Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2022 2 26 /04 /avril /2022 11:32
Macron : 5 ans de plus, hélas...

Emmanuel Macron a donc été réélu facilement contre Marine Le Pen. Ceux qui espéraient un « sursaut » en sont donc pour leur frais, mais on peut facilement leur opposer une naïveté somme toute touchante. Car rien que les résultats du premier tour désignaient déjà le vainqueur vu que Macron avait 7 points d'avance sur sa rivale. Si on y ajoute l'appel de quasiment tous les autres candidats à voter pour lui, comment pouvait-il en être autrement ?

 

Alors bien sûr, Marine Le Pen a vu son score passer de 33 à 42% , ce qui n'est pas rien. Le report des voix de droite s'est fait de manière importante. Par contre, même si on aurait pu penser que l'abstention lui profiterait (28% tout de même), il n'en a finalement rien été. Pire, au soir du premier tour, les premiers sondages donnaient un 54/46% , puis deux jours après, certains donnaient 53/47. Toujours la victoire de Macron donc, mais moins importante. Puis au fil de ces deux semaines, entre le classique « barrage à l'extrême droite » et les erreurs de communication de Marine, elle n'a finalement jamais été capable d'inverser la tendance.

 

De ce fait, Macron a gagné. J'insiste sur ce mot tant je lis des commentaires comme quoi il aurait perdu. Mais perdu quoi ? Il jouait sa réélection , il l'a obtenu. C'est d'ailleurs la première fois depuis Charles de Gaulle en 1965 qu'un président sortant est réélu sans cohabitation. Donc, le côté « perdu », j'ai bien du mal à le voir.

 

Que les gens aient voté contre Le Pen est indéniable. Mais même là, il serait intéressant de savoir le pourcentage du rejet et du vote d'adhésion. J'ai personnellement voté Macron, mais uniquement car il m'est impossible pour moi de voter pour quelqu'un avec qui je n'ai aucune affinité. Le bilan du quinquennat de Macron est calamiteux, mais je pense que cela aurait été encore pire si Mme Le Pen avait été élue en 2017. Et durant le débat, je l'ai vu toujours aussi mauvaise sur des sujets essentiels. Bref, j'ai voté à contre cœur , mais combien ont voté Macron en se disant qu'ils votaient pour le candidat de leur choix ? Au moins les 28% du premier tour.

 

Là n'est pas la question. Il est réélu et il va donc falloir faire avec. A mon avis, rien ne va vraiment changé dans sa présidence : il sera toujours hautain, arrogant, déconnecté de certaines réalités et prompt à se mettre en scène , à se donner le beau rôle. 

 

Le peuple français, lui, continuera à subir une politique laxiste en matière de sécurité, une vague migratoire incontrôlée, une désertification des campagnes (écoles, hôpitaux, services publics), des prélèvements toujours plus importants – gare quand la ristourne de 18c sur le carburant ne sera plus appliquée !! - , un amateurisme patent au niveau de la gestion de l'école, de la pandémie, le recours à des cabinets privée, l'interventionisme dans la justice...

 

La réélection d'Emmanuel Macron n'est donc pas une bonne nouvelle, loin de là. De même, je ne crois absolument pas à ce « 3e tour » des législatives, même si la gauche aura plus de facilité à s'allier pour faire bloc. Après tout, la presse ne voit aucun inconvénient à ce que les restes du PS, des Verts s'acoquinent avec l'extrême gauche. Par contre, si les rescapés des LR osent esquisser un rapprochement avec Reconquête et le RN, ce sera le retour de la peste brune, le barrage à mettre en place, la lutte contre le fascisme, la bête immonde... En négligeant depuis des décennies les médias , le monde artistique et intellectuel, la droite s'est tirée une balle dans le pied, d'autant qu'elle passe son temps à s'excuser d'être ce qu'elle est. On a d'ailleurs vu que les reproches qu'elle lançait à Macron le soir de la réélection ont été jugés scandaleux par les médias et la gauche. Ces Tartuffes oublient que Royal avait fait de même en 2007.

 

Car désolé, ce n'est pas aux perdants de donner un blanc seing aux vainqueurs. Un adversaire politique n'a pas à renier son discours face à son vainqueur, sinon à quoi bon ? Vouloir s'opposer à la politique à venir est normal, que l'on soit LFI , LR ou RN vu qu'elle ne correspond pas aux idées de ces partis. Mais on sait bien que le RN n'aura que peu de députés, surtout que les cadres de ce parti refusent tout idée d'alliance avec Zemmour. La droite partira aussi dispersée , alors que la gauche, elle, peut réussir à s'unir. L'appel de Mélanchon à l'élire premier ministre a beau être grotesque, il n'en est pas moins à balayer d'un revers de main. Si LFI réussit son OPA sur la gauche, elle peut devenir la première force d'opposition. Or, elle a la mainmise sur une énorme partie des médias, des enseignants , du monde artistique. On aura donc forcément une surenchère démagogique et vous pourrez oublier les problèmes d'insécurité , vu qu'ils n'existent pas pour LFI et ses sbires.

 

C'est hélas sans doute vers ceci que nous nous dirigeons : un Macron tout puissant (il aura la majorité, même si elle sera moins importante que durant 2017/22) et une opposition d'extrême gauche. La droite , quelqu'en soit sa tendance, n'aura que les miettes.

 

Bref, il est faux de dire que Macron a perdu. Mais il est vrai que dire que la France n'a pas gagné.

Partager cet article
Repost0
7 février 2021 7 07 /02 /février /2021 09:28
Les amateurs du Covid 19

"Soyez fier d'être des amateurs" a dit un jour Macron aux membres de son parti En Marche. Le moins que l'on puisse dire est que ceux-ci ont pris ce conseil à la lettre.

