Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juillet 2008 6 05 /07 /juillet /2008 19:37
(Source Drzz & Miguel Garroté)

La fausse nouvelle de la soi-disant "mise en scène" de la pourtant bien réelle libération d'Ingrid Betancourt et consorts, cette fausse nouvelle a fait le tour du monde, en français, en anglais et en espagnol. Elle a fait le tour du monde le vendredi 4 juillet 2008 entre midi et minuit. Ci-après, je réponds aux questions que l'on me pose sur cette étrange "nouvelle".
 
 
Quelle est la véritable source - le véritable fournisseur - de cette fausse information sur la soi-disant "mise en scène" ?
 
Il s'agit de "Simon Gonzalez" arrivé en Suisse en 1994 comme "réfugié politique". Il avait déjà été interviewé par Christophe Ungar pour le quotidien de gauche suisse romand LE TEMPS le 15 mars 2007. "Simon Gonzales" est le "représentant" des Farc en Suisse. La fausse information qu'il a fournie à la Radio Suisse Romande est tout simplement la fausse version données par les Farc sur leurs divers Sites Internet, tel par exemple ABP.0. "Simon Gonzales" est le "représentant" des Frac en Suisse - sans difficultés - pour la simple raison que le Département Fédéral des Affaires étrangères (DFAE) est dirigé par une Conseillère fédérale socialiste entourée d'une clique de gauchistes antisionnistes comme en témoignent les bonnes relations de l'actuel DFAE avec le président iranien. C'est très habile de la part des Farc d'avoir choisi la Suisse, et plus précisément la Radio Suisse Romande (RSR), pour lancer leur opération intox. En effet, la Suisse, à divers niveaux, est impliquée dans des négociations secrètes avec les Farc. Un sociologue suisse proche des Farc s'est plusieurs fois rendu à dos de mulet dans la jungle colombienne pour négocier des libérations d'otages. Le magazine suisse romand L'Illustré a mentionné sans le nommer ce sociologue. Certains prétendent qu'il s'agit de Blaise Galland, un sociologue suisse né en Uruguay. Dans ce contexte, la Suisse était le pays rêvé pour lancer cette fausse histoire de "mise en scène" quant à la libération des otages par l'armée colombienne. Il y a effectivement en Suisse des personnes en mesure de fournir des informations sur les Farc. Mais en l'occurrence cette fois-ci la "source" ce sont les Farc elles-mêmes.
 
Qui est vraiment le journaliste de la Radio Suisse Romande qui s'est appuyé sur cette fameuse ou plutôt fumeuse "source" ?
 
Le journaliste s'appelle Frédéric Blassel. Il travaille entre autres pour le bureau de Zurich de la Radio suisse romande. Ses domaines de prédilection sont les compagnies aériennes ainsi que que les délits économiques et financiers. C'est là aussi très habile d'avoir eu recours à lui pour diffuser à la RSR les bobards farcistes. En effet, côté face, Blassel est un journaliste d'investigation. Mais côté pile, c'est un ancien travailleur social, un ancien délégué du CICR, un initiateur de radios rwandaises et un contributeur occasionnel d'Arte. En clair, Blassel n'est pas seulement un investigateur. Il est aussi un gauchisant tiersmondiste humanitairoïde. L'homme idéal pour passer les messages bidons des Farc via la source "Simon Gonzales".
 
Comment cette fausse information de la Radio Suisse Romande - une radio régionale totalement inconnue de la grande presse internationale - a-t-elle pu faire le tour du monde en l'espace de seulement 12 heures et de surcroît en trois langues ?
 
C'est un correspondant de l'AFP en Suisse qui a joué le rôle de la courroie de transmission. Il a transmis "l'info" de la RSR à ses collègues parisiens. A partir de là, l'AFP, a diffusé, le 4 juillet, de midi à minuit, d'innombrables dépêches sur Ingrid Betencourt : sur elle, sur sa famille, sur son voyage à Paris, etc., etc., etc. Mais dans la plupart de ces dépêches, l'AFP glissait le petit paragraphe que voici : "Selon la Radio Suisse Romande, des dirigeants des Farc auraient touché 20 millions de dollars pour cette libération et l'opération de l'armée n'aurait été qu'une mise en scène". A partir de là, la rumeur bidon initiée par les Farc elles-mêmes a fait en douze heures le tour du monde en trois langues.
 
Qui sont les auteurs de cette vaste manipulation et quels sont leurs objectifs ?
 
Comme démontré ci-dessus, ce sont les Farc elles-mêmes, avec la complicité de la gauche colombienne (voir mon article sur le clan Betancourt) et avec la complicité de journalistes de gauche. L'objectif est de salir le président colombien Uribe vu que l'homme est ouvertement "de droite". Nous
 sommes samedi 5 juillet. La bataille va continuer. Demain dimanche 6 juillet l'hebdomadaire colombien Semana va publier un article sur la libération des otages qui reprendra la thèse de la "reddition moyennant finances des geôliers des Farc, camouflée en une audacieuse opération de commando par le gouvernement de M. Uribe, partisan d'une politique de fermeté contre la guérilla". On n'a pas fini de rigoler.
  
Miguel Garroté
    
Partager cet article
Repost0
23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 22:48
La phrase :

La sécurité en Irak a continué de s'améliorer de mars à mai, avec des violences à leur plus bas niveau depuis plus de quatre ans, mais ces progrès "restent fragiles, réversibles et inégaux", selon le rapport trimestriel du Pentagone.

L'analyse :

Un rapport trimestriel c'est des dizaines de pages  , voire des centaines. 

Mais la presse ne retiendra que 2 lignes !! En fait, juste 5 mots entre guillemets !!

La première lingne est là parce qu'on n'a pas le choix, on ne peut plus mentir au vulgus populum : oui, l'Irak n'est plus un bourbier. Comme en 2003, quand le français moyen a découvert que les USA avaient gagné la première phase de la guerre, alors qu'on leur vendait du Vietnam au 20 heures !!

La deuxième parce qu'on ne veut quand même pas passer pour une tourte : Ok, c'est mieux mais on verra bien si cela va durer.

En tronquant l'information, la presse ne ment pas : elle désinforme, elle intoxique, elle vous prend pour des veaux !!

