de manipulation, on peut franchement se dire qu'il vit dans un autre monde !

 

Pour le score du PS, c'est encore quelque peu flou. Est-il 2e ou 3e ? Selon les instituts, les estimations divergent. Ce qui est sûr, c'est que, même en y ajoutant le score des Fascistes...heu du Front de gauche, le PS est battu par la droite.

 

En clair, les Français continuent de renier leur vote de mai 2012. C'est une bonne chose. Bien sûr, il aurait été plus intelligent de ne pas tenter cette aventure qui ne nous amène que de la merde (Rythmes scolaires, montée de l'islamisme, laxisme judiciaire...). Mais bon, le Français aime l'aventure, surtout quand elle mène dans le mur.

 

Cependant, on peut reconnaître à la gauche d'avoir au moins réussi une manoeuvre : mettre en avant la crainte de la grande méchante Marine pour limiter ensuite les dégats. Ainsi, s'il se confirme que le PS est 2e, ils pourront se la jouer sauveurs de la République. Et s'ils sont 3e, ils ressortiront le couplet de la bête immonde.

 

C'est quand même intelligent car Hollande a besoin d'un FN fort au premier tour pour espérer se faire réélire. Mais pour cela, il faut que la droite arrive 3e. Donc que le FN monte très haut.

 

L'UMP en tête est donc une mauvaise nouvelle pour lui car si les tendances de ce soir se confirme la semaine prochaine, c'est bel et bien Nicolas Sarkozy qui sera remis en selle. Envers et contre tout les campagnes médiatiques haineuses de tous ceux qui n'ont pas vraiment envie de son retour.

 

Avantage droite donc, mais attendons le 2e tour pour tirer de vraies conclusions.

Partager cet article
Repost0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 22:43

D'un côté une garde des sceaux dont le seul rôle est de jeter de l'huile sur le feu tout en excusant la racaille de ce pays. Un jeune député a le toupet de la critiquer, elle l'agonit d'injures, refusant ce qui fait soit disant pourtant partie de la "tradition" de gauche à savoir le respect du débat !

 

De l'autre, la fille d'un ex-vychiste devenu président et qui a passé les 15 premières années de sa vie, avec sa mère, aux frais de la République. Pour elle, c'est encore plus radical : il ne faut plus inviter Zemmour à la télévision ! Là aussi, on sent une saine tradition pour le débat, la démocratie, le respect de l'adversaire.

 

Qu'on se le dise, la gauche haineuse fait bloc autour de ses symboles les plus détestables.

 

Taubira , on ne l'a pas vraiment entendu entre le 7 et le 9 janvier. On ne l'a pas entendu quand on tirait à Copenhage ou quand on décapitait en Egypte. Pas un mot de sa part sur le carnage archéologique du musée de Mossoul !

 

Par contre, dite un seul mot sur sa personne et elle se lâche totalement !! Bien entendu, aucun membre du gouvernement ni le premier Ministre ni Hollande ne pipent mot, la soutenant ipso facto !

 

Idem pour Mazarine Pingeot ! Cette fifille à papa ose donner des leçons de morale. Pour elle, l'adversaire politique ne doit pas avoir droit à la parole. Comme au bon vieux temps du Maréchal que papa a si bien servi !

 

La gauche s'affole devant les sondages qui la mette en 3e position pour les élections départementales ! Il ne lui reste plus que l'insulte . Mais comme de toutes façons, les merdias lui pardonneront, elle aurait tort de se gêner.

 

Et tant pis si ces paroles aussi désolantes font monter le FN ! Après tout, c'est le but recherché pour une gauche dont la fuite en avant est la seule chance de salut, la seule chance de se présenter comme une chance "républicaine".

 

Mitterrand le faisait très bien dans les années 80. Et comme on le sait, c'est dans les vieilles marmites qu'on fait les meilleures soupes.

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 12:51

07b4c0c4-056c-11dd-987a-2bb641b34b5d.jpgC'est donc en novembre 1989 que le mur de la honte, tel que l'avait nommé le grand Ronald Reagan est tombé ! 25 ans que les peuples à l'est, opprimés par une Union Soviétiqueen pleine déconfiture, se sont libérés.