 

Depuis le début de cette crise, la France a eu absolument tout faux. Certes, d'autres pays n'ont pas fait mieux - je pense que Donald Trump en sous-estimant le coronavirus s'est gravement trompé - mais chez nous , on a cumulé toutes les erreurs possibles. 

 

Dans un premier temps, le gouvernement a fait mine de croire qu'il n'y avait aucun souci. Agnès Buzyn estimait que le Covid 19 ne viendrait jamais en Europe, au moment même où cela commençait à flamber en Italie du nord - des villes comme Milan avaient des liaisons aériennes régulières avec la région chinoise d'où est sorti le virus - et que les hôpitaux transalpins étaient saturés. Pire encore, ceux qui mettaient la parole en doute du gouvernement étaient forcément des menteurs.

 

Passons sur le navrant épisode de sa démission afin de se consacrer à sa campagne municipale , tout en n'oubliant pas ses soi disant larmes et sa "mise en garde" sur une catastrophe dont elle disait qu'elle n'existait pas.

 

Quand il s'avéra que le virus était bien en  Europe et qu'il tuait , et pas que des personnes âgées, le gouvernement, Macron en tête, a continué de minimiser la chose. "Sortez, allez au théâtre" nous balançait le couple présidentiel. Les professionnels du spectacle qui ne peuvent plus travailler depuis 10 mois doivent rire jaune en se rappelant cette phrase.

 

Normalité toujours dans cette obstination de laisser se dérouler les municipales. Soyons honnête, si le gouvernement avait repoussé cette élection, il se serait également pris une volée de bois vert et une bonne partie de la classe politique, surtout ceux qui espéraient rafler des villes, a suivi le gouvernement dans cette voie. Résultat, un premier tour avec une abstention terrible mais surtout des contaminations par milliers, la plupart des bureaux de vote ne disposant pas du matériel promis pour un scrutin en toute sécurité. 

 

Je me permets de prendre l'exemple de ma commune. Nous n'avons reçu ni stylos ni lingettes désinfectantes. Le gel hydro-alcoolique ? On a tapé dans la petite réserve de la mairie. J'ai tenu le scrutin durant 2H30 avec un masque (j'ai la chance d'avoir une épouse travaillant dans le médical) et des gants , on nettoyait le stylo et le plan de travail avec des lingettes qu'on avait amenées entre chaque passage, mais c'était clairement du bricolage. Et parmi les assesseurs , comme par hasard, 7 jours plus tard, 2 étaient malade dont un qui l'avait communiqué à sa femme.

 

Mais là aussi, le gouvernement avait minimisé la chose avant de reporter le 2e tour en juin.

 

Puis est arrivé le temps des premières restrictions, sacrée valse d'improvisation, de non-dits et de mensonges. Savez vous que le matin du jour où Macron annonçait la fermeture des écoles, le ministre annonçait que les écoles resteraient ouvertes ?

 

De ce fait, nous n'avons eu qu'une journée , celle du vendredi, pour préparer la fermeture, voir si on avait les adresses mails de tous les parents. Improvisation totale ! Rien de ce qu'a finalement promis le ministère n'était prêt. Et cela a duré durant toute la période de fermeture. Au bout de quelques jours, on nous a demandé de faire des tours de garde pour les enfants de soignants, mais pas mal d'entre eux avaient déjà trouvé une solution alternative. Résultat : certains jours, on avait un enfant à garder. Et je dis bien à garder, car il était impossible de faire un travail scolaire avec des gamins qui venaient de manière irrégulière.

 

D'ailleurs cette période a surtout mis en lumière les inégalités numériques de notre territoire. Certains parents n'ont pas d'ordinateur ou d'imprimante (ou les deux). Là aussi, on se relayait à l'école pour imprimer le travail des enfants pour le donner aux parents, ou le déposer dans leur boîte aux lettres. De toutes façons, durant ce confinement, j'étais à l'école tous les matins pour répondre au téléphone , notamment des familles angoissées qui ne savaient pas comment faire "classe à la maison". Parce que, comme tout métier, l'enseignement ne s'improvise pas, chose qu'a superbement ignoré le gouvernement, allant jusqu'à mentir sur le nombre d'enfants décrocheurs. Croyez-moi, il a été bien plus important que les chiffres officiels.

 

Durant ce confinement, on a pu voir que la France manquait de tout : de masques - mais ne nous disait-on pas que cela ne servait à rien et qu'on était trop con pour les mettre - , de place en  réanimation, de machine respiratoire... Les soignants ont payé un lourd tribu au début de la crise, des centaines sont tombés malades, certains en sont morts... Là aussi, omerta du gouvernement.

 

Puis vint le temps du déconfinement avec là aussi son lot d'hésitations et d'improvisations. L'économique l'a emporté vu que les Français pouvaient aller en vacances partout, les masques étant enfin là. Enfin, pour ceux qui voulaient les mettre car on a assisté à ce navrant mouvement anti-masques. Et si durant l'été, on a cru que l'épidémie s'éloignait, elle a repris de plus belle à l'automne. Mais là, ce sont les tests qui manquaient...

 

Résultat , un nouveau confinement, incompréhensible, avec des magasins à moitié ouverts, une refermeture de lieux plus sûrs comme les cinémas ou les musées. 3 semaines plus tard, on rouvre les galeries commerciales où s'entassent des milliers de gens.