Alors, vous avez le choix : continuer de la croire et rester avec le troupeau, ou bien venir voir sur la blogosphère si un autre son de cloche n'existe pas !! 
Partager cet article
Repost0
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 22:10

Cette semaine, le sixième des huit Marines accusés de "massacre" de Haditha, en Irak, a été acquitté par la justice militaire américaine. Les deux derniers le seront dans les mois à venir. En août 2007, le blog drzz était, déjà, le seul organe francophone à rétablir la vérité sur cet épisode.

Les Marines américains n'ont jamais abattu 24 civils dans cette ville de l'Irak, comme on a pu vous le dire. L'affaire, mise en scène par les insurgés irakiens et reprise par la presse collabo, dure depuis près de deux ans.

IL N'Y A JAMAIS EU DE MASSACRE A HADITHA !

Le Time, le New York Times et tous les grands médias de gauche ont vomi sur l'armée américaine et sur les Marines sans aucun égard pour la vérité. Il y a même eu un film sur cet épisode, alors que la majorité des accusés était déjà acquittée ! Cette oeuvre écoeurante, mensongère et insultante a été un flop monumental au box-office.

La cinquième colonne qui veut saper les fondations de nos civilisations et accueillir l'islam radical, comme elle berça jadis les Hitériens et les communistes, vient d'être confondue par la justice. 

Mais vous n'en entendrez jamais parlerL'article duFigaro qui traite de cette affaire et daté du 5 juin 2008, alors que le sixième GI a été acquitté le 3, ne rétablit absolument pas les faits ! On ne parle ni des acquittements, ni des conséquences de ces décisions de justice sur la véritable histoire de Haditha. On se borne à mentir effrontément en reprenant, mot pour mot, ce que la presse répète depuis 2006 et que la justice dément formellement !

Nous avons décidemment touché le fond. Même la justice n'a plus de valeur dans les médias français. Nous assistons bel et bien, comme je l'avais noté il y a plus d'une année, à une nouvelle nazification  de l'Europe. Et on ne survivra pas à celle-là.


On ne peut que remercier DRZZ d'avoir passé cette info !! Décidément, ce blog vaut TOUTE la presse française !!


Partager cet article
Repost0
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 06:35
Che Gevara va donc avoir les "honneurs" d'un film de Steven Soderbergh. Mais gageons que , puisque le film élude tous les passages "encombrants" de la vie du boucher de la Cabana, nous n'entendrons pas les paroles qui suivent mais qu'il a pourtant prononcées.
Pour ceux qui en doutait encore, Le Che ne fut qu'un petit psychopathe dont la gloire internationale montre bien combien notre époque est malade !!

La haine intransigeante de l’ennemi, qui pousse au delà des limites naturelles de l’être humain et en fait une efficace, sélective et froide machine à tuer.

 

Nos soldats doivent être ainsi : un peuple sans haine ne peut triompher d’un ennemi brutal

 

Il faut mener la guerre jusqu’où l’ennemi la mène : chez lui, dans ses lieux d’amusement, il faut la mener totalement

 

Le plus grand ennemi du genre humain : les Etats Unis d’Amérique du Nord

 

Ne tirez pas , je suis Che Guevara , je vaux plus vivant que mort

 

(A propos des paysans boliviens :) il faut traquer les habitants pour pouvoir parler avec eux, car ils sont comme de petits animaux

 

Les travailleurs cubains doivent petit à petit s’habituer à un régime de collectivisme. En aucune manière, les travailleurs n’ont le droit de faire grève.

 

La guerre, la guerre. Nous sommes toujours contre la guerre. Mais quand nous l’avons faites, nous ne pouvons vivre sans elle.

 

Toute révolution comporte inévitablement une part de stalinisme.

 

Nous avons fusillé et nous fusillerons encore tant qu’il le faudra. Notre lutte est une lutte à mort (11/12/64 devant l’ONU)

 

Ne faites pas traîner les procès. Ceci est une révolution. N’utilisez pas les méthodes légales bourgeoise, les preuves sont secondaires

 
Partager cet article
Repost0
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 07:47
Une fois encore , le blog Drzz décroche la timbale avec l'interview d'une grande dame de notre siècle, Bat Ye'or, signataire du livre de référence Eurabia !! Notre ami Drzz continue donc son travail d'information inédit et plus que jamais , il faut le soutenir, le lire, débattre.

Je vous propose l'intégralité de cette interview !!

DRZZ : Bat Ye'or, votre livre a eu une grande influence sur le débat de l'islam, autant en Europe aux Etats-Unis. Voyez-vous une prise de conscience du problème de "l'Eurabia" chez les élites européennes ?
 
BAT YE'OR : Il y a eu certainement chez les responsables politiques la réalisation d’un ras-le-bol des peuples européens et le sentiment que les invectives de racisme et de xénophobie dont on lesabreuvait se craquelaient. Mais ce résultat provient d’un ensemble de facteurs parmi lesquels le pouvoir médiatique d’internet qui contourne la censure de la presse officielle. Mon livre qui fut accueilli par le silence, le rejet et le boycott officiel des grands médias, explosa sur internet. Le Pointà Paris publia même à deux reprises des attaques virulentes contre moi. J’ai dû recourir à un avocat pour obtenir le droit de réponse autorisé par
 la loi. Ceci provoqua aussitôt la publication d’une réaction acrimonieuse et totalement erronée. Mon avocat me persuada d’y répondre une fois encore, ce qui me valut une condamnation par le tribunal au paiement d’un dédommagement au journal. Ceci parce que je me défendais contre des allégations personnelles purement fictives.

