Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 02:31
Pas de liens ce matin, mais une petite réflexion à propos de la censure qui sévit toujours au Figaro.

Hier, je lis un article plutôt attristant montrant que la majorité des militants PS est prêt à une alliance avec Besancenot. Bon, jusque là pas de surprise : le PS est toujours prêt à tout pour gagner une sélection. On rappellera juste, au hasard, qu'en 1997, les triangulaires droite-PS-FN n'avaient pas vraiment gêné les socialistes, bien au contraire.  

Je décide donc de commenter en rappelant que dans le passé la SFIO n'avait aucune honte à s'allier avec le PCF, alors en pleine période stalinienne . Une vérité historique, mais qui déplait fortement aux censeurs du Figaro. Hop, mon commentaire est rejeté sous prétexte que "Nous ne publions aucun message ou contenu à caractère diffamatoire ou discriminatoire." !!

Il est vrai que, histoire d'enfoncer le clou, j'avais osé marqué : le jour où un parti islamiste émergera en France, Aubry portera le voile !! 

En clair, les censeurs n'aiment pas les vérités historiques (l'alliance SFIO-PCF est pourtant dans tous les livres d'histoire) ni la provocation.

En clair, Le Figaro devient de plus en plus un nouvel apôtre du politiquement correct !! Et franchement ça craint !! 
Partager cet article
Repost0
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 07:14
Ainsi donc, Roman  Polanski a été rattrapé, enfin, par son sordide passé. Cette ordure viola , il y a 30 ans , une gamine de 13 ans, Samantha Geimer, dans la maison de Jack Nicholson. Après l'avoir soulé et drogué, il abusa de l'enfant. Polanski était âgé de 45 ans au moment des faits.

Comme tous les pédophiles, Polanski était un lâche : il a refuse d'assumer ses actes devant la justice et s'est enfuit. Réfugié en France (c'est fou ce que notre pays aime accueillir les crapules), il a ainsi nargué la justice durant 3 décennies.

Le voir enfin arrêté est un vrai motif de satisfaction.

Mais voir la gauche caviar, ainsi qu'une partie de la classe politique donne la nausée. BHL, Costa-Gavras, Mitterrand et autres soutiennent un pédophile.

Qu'auraient-ils dit si Samatha Geimer était leur fille ? Qu'auraient-ils fait si Polanski s'était introduit chez eux pour abuser d'une gamine ? 

Le monde "intellectuel" réagit toujours comme un seul homme et rarement dans la moralité ? Un terroriste italien va être extradé ? Les pétitionnaires se mobilisent. Un camp de sans-papiers, devenu zone de non droit, de trafic et de prostitution, va être fermé ? Les pétitionnaires se mobilisent.

A ces causes déjà bien nauséabondes, on peut désormais rajouter la défense des pédophiles. Il est vrai que dans ce milieu où la morale est un mot bien désuet, entendre dire "bah, c'était les 70's" est une excuse somme toute valable pour des êtres dépravés.

Sauf que on parle de viol sur mineure, on parle de fuite devant la justice, on parle de lâcheté d'un pédophile.

Seul Luc Besson a sauvé l'honneur de la profession en estimant que justice devait être faite. Besson a une fille. Peut être que le cinéaste a réfléchi avant de donner son soutien à un monstre

 
Partager cet article
Repost0
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 08:28
Depuis plus de 3 ans, Guilad Shalit croupit dans les geôles du Hamas. Capturé le 25 juin 2006, il n'a toujours pas été libéré, il n'a jamais reçu de visite de sa famille, il est considéré comme un objet par les islamistes.

Ceux qui hurlent contre le "camp de concentration" de Guantanamo ne manifestent pas pour Guilad, oubliant même que la racaille enfermée à Guantanamo a le droit de sortir, peut lire, reçoit la visite de la Croix Rouge...

Demain, c'est l'anniversaire de Guilad, il aura 23 ans. En France, peu de gens s'émeuvent de sa captivité. L'état français a autre chose à faire comme, au hasard, imposer une nouvelle taxe. L'opposition de gauche a aussi mieux à faire, à savoir organiser des primaires pour 2012. 

La pensée néoconservatrice n'oublie pas. Elle se substitue, comme tant d'autres blogs, aux gens qui nous gouvernent et pose la question qui fâchera tous les antisémites français : et si Guilad était un palestinien enfermé par Tsahal, aurions nous une telle indifférence ?