 

Au niveau école, on continue dans l'approximation. Les protocoles se succèdent et si ceux ci font preuve de bon sens, sur le terrain, les moyens de suivent pas. Ainsi, si l'obligation faite aux enfants d'élémentaire d'avoir un masque parait logique, il faudra attendre plusieurs semaines avant que le ministère ne fournisse des masques lavables aux élèves, masques qui ne sont d'ailleurs plus valables désormais puisqu'il faut des catégories 1. Mais ils seront à la charge des familles. 

 

Et n'oublions pas ces deux jours d'auto-confinement volontaire pour les élèves qui le souhaitaient la veille des vacances. Pas de souci, quelques gamins de l'école se sont auto-confinés...en faisant du vélo ou allant jouer au foot sur le terrain municipal. Je me permets de dire que, comme tout le monde, j'ai appris cette nouvelle par les médias...

 

Enfin, la comédie des vaccins. Là, on a atteint des sommets. Alors que dans la plupart des pays, on vaccine à tour de bras, en France, le nombre est ridicule, les doses ne sont pas disponibles, les centres ne sont pas près... Et les personnes les plus en contact - soignant, caissière, livreur, enseignant - ne sont pas prioritaires sauf en cas de grave maladie ou si âgé de plus de 50 ans, pour les soignants. Bien entendu, les anti-vaccins font entendre leur voix et jette de l'huile sur le feu. Et même maintenant, avoir un rendez vous de vaccination ne vous garanti pas une vaccination : des gens âgés de la commune ont vu leur date repoussée de plusieurs semaines. La cause ? pas de dose disponible...

 

En résumé, l'Etat s'est trompé sur la gravité de l'épidémie, a menti sur les masques, les tests, les vaccins, improvise au fur et à mesure, ne donne plus le nombre de morts...

 

Bref un travail d'amateur ! Mais un travail mortel !

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2018 6 24 /11 /novembre /2018 17:17
A propos des Gilets jaunes...

N'ayant pas trop l'habitude de me monter le bourrichon à la première chose venue, j'ai quelque peu attendu avant de juger des fameux gilets jaunes. Je précise que comme tout le monde, j'ai eu affaire à quelques blocages (du côté de Mirecourt en allant à Vittel notamment), mais à chaque fois dans une atmosphère bon enfant (on m'a juste demandé de klaxonner !!) et loin de certains articles présentant ce mouvement comme une nouvelle "marche sur Rome".

 

Maintenant, il est évident qu'au delà des revendications fourre-tout et pas toujours adroite, les gilets jaunes sont représentatifs d'un ras-le-bol général et d'une défiance vis à vis de la politique, mais aussi des syndicats ! Ras-le-bol vis à vis de taxes de plus en plus élevées, et défiance vis à vis d'une classe qui méprise le Français moyen.

 

Ainsi, entendre en boucle certains députés de En marche expliquer que l'augmentation du carburant est nécessaire pour réussir la transition écologique , cela en devient insultant. Ce gouvernement est tellement "écolo" qu'il a réussi à dégager Hulot (pourtant un sacré avaleur de couleuvre) , mettre les chasseurs dans sa poche, autoriser Total à forer en Amazonie, jouer la montre sur l'introduction d'ours dans les Pyrénées...  La vraie raison de l'augmentation des taxes n'est pas la "transition" écologique, mais bel et bien la nécessité de remplir des caisses vides. Et comme l'Elysée doit refaire sa salle des fêtes...

 

Or quoi de mieux que la voiture ? contrairement à ce qu'affirment certains bobos, pour une majorité de Français, utiliser son véhicule est une nécessité donc remplir son réservoir l'est également. Et même si "seulement" 1/3 des Français habitent à la campagne (ce qui fait tout de même plus de 20 millions de personnes) , si l'on en croit un autre député - un chiffre à vérifier d'ailleurs - est-ce une raison pour les matraquer ? et les 2/3 ne prennent donc que des transports en commun ?

 

On nous balance que la prime sur une voiture électrique a doublé, passant de 2000 à 4000 €. Or, une "simple" Toyota hybride coûte dans les 20 000 €. Et on parle là d'une 5 places, pas un Espace ou une 7 places. La prime est soumise à conditions de revenus. Ce qui veut dire que celui qui touchera les 4000 n'aura sans doute pas les moyens de s'offrir un voiture neuve. 

 

Je passe sur les polémiques du coût écologique de construction de la voiture, de la durée de vie de la batterie, de son retraitement, du fait que pour faire tourner à l'électricité, il faut, hé bien, de l'électricité. Or, nous avons parfois du mal à fournir assez d'électricité en hiver. Qu'est ce que cela sera si on ajoute des centaines de milliers de voitures en plus ? Il faudra construire de nouvelles tranches nucléaires ?

 

Les Gilets jaunes sont sans doute au delà de ces interrogations. Ce qu'ils voient , c'est que plus le temps avance, moins il leur reste d'argent à la fin du mois, qui commence parfois très tôt, tant le coût de la vie explose. Et ils entendent des ministres dire que d'autres taxes seront mises en place en janvier, qu'ils ne sont que des criminels roulant au diesel (rappel : pendant des années, on a incité le criminel à rouler au diesel plutôt qu'à l'essence) et qu'ils ne sont qu'un ramassis FN homophobes ! Ca fait beaucoup question mépris, mais après tout, cela fait des années que c'est ainsi : la classe politique considère les électeurs comme des abrutis, leur fait des promesses démagogiques (qu'ils sont bien bêtes de croire, mais tant que ça marche, le politique aurait tort de se gêner) et les insulte dès qu'ils osent contester ! Rappelez vous le tombereau d'injures déversées sur la Manif pour tous.

