Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 18:30
Le tricheur n'est pas celui qu'on pense !!

Alors qu'une partie des médias (je mets partie par charité) s'est déchaînée contre Thierry Henry, malheureux auteur d'une main contre l'Irlande (en oubliant que la Georgie avait été volé par un penalty totalement injustifié sifflé en faveur des Irlandais !! Ah, la géométrie variable), l'arrestation de Treiber a montré à quel point combien on peut facilement créer un tricheur médiatique, un vrai.

Treiber, meurtrier présumé de la fille de Roland Giraud et de son amie (là aussi , je mets présumé pour ne pas avoir de soucis avec une justice très tatillonne) , a fait croire à une presse crédule qu'il vivait dans les bois , tel un koha lantiste de base. En fait, il était hébergé depuis le 8 novembre chez des "complices" à Melun.

Mais cette histoire classique était bien trop fade pour des médias complaisants. Quoi de mieux qu'un Robin des bois narguant la police du fond des forêts, obligé de survivre en milieu hostile, mais heureusement entouré d'animaux si proche de lui et lui faisant oublier la méchanceté des hommes.

Et le gogo de plonger !! Et les idiots utiles d'avoir de l'admiration pour ce salopard !! Et la gauche caviar de se moquer de la police si impuissante !!

Sauf que Treiber n'était pas les bois  !! Sauf que la police faisait son travail de fourmi, celui qui n'est pas spectaculaire, celui que les médias ignorent parce que ce n'est pas vendable en une !!

Sauf que Treiber a menti et des rigolos comme à Paris Match ont tout pris pour argent comptant, ont vendu l'histoire aux gogos !!

Ces clowns font-ils faire des excuses au public, ces excuses qu'ils ont exigées d'Henry !!

 Et ces abrutis qui voient en Treiber un héros, un Robin des bois ? Ils nous ressortent la bonne vieille théorie du complot. C'est vrai que le pouvoir a de sacrés raisons de persécuter un garde chasse soupçonné de meurtre !!

Qu'on se le dise : ceux qui éprouvent de la sympathie pour Treiber sont de pauvres abrutis, des lobotomisés du bulbe qui admirent sans doute aussi Mesrine ou se pâment devant le Che !!

Treiber, vrai tricheur, faux héros, est enfin de nouveau sous les verrous. Espérons juste qu'il sera un peu mieux gardé !! 
Partager cet article
Repost0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 08:15
Une semaine chargée une de plus qui aura vu à la fois de la grandeur historique avec la célébration des 20 ans de la liberté à l'est de l'Europe et la confirmation que la France est en train de virer masochiste, aux vues des commentaires élogieux qui ont célébré la liberté d'insulter.

Les cérémonies du 9 novembre ont permis de remettre l'évènement que fut la chute du mur dans pas mal de mémoires. Certes, les lieux communs du genre "il y a tant de murs à abattre" ont fleuri, certes Israël a de nouveau été désigné à la vindicte populaire à cause du mur anti-terrorisme de Cisjordanie et surtout, personne ou presque n'a profité de l'occasion pour faire le procès historique de cette monstruosité que fut le régime communiste. Les 100 millions de morts ne pourront toujours pas dormir en paix, la faute à des politiques trop lâches pour apparaître comme anti-rouges. Il est vrai qu'en France, même si le PCF est moribond, il pèse encore politiquement et dans un contexte où les médias sont totalement soumis à des doctrines de gauche, il est difficile de critiquer les hommes que les journalistes admirent en secret.

Bien sûr, nous avons eu droit à quelques lignes du genre "le régime monstrueux que le mur protégeait", mais ces phrases étaient immédiatement suivies par "il reste tant de murs à abattre" !!

Une occasion manquée donc , la prochaine ne se présentera qu'en 2017 quand s'annoncera le centenaire de la Révolution d'Octobre, matrice de tant d'atrocités.

La France s'est distinguée par la célébration du droit d'insulter. Résumons nous : une obscure écrivain sort de l'anonymat grâce à l'académie Goncourt. Surprise, on s'aperçoit que durant les vacances elle a estimé que "cette France là était monstrueuse", à cause de "son atmosphère de flicage" et que les "Sarkozy, Hortefeux et Besson" l'avait poussé à fuir le pays. On croirait presque entendre un discours de Soljenitsyne. Eric Raoult, qui ne dit pas que des choses censées, s'emballe et parle du nécessaire devoir de réserve d'un écrivain promu par le Goncourt.