Le mensuel La vie des idées (Mai 2006, n° 12) édité par La République des Idées publia un article sur mes «élucubrations», tout en s’excusant auprès de ses lecteurs de faire figurer mon nom dans les pages de cette revue de haute volée intellectuelle et éthique. D’autres attaques mesquines de nature personnelle et sans aucun fondement me furent lancées par des journalistes peu informés du New York Times  et un ou deux autres journaux américains. Mon travail fut pillé et mon nom dissimulé par omission délibérée. Mais tout cela est de bonne guerre et constitue le débat d’idées des démocraties. Par contre l’Italie, où le mot liberté a encore un sens, se montra beaucoup plus réceptive. Des politiciens et des journalistes influents me firent connaître. En Allemagne je n’ai trouvé aucun éditeur et le livre fait l’objet d’une réprobation scandalisée. Mes thèses sont mieux acceptées en Hollande où le livre fut publié et au Danemark parmi ceux qui soutiennent le journaliste Flemming Rose et la liberté d’expression

Comme je n’ai pas de contact avec « les élites européennes », j’ignore si elles ont lu mon livre. En fait je n’ai fait qu’analyser, comme c’est le devoir d’un écrivain, le malaise diffus des Européens. J’ai tenté d’en décrire les sources, les causes et les modalités. Ceci a peut-être contribué à la prise de conscience d’une mutation sociale et civilisationnelle déjà bien avancée à l’échelle d’un continent. Les problèmes sociaux qui semblaient fortuits et sans liens apparents, apparaissaient soudain dans une trame structurelle stratégique avec son idéologie et ses objectifs économique et politiques exécutés par des cohortes d’agents et de réseaux.

Mes critiques de l’antisémitisme culturel et politique européen s’ajoutaient à celles de beaucoup d’autres intellectuels et aux nombreuses conférences internationales sur ce sujet dans les années 2004-05. Ceci fit beaucoup de bruit aux Etats-Unis où même Bush en parla. Les dirigeants européens qui orchestraient la diffamation d’Israël et niaient l’antisémitisme chez eux en furent humiliés et l’en détestèrent davantage. Avec le départ de Chris Patten et de Romano Prodi de la Commission européenne, la violence diffamatoire contre Israël se résorba quelque peu. Les dérives racistes de l’anti-américanisme et de l’antisionisme d’Eurabia furent corrigées par Angela Merkel. En France Nicolas Sarkozy déclara vouloir rompre avec «la politique arabe» autrement dit alignée sur celle du bloc arabe, ce qui n’était guère un secret. C’était aussi une reconnaissance officielle indirecte de mes thèses. De son côté le ministre italien des Affaires étrangères sous le gouvernement de Berlusconi, Gianfranco Fini, reconnut la partialité démesurée de l’Europe pour les Palestiniens et cette attitude fut adoptée par d’autres leaders européens.

Beaucoup d’Européens se désolidarisèrent de la politique d’Eurabia; ils comprenaient que la menace jihadiste concernait l’Europe autant qu’Israël. De plus les Européens dans leur large majorité ne sont pas antisémites. La pression antisémite actuelle provient de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) et de ses nombreuses composantes qui agissent par Européens interposés. Il faut distinguer la culture antisémite qui est imposée et diffusée par les «élites européennes» politiques contrôlant par les réseaux eurabiens, les universités, les medias, les publications et la culture – et les populations européennes victimes de cette politique. Nous revivons les années 1930s. La guerre contre Israël est une guerre contre la civilisation. Elle meut contre un peuple minuscule de quelques millions, des forces planétaires et des alliances monstrueuses comme celles de l’OCI et de l’Europe dont Eurabia est le fruit. 



DRZZ :
 Daniel Pipes voit dans la polémique sur "Fitna" un sursaut des Européens et un retour aux fondements de leur civilisation judéo-chrétienne. Partagez-vous son optimisme ?

BAT YE'OR : L’affaire des caricatures, l’article du professeur Redeker comme ceux de Guy Millière et le combat d’autres intellectuels s’inscrivent dans la résistance pour défendre les droits démocratiques de nos sociétés fondées sur les valeurs judéo-chrétiennes. Ce combat n’est pas nouveau, il s’est déjà manifesté au cours de l’histoire sous des formes différentes bien sûr et avec des fortunes diverses. Il a suscité la résistance à l’islamisation de sociétés conquises par le jihad en Asie, en Afrique et en Europe, la lutte contre les totalitarismes modernes, le nazisme, le communisme, le fascisme. Ce sont des combats à la fois militaires et idéologiques couvrant des décennies avec des avancées et des reculs et dont l’issue est difficilement prévisible. C’est pourquoi je ne partage pas l’optimisme de Daniel Pipes. Dans le contexte moderne il ne s’agit pas seulement des « Européens ». On doit aussi considérer la dislocation des institutions des Etat-nations européens et leur remplacement par une entité transnationale, l’UE, l’asservissement européen aux flux de l’énergie et de la puissance monétaire pétrolière, l’implantation en Europe des lois de la chari’a concernant les femmes, les apostats, le blasphème et enfin la conjugaison du terrorisme extérieur et indigène. C’est dans ce contexte à la fois idéologique, institutionnel et économique que les sociétés européennes piégées par le multiculturalisme et en phase transitoire d’euro-islamisme démographique, devront réagir.

  

  
DRZZ : Quelle est votre opinion sur les voix critiques de l'islam, particulièrement celles de Geert Wilders, Ayaan Hirsi Ali et Wafa Sultan ?


BAT YE'OR : Geert Wilders a fait preuve d’un courage remarquable bien que je ne me prononcerai pas sur sa politique car je ne la connais pas. Il a en effet tenu tête aux pressions énormes du monde musulman et à celles de son gouvernement. Il a ainsi démontré à lui seul qu’il suffit de résister et d’être ferme dans ses convictions pour faire reculer les menaces et que la politique de concessions permanentes de l’Europe menait à la déconfiture et à la honte.  

Ayaan Hirsi Ali est une femme qui mène un combat courageux, elle connaît bien le dossier des femmes et se bat là-dessus. Wafa Sultan est une femme extraordinaire pour laquelle j’ai une admiration et une sympathie sans bornes. Elle se bat comme un lion sans avoir peur de rien et connaît bien semble-t-il la chari’a, elle répond vertement à ses contradicteurs sans s’embarrasser de politesses. Ces hommes et ces femmes témoignent d’un courage qui fait d’autant plus ressortir la lâcheté de nos politiciens et de nos médias.   


DRZZ : Comment les gens réagissent-ils à vos conférences ?


BAT YE'OR : En général de façon très positive, mais il y a aussi des éléments hostiles. Il est vrai qu’en général je parle à des gens qui ont lu et apprécié mes livres. Les autres me boycottent et je ne les recherche pas car en vérité, tout le monde connait cette situation. Ceux qui la nient le font par choix et de façon délibérée et non par ignorance. Je ne les ferais pas changer d’avis, tout comme les nazis et les stalinistes gardèrent leurs convictions devant les fours crématoires et les goulags. Il s’agit ici de perversités criminogènes pathologiques. Les gens qui manœuvrent pour la disparition de l’Etat d’Israël sont des génocidaires en puissance. 