 

Les incidents isolés, stupides et regrettables, sont montés en généralités. Une  façon de faire éprouvée depuis des années, tant par la gauche que par la  droite d'ailleurs. Elle atteint cependant des sommets sous Macron. Il est vrai que bien soutenu par des médias serviles genre BFM, c'est relativement facile à faire. Quelques témoignages à la radio bien orientés et le tour est joué.

 

Cependant, le gouvernement a tort de jouer avec le feu ainsi. Mépriser les gens, l'ancien régime l'a fait. Toutes les révolutions modernes ont commencé par des "émeutes de la faim". Et on ne sait jamais comment cela va finir. 

 

En refusant d'écouter les gens, le peuple qu'il est censé protéger, le gouvernement a tout faux. Surtout que ce ne sont pas syndicats qui mènent la danse. Avec eux, on sait qu'il y a tout un sytème de faux semblant, de négociations plus on moins bidons. D'ailleurs, les syndicats ne se gênent pas sur les réseaux sociaux pour casser du gilet jaune, avec des phrases du style "dit, quand on manifestait pour tes droits, t'étais pas là, t'avais piscine ? " ou "A part vouloir remplir ton réservoir, tu fais quoi pour faire avancer le social ?" ! 

 

Hé oui, les pros de la manifestation n'aiment pas qu'on leur pique leur job !

 

Quoiqu'il en soit,  nul ne sait ce que va donner cette jacquerie ! Va-t-elle s'essouffler , se durcir , faire pschitt, faire reculer le gouvernement ?

 

En attendant, au bout d'une semaine, je constate qu'il y a toujours des gens sur les rond-points et qu'ils ne sont pas prêt de lâcher l'affaire.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2018 1 01 /10 /octobre /2018 07:07
Le show Macron ne connait jamais de repos...

Décidément, on ne doit pas avoir la même notion des termes "resacraliser la fonction présidentielle". Il faut avouer que Macron est en passe de pulvériser tout ce que Hollande a fait en terme de massacre d'images !

 

Ainsi , à St Martin, le "champion de la Terre" (titre aussi ridicule que le prix Nobel de la paix décerné à Obama alors qu'il n'avait encore rien fait) , Macron a donc posé avec deux jeunes éphèbes noirs torse nu. L'un d'entre eux adresse un superbe doigt d'honneur aux photographes et l'autre fait un signe de gang.

 

Au delà de l'imagerie que ne renierait pas la jaquette d'un porno gay (par exemple, Le président aime le sexe brun), on peut franchement se demander si les gens qui régissent la communication de Macron ont pour deux sous de jugeote. Ou bien s'ils le font exprès. Après tout, en juin, on n'avait eu droit à la fête de la musique techno-homo à l'Elysée avec là aussi , de jeunes gens noirs fort peu vêtus. Mais c'était des artistes, donc on pouvait encore le comprendre.

 

Là, nous avions droit à des braqueurs que le président a sermonné en agitant fortement son doigt, avant de les prendre dans les bras.

 

Soyons sérieux quelques secondes et admettons que Macron sombre dans le ridicule. Piétiner à ce point l'image présidentielle aurait quelque chose de fascinant si, à l'heure d'Internet, les clichés ne faisaient pas le tour du monde.

 

Car de l'étranger, que voit-on ? un président qui insulte un gamin, qui engage un horticulteur à traverser la rue pour trouver du travail, qui fait venir des pseudos DJ à l'Elysée, qui surjoue le moindre but de l'équipe de France et donc qui fait des mamours à des délinquants, lesquels adressent un gros fuck au monde entier !

 

Si au moins, ces pitreries étaient contre balancées par des résultats !! La baisse du pouvoir d'achat, les hausses d'impôts sans fin, la galère pour des millions de gens, la politiques extérieure totalement incompréhensible, le chômage toujours présent...

 

On pensait avoir touché le fond avec Hollande, Macron continue de creuser !!

Partager cet article
Repost0
28 août 2018 2 28 /08 /août /2018 12:43
La sage décision de Nicolas Hulot

Personnellement, je me considère comme un écologiste. Je cultive mes jardins sans aucun produits chimiques - j'ai passé une partie de mes soirées à ramasser à la main les doryphores qui voulaient se taper mes 400 pieds de pomme de terre - et cette production me permet de tenir sans acheter haricots, courges, patates, poireaux jusqu'en mars (ok, je congèle) sans compter les fruits. Pour les tomates, c'est évidemment plus court, mais bon, il n'y a pas de petits économies.

 

Faire des petites courses dans le patelin d'à côté ? en vélo ! Tant que cela tient dans un sac à dos, ça roule. La voiture c'est pour le travail ou transporter les enfants.

 

L'énergie ? comme tout à chacun j'espère, ampoule basse consommation, linge séchant sur une corde dans le jardin, lumières allumées que si nécessaire, surveillance du chauffage (même en hiver).

 

Les déchets ? tri et recyclage. Tout ce qui est organique va dans le compost ou chez les poules. Et la moitié du terrain que je ne cultive pas est brouté de octobre à mai par des moutons que l'on me prête durant les mois tristounets.

 

Bref, rien à voir avec les écolos de pacotille élus à l'Assemblée.

 

C'est pour cela que je pense que Nicolas Hulot a eu raison de démissionner. Je tiens à préciser que j'ai toujours apprécier le personnage. Ces émissions sur TF1 m'ont toujours fait rêver, d'autant plus qu'il nous faisait voir des endroits vraiment inaccessibles !! Et si je n'ai pas toujours été d'accord avec lui sur certains sujets (le réchauffement climatique et, dans une certaine mesure, le nucléaire, que je considère comme nécessaire , en attendant de trouver mieux et moins dangereux), force est de constater que la ligne qu'il suit depuis longtemps est logique. 