Effectivement, un écrivain n'a pas de devoir de réserve. Mais pour autant, peut-on tolérer qu'il crache sur notre pays ? Après tout, si la France est "monstrueuse", qu'elle demande à changer de nationalité. Un peu comme Noah qui trouve honteux de vivre en France mais qui le reste tout de même. 

Bien entendu, les propos de Raoult ont provoqué une levée de boucliers de la gauche et des médias qui estiment que le député UMP a largement outrepassé son droit de parole.

Résumons donc : la liberté d'insulter est désormais inscrite dans le marbre de la pensée politiquement correcte si elle vise le gouvernement actuel , mais la liberté d'indignation face à de tels propos est interdite. Bel exemple de géométrie variable, celle qui ne marche que dans un seul sens.

Le plus triste est que, même dans un journal dit "de droite" comme Le Figaro, 80% des commentaires sur cette affaire vont dans le premier sens, dans le sens de défendre la lauréate du Goncourt. Cette France "là", celle du mépris et du masochisme est donc bien vivante et s'étale dans les médias à longueur de journée.

Ceux qui osent encore trouver puéril que l'on voit la France comme une nouvelle succursale du nazisme n'ont donc plus qu'à se taire.

Ou à écrire sur un blog tel que celui ci.  
Partager cet article
Repost0
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 08:38
Certains en rêvaient, la justice l'a fait : Jacques Chirac devra donc répondre de ses actes devant un tribunal. C'est la preuve que, contrairement à ce que disaient pas mal de médias, nul n'est à l'abri en politique, y compris un ex-président. Bien sûr, la justice française aurait plus de crédibilité si elle avait poursuivie Mitterrand pour les affaires du Rainbow Warrior ou Triangle, mais il est vrai que l'ex-pétainiste a eu le bon goût de mourir 6 mois après la fin de son 2e mandat.


Chirac mis en examen donc pour une affaire d'emplois fictifs et de magouilles financières destinées à financer le RPR dans les années 80-90. Pas de quoi non plus fouetter un chat s'il est prouvé qu'il n'y a pas eu d'enrichissement personnel. Pas de quoi l'excuser non plus. Ce qui est amusant, c'est que le dossier cite aussi des gens comme Marc Blondel. Diantre, les syndicalistes, présentés comme le sel de la terre seraient donc aussi sujet à la corruption ? Ou bien va-t-on nous dire que ce n'est qu'une exception ?

Quoiqu'il en soit, cette affaire tombe à pic pour les médias dont l'anti-sarkozysme atteint de sommets de ridicule. Ainsi, cette semaine , on nous sort une affaire d'état qui montre que le président a osé faire du copier/coller dans un discours sur la paysannerie française. Juste un conseil pour les me(r)dias : la situation n'a pas vraiment changé depuis un an, les risques sont toujours les mêmes et la volonté d'entreprendre reste identique. Alors... Mais il est vrai que chaque journal doit contenir son lot d'affaires de "droite". Celles de gauche comme les magouilles électorales du PS ou la mythomanie de Royal sont bien moins intéressantes sans doute.

Revenons quelques instants à Chirac : la classe politique a été un peu moins enthousiaste que la presse. Peut-être parce que chaque parti a dans ses placards quelques vieux squelettes qui n'ont pas encore été jugés. Alors, mieux vaut éviter de trop en faire sur Chirac pour éviter le retour de boomerang au cas où. Cela dit, à mon avis, le temps que la procédure suive son cours, que le procès ait lieu, on va encore attendre un bon bout de temps et surement pour une grosse déception à la fin. Et puis, comme l'a prouvé le procès Clearstream, que la presse n'a quasiment plus suivi dès que Rondot ait entré en scène, c'est bel et bien le début de la procédure qui intéresse, le symbole d'un Chirac "rattrapé". Le reste étant plus technique, le média moyen n'en a cure.

Justice toujours avec cette volonté de plusieurs familles de soldats morts en Afghanistan de porter l'affaire devant un tribunal en portant plainte contre X. X, c'est qui ? La hiérarchie militaire ou les talibans ? Dans le premier cas, on pourra toujours trouver un os à ranger, dans le deuxième cas...