Je situe le sujet d’Eurabia dans un contexte historique qui peut être difficilement contesté: l’extension planétaire au cours d’un millénaire de deux institutions corrélées qui se renforcent mutuellement, le jihad et
 la dhimmitude. Après 20 ans de démentis véhéments, la dhimmitude est aujourd’hui généralement reconnue. Les Eglises d’Orient, surtout iraquiennes et palestiniennes, qui s’ingéniaient à s’inventer un âge d’or avant l’Etat d’Israël, et approuvaient le terrorisme jihadique contre Israël, sont aujourd’hui pourchassées par ce même jihad et contraintes de se plier aux lois millénaires de la chari’a qu’elles nièrent et qui font fuir leurs fidèles. Les persécutions contre les chrétiens d’Irak sont motivées par la même idéologie haineuse qui s’acharne à détruire Israël.


 
DRZZ : Certains pensent que la fureur eurabienne est encore latente, et qu'un retour isolationniste des Américains, par exemple s'ils élisaient Barack Obama, pourrait jeter de l'huile sur les braises qui couvent. Le pensez-vous également ?


BAT YE'OR : Eurabia est toujours là, autour de nous, avec nous, dans les lois, les institutions, les politiques occultes, les réseaux opaques qui nous enveloppent, les médias qui censurent et désinforment, les hiérarchies universitaires qui imposent leurs directives et finalement, toujours aux commandes ceux qui ont créé Eurabia. Les Européens ne se rendent pas compte de l’ampleur de la toile eurabienne qui touche tous les secteurs: politique, économique, culturel, religieux, médiatique, universitaire, tissé depuis quarante ans. 


Je crois que Barack Obama ne fera pas une politique isolationniste mais plutôt une politique tiers-mondiste, multilatérale et multiculturelle semblable à celle d’Eurabia et qu’il engagera l’Amérique dans ce même processus de fausse paix obtenue par des concessions et des reniements.

 
DRZZ : Israël est aujourd'hui en difficulté. Comment pourrait-il retrouver le soutien de l'Europe ?


BAT YE'OR : C’est Eurabia qui détruit Israël par le financement d’ONG palestiniennes, européennes et israéliennes antisionistes et par son soutien à une cause palestinienne inexistante avant 1969 et qu’elle a créée pour combattre et supplanter Israël. Ces ONG promeuvent et stimulent en Israël même un processus de pourrissement intérieur semblable à celui de l’Europe.


Eurabia est fidèle à elle-même: elle ne réclame d’Israël que ce qu’elle s’impose à elle-même, c’est-à-dire l’ouverture des frontières, le renoncement à l’auto-défense, l’auto-culpabilité pour justifier sa reddition et finalement sa disparition par auto-reniement. Cette politique commune pour l’Europe et Israël résulte de l’idéologie jihadiste qui applique une même stratégie à ces deux entités. Pour que l’Europe soutienne Israël, il faudrait d’abord qu’elle puisse s’aider elle-même et qu’elle retrouve l’indépendance et l’autonomie qu’elle a perdues par couardise. Il faudrait surtout qu’elle cesse de confondre le crime et l’innocence, l’agresseur et la victime, le droit imprescriptible d’Israël de vivre et le droit imprescriptible du jihad de tuer. L’Europe s’est intellectuellement empoisonnée en s’inventant des fausses symétries entre Israël qui existe depuis trois mille ans dans son pays et les forces jihadistes planétaires de destruction et d’apartheid religieux.


 
DRZZ : Nicolas Sarkozy a envoyé un millier d'hommes supplémentaires en Afghanistan. L'Europe maîtrise-t-elle encore sa politique étrangère ou est-elle, sans se l'avouer, déjà prise en otage ?

BAT YE'OR : L’Europe a choisi sa position d’otage dès le moment où elle a nié la réalité du jihad. Et l’origine de cette négation réside dans son alliance avec Arafat, l’incarnation du jihad. Elle a perdu la maîtrise de sa politique étrangère en cédant au terrorisme palestinien en 1973. Elle n’a pas compris que le palestinisme était le bras du jihad global comme le déclare un texte des Frères Musulmans rédigé le 1er décembre 1982 intitulé « Le Projet » et exposé dans le livre de Sylvain Besson, La conquête de l’Occident. Le projet secret des islamistes, Seuil 2005. 

  

DRZZ : Que doivent faire les Juifs européens aujourd'hui pour combattre cette mutation eurabienne qui leur est hostile ? Etre plus présents sur la scène politique ? Utiliser l'étranger (Etats-Unis, Israël) pour faire pression sur l'Europe ? Faire leurs valises ?


BAT YE'OR : La mutation eurabienne n’est pas hostile aux Juifs seulement. Elle représente la destruction de la démocratie, des droits de l’homme et des libertés comme fondements de la dignité humaine. Elle s’attaque aux bases de la civilisation judéo-chrétienne érigées sur le rationalisme, l’objectivité de la recherche et de la vérité, le sécularisme, l’égalité des sexes et des droits, la sacralité de la vie et de la liberté, pour nous imposer les normes des sociétés structurées par la chari’a, c’est-à-dire la paix-soumission du jihad et l’apartheid de la dhimmitude. C’est pourquoi cette mutation est combattue vigoureusement par des musulmans qui ont émigré en Occident parce qu’ils ont choisi nos valeurs universalistes. Eux aussi sont menacés par des fatwas, il est scandaleux de devoir assurer leur sécurité par une garde policière parce qu’ils manifestent un droit normal: leur liberté de pensée.