 

Le souci de Hulot est qu'il fallait une tête connue à l'écologie, pas une dinde comme Royal ou un abruti comme Placé. Un ministre marketing donc. Il me semble que Sarkozy avait aussi tenté l'affaire. A vérifier.

 

Mais quand tu as un ministère et que l'on te fait avaler couleuvre sur couleuvre, que tu n'as pas de moyen, qu'on se sert de ton image juste pour "vendre" une action écolo, alors oui, tu n'as plus rien à faire au gouvernement.

 

Les grands défis écologiques à savoir la pollution plastique dans le pacifique et les grands océans, la baisse de la biodiversité, la pêche irraisonnée, les flux migratoires non contrôlés, la destruction de la ressource eau n'ont jamais été pris en compte par le gouvernement. Et si Hulot a tenté de lancer des alertes, il n'a jamais été écouté.

 

En fait, il se rend compte que sans soutien, sans argent, avec des lobbys dans les pattes, on ne peut pas changer les choses. Mieux vaut partir alors.

 

La dernière couleuvre en date portait sur la chasse : autorisation de chasser certaines espèces, diminution du prix du permis... le lobby dans toute sa splendeur !

(attention : je ne suis pas anti-chasse car une régulation du gibier est nécessaire du fait de la disparition des grands prédateurs. Mais cela ne veut pas dire que l'on peut faire n'importe quoi...)

 

L'écologie c'est, je le répète, des petits gestes au quotidien pour consommer mieux, produire moins de déchets, respecter la nature (au hasard, quand je vois des plages interdites aux chiens mais jonchées de canettes, mégots, papiers... , je me dis que c'est plutôt aux porcs qu'on devrait les interdire), arrêter de bétonner à tout va... 

 

Ce ne sont pas de grands discours sociétales sur des sujets dont une grande partie de la population n'en a rien à foutre.

 

Nicolas Hulot a fait 100 fois plus pour la planète avec ses émissions qu'en 15 mois d'action gouvernementale ! Pourquoi ?

 

Parce qu'en faisant prendre conscience des dangers et en montrant les beautés de la Terre, comme Cousteau l'avait fait avant lui, il ouvrait l'esprit du spectateur, lui disait "Ca vaut le coup de protéger telle ou telle partie du monde".

 

Rien pour cela il mérite notre respect.

 

Quand à l'aspect "oui, il se barre comme un lâche", désolé : quand vous vous rendez compte qu'on vous prend pour une truffe, effectivement , mieux vaut se barrer !

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2018 4 26 /07 /juillet /2018 13:43

Depuis hier, la contre-attaque a été lancée par l'Elysée : non, l'affaire Benalla n'est pas si grave. Non les prérogatives dont il bénéficiait (badge d'entrée à l'assemblée, appartement de fonction, salaire à 10 000 € par mois....) ne sont pas si importants. Et la vidéo n'est pas si incriminante. Et ce sont les policiers jaloux de ce jeune homme qui ont monté le truc en épingle. Et les médias ne font rien qu'à gonfler l'affaire parce qu'ils en veulent au gentil président qui leur a rétorqué "Venez me chercher"...

 

Stop ! 

 

A un moment, la décence n'autorise plus ce genre de propos et on est bien dans une affaire d'état car :

 

- Benalla n'avait rien à faire le 1er mai dans son "déguisement" de policier pour frapper des manifestants. La vidéo, qu'il a récupéré mais soi-disant pas regardé, est tout de même éloquente.  Si un vrai policier avait fait de même, il n'aurait pas été mis à pied pendant 15 jours.

 

- Gérard Collomb a menti en disant qu'il ne connaissait pas le sieur en question. Car d'une part l'intéressé a dit le contraire à la presse (Le monde en l'occurence) et que d'autre de part de nombreuses photos et témoignages prouvent qu'il ne pouvait pas ne pas le connaitre. Le ministre a donc menti devant l'Assemblée.

 

- Macron a également grandement minimisé ses liens avec Benalla. Là aussi, témoignages et photos montrent le contraire. Cependant, il n'a pas menti devant l'Assemblée vu qu'il n'a pas été auditionné , mais sa crédibilité en a encore pris un coup.

 

- Si la police est agacée par les avantages dont bénéficiait Benalla, c'est tout simplement parce qu'ils sont exagérés et tiennent plus du fait du prince que de récompenses justifiées pour bons et loyaux service. Ce n'est pas par jalousie. Et là aussi de nombreux témoignages montrent que Benalla traitait les forces de l'ordre par le mépris. Comme son seigneur et maitre d'ailleurs qui a viré un général qui avait osé critiqué son budget militaire ou humilié un gamin de 15 ans qui l'avait appelé Manu.

 

Toute la Macronie est vent debout pour nous faire croire que ce n'est pas une affaire. La comique Marlène Shiappa ose "Personne ne parle vraiment de cette affaire". Il suffit d'aller sur FB ou Twitter , d'ouvrir la radio ou le journal pour se rendre que c'est faux.

 

Quant à Macron qui balance "qu'ils viennent me chercher", on peut à nouveau voir le mépris crasse de ce président envers tout ceux qui osent le contester.  Pris la main dans le sac, il n'a pas la présence de s'excuser mais en rajoute dans la provocation, sachant très bien que ses soutiens le défendront coûte que coûte. 

 

On a bel et bien une affaire d'état car elle implique le sommet de l'état. N'en déplaise aux groupies de ce président bouffi d'orgueil, il faudra bien qu'il rende compte aux Français.

 

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2018 6 21 /07 /juillet /2018 13:17
Affaire d'état en Macronie !