Cette affaire montre que désormais la guerre est devenue totalement taboue en France. Des gens s'engagent dans l'armée, mais pas pour se battre. Dans ce cas, pourquoi le font-il ? Devenir soldat, c'est prendre un risque. Si on ne veut pas l'assumer , alors autant rester dans le civil, non ?

On nous dit que ces soldats ont été sacrifiés, que la logistique est venue trop tard, que l'opération était mal préparée... le tout sur fond de rapports contradictoires. Effectivement, un procès peut aider à comprendre. Mais si, par hasard, l'instruction ne montrait aucune erreur de l'armée, alors les loups crieront  à la manipulation. Un peu comme dans une affaire Seznec où la cour aurait du , selon le petit-fils, se plier à l'idée qu'il se fait de l'innocence de son grand père. Et tant pis si l'innocence est très loin d'être prouvé (je vous renvoie à Justice Mise en examen, le livre de Frédéric Vallandré).

La question qui est surtout posée est "A qui profite le crime" ? A ceux qui veulent que la France se retire d'Afghanistan sans doute. Ce sont d'ailleurs les mêmes qui protestent contre les expulsions d'Afghans. Va comprendre.

Dernier point : 60% des Français estiment qu'un débat sur l'identité nationale est nécessaire. C'est une claque de plus pour les médias qui devraient donc estimer que 2 Français sur 3 sont des nostalgiques de Vichy ou des nazis en puissance. La vérité est que 60% des Français s'interrogent sur le futur de leur pays. Ni plus ni moins. 
Partager cet article
Repost0
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 08:54

Inutile de revenir sur le retrait de la présidence de l’Epad de Jean Sarkozy. Tout a été dit et désormais, ceux qui pensaient que la gauche ne gouvernait pas le pays devront bien ouvrir les yeux. Torpiller les réformes ne suffit donc pas, il faut désormais, pas des campagnes de lynchages médiatiques bien orchestrées, dénigrer tout ce qui porte le nom de Sarkozy. On notera juste que, une fois la décision de Sarkozy prise, les médias se sont rappelés que la présidence de l’Epad n’était pas rémunérée, rendant donc caduque les accusations de la gauche concernant le fils à papa qui se trouve un job. Un travail non payé, on appelle cela du bénévolat. Mais la gauche qui a inventé le concept d’emploi fictif bien avant le couple Tibéri (on se rappelle du scandale de la Mnef) n’en a cure.

 

L’affaire Sarkozy a donc monopolisé les médias. Les broutilles comme cet attentat contre les Pasdaran en Iran ont été traitées par-dessus la jambe.

 

Or cet attentat montre que l’Iran continue d’occuper médiatiquement le terrain pour afin de faire oublier son programme nucléaire. En accusant les Américains d’avoir commandité l’acte, Téhéran conforte son image, dans les masses arabes, d’opposition numéro 1 au grand Satan. C’est également une preuve que le Nobel donné à la va vite à Obama n’a pas vraiment impressionné les Perses. Cela a permis aussi de montrer des Iraniens soudés autour du régime et de légitimer le président.

 

Dès lors la question se pose : à qui profite le crime ? Aux Américains ? Pas vraiment puisque seule une action d’envergure pourra vraiment mettre l’Iran à terre. Ce ne sont pas quelques morts dans les rangs des gardiens de la Révolution qui arriveront à ce résultat.

 

À l’opposition iranienne en exil ? Pas vraiment  non plus, puisque la voilà accusée de commanditer des actes lâches.

 

Non, seul le régime sort grandi. Cela a permis de « souder » le peuple et surtout de mettre de côté les négociations ratées de Genève.

 

En ne s’intéressant pas à l’Iran, les médias prennent le risque de légitimer totalement la tentative du régime d’accéder au nucléaire militaire. Le Français moyen ignore totalement le bras de fer entre occidentaux et perses, pourtant crucial pour notre avenir.

 

De même que le 1000e mort de la grippe H1N1 aux USA est passé quasi inaperçu. Certes 1000 morts sur une population de 300 millions, c’est dérisoire. Mais cela montre cependant que cette grippe n’est pas si inoffensive. Pendant des semaines, les médias ont hurlé à la catastrophe à venir, puis, celle-ci n’arrivant pas, ils ont changé de fusil d’épaules en estimant que finalement, le gouvernement avait pris peur trop vite. À ce niveau d’hypocrisie, mieux vaut en rire : la presse crée les conditions d’une psychose pour ensuite la dénoncer. Résultat : une grande majorité de Français ne se vaccinera pas.