L’eurabisme recourt à des politiques inspirées par le communisme et le fascisme – toujours présents en Europe – et dégurgite la haine nazie et les théories conspirationnistes dont la dernière accuse les Américains d’avoir fomenté les attaques du 11 septembre. Ce canard, à l’origine limité à des milieux marginaux, revient maintenant en boucle dans de grands quotidiens comme pour habituer les gens aux contre-vérités. Le but de ces manipulations d’opinion est de diaboliser l’Amérique pour exonérer les criminels jihadistes et victimiser les musulmans. Comme le dit Doudou Diène, le rapporteur spécial sénégalais au Conseil des Droits de l’homme, ce sont les musulmans qui furent victimes du 11 septembre car ils sont stigmatisés par les mesures de sécurité. Doudou Diène ne voit pas les victimes du jihadisme, les contraintes imposées aux Occidentaux par les terroristes, il ignore les victimes des attentats, les bébés privés de leurs biberons dans les avions, les malades obligés de se séparer de leurs médicaments, les longues heures d’attente aux contrôles sécuritaires, les frais énormes des contribuables européens pour maintenir leur droit naturel à la sécurité mais qui désormais leur est contesté par les islamistes dans le contexte d’un jihad global qui menace n’importe qui n’importe où. C’est la politique du chaos initiée par Arafat contre Israël et qui ravage maintenant ses promoteurs, l’Algérie, l’Irak, le Liban, le Pakistan, l’Afghanistan, la Somalie.


La mutation eurabienne ne concerne pas Israël et les juifs exclusivement. L’islamisation de l’Occident et d’Israël constitue un même objectif, et il n’est pas sûr que l’Europe puisse résister mieux qu’Israël. Ce qu’il faut faire ? résister en protégeant la démocratie, les libertés et les droits de l’homme et cela inclut la résistance de nos amis musulmans dont vous avez cité quelque noms. Et surtout s’abstenir de banaliser des idéologies génocidaires par le dialogue avec leurs promoteurs, comme l’a fait Jimmy Carter avec le Hamas. La subversion de l’Europe a commencé par la reconnaissance et le dialogue avec le chef terroriste Arafat. On ne discute pas avec ceux qui vous imposent la guerre ou la soumission de la dhimmitude-apartheid.

 


DRZZ : Un parti conservateur suisse propose d'interdire les minarets tandis que le parti de la liberté aux Pays-Bas demande aux musulmans de déchirer les sourates violentes du livre saint... Ces réactions sont-elles saines ? Utiles ? Quelles seraient les mesures adéquates selon vous ?


BAT YE'OR : Le Coran et les hadiths (textes sacrés musulmans) comportent des passages extrêmement hostiles aux autres religions. Occultés par les spécialistes jusqu’à ces deux dernières années, ils s’étalent maintenant dans internet et sont largement et fièrement claironnés et revendiqués par des islamistes pour justifier leur politique ou leur haine d’Israël et de l’Occident. On doit naturellement connaître ces textes puisqu’ils nous concernent et non les dissimuler comme on l’a fait depuis les années 1970 afin de nous culpabiliser en nous accusant de provoquer une hostilité qui émane de textes religieux plus que millénaires et dont nous sommes finalement les victimes. Plus on en parlera et plus on incitera les musulmans à s’en désolidariser et à tenter de les contextualiser. S’ils refusent, il est clair que la cohabitation dans la paix et l’estime réciproque sera très difficile sinon impossible. Mais beaucoup de musulmans en Occident s’attachent à ce travail qui n’est guère facile. On doit respecter leur effort et les encourager.    

 
DRZZ : Etes-vous de ceux qui considèrent qu'il existe "islam" et "islamisme" (
 Daniel Pipes) ou de ceux qui considèrent que "nous sommes en guerre contre l'islam" (Ayaan Hirsi Ali) ?


BAT YE'OR : Islam et islamisme …. C’est couper les cheveux en quatre. L’Islam c’est une civilisation qui s’est répandue sur 3 continents depuis treize siècles. Elle se caractérise par une religion fondée sur un livre, le Coran, par une juridiction: la shari’a établie sur le Coran et la Sunna (Traditions du Prophète), et une politique unissant ces deux éléments. Ses manifestations sociales et culturelles se différencient en fonction de la diversité des peuples qu’elle a supplantés et colonisés. Ce que Pipes appelle « islamisme » c’est l’élément jihadiste, les combattants pour la foi, les fedayyprésents dès le début de l’islam, chargés de mener des razzias dans les pays infidèles (dar al-harb) pour y semer la terreur, prendre du butin et faire fuir les habitants infidèles afin de faciliter l’expansion de l’islam. Cette stratégie a toujours existé dans le cadre des Etats musulmans, elle jouit d’une légitimité sacrée dans la politique islamique de conquête mondiale. C’est pourquoi l’on n’a pas vu de démonstration monstre ni dans les pays musulmans ni parmi les millions de musulmans émigrés en Europe pour protester contre les attentats aux EU, à Madrid et à Londres. Sur ce thème j’approuve totalement les opinions de
 Anne-Marie Delcambre, islamologue chevronnée et à l’érudition impeccable. Je crois qu’il ne faut pas confondre la civilisation islamique établie sur des textes sacrés et les musulmans, population appartenant à divers courants et qu’on ne peut classer dans une seule catégorie immuable.


Par contre je conteste l’idée que nous sommes en guerre contre l’islam. Je crois que l’Europe agressée par le jihad cherche la paix en combattant l’Amérique et Israël.      
 

DRZZ : Quelle est votre opinion de Tariq Ramadan ?


BAT YE'OR : Il appartient à l’école de feu Ismail Rajji al-Faruqi qui cherche à islamiser la modernité plutôt que de moderniser l’islam. Il est très contesté par des musulmans européens qui s’efforcent au contraire de libérer l’islam d’un corpus juridique étouffant et de formuler des principes religieux conformes à une éthique moderne. Par son rejet total de la légitimité de l’existence d’Israël et sa haine de l’Amérique, il adhère à l’idéologie jihadiste. Comme les traditionalistes d’autres courants religieux, il cherche à justifier la tradition et à la maintenir en recourant à des arguments modernes, ce qui donne un caractère spécieux à un discours qui se veut moderne mais qui est traditionnel.   
 

DRZZ : La proposition de Nicolas Sarkozy d'"Union méditerranéenne" entérine-t-elle le concept eurabien ? 