Au fil des révélations, l'affaire Benalla prend de plus en plus d'ampleur ! Et cela en dit long sur les institutions de notre république.

 

Soyons honnête, les conseillers occultes, les barbouzes, les magouilles par truands interposés, cela a toujours existé. Et bien avant 1958. De Gaulle avait ses réseaux, Mitterrand les siens, Chirac avait mis la ville de Paris en coupe réglée... Sarkozy et Hollande avaient également leurs méthodes de placement de Pierre, Paul , Jacques à droite et à gauche et si les coups tordus étaient moins visibles, on peut penser qu'il y en a eu. Il suffit de se rappeler comment des éléments de justice fuitaient opportunément dans la presse afin d'affaiblir tel ou tel ennemi politique du président.

 

Macron qui s'est fait élire sur la promesse d'un président exemplaire, différent et qui remiserait au placard toutes les magouilles des tontons qui l'ont précédé, ne fait , finalement, que suivre une habitude trop ancrée. 

 

Je dis cela sans cynisme ni amertume mais simplement en toute lucidité. Que Benalla ait été pris en flagrant délit de tabassage de manifestant le 1er mai et que l'Elysée ait tout fait pour étouffer l'affaire n'est qu'une suite logique de tout ce qui ne va pas dans notre République. Et ce ne sont pas les Insoumis ou les clowns de l'UPR, Asselineau en tête, qui y changeraient quelque chose vu qu'ils ont tous fait partie à un moment ou à un autre de l'appareil d'état, en tant que ministre, secrétaire d'était, députés ou préfet.

 

Ce qui est grave, c'est bien entendu cette fuite en avant de Macron et de ses partisans. Comme toujours, personne n'a rien vu, rien entendu, n'était au courant de rien. Nous sommes donc dirigés par des gens qui ignorent qui ils emploient, leurs antécédents (Benalla a été impliqué dans une affaire de violence sur une femme en 2016) et  qui ne se rendent même pas compte qu'un individu soi disant mis à pied en mai dernier continue de faire partie de la garde rapprochée du président comme le prouvent des photos montrant Benalla avec Macron les 13 et 14 juillet dernier.

 

Bien entendu, comme toujours dans ce type d'affaire, le pouvoir crie au scandale, à la manipulation, la déstabilisation... Et fait mine d'oublier que Macron limogé en quelques minutes un général d'armée qui avait eu le culot de le critiquer, qu'il a fait mettre en garde à vue un photographe avant de porter plainte contre lui...

 

Soyons clair, Macron et son entourage nous prennent pour des cons ! Après avoir volé le défilé de la victoire des Bleus aux centaines de milliers de Français qui attendait sous le soleil les champions sur les champs Elysées, le président montre une fois de plus son caractère despotique et méprisant. 

Celui qui devait soi-disant changer la politique, l'homme "neuf" (mais qu'il ne l'était que dans l'esprit des gogos assez naïfs pour voter pour lui) n'est qu'un voyou en col blanc comme beaucoup d'autres !

 

Démagogiques, mes propos ? si vous trouvez normal que l'Elysée emploie des brutes épaisses et qu'elle les protège de la justice, jusqu'au moment où cela devient trop gros, je pense que les vrais démagos, c'est vous !!

Partager cet article
Repost0
23 juin 2018 6 23 /06 /juin /2018 20:10
Macron continue de massacrer la fonction présidentielle

Si Sarkozy avec son "casse toi, pauvre con" avait ouvert une bien triste brèche , on peut dire que le fossoyeur de la fonction présidentielle fut Hollande. Entre son "président des bisous", ses gaffes à répétitions, ses insultes envers les sans-dents,son adultère à l'Elysée, sa rupture par dépêche France presse et j'en passe, il a montré que même un abruti fini pouvait faire croire qu'il était président.

 

Mais avec Macron, on allait voir ce qu'on allait voir ! Finies les conneries, place à un vrai mec, un qui en a , un qui regardera Trump dans les yeux et qui va redorer la présidence.

 

Sauf que depuis son élection, Macron a montré son vrai visage : celui d'un type autoritaire, égotique, hautain, hargneux et agressif. Les jours qui viennent de s'écouler ont montré qu'il était également méprisant et qu'il se foutait comme de sa première Rollex des finances publiques. Après tout, comme le disait Hollande "C'est l'Etat qui paie" !

 

On a donc eu droit à un renouvellement de la vaisselle du palais de Monsieur pour 500 000 euros ! C'est ce que je gagne en 12  ans et demi. Il est vrai que je profite des promos chez Ikea pour refaire ma vaisselle (en plus, je me suis fait avoir, elles sont trop grandes pour mon lave-vaisselle). Mais "on" nous a expliqué que c'était normal, que c'était une société française qui la fabriquerait et que cela s'étalait sur 18 mois. 

 

On a également eu droit à une piscine...pardon un bassin hors sol à Brégançon. Hé oui, car Monsieur ne peut aller à la plage à cause des paparazzis , il lui faut donc un havre de paix. Mais qu'on se rassure, cela ne coûtera "que" 35 000 euros (mon salaire sur 1 an). Et cela sera sur le budget du fort. Il faut croire qu'il a de sacrés réserves ce budget, car qui peut trouver 35 000 euros dans son budget ?

 

Le Macron dépensier n'est cependant pas la hauteur du Macron qui ne se prend pas pour rien. Un gamin a donc osé l'appeler Manu. Le genre de bêtise que l'on fait sans réfléchir quand on a 15-16 ans.