 

Espérons juste alors que nous n’atteindrons pas le pic US. De toute façon, la presse se déchaînera alors contre l’Etat, estimant qu’il n’a rien fait pour.

 

C’est comme cela, un pays dirigé par la presse de gauche : quoi que l’on fasse, on a tort !! 

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 09:14

Jean Sarkozy se doutait-il de la tourmente qu’il allait créer en se positionnant comme futur président de l’Epad ? Peut-être, mais là n’est pas vraiment la question. Ce qui est sûr, c’est qu’on a assisté à un éblouissant bal des faux-culs de la part de toute la classe politique et d’une montée de jalousie du pays entier. Car que reproche-t-on au président Sarkozy ? de favoriser ses enfants !! Et la gauche, dont la mémoire est de plus en plus courte au fil des années, s’en donne à cœur joie, mais oublie que Mitterrand plaça toute sa (ses) famille(s) à droite et à gauche, l’un de ses fils gagnant même le surnom de Papa m’a dit. La fille de Chirac fut longtemps l’une des éminences grises de l’Elysée. Et l’on pourrait continuer longtemps ainsi : Martine Aubry est la fille de Delors, la dynastie Dassault est là depuis des années, Marine Le Pen n’est pas née Dupont, les enfants et petits enfants De Gaulle ont plutôt bien profité de la notoriété de leur grand père… Et il n’y a pas que le monde de la politique : Kassovitz, De Caunes, Belmondo, Halliday, Thompson, Dutronc, Delon, Balasko, M… Derrière tous ces noms se cachent un papa ou une maman qui faisait déjà dans l’artistique.

 

Ceux qui s’étonnent de voir qu’un homme possédant une quelconque parcelle de pouvoir politique ou artistique place ses enfants sont soit de grands naïfs soit des tartuffes de première. Et je rigole encore plus en voyant certains chasseurs de sorcière à gauche baptisé leur site de protestation papamadit2.com alors que dans les années 80 et 90, ce genre de népotisme ne les dérangeait absolument pas. On atteint là des sommets d’hypocrisie.

 

Quant à la jalousie du quidam moyen, elle devient également abracadabrantesque. Pas une seule émission sans le témoignage d’une mère épleurée dont le rejeton a 100 fois plus de diplômes que le fils Sarkozy, mais qui en réduit à bosser au Mac Do, malgré son Bac + 15. Et le couplet sur les puissants qui se moquent du peuple revenant alors en boucle. On a également droit au « il est trop jeune, il n’a pas les épaules solides » par des gens qui disaient exactement la même chose l’an dernier à propos du Prix Nobel de la farce… heu de la paix 2009. Apparemment, la jeunesse est bien quand elle est de gauche. Elle peut avoir des responsabilités quand elle est de gauche. Mais si elle a le malheur d’être étiquetée « à droite », haro sur le baudet !!

 

Qu’on se le dise, je me fiche totalement de qui prendra la direction de l’Epad. Ce qui m’intéresse, c’est de savoir s’il sera efficace. Et dans ce cas, on jugera sur pièce. Car mine de rien, en s’exposant ainsi, Jean Sarkozy prend un sacré risque, un pari énorme, car il sait qu’il sera disséqué par une meute qui n’adore que la curée. Frédéric Mitterrand vient d’en faire l’expérience, massacré par tous ces ex-amis qui ne lui reprochent pas ses relations sexuelles tarifées mais bel et bien d’être passé sous la coupelle de Sarkozy. Carla Bruni subit aussi le même type de comportement l’an dernier. D’excellente chanteuse engagée à gauche, elle est subitement devenue nulle à partir du moment où elle a fréquenté le président. Pour ma part, je l’ai toujours trouvée mauvaise. Il est vrai que contrairement à la gauche, j’ai de la suite dans les idées. Et des convictions.

 

On peut également que l’affaire Sarkozy est tombée à pic pour la gauche et pour les médias pour éviter de commenter deux ou trois petits trucs passés quasi inaperçu : le prix Nobel d’Obama (je pense qu’aux Oscars, il risque de tout rafler, en prévision de sa future carrière de cinéaste de génie et qu’aux MTV Awards, les Britney Spears et autre Madona redoutent qu’il se mettent à chanter), le score énorme de David Douillet, les matchs de l’équipe de France, la fin du procès Clearstream, les banques qui engrangent de nouveau des bénéfices considérables (elles ont déjà remboursé les aides de l’état). À propos des banques, Obama qui voulait réformer le système vient d’avaler une nouvelle couleuvre : tout est redevenu comme avant. Bon, il ne leur en veut pas trop, puisque c’est la crise de 2008 qui lui a permis de devenir président, en mentant effrontément sur l’origine des difficultés.