BAT YE'OR : Difficile à juger maintenant. Elle continue la politique qui créa Eurabia. C’est un gouffre financier pour les contribuables européens contraints de payer des institutions mastodontes qui se reproduisent sans cesse pour dissimuler les transferts de fonds aux pays de la Ligue arabe, y compris ceux qui ne sont pas méditerranéens. Il est normal de vouloir maintenir des relations pacifiques avec ses voisins. Mais l’on ne doit pas sacrifier ses valeurs et la sécurité de son territoire à l’illusion de
 la paix. Je vous renvoie à l’article excellent et détaillé de Gabriel Lévy.



DRZZ : Comment voyez-vous le futur de l'Europe et ses minorités musulmanes ?
 Daniel Pipes propose trois scénarios : une intégration réussie, une guerre civile à la bosniaque ou un retour au fascisme.
Laquelle vous semble réaliste ?

BAT YE'OR : L’intégration réussie me semble le plus souhaitable, mais ce qui est souhaitable n’est pas toujours réaliste. De nombreux musulmans sont parfaitement intégrés en Europe. Quant aux deux autres scénarios, ils me paraissent possibles mais pas souhaitables, d’autant plus que la guerre civile sera à l’irakienne plutôt qu’à la bosniaque. 
Partager cet article
Repost0
22 mars 2008 6 22 /03 /mars /2008 08:28
e5dbcf2e-f788-11dc-bf64-b0f4d5522a1d.jpgJohn McCain est passé par la France. Après l’Irak et Israël, le candidat du GOP qui, dégagé de l’obligation des primaires peut démarrer sa campagne électorale (et laisser Obama et Clinton se battre comme des chiffonniers) ,  a voulu rendre hommage à la France.

On se rappelle qu’en 2003, McCain était très en colère contre nous suite à la volonté affichée de Chirac et de de Villepin de sauver le régime abject de Saddam Hussein.

Cette brouille est désormais oubliée : la France a enfin un président qui ne crache pas sur les USA et qui n’hésite pas à affirmer ses valeurs conservatrices (même si, hélas, elles ne se traduisent pas encore dans les réformes).

Pendant une heure, Nicolas Sarkozy et John McCain  se sont rencontrés (la 2e fois en un an) et ont affiché leur convergence d’esprit à la fin de leur rencontre, devant un important parterre de journalistes. John McCain a vanté «l'ère d'amitié et de coopération» entre Paris et Washington qui «sera non seulement bénéfique pour nos deux pays mais aussi pour la paix dans le monde». Il a aussi ajouté que « Le peuple américain est prêt à l'accueillir à nouveau à tout moment, que le discours prononcé par Nicolas Sarkozy devant le Congrès américain en novembre dernier avait été «extrêmement bien reçu non seulement par les membres du Congrès mais par tout le peuple américain». Mc Cain a également rendu hommage aux forces françaises en Afghanistan.

Au-delà de cette visite, il est intéressant que la machine à désinformer s’est vite remise en route. Les Français, déjà persuadés que ce serait forcément Obama le prochain président, ou au minimum un démocrate, ont donc eu un choc en découvrant le sénateur de l’Arizona aux côtés du président. Et les formules lapidaires ont commencé à fleurir !!

Dans le meilleur des cas, une partie de la Pravda ne parlent que du grand âge du sénateur, l’opposant à la jeunesse forcément riante d’Obama (mais oubliant étonnamment de parler de ses liens avec les New Black Panthers ou des propos racistes de son pasteur).

Mais bien évidemment, l’angle d’attaque le plus important est la comparaison avec …. Georges Bush. Puisque Bush est l’antéchrist pour la presse, il suffit donc de comparer Mc Cain avec lui pour le discréditer auprès du public français. Qui se ressemble s’assemble dans l’esprit d’un Français décérébré par des années de propagandes anti-américaines. Ainsi, Nicole Bacharran (qui en 2004 avait prévu l’élection facile de John Kerry – rires !!) a dressé un portrait tout à fait flatteur du sénateur de l’Arizona, mettant en avant son opposition à l’avortement, au mariage gay, son soutien à la guerre en Irak… Bref tout ce qui hérisse le poil du Français moyen. Bacharran a juste oublié de dire que pour une partie du GOP, McCain était un peu trop au centre.

Les réactions des internautes sur les sites d’informations style Figaro.fr ou Libé ne s’est pas fait attendre. Sarkozy en prend bien sûr pour son grade, accusé de se comporter en carpette vis-à-vis de ses salauds de ricain. Un internaute estime même que les Américains sont tout contents d’avoir un président français malléable, un caniche à leur solde !! La phrase débile de Fabius (qui en son temps fut traité de roquet par un Chirac combatif lors du débat de 1985) a laissé des traces.

Mais, bien entendu, Mc Cain trouve peu de supporter en France : on l’estime dangereux (rendez vous compte, cette andouille veut bombarder l’Iran), inconscient (il est prêt à rester 100 ans en Irak alors que tout le monde vous dit que c’est un désastre), liberticide, forcément inculte….

Certains internautes souhaitent sa victoire car, comme il est aussi stupide que Bush, il va précipiter l’Amérique encore plus bas que terre et détruire totalement cet état fasciste et totalitaire.

On le voit, la route est longue pour ceux qui ont une autre idée de l’Amérique, qui entendent s’opposer au politiquement correct et au racisme toléré, ceux qui ne se reconnaissent pas dans des propos outranciers et imbéciles émis par une horde d’incultes incapables de comprendre le monde dans lequel ils vivent
Partager cet article
Repost0
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 22:33
undefinedLe masque  continue de tomber... Bientôt, plus personne ne pourra dire "Je ne savais pas" , surtout pas la famille d'Ingrind Bettancourt

Lundi soir, le chef de la police colombienne a affirmé que le président vénézuélien Hugo Chavez aurait financé la guérilla des Farc. Des documents saisis sur l'ordinateur du N°2 du mouvement, Raul Reyes, tué samedi en Equateur, montreraient qu'il aurait récemment envoyé 197 millions d'euros (300 millions de dollars) à la rébellion marxiste.

Et ce transfert ne serait pas le seul lien financier qui unirait le président vénézuélien et les Farc. Toujours d'après la police colombienne, un autre document prouverait que la guérilla marxiste aurait transmis 100 millions d'euros à Hugo Chavez lorsque celui-ci était emprisonné pour tentative de coup d'Etat en 1992, avant qu'il ne soit élu président. Un mot, expliquant combien le chef d'Etat vénézuélien était reconnaissant de ce don, aurait été retrouvé sur le corps de Raul Reyes dont l'élimination a provoqué une montée des tensions entre la Colombie, l'Equateur et le Venezuela.