 

On sait que ce n'est pas l'Europe qui a participé à cette libération. C'est l'action de deux hommes d'état d'exception : Ronald Reagan qui en préciptant la chute de l'URSS a laissé cette horreur exangue (la course aux armements voulue par Reagan ne pouvait qu'aboutir à la ruine de l'URSS) et Jean Paul II, sans doute l'un des plus grands papes de l'histoire.

 

Ces deux hommes avaient en commun l'horreur du communisme et l'amour de la liberté. Si Reagan n'était plus en poste en 1989 (Georges Bush Sr lui avait succédé au début de l'année), Jean Paul II a pu savourer cette victoire.

 

A ce duo d'exception, il faut ajouter Gorbatchev , premier homme politique russe à avoir compris (avoué ?) que ce système politique était dans une impasse. Son action a été extrêmement importante, acceptant la main tendue de Reagan et autorisant des réformes dont il savait qu'elles détruiraient l'URSS.

 

Bien entendu, depuis 25 ans, les révisionnistes ont tenté de minimiser la portée de l'action de ces hommes. Reagan n'est qu'un cow boy illettré , Jean Paul II un sale réactionnaire et Gorbatchev a été oublié au profit du très opportuniste Boris Eltsine.

 

Que reste-t-il de cette chute ?

 

J'ai eu l'immense chance de voir l'Europe de l'Est tout de suite avant et tout de suite après la chute. La Pologne en 89, 90 et 91, la Tchécoslovaquie en 90 et 91, la Russie en 91. J'ai pu voir des gens attirés par la liberté, mais un peu effrayés tout de même. Une conversation en 1991, quelques jours après le putch manqué, avec des Moscovites m'avait marqué. Les musiciens avec qui nous avions joué la veille se réjouissaient de la chute annoncé de l'URSS, mais en même temps, se demandaient ce que serait leur vie future. Tous voulaient venir en Europe de l'Ouest. Et déjà quelques tentations nationalistes, dans le mauvais sens du terme, pointaient leur nez.

 

Aujourd'hui, une énorme partie de l'Europe de l'est regarde vers l'Atlantique. Voire vers l'outre-Atlantique. On peut à nouveau voyager facilement en Hongrie, aller visiter Prague, se recueillir en Pologne, pays doublement martyrisé par le nazisme et le communisme. La côte de la Croatie est une splendeur. Même l'Albanie, malgré ses difficultés énormes, accueille le "touriste" avec une sympathie non feinte.

 

Mais une petite partie de l'Europe de l'Est veut reconstituer l'Empire Russe. Des Ukrainiens, des Biellorusses ne se sentent pas en sécurité avec une Europe de l'Ouest qui ne fait pas grand chose pour les défendre. Ils sont prêt à se soumettre au trèx autoritaire Poutine pour ne pas sombrer dans ce qu'ils appellent "la décadence de l'Ouest".

 

Le bilan est cependant positif. Libéré du joug soviétique, les peuples de l'Est vivent mieux, même si tout n'est pas parfait. Mais l'est-il dans notre pays  ? 

 

Au point de vue politique, on peut constater amèrement que le communisme existe encore ! Qu'il refuse de faire son autocritique. Et quand il esquisse un pas dans cette direction, c'est pour minimiser ses crimes odieux !! Ou trouver d'autres coupables. Le libéralisme, nous dit-on, c'est plus de morts que le communisme. La colonisation, la découverte de l'Amérique, nous dit-on, ont fait pire encore...

 

De ce point de vue, 25 ans après, le mur n'est toujours pas tombé !

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 14:51

manif70 000 ? 500 000 ?

Comme souvent avec les manifestations, la vérité est entre les deux. Mais le chiffre ridiculement bas du Ministère de l’intérieur prouve par A+B que le gouvernement continue de mépriser cette France « invisible » (pour reprendre le mot d’Ivan Rioufol) tout en prenant bien garde de ne pas lui donner l’importance qu’elle a.

La technique est d’ailleurs la même à propos de la réforme des rythmes scolaires. Pour la Ministre, tout se passe bien. Sur le terrain, il en est tout autre : parents, enseignants, municipalités… Personne n’y trouve son compte. Mais chut !! Oser critique Mme la Ministre, c’est faire preuve de…racisme !! Si, si ! Ce sont certains syndicats «de gauche » qui le disent.