 

Finalement, la presse française reste égale à elle même : seul le people l’intéresse, la vraie info passe à l’as.

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 20:29
Quelle semaine !! Entre l'affaire Mitterrand, le prix Nobel de la paix donné à Obama, les résultats de la votation citoyenne, l'audition du général Rondot dans l'affaire Clearstream, l'arrestation de terroristes présumés en Isère, la levée de l'immunité de Berlusconi et la confirmation que l'Iran a bel et bien la capacité nucléaire qu'il faut, on a une semaine chargée, trop chargée même !!

D'autant qu'elle a été endeuillée par la mort de Laurent Muriawec, une des rares personnalités de notre temps avec Guy Millière et Daniel Pipes à avoir compris ce qu'est la menace islamiste. Le 8 octobre, au matin, la mort nous l'a emporté. Au moins, il n'aura pas vu cette stupidité abyssale qu'a été l'attribution du prix Nobel à un homme qui, en fait, est en train de détruire notre civilisation. Maigre consolation.

Notre monde plonge de toutes façons dans un tourbillon d'où on sortira pas indemne. Ainsi, la France nomme un ministre de la culture intelligent et cultivé, mais dont les moeurs franchement troublantes, laisse une impression de malaise qui sera dure à effacer. Comment faire alors confiance aux politiques ? Faudra-t-il un certificat de bonnes moeurs ?

Au-delà de cette affaire, il est d'ailleurs "intéressant" de voir qu'une bonne partie de la gauche a hurlé avec le FN. Désir de vengeance ? Ou radicalisation de la politique ? Après tout, il y a quelques semaines Mitterrand se faisait insulter par les bas de plafond communistes à la fête de l'Humanité !!

Je reviens quelques lignes sur le Nobel 2009 pour constater qu'une fois de plus, c'est un anti-Bush qui a été nominé. Là aussi, on peut vraiment se poser des questions. Le Nobel récompensait jadis des personnes qui avaient vraiment oeuvré pour la paix. Aristide Briand en 1926, Georges Marshall en 1953 , Martin Luther King en 1964, Nelson Mandela et Frédéric de Clerk en 1993, Lech Walesa...

Anecdote cependant amusante (si l'on veut) : en 1939 Adolf Hitler fut un temps sur la liste !!

Désormais, le Nobel ne récompense plus les acteurs de la paix, il récompense les gens à la mode. Al Gore en 2007 , Obama en 2009. Les vrais acteurs de la paix peuvent aller se rhabiller, le Nobel les ignore désormais

Et rien que pour cela, ce soir, à la fin de cette semaine, je me sens vraiment triste. 
Partager cet article
Repost0
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 14:11

L’événement le plus marquant de cette semaine n’est pas le 60e anniversaire de la dictature communiste chinoise. Après tout, pourquoi faire de la publicité à ces ordures du PC chinois.

 

Cela aurait pu être le procès Clearstream, dont on n’espère plus grand chose. Ce sera la parole des uns contre celle des autres, De Villepin continuera son show (l’envoi d’un huissier à l’Elysée à cause du lapsus télévisuel de Sarokzy montre bel et bien le mépris de la justice de l’ancien premier ministre) et, à mon sens, on ne saura jamais qui a manipulé qui. D’ailleurs, est-ce si important ? Le président aurait du laisser tomber cette histoire ridicule il y a des années.

 

J’ai déjà parlé de Polanski en long et en large, y compris sur mon blog cinéma (ce qui m’a d’ailleurs valu quelques commentaires totalement hallucinants). On peut cependant revenir quelques instants sur les délires des défenseurs du cinéaste. Après avoir parlé des « mœurs qui avaient lieu dans les 70’s » (comprendre, à l’époque, c’était permis) puis avoir sali la victime (qui serait venue faire des photos dénudées, poussée par sa mère, faisait plus que son âge, avait déjà couché avec des garçons…) , ils nous ont poussé la chansonnette de la justice à deux vitesses, de l’acharnement d’un procureur qui ne pense qu’à se faire de la pub, de la Suisse qui n’a rien dit au fils de Kadhafi…. Tout cela pour noyer le poisson : Polanski a soulé une gamine pour la violer. Et que cela ce soit passé il y a 30 ans ne change rien à l’affaire !!