«Une alliance d'armes entre les Farc et Caracas»
Les documents découverts retranscrivent aussi plusieurs conversations entre Hugo Chavez et le chef des Farc, Manuel Marulanda. Dans une lettre, ce dernier se déclare prêt à apporter son aide au Venezuela «en cas d'agression» des Etats-Unis. «Cette missive implique un rapprochement et met en évidence une alliance d'armes entre les Farc et le gouvernement de Caracas», souligne la police colombienne. D'autres fichiers mentionnent l'envoi d'une cargaison de drogue vers le Mexique, ainsi que «l'acquisition et la vente de 50 kilos d'uranium». Le vice-président du Venezuela Ramon Carrizalez a immédiatement réfuté ces affirmations. «Nous sommes habitués aux mensonges de Bogota », a-t-il commenté. «Ils peuvent désormais inventer n'importe quoi pour tenter de s'extirper de cette violation du territoire équatorien».

Dès lundi matin, Bogota avait promis de dévoiler à l'ONU et l'Organisation des Etats américains, les accords passés entre les Farc, Caracas et Quito. La Colombie a ainsi reproché à Rafael Correa, le président équatorien, d'avoir passé un «compromis» avec les rebelles, afin de jouer un rôle de médiateur dans l'éventuel échange d'otages de la guérilla contre des rebelles emprisonnés. Une allégation fermement démentie par Quito.

Dimanche, Hugo Chavez, qui a vivement condamné l'incursion en Equateur de l'armée colombienne, a averti que le Venezuela répondrait militairement en cas de violation de son territoire. Il a ainsi ordonné l'envoi de dix bataillons de chars à la frontière et le déploiement de l'aviation, ainsi que la fermeture de l'ambassade du Venezuela à Bogota. De son côté, l'Equateur a également déployé des troupes sur la frontière, et rappelé son ambassadeur.

(La source : Le Figaro)

Allez y lire les commentaires de ceux qui défendent Chavez, c'est hilarant !!
Partager cet article
Repost0
2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 09:44
8901d20c-e82a-11dc-a645-6b4cabe616e1.jpgLa visite du président iranien Ahmadinejad semble réjouir les médias français. Ils y voient l’échec de la politique US en Irak et nous ressortent le fameux « bourbier » cher à la propagande française.

La vérité est que, si cette visite est une très mauvaise nouvelle pour les amoureux de la liberté, il prouve au minimum une chose : le gouvernement irakien, contrairement à ce qu’assène les racistes anti-US depuis des années, n’est pas à la solde de Washington. Il est clair que cette visite a été décidée par le président irakien Maliki, sans recevoir l’aval de Washington.

L’autre vérité c’est que Ahmadinejad se sait aux abois. Il lui faut donc apparaître comme un apôtre de paix dans la région et tisser des liens étroits. Cette stratégie, qui ne peut que ravir les racistes anti-US français, est en fait un incroyable marché de dupes. Tandis que l’Iran continue à préparer son armement nucléaire, avec toutes les conséquences que cela entraînera, et sous l’œil bienveillant d’une partie des occidentaux (« Cela rééquilibrera la région », « il n’y a pas de raison que seul Israël ait la bombe » et autres conneries de cet acabit) , il tente de séduire à tout va, y compris donc les pays arabes sunnites, dont il prône pourtant l’éradication par la branche chiite de l’Islam.

Alors que c’est l’Iran qui entraîne et fournit des armes à certaines milices chiites, il vient donc parler de pays. Le pompier pyromane donc !! Mais contrairement à ce que nous balance les médias, il n’est pas forcément le bienvenu en Irak. Pas mal d’Irakiens, à commencer par les sunnites, ne veulent pas d’influence perse dans leur pays. Même les chiites modérés savent à qui ils ont affaire.

Mais en se présentant comme celui qui veut la paix, comment les tenants de la méthode forte contre l'Iran vont-ils pouvoir la justifier ? D'autant que les médias vont également s'engouffrer dans cette brêche et imposer le "pacifisme" des peuples. On a connu cette situation en 1938 : pendant qu'Hitler faisait des concessions à l'Europe municharde, il préparait sa guerre, la vraie , qui a conduit à la déflagration de 1939. Et les médias de l'époque fustigaient les va-t-en-guerre !!

Si les médias se réjouissent de ce « camouflet infligé à cette arrogante Amérique », les pays arabes, eux, s’inquiètent. Ils ne veulent pas d’un Iran dominateur, ils savent que le petit nazillon qui parle d’Israël comme d’un microbe, se construit une image de héros aussi bien au Caire que dans les rues de Gaza. Ils savent que sans l’Iran le Hezbollah en serait réduit à tirer au lance pierre. Sur le coup, les pays arabes sont beaucoup plus lucides que nous.

Quant aux occidentaux, après avoir perdu des mois en négociation de sanctions, ils vont peut être enfin comprendre leur erreur monumentale. Alors que la région avait été débarrassée d’un monstre, que la Libye avait renoncé à ses visées destructrices, que le Pakistan revenait dans le camp des nations civilisées, que l’Afghanistan commençait à dire adieu au Moyen Age et que la Syrie devait quitter le Liban, ils ont laissé un nouvel Adolf s’imposer.

Le prix à payer sera terrible !! Surtout si la bêtise occidentale s'installe à la Maison Blanche en Novembre.
Partager cet article
Repost0
22 février 2008 5 22 /02 /février /2008 10:12
child_suicide_bomber.jpgAlors que nos chers penseurs se demandent quel impact aura sur les enfants l’évocation de la Shoah (en passant 85% des Français sont contre la proposition du Président, ce qui tendrait à me faire penser que la France est bel et bien un pays antisémite) ,  les mamans des territoires palestiniens ont une autre vision de l’éducation enfantine.

Ici, point besoin de charger la mémoire d’un gamin, rien ne remplace l’action. Pourquoi évoquer ceux qui sont morts, il y a 60 ans quand on peut entraîner les petits à provoquer de nouveaux carnages ?