Revenons à la Manif pour Tous. A Paris et à Bordeaux, ce sont des dizaines et des dizaines de milliers de personnes qui ont défilé pour dire leur hostilité à la GPA et à la PMA dans le cadre des couples homosexuels. Pour la gauche, ce n’est qu’un ramassis de réacs homophobes. Le tweet insultant de Nicola Sirkis (le chanteur d’Indochine) sur la « Manif de la honte » en dit long sur le niveau d’insultes que doivent subir ceux qui osent ne pas être d’accord avec ces dérives sociétales.

Autre réaction scandaleuse, celle du Mouvement des Jeunes Socialistes qui parle de la « Manif des Réacs » avec une affiche ahurissante où l’on voit une jeune femme en passe d’être agressée sexuellement par un homme et ce slogan « S’il avait appris à l’école qu’une femme n’était pas un objet, il ne l’aurait peut être pas violée ».

En clair, les gens de la Manif pour Tous , avec leurs idées rétrogrades (un enfant nait d’un homme et d’une femme, la commercialisation de l’enfant est un scandale) prônent en fait la légitimité du viol. Venant d’un parti qui a eu en son sein DSK, on a du mal à en saisir l’ironie.

Le pouvoir perd donc clairement son sang froid. Et ses sbires avec lui.

Quand à la Manif pour tous, elle vient juste de prouver qu’il faut encore compter avec elle. L’autiste Hollande a beau faire la sourde oreille, ce mouvement va forcément un jour se retrouver dans les urnes.

Pour le moment, elle a obligé Valls à préciser sa pensée sur la GPA et aux candidats à la présidence de l’UMP à prendre une vraie position sur le sujet.

C’est déjà cela de gagné !!

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 07:12

En 2004, après un euro mitigé (élimination 1-0 en quart contre les Grecs, futur vainqueur de l'épreuve), Zinédine Zidane décida de renoncer à l'équipe de France.

 

Un an plus tard, il rompit sa promesse (Thuram avec lui d'ailleurs) quand Domenech lui demanda (supplia ?) de revenir pour qualifier la France pour la coupe du monde en Allemagne.

 

La suite, on la connait ! Et sans ce stupide coup de boule, la France aurait 2 étoiles sur son maillot (Zidane non exclu, jamais Trezeguet n'aurait tiré le pénalty fatal contre Buffon, son gardien à la Juve).

 

Hier, Nicolas Sarkozy a rompu une promesse.

 

Les cyniques diront qu'il ne fait que prouver que les politiques mentent à tout bout de champ. Pas faux.

 

Sauf que,  vu l'état de la France d'Hollande, à un moment, il faut savoir renier ses promesses.

 

Ceux qui ont comparé la conférence de Hollande et l'interview de Sarkozy ont pu, s'ils ont un minimum d'honnêteté, voir la différence ! D'un côté, un benêt dont les lunettes rappelaient d'ailleurs la pire période Chirac se contentant de banalités, de l'autre un type combatif et revanchard qui n'a pas hésité à pointer ses erreurs.

 

Personnellement, après la défaite de 2012, je ne serai pas revenu. Petite anecdote : en 2010, j'ai passé le Cafipemf, le concours de Maître Formateur. Il fallait 15 à l'épreuve en classe pour aller à l'oral. J'ai eu 14. Etant donné que j'avais fait une excellente séquence en classe, j'étais plutôt étonné (et super déçu) de ma note. Quand j'ai demandé une explication, on m'a dit que je n'avais rien à me reprocher, mais que j'aurais dû choisir une autre matière que l'histoire, une matière où j'aurais été moins performant, pour que l'on puisse voir ma capacité à discuter de mes erreurs lors de l'entretien. Juste pour rire, on m'a reproché d'avoir osé faire écrire un résumé de 7 lignes aux CE2 !!

 

Voyant que l'on me demandait d'être médiocre et non excellent, j'ai envoyé balader la proposition de repasser le Cafipemf. Surtout quand j'ai vu que d'autrres candidats, nettement moins bons, l'avaient eu. Mais eux avaient su caresser le jury dans le sens du poil.

 

4 ans après, je ne regrette en rien ma décision.