(Cette image est originaire du site suivant : http://www.amit4u.net/blogs/
Partager cet article
Repost0
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 06:27
Aristote : "L'absence de communauté nationale est facteur de guerre civile, tant que les citoyens ne partagent pas les mêmes valeurs de civilisation.Une cité ne se forme pas à partir de gens pris au hasard, et elle a besoin de temps pour se coaguler. C'est pourquoi, parmi ceux qui ont accepté des étrangers pour fonder une cité avec eux, et pour les intégrer à la cité, la plupart ont connu des guerres civiles. Par exemple, les tyrans de Syracuse, en ayant naturalisé les immigrés, ont dû subir des révoltes. Citoyens et étrangers en sont venus à se combattre"

On peut méditer à l'infini cette citation, mais force est de constater qu'elle sied à merveille au débat sur la burqua, ce voile intégrale qui humilie la femme et la réduit à un fantôme, uniquement pour que l'homme ne soit pas tenté, ce qui, soit dit en passant, donne une bien piètre image de la mentalité musulmane de la sexualité !! Imaginer que derrière chaque homme se cache un prédateur incontrôlable n'est guère flatteur pour la gent masculine. 

On retrouve dans ce débat les mêmes arguments que dans celui sur le voile il y a 15 ans : "on" nous dit que c'est un libre choix de la femme, ce qui est un mensonge éhonté. Pour quelques femmes qui choisissent de se transformer en Belphégor, combien subissent la pression ou l'obligation de la famille ? Peut-on vraiment imaginer que l'on veuille par choix disparaître de la société sous un si gros bout de tissu ?

La burqua est une imbécillité d'un autre âge, un relent nauséabond d'une oppression féminine que nos sociétés modernes ont balancé aux poubelles de l'histoire quand elles sont déclaré que l'homme et la femme étaient égaux.

Or, le monde musulman vit encore dans une autre époque : celui où la femme n'est qu'une procréatrice, un ventre qu'il ne faut surtout pas exposer. Interdire la burqua est donc une nécessité !!

Ce débat est nécessaire mais il ne creuse pas là où il faudrait vraiment. Pourquoi ne demande-t-on pas aux Français ce qu'ils pensent de ses mosquées qui "poussent" comme des champignons en France ? Là aussi, on nous parle de choix. Mais a-t-on vraiment le choix quand un chantier commence près de chez vous sans que jamais le maire de la commune ne vous ait parlé du fait qu'il l'autoriserait ?

Personnellement, je serais pour les mosquées quand on autorisera la construction d'églises dans le Dar-al-Islam. En clair, ce n'est pas demain la veille car, oserais-je le rappeler, quand nos politiciens se couchent devant l'islamisme, les dictatures musulmanes interdisent toute autre religion que la leur !! 
Partager cet article
Repost0
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 13:52
Reçu hier sur ma boite mail, ce dessin résume tout le désastre de notre enseignement actuel !!!

 
Partager cet article
Repost0
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 07:23
Il y a quelques années, la chanteuse Alizée chantait "C'est pas faute à moi", dans son tube Moi, Lolita. Elle ne savait sans doute pas que ses paroles seraient reprises en choeur à la fois par les étudiants grévistes, les sociologues experts es-djeunes de banlieues et les rédacteurs de blog.

Depuis 4 mois, les étudiants sont partis en guerre contre Valérie Pécresse. Son crime ? faire partie d'un gouvernement de droite tout d'abord, mais aussi vouloir masteriser les études et donner plus d'autonomie aux universités. Franchement, sa réforme  ne changera pas grand chose, l'échec y sera toujours grand faute d'une sélection sérieuse, mais ce n'est pas grave : l'étudiant gréviste, généralement un futur cadre du PS, du PC ou du NPA doit s'y opposer par principe.

Tant pis si le blocage des universités pénalisent les plus méritants, les boursiers, les vrais travailleurs, ceux qui rendent leur mémoire à temps... L'essentiel est de s'opposer. Des étudiants vont perdre leur année ? C'est pas ma faute dit le gréviste, c'est celle de Pécresse qui ne fait rien qu'à pas nous écouter.

Les examens risquent d'être une catastrophe ? C'est pas ma faute dit le gréviste, c'est celle de ce gouvernement ultra libéral qui veut faire de la fac une marchandise .

Hier, certaines facs ont abandonné le blocage. Elles auraient dû y être contraintes depuis longtemps par la force publique au nom de la liberté d'étudier. On pourrait aussi suggérer aux étudiants non grévistes, plus nombreux, de ne plus se laisser faire par une poignée de gauchos. Ceux-ci reculeraient bien vite si plusieurs centaines de personnes motivées leur intimaient d'aller faire leur Mai 68 ailleurs. Mais il fait croire qu'il est plus facile de subir que d'agir.

Blocage abandonné mais examen maintenu. L'hécatombe risque d'être sanglante. Mais les leaders syndicaux ont trouvé la parade : c'est pas de notre faute, c'est celle de Pécresse et de Darcos, de Sarkozy, du Medef, de tout le monde sauf nous qui avons empêché les autres de bosser parce que nous aussi on voulait notre année révolutionnaire. 

C'est pas ma faute ? le nouveau slogan de l'UNEF !!

Passons de la faculté à la banlieue. Tout le monde a entendu parler de cette agression à la Kalachnikov sur des policiers à la Courneuve, heureusement sans victime, si ce n'est l'honneur de l'Etat , de nouveau bien bafoué. Et bien que croyez vous qui arriva ? Un sociologue Laurent Muchielli, sans doute ancien étudiant gréviste, estime que si les policiers n'avaient pas le culot de venir dans les cités en étant armés de Taser, rien de tout cela ne serait arrivé. C'est pas de leur faute à ces pauvres jeunes, c'est la faute aux flics qui font rien qu'à les provoquer dans LEUR cité, leur territoire. Qu'on se le dise , les cités seraient bien plus paisibles si la police n'y entrait pas. Ainsi, les gentils trafiquants de drogue pourraient facilement faire de l'argent pendant que les violeurs pourraient , sans crainte d'être dérangés, abuser des petites soeurs dans les caves. Et que dire des armes de guerre qu'on ne peut même plus revendre en paix !!

Qui a osé dire que c'est déjà comme cela que se passe ??

C'est pas notre faute ? Le nouveau slogan des jeunes défavorisés des banlieues.

Terminons ce tour de France de la repentance par cette affaire tragique. La semaine dernière , un collégien de 13 ans a poignardé une de ses professeurs. Que font les bonnes âmes sur Europe 1 ? Elles se demandent si la place de ce pauvre collégien (qui a déclaré aux enquêteurs avoir agi pour tuer !!) est bien en prison . Nous avons donc eu droit au défilé des psys, pédopsys et autres qui nous ont bien expliqué que non, ce n'est pas de sa faute et que sa place n'est pas dans un centre fermé pour mineurs. La prof agressée ? Elle n'a pas eu droit à la parole. Dans notre société, les victimes n'ont aucun droit puisqu'elles sont coupables d'avoir envoyé des gens dont ce n'est pas leur faute derrière les barreaux !!

J'ai utilisé pas mal d'abréviations dans cet article, finalement. C'est pas ma faute, c'est à cause de la langue française qui est trop longue à écrire. 
Partager cet article
Repost0
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 08:49
J'ai eu la désagréable surprise d'apprendre que je manquais d'intelligence en écoutant Elisabeth Badinter sur Europe 1 cette semaine. Et plus désagréable encore , j'ai appris que mes enfants seraient forcément névrosés puisque mon couple est un couple hétérosexuel !!

Vous croyez que je blague ? Pas du tout. Durant quelques minutes, Badinter s'est lancé dans un plaidoyer en faveur de l'adoption d'enfant par les couples gays en utilisant des arguments tellement grotesques qu'on peut franchement se demander si son but n'était pas le contraire.

Nous avons eu droit au grand classique "un enfant élevé par un couple du même sexe est forcément plus tolérant". Rien ne le prouve, comme rien ne prouve le contraire. Mais ce n'est pas grave, répéter 100 fois une affirmation en fera une vérité. Badinter fustigeait également le modèle de la famille dite "classique", qui en est fait le modèle existant depuis la nuit des temps, estimant que dans ce modèle, les enfants n'étaient pas à l'abri des coups et surtout risquait de devenir névrosés !! Véridique.

Les partisans de l'adoption par les couples homosexuels déploient toujours le même argument : un couple gay est forcément un havre de paix, où règne l'harmonie, où l'on ne se sépare pas et où l'enfant grandirait dans un climat de tolérance réciproque .

Sauf que la tolérance ne l'est pas toujours (voyez ces quartiers lesbiens de San Francisco interdits aux hommes), qu'un couple gay peut aussi se séparer, se disputer et qu'un enfant, excusez moi d'être conservateur, a besoin pour construire son identité de voir les deux facettes masculine et féminine de manière naturelle. Sans compter que, le manque de recul sur l'adoption gay interdit logiquement toute généralisation hâtive.