 

Un autre événement a retenu mon attention : le fait que la peine de mort existe toujours en France. Attention, pas pour les pédophiles, les tueurs d’enfants, les violeurs ou les serial killers, mais pour les victimes qui rencontre tous ces prédateurs.

 

Et il d’autant plus intolérable de voir qu’une fois de plus, c’est un de ces prédateurs, remis en liberté à la va vite qui a tué !! Condamné pour viol sur mineure en 2002 à 11 ans de prison, (tiens, tiens, Frédéric Mitterrand n’a pas encore pris sa défense), Manuel Ribeiro, le meurtrier Marie Christine Hodeau avait déjà été mis en liberté 4 ans (au lieu de 11 !!) à condition de ne pas s’approcher de sa victime. Mais au bout de 5 mois, n’ayant pas respecté cette dernière chose, il était reparti en prison. Pour deux ans seulement, puisque en 2007, il sera de nouveau remis en liberté conditionnelle.

 

La suite, on la connaît : Manuel enlève et tue Marie-Christine. Pire encore, le violeur pédophile est soupçonné dans une autre affaire, le meurtre de Caroline Marcel (45 ans), retrouvée le 23 juin 2008 étranglée alors qu’elle faisait son jogging !!

 

Ainsi donc, en France, on peut séquestrer et violer une gosse de 13 ans, faire 6 ans de prison (au lieu de 11, ce qui est franchement peu cher payé) , ressortir et recommencer.

 

On nous bassine de nouveau avec la castration chimique, mais il y a bien plus simple : une corde ou une balle. C’est propre, ça va vite et le meurtrier, une fois décédé, ne risque pas de recommencer !!

 

Je finirai sur ce point que je développerai mercredi : cette « votation » sur le statut de la Poste organisée par la gauche archaïque et l’extrême gauche fascisante de Besancenot. Non seulement, cette « votation » (décidément, Royal fait école) est un insulte à la démocratie, mais surtout, elle permet à la gauche de continuer son travail de sape et sa manipulation des Français. Il est vrai qu’elle est bien aidée par la majorité des médias, séduits par ces méthodes soviétiques. Dire que les syndicats vont encore utiliser cette « votation » pour servir leurs idées débiles me laisse songeur. Car, je l’avoue, devoir attendre des plombes à la Poste pour récupérer une lettre recommandée parce que le facteur n’a même pas eu la patience de sonner à ma porte, voir mes lettres arriver avec des jours de retard, cela ne donne plutôt envie de votationner pour que le statut change bien plus rapidement !!

A l’heure où le LKP refait parler de lui à la Guadeloupe (l’île n’est pas assez sinistrée, sans doute) , il serait vraiment temps que l’on fasse le ménage parmi cette fange syndicale qui nous pourrit la vie !!

(Ps : en bas, il y a un bouton "Commentaire". Plus personne ne s'en sert. C'est bien dommage) 
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 12:50

Il s’en est passé des choses cette semaine, mais trois faits ont retenu mon attention. Le premier d’entre eux nous laissent entrevoir des lendemains franchement déprimants et c’est encore à Obama qu’on les devra !!

 

71 ans après avoir laissé tombée la Tchécoslovaquie, ouvrant ainsi la voie au plus grand conflit de tous les temps, le monde libre (enfin, ce qu’il en reste) abandonne de nouveau l’est de l’Europe. 

 

Reagan avait lancé le processus, Bush père avait donné le coup de grâce et même Clinton avait tenté de ramener la Russie dans le camp occidental.

W avait compris que le nouveau tsar Poutine représentait de nouveau un danger pour l’Europe et les USA. Patiemment, il avait tissé des liens avec ces jeunes pays, ivres de liberté, parvenant même à ce qu’il l’accompagne dans la libération de l’Irak.

 

Hélas, l’élection d’Obama a, là aussi, changé la donne, vu que le naïf clone métis de Carter vient d’abandonner le projet de bouclier anti-missiles qu’avait mis en place son prédécesseur !!