 

Donc, je me permets de me dire que Sarkozy aurait pu se dire "Vous ne voulez plus de moi ? Débrouillez-vous avec l'autre benêt".

 

Sans doute mon côté "je suis vexé bin je joue plus ! na !."

 

En la jouant comme Zidane, Sarkozy montre qu'il a une autre idée de la France que Hollande et qu'il ose s'attaquer à un nouvel Everest.

 

Oui, il a renié sa promesse.

 

Mais c'est vraiment parce que le pays est au fond du gouffre.

 

Et quand en 2005, je préfère un joueur qui renie sa promesse pour nous qualifier qu'un égoïste qui se dit "Vous ne vouliez plus de moi..."

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 20:49

Avant l'élection, Hollande avait déclaré qu'à mi-mandat, si les résultats n'étaient pas au rendez vous ou que s'il sentait un rejet de la part du pays, il partirait.

 

Un mensonge de plus enteriné par sa conférence de presse où le grotesque l'a disputé au pathétique !

 

Comme tous les ringards avant lui, Hollande s'accroche et ne partira pas ! Il restera jusqu'au bout, afin de parachever son entreprise de destruction du pays. La France coulera avec son piètre capitaine.

 

Et chose "étonnante", aucun média pour rappeler sa déclaration pré-électorale !

 

N'importe qui verrait que Hollande nous emmène dans le mur, que les gesticulations autour de ses histoires de cul ont ridiculisé la fonction présidentielle et que la France est la risée du monde occidentale.

 

Alors, pour se donner une stature d'homme d'état, il nous la joue super soldat en affirmant que la France frappera les Islamistes en Irak, mais sans envoyer de troupes au sol. Autant dire qu'il en fait le minimum ! Si Captain America est devenu une légende, c'est parce qu'il se battait sur le terrain ! Bombarder l'armée des fascistes islamistes, c'est comme prendre une page au hasard dans un bibliothèque en espérant trouver la bonne information...

 

Hollande doit partir ! Tout le monde le sait...Sauf lui...Sauf les médias...Sauf le PS... Tous espèrent un miracle.

 

Et en attendant, la France coule !!

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 20:12

Thévenoud ne manque pas d’air ! Convaincu de fraude fiscale et ayant du démissionner du gouvernement quelques  jours après son entrée (un record, à n’en pas douter), la logique et la morale voudraient qu’il renonce aussi à son poste de député.

Mais voilà, morale et politique ne font pas bon ménage en France ! Nous avons eu droit à un président collabo et bigame, à un président qui licencie sa maîtresse en titre avec 18 mots balancés à l’AFP, un grand ponte du PS dont la vie sexuelle délirante s’étalait sur la place publique, un président du PS et grand pourfendeur du racisme qui ne payait pas ses amendes….

Thévenoud va donc rester député, mais ne sera plus dans le groupe PS !

Le pire est qu’il en a le droit ! En clair, être un fraudeur n’empêche pas d’être élu. On voit ici la déliquescence d’une classe politique qui se moque à un point délirant du peuple dont elle a la charge.

Car si vous ou moi fraudons, nous sommes lourdement condamnés. Et je doute que notre employeur nous garde si notre faute est vraiment grave.

Mais en politique, tout est permis !!

Bien sûr, le PS n’a aucun intérêt à ce que Thévenoud démissionne ! Car avec un siège de moins, le parti d’Hollande n’a plus de majorité. Une nouvelle élection enverrait à 100% un député de l’opposition au parlement !

Hollande, qui se piquait d’être un président irréprochable viole, une fois de plus ses promesses ! Un président qui aurait du courage n’hésiterait pas à aller au devant des Français, même s’il sait qu’il sera battu et qu’il devra cohabiter.

Hollande n’a pas ce courage. Alors qu’il avait l’occasion de redorer (un peu) son blason, il préfère laisser la fonction s’enfoncer encore un peu plus.

Et la politique de se salir toujours plus, faisant le lit des extrêmes, des Marine le Pen et autres Mélanchon…

Thévenoud est le symbole d’une caste hautaine, méprisante et autiste. Il n’y a même pas besoin de nous traiter de « sans dents » pour nous faire comprendre combien on nous prend pour des cons.

Partager cet article
Repost0