 

Mais pour Macron, c'est une atteinte à sa dignité. Alors qu'un "Monsieur le président, pas Manu" aurait suffit, Macron 1er a humilié l'adolescent, le tutoyant de manière bien plus méprisante, bien plus impolie que le "Manu". Puis, il lui a balancé une tirade totalement hallucinée sur le fait que le gamin doit déjà se trouver un boulot, se nourrir avant de penser à la révolution !! Pour lui donc, un simple "Hé Manu" est un acte révolutionnaire ? 

 

En fait, et il l'a déjà montré, Macron ne supporte pas qu'on ne respecte pas sa très haute personne. Enfin, sauf si la personne en face n'a pas 15 ans. Face à Trump, on ne l'a pas trop vu le grand Macron, celui qui terrorise les adolescents, qui balance ensuite l'humiliation au public. Mais bon, c'est à cela qu'on reconnait les lâches : fort avec les faibles, faibles avec les forts.

 

Enfin, le 21 juin, on a eu le Macron snobinard, celui qui invite (enfin , façon de parler vu qu'ils ont été payé) de pseudo-artistes branchouilles à transformer la cour de l'Elysée en boite de nuit gay. Que l'un des branleurs à platine porte un T-shirt "moi fils d'immigré , noir, pédé" est assez cocasse car si l'un seul d'entre nous emploie le dernier mot , il est directement déféré devant un juge. Mais cela doit être de l'humour.

 

De même que des phrases comme "je me suis fait sucer la bite", "Brûlons la maison", "enculé de ta mère" doivent être de l'humour. Bien entendu, toute la gauche caviar a trouvé merveilleux que Macron fasse entrer la techno ou le rap (franchement, je m'y perds, ayant un peu de mal à différencier l'odeur de ces deux bouses) à l'Elysée. 

 

Le pire est que tous les lècheurs de Macron, Castaner en tête,  défendent tout ceci, excusent tout. Ainsi, la photo qui illustre  cet article doit faire engager les "homophobes" et Castaner propose de la partager au maximum.

 

Macron bousille la fonction présidentielle de manière industrielle quand Hollande et dans une moindre mesure Sarkozy en étaient à l'artisanat et on est donc prié d'applaudir ?

 

Désolé, mais pour reprendre une phrase entendu le 21 juin : allez vous faire ....

Partager cet article
Repost0
25 avril 2018 3 25 /04 /avril /2018 14:40
Oui, la visite de Macron à Trump est importante. Mais pas pour les raisons que les médias espèrent.

C'est un fait : Emmanuel Macron rêvait sans doute d'une visite plus réussie, une visite où il aurait convaincu Donald Trump de revenir sur sa volonté de ne pas ratifier l'accord climat et de ne pas envoyer balader l'accord sur le nucléaire iranien.

 

Or, ce n'est pas à un vieux sage que l'on apprend à faire la grimace. Et si Trump est finalement un néophyte en politique, à la différence de Macron qui est dans les coulisses du pouvoir depuis plus longtemps, il sait parfaitement tirer les ficelles d'une bonne communication.

 

En se plaçant d'emblée comme le "paternel" , à coup de petits gestes rigolos comme épousseter le costume du "petit" ou le prendre par la main, Trump a surtout voulu montrer qu'il n'entendait pas se faire dicter quelque chose par son homologue français.

 

Et si la visite a été plus commentée en Amérique qu'on a voulu nous le dire - c'est loin d'être un non-évènement là bas - , il est évident que ce n'était pas non plus la priorité absolue du locataire de la Maison Blanche. Trump a reçu Macron comme un hôte doit recevoir un invité, mais il n'était pas question pour lui que l'invité s'essuie les crampons sur les rideaux.

 

Humilié Macron ? non, pas du tout. Juste remis à sa place. Car du point de vue de l'Amérique, la France n'est pas une priorité. C'est une petite partie de l'Europe et l'Europe ne compte plus trop non plus. En refusant tout net de suivre Macron sur le climat ou l'Iran, Trump adresse aussi un message à son pays : je ne suis pas de ceux qui se laissent influencer par l'extérieur. Les détracteurs pourront trouver cela ridicule, mais sachez que les adversaires de Trump, qui se sont découvert un amour pour la France l'auraient fait de même si Staline serait venu à Washington. Quand on est en "guerre" en politique, n'importe qui peut faire figure d'allié.

 

Alors pourquoi cette visite est importante ? 

 

Peut-être parce que Macron va comprendre que tenir une promesse de campagne fait énormément de bien pour une future ré-élection. Qu'un discours qui s'adresse surtout à son électorat et non au camp d'en face, qui ne votera de toutes façons par pour vous, est bien plus important que dire tout et son contraire pour plaire à tout le monde.

 

Il est évident que, passée l'euphorie de l'élection, le président a été rattrapé par la réalité, à savoir un pays qui refuse toute réforme, champion du monde de la grève et gangréné par la gauche.

 

S'il regarde ce que fait Trump, il comprendra qu'un minimum de fermeté est la clé pour diriger un pays. Et cette fermeté , on ne la voit pas trop quand le Premier Ministre cède aux syndicats de la SCNF qui ne veulent négocier qu'avec lui et non avec la ministre des transports.

 

On ne la voit pas non plus quand l'évacuation de NDDL prend autant de temps.

 

On ne la voit guère quand l'état ne dénonce pas cette tentative puérile de manipulation de l'UNEF à coup d'étudiants dans le coma, mensonge que même Libération ou Le nouvel observateur ont mis en avant.

 

Oui, la visite est importante : elle peut faire comprendre à Macron que, s'il veut devenir un président crédible , il doit être crédible dans son pays et choisir un camp.