 

Incroyable stupidité : alors que le monde s’est radicalisé, Obama tourne le dos à l’un de ses adversaires. Alors qu’il a déjà, par son attitude obtuse, réussi à ressouder la nébuleuse islamiste, redonner de l’espoir aux terroristes en Irak et permis à l’Iran de continuer sa marche vers la bombe, voilà qu’il redonne à la Russie un plein contrôle sur ses ex-vassaux d’Europe de l’Est.

 

Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Depuis que Bush avait réussi à attirer hors de l’orbite de l’ex-puissance soviétique, les pays de l’Est, Moscou n’a eu de cesse que de briser ces liens, organisant même une guerre en Géorgie, excitant les nationalismes de chaque ex-province. Le bouclier anti-missiles était une occasion rêvée pour ces pays si longtemps sous la tutelle d’un maître brutal que de s’en libérer et pour longtemps. Mais Obama a tourné le dos à l’ancien rêve de liberté de W. Et pour quoi ? pour économiser l’argent nécessaire à sa réforme de santé dont les Américains ne veulent pas.

 

Oui, Obama a vendu la liberté de la moitié d’un continent ainsi que notre sécurité pour  ses vieilles lunes socialistes. Car ne nous leurrons pas. Débarrassés de ce qu’ils considéraient comme une menace contre eux, les Russes vont pouvoir reprendre leur politique agressive. Combien de temps avant que l’ouest du continent soit de nouveau dans leur ligne de mire ?

 

L’autre événement de la semaine, c’est la naissance d’un nouvel abruti négationniste à savoir Mathieu Kassovitz. Cinéaste doué mais intellectuellement douteux (La Haine est une apologie de la violence urbaine) , Kassovitz se livre donc à son petit numéro de Meyssand et doute bien évidemment des conclusions du 11 septembre et de son corollaire : Bush et sa « clique » sont bel et bien derrière le « désastre causé par l’homme » (oui, c’est le nouveau nom donné par la Maison-Blanche afin de ne pas froisser les gentils islamistes !!). Décidément, comme le dit Audiard « Les cons, ça ose tout, c’est même à cela qu’on les reconnaît ».

 

Une autre conne qui a fait parler d’elle, c’est notre Marie-bobo nationale, alias Ségolène Royal.Sûr que la championne du repentir poitevine  doit l’avoir mauvaise de voir que le clan Aubry a triché allègrement de manière plus intelligente qu’elle. Mais est-ce alors raisonnable, quand on fait des excuses à l’Afrique toutes les deux minutes, que d’aller draguer Georges Freche, qui déclara naguère que les Harkis étaient des sous-hommes et qu’il y avait trop de noirs en équipe de France.

 

Vespasien disait que l’argent n’avait pas d’odeur, en justifiant un impôt sur les cabinets d’aisances. Pour Royal, les votes d’une grosse fédération socialiste non plus !!
Partager cet article
Repost0
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 15:37

Premier article d’un genre nouveau : un retour sur la semaine écoulée qui se fera le dimanche (qui, je le rappelle, est considéré comme le premier jour de la semaine).

 

Cette semaine a été marquée par un triste anniversaire, celui du meurtre de masse perpétré par Al Quaïda à New York, Washington et en Pennsylvanie (même si le drame a pu être minoré par le courage d’une poignée de passagers). Je dis meurtre de masse, j’aurais pu écrire attentats islamistes. Par contre, je vomis le terme « désastre provoqué par l’homme », selon la terminologie ô . Le clown qui dirige l’Amérique n’en peut plus de faire des courbettes au monde musulman et à jouer sur le politiquement correct pour éviter les choses qui fâchent !! De plus voir que le clown ne s’est recueilli qu’un petit quart d’heure à Washington rappelle son geste désinvolte l’an dernier quand, invité avec le sénateur McCain à déposer une rose à Ground zéro, il l’avait balancé presque distraitement.

Les médias français ont cependant été relativement discrets face à ce 8e anniversaire. À part un bon documentaire sur France 3 lundi, qui présentait pas mal d’images inédites, peu de gros titres. La mémoire est ainsi faite quand on n’est pas concerné !! Et puis, l’anti-américanisme français est tellement bien ancré chez nous que les journalistes ne vont pas encore pleurer sur ces Yankees arrogants, même dirigés par le messie. Après tout, le 11 septembre, ils l’ont mérité, non ? Et même s’ils n’avaient rien fait pour, l’invasion de l’Irak justifiait amplement l’action d’Al Quaïda.