Badinter estime aussi que , vu qu'adoption clandestine il y a, il faut la légaliser. Pourquoi ne pas aller plus loin dans ce cas, Madame, et légaliser aussi l'inceste et la pédophilie ? Après tout, cela aussi c'est clandestin . Et puis quel soulagement pour les auteurs de tels actes, qui pourraient enfin s'y livrer sans craindre les foudres de la justice. Bien entendu, ce n'est qu'une blague idiote de ma part , mais je tentais à faire saisir le côté absurde d'une telle proposition.

Le plus fou est qu'à la fin de l'interview , Fogiel a loué l'intelligence de Badinter et fustigé le manque d'ouverture de ses contradicteur.

J'ai donc appris que je manquais d'intelligence vu que je suis l'un des contradicteurs. Je suis donc ravi d'apprendre que je vis dans un monde où mon avis ne compte pas et que désormais je serai jugé à l'aune de mes idées !!

Formidable tolérance que celle là !! 

 
Partager cet article
Repost0
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 19:13

La crise entraîne des phénomènes regrettables, mais hélas très très classiques. Ainsi, les séquestrations de patrons (que les syndicats appellent retenues volontaires) prouvent que le dialogue social se résume en fait à un rapport de force entre des personnes jusqu’au boutiste d’un côté et une direction qui ne contrôle souvent pas grand-chose, n’étant que les représentations d’une entité étrangère. La mansuétude dont ces atteintes à la liberté font l’objet dans les médias montre que notre pays est désormais prêt pour une dictature. Au nom du désarroi de celui qui a perdu son emploi, on excuse désormais tout, tout comme la racaille de banlieue est excusée pour son comportement sauvage et imbécile sous le fallacieux prétexte de l’environnement peu propice à l’épanouissement de sa personnalité.

 

La société française se range rarement du côté des victimes et quand elle le fait, c’est toujours avec une rare indignité. Si le drame du chômage est évidemment un élément que l’on ne doit pas occulter, autoriser toutes les dérives brutales est une absurdité. Les bonnes âmes de la gauche nous rappellent à tout bout de champ qu’on ne règlera pas, par exemple, les problèmes du terrorisme islamiste par la guerre, estimant que c’est juste souffler sur des braises, mais elles poussent des victimes de la crise à laisser éclater leur colère, y compris sur les biens de la collectivité. A-t-on entendu des protestations du PS quand des salariés ont dévasté une sous-préfecture ?

 

Il n’y a d’ailleurs pas que la gauche qui espère une flambée de violence dans le pays. Des irresponsables comme De Villepin, dont on a peine à croire qu’il fut un jour Premier Ministre tant sa stupidité est évidente rêvent d’un grand soir qui emporterait le président actuel. Ces vautours oublient juste que, comme une guerre, on sait quand commence une Révolution, mais rarement quand elle s’arrête !! Les victimes du communisme auront compris ce que je veux dire. J’en profite pour souligner l’excellent dossier de Sciences et Vie Junior qui consacre plusieurs pages aux crimes de Hitler, mais aussi à ceux de Mao et Staline. À l’heure où une majorité de jeunes se dit séduite par les idéaux communistes, manipulés par les idéologues de l’Education Nationale confondant neutralité et tribune politique et par des médias dont le gauchisme n’est plus à démontrer, n’en déplaise à Mme Chabot qui niait encore les faits jeudi dernier, il est sain de constater que toute la presse n’a pas abdiqué devant le diktat rouge !!

 

On peut aussi se poser la question de certaines situations : si Continental ferme des usines, est-ce vraiment à cause de la rapacité des actionnaires ou notre volonté d’acheter les pneus le moins cher possible, le plus souvent à des sociétés chinoises ou indonésiennes n’est-il pas aussi en cause. Sans vouloir faire du protectionnisme, il est toujours choquant de voir que les victimes de la crise ont souvent creusé leur propre tombe en cherchant toujours le prix le plus bas, aidées en cela par la majorité des Français qui cherchent toujours le prix le plus bas, sans jamais regarder la provenance.

 

Outre des crispations identitaires voire nationalistes, la crise financière a eu différents impacts sur l’écologie. Le fumeux Global Warming se voit relégué au second plan, ce qui permet d’ailleurs à certains scientifiques de le