 

Il est de plus en plus compliqué de trouver des gens qui ont voté Macron l'an dernier. En Amérique, les gens qui ont voté Trump ne se cachent pas. Elle est sans doute là la principale leçon que devrait retenir notre président.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2017 1 18 /12 /décembre /2017 10:01

Tout d'abord , mille excuses pour ne pas avoir publié de bloc note la semaine dernière, mais un souci domestique (chaudière défectueuse) me tient éloigné de chez moi depuis le 8 décembre.

 

Asia Bibi , la prisonnière dont tout le monde se fout.

 

Hier, Internet s'est ému parce qu'Antoine Griezmann s'est déguisé en Harlem Globe Trotters et avait même, ô blasphème, coloré sa peau en noir pour parfaire l'illusion. Les accusations de racisme ont plu pendant toute la soirée au point que le joueur s'est cru obligé de s'excuser, sans doute sous la pression de son club, peu friand de ce genre de publicité.

 

Bien évidemment, il n'y a aucune forme de raciste quand on se déguise en joueur de basket noir. Sauf évidemment pour ceux qui voient du racisme partout, surtout où il n'y en a pas.

 

A tous ces professionnels de l'indignation, j'aimerais leur rappeler que depuis 9 ans, Asia Bibi, une chrétienne pakistanaise croupit dans une prison , généreusement confinée dans une cellule de 9m2 sans fenêtre !

 

Son crime ? après avoir été cherché de l'eau pour des musulmanes chez qui elle travaillait, Asia a eu le toupet de boire déjà dans le gobelet avant de le remplir à nouveau. Indignées, les représentantes de la religion de l'amour et de la tolérance , ont refusé de boire dans le gobelet, estiment que la chrétienne l'avait souillée vu qu'elle était "impure". Asia Bibi a rétorqué qu'elle pensait que le prophète Mahomet ne serait pas d'accord avec cela. Les femmes l'ont alors accusée de blasphème et l'ont dénoncée 5 jours plus tard.

 

Dans un premier temps, des hommes sont allés la battre puis elle a été emprisonnée pour sa "propre sécurité".

 

En 2010, Asia a été condamnée à mort pour blasphème. Au Pakistan, pays très progressiste comme tout le monde le sait, une loi anti-blasphème  de 1986 autorise ce type de délire.

 

Fort heureusement, une certaine médiatisation a empêché que cette sentence honteuse soit appliquée. Mais depuis elle croupit en prison, sa famille ne vit plus au Pakistan de peur de se faire assassiner. Ces craintes ne sont pas infondées car le gouverneur de la province où vivait Asia, Salman Tasser (un musulman)  Shahbaz Bathi, vice-ministre (chrétien) qui ont osé prendre sa défense ont tout deux été assassinés. Et leurs assassins sont considérés comme des héros !

 

Les professionnels de l'indignation sont étrangement silencieux dans cette affaire. A l'approche de la plus grande fête chrétienne, qu'il me soit permis de rappeler le calvaire que vit depuis 9 ans cette femme dont le seule crime est d'avoir prononcé une parole sur Mahomet.

 

Toujours au Pakistan, on assassine des chrétiens.

 

Idem ce matin, peu d'informations et de réactions sur le nouvel attentat anti-chrétien au Pakistan. 8 morts au moins, une trentaine de blessés dans un attentat suicide à Quetta. Si vous allez sur la page du Figaro, rien. Dans Google, peu d'articles. La Croix couvre évidemment ce nouveau massacre, mais pour les autres, la "bévue" de Griezmann est bien plus mise en avant.

 

Ce silence médiatique dure depuis des années. 82 morts le 22 septembre  2013, 17 morts le 15 mars 2015, 70 le dimanche de Pâques 2016 ! Chaque année 700 chrétiennes sont enlevées et forcées de se convertir à l'Islam après avoir été violées ! Le calvaire est infinie et très peu d'informations filtrent en occident. Le 14 avril 2015, un jeune chrétien a été brulé vif dans la rue uniquement parce qu'il était chrétien.

 

Le Vatican a beau "pleurer" pour Asia Bibi ou s'émouvoir de la condition des chrétiens au Pakistan, le pape François ne va pas beaucoup plus loin. Il est loin le temps où Urbain II prêchait la croisade pour libérer les lieux saints et mettre fin aux persécutions des chrétiens pas les Turcs sur la route de Jérusalem.

 

Quand à nos politiques, eux aussi évitent pudiquement le sujet. Par contre, pour condamner Griezmann, là, ils montent au créneau !!

 

Interview de Macron : France télévision lèche les bottes du pouvoir.

 

On a rarement vu une interview aussi consensuelle, aussi gentille, aussi lèche-botte d'un président de la République. Une fois de plus, France télévision a montré qu'elle était bien la gardienne de la bonne parole du pouvoir avec une interview qui a évité tous les sujets qui fâchent.

 

Personnellement, je n'attends plus grand chose des médias, mais bon, s'ils pouvaient au moins faire semblant d'être intègres et honnêtes. Pas tout le temps, mais juste un peu.

 

Cela dit, on ne peut pas tout leur demander tant ils étaient occupés, eux aussi, à travailler sur leur article condamnant Antoine Griezmann.

 

Les derniers Jedi !!

 

La sortie du nouvel épisode de Star Wars , Les derniers Jedi, confirme la très grande forme de la saga. En 5 jours, le film a rapporté 450 millions de dollars dont 220 rien qu'aux USA où un seul film a fait mieux à savoir Le réveil de la Force !

 

Ceux qui pensait que la saga des Skywalker s'essoufflait en sont donc pour leur frais.

 

Et ce n'est pas pour me déplaire.

Partager cet article
Repost0