Vous l’aurez compris, la presse française n’est toujours pas à la hauteur. Une chance, une partie de la blogosphère s’est rappelée ce jour tragique, et pas uniquement pour remettre en ligne les théories fumeuses d’un Meyssand ou les stupidités d’une Marion Cottillard qui devrait s’en tenir à ce qu’elle sait faire : apprendre un texte et se faire diriger par un  réalisateur !!

8 ans après, le monde est toujours face à une folie islamiste redoutable, aggravée par les incroyables concessions que fait l’occident sur le voile, le burkini, les repas hallal et toujours, toujours cette christianophobie doublée d’une islamistophilie de la part de nos dirigeants !! Là aussi, les sentinelles ayant abdiqué en Amérique, on ne peut que craindre le futur.

 

Autre point marquant de la semaine, le degré Voici de la politique française : à un livre dénonçant les magouilles du Ps lors de l’élection de Martine Aubry a succédé une polémique foireuse sur les propos d’Hortefeux. Pitoyables dans les deux cas, les deux affaires montrent que, d’une part, la politique en France n’est plus qu’une succession de coups médiatiques et que d’autre part, il n’y a plus aucun débat. La gauche s’oppose, la droite se renie et hésite à faire la politique pour laquelle elle a été élue en 2007. Le fond, il n’y en a plus !! Les personnalités les plus médiocres dominent le paysage (au hasard, la délirante interview de Julien Dray, merveilleux dans le rôle du « j’ai rien fait, c’est pas moi » ou alors la danse du ventre autour de la Taxe carbone , trop élevée ou pas assez selon que l’on soit vert ou pas !!).

La politique en France, c’est la course aux 20 heures, c’est la petite phrase à tout prix, c’est le refus de la vérité qui dérange (déficit, immigration, insécurité, écologie – la vraie, pas celle des verts…). et c’est surtout un jeu pervers qui consiste à détruire l’adversaire plutôt que de chercher des solutions. Notre pays endetté jusqu’au cou peut-il vraiment faire l’impasse sur une union sacrée ?

 

On aura remarqué aussi le relent d’Obamania lors de son discours sur sa réforme de santé (regardé par seulement 10% des Américains, lassés de voir le grand Timonier squatter leur écran tous les deux jours). On aura aussi pu voir l’amateurisme de la presse à propos des USA et les clichés qui encombrent la tête des Français. En vrac : les Américains n’ont pas de sécu, seuls les riches peuvent se soigner, les pauvres crèvent dans la rue, les Républicains mentent pour faire capoter la réforme… Aucun média n’a vraiment enquêté sur le système de santé US, qui satisfait 81% des Américains. Ce pourcentage explique peut-être le rejet de la réforme. Mais en France, on préfère jouer la carte du bouseux ricain, forcément raciste et amateur d’arme. Par contre, la démission de Van Jones (voir le bloc note) a été quasiment absente : un oubli sans doute venant d’une presse qui a bien du mal avec Obama. Elle croyait avoir trouvé le nouveau messie, elle se retrouve avec un bonimenteur de bas étage, et cela, il faudra bien l’expliquer un jour à la masse trompée !!

 

En attendant, peu d’échos de cette nouvelle (et non pas première) grosse manifestation contre Obama hier à Washington. Quoique les rares articles osent dire que les manifestants ont été payés !!! Toujours ces vilains Républicains cupides contre ces gentils démocrates désintéressés.

 

Je terminerai cette première revue de la semaine  par un événement artistique qui tarde à s’imposer en France : James Cameron revient au cinéma en fin d’année avec Avatar, un film qui va révolutionner le cinéma. Pour le moment, seul Studio a fait un (petit) article avec interview de Cameron tandis que les autres magazines estiment que le film de fin d’année sera la Palme d’Or ou Le petit Nicolas. Malgré l’estime que j’ai pour Goscinny, inutile de dire que la presse française de divertissement est toujours à côté de la plaque : elle a loupé tous les bouleversements récents de l’histoire du cinéma (notamment la montée de l’imagerie de synthèse), elle va louper la révolution de la 3D qu’elle considère comme un gadget.

 

Décidément, politique, mémoire, Obama ou cinéma, on n’a vraiment des médias minables !!

Partager cet article
Repost0