Les âmes bien pensantes feraient bien de regarder comment les pauvres palestiniens opprimés entendent se sortir de la misère avant de critiquer Israël.

En entraînant leurs enfants au jihad, à l’attentat suicide, ces mères prouvent combien elles ne respectent même pas la vie qu’elles ont donnée !! Ce mépris de la vie qui conduit à sacrifier même les plus jeunes ne gêne pas grand monde en Europe. Je n’entends pas 85% des Français s’insurger. Il est vrai que ces 85%, plus occupés par la lecture de Gala ou du Nouvel Observateur (flash : le journaliste qui a publié le fameux SMS a reconnu ne l’avoir jamais  vu !! Allez, à l’ANPE) n’ont rien à battre que des mères préparent leurs enfants à mourir en tuant le maximum de juifs.

Le terrorisme est une gangrène qui prend très jeune dans les territoires palestiniens. Mais qui en France s’en inquiète ?
Partager cet article
Repost0
18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 06:55
rsrinfo20080215_8745482_3.jpgC'est entendu !! La presse (que certains continuent à croire "muselée" !!) a tellement bien fait son travail que si demain,  Nicolas Sarkozy proposait de donner 1500€ à chaque Français sur ses deniers personnels, on l'accuserait de dilapider ses économies.

La pseudo-polémique sur la Shoah est une preuve supplémentaire que la soit disant élite politico-médiatique de ce pays, en sus d'être antisémite, est surtout d'une redoutable hypocrisie !!

Voyez ce qu'écrit le syndicat d'enseignant SE-UNSA (en italique).

Éduquer ne saurait être qu’affaire d’émotion. C’est pourtant à nouveau sur ce terrain, après l’épisode de la lettre de Guy Môquet, que le président de la République vient de se situer en préconisant qu’à la rentrée 2008 « chaque enfant de CM2 se voie confier la mémoire d’un de ces 11 000 enfants français victimes de la Shoah »

Émotion !! Le mot est lâché. On se retrouve donc dans la même problématique qu’en mai dernier. Le Président joue sur l’émotion à des fins politiciennes. Aucune allusion au fait que depuis qu’il est ministre de l’intérieur, l’antisémitisme est de nouveau vivement combattu.

Le SE-UNSA a toujours milité pour que l’école publique assume sa mission de transmission des valeurs de la République. Le combat contre le racisme et l’antisémitisme en fait totalement partie.

Histoire de ne pas se faire accuser d’antisémitisme, le syndicat nous balance une phrase toute faite sur le combat de l’école. Sauf que, souvent dans les revues syndicales, on peut y lire des phrases très violentes contre Israël mais particulièrement tolérantes envers les activistes palestiniens. Et je ne vous parle pas du racisme anti-US qui fait partie intégrante de leurs pages.

Son efficacité éducative suppose des démarches pédagogiques d’autant plus réfléchies qu’elles s’adressent à des jeunes et à des enfants et que, comme dans le cas de l’histoire de la Shoah, elle peut toucher à l’horreur.

La critique la plus ridicule : les enfants sont trop jeunes donc on va forcément les horrifier. Ici, le syndicat prend ses propres troupes pour des incapables. De plus, il ne me semble pas que le Président ait parlé de décrire par le menu les atrocités nazies mais qu’un enfant (ou une classe) soit dépositaire de la mémoire d’un enfant victime du nazisme. J'ai visité Oradour à 10 ans, cela m'a fait un choc, j'en ai fait des cauchemars mais cela m'a surtout fait réfléchir et j'ai pu y voir le Mal en face !!

Pour le SE-UNSA, il s’agit donc d’une affaire de professionnels. Les enseignants ont ici à ménager, pour leurs élèves, un passage vers une compréhension de l’histoire et une assimilation des principes citoyens, via le recul de l’étude et de la réflexion.

Mine de rien, c’est exactement ce que propose le Président. Sauf qu’il demande de le faire tôt. Pourquoi ? Parce que, et tout éducateur le sait, un enfant de 10 ou 11 ans possède encore une capacité émotionnelle qui lui permet de comprendre et d’être choqué par la barbarie nazie. Un enfant de primaire n’aime pas ce qui est injuste. Or, la Shoah fut injuste. Si on commence à en parler lors du programme de 3e, il sera déjà trop tard, et pas seulement dans les quartiers dit difficiles où les nazislamistes font tout pour que cet enseignement ne se fasse pas.

Le SE-UNSA est particulièrement choqué de cette initiative du Président de la République, qui ignore tout de la façon dont un jeune se construit. Faut-il que chaque enfant de 10 ans se voie désormais personnellement chargé d’un lourd parrainage posthume ? Si les effets éducatifs de cette démarche sont plus que sujets à caution, a-t-on réfléchi à l’impact psychologique sur les élèves ?

Pour le syndicat, le président est donc un incapable voire un père indigne. Il oublie juste que le jeune Louis a 10 ans. « Lourd parrainage » ? Donc mieux vaut ne rien faire !! Impact psychologique ? Gageons que si un homme ou une femme de gauche avait proposé cette mesure, elle aurait été applaudie par les syndicats. On rappelera avec amusement que ce syndicat n'a pas protesté quand Mme Taubira a fait inscrire l'esclavagisme comme crimes contre l'humanité et l'a imposé dans les manuels scolaores.

Y aura-t-il des suites à cette nouvelle intrusion du politique dans le pédagogique ? Le SE-UNSA y sera très attentif, mais il n’hésitera pas à appeler les enseignants des écoles, en cas de besoin, à s’en tenir à des pratiques respectueuses des enfants.

Intrusion politique ? Le rôle d’un président est de donner des directions à son pays et de corriger les erreurs du passé, n’en déplaisent aux syndicats. Puisque le corps enseignant a été incapable de lutter contre le négationnisme, allant jusqu’à laisser soutenir des thèses de doctorat  niant les chambres à gaz et qu’il n’a pas su faire comprendre aux enfants ce que fut la Shoah, alors il est de son devoir de les rappeler à leurs devoirs.

Pour que l'info soit complète, l'un des signataires de ce texte organise des voyages pour les classes dans le cadre d'une association laïque. Mais propose aux enseignants des paniers sans porc . Si c'est pas une atteinte à la laïcité , cela !!!

Partager cet article
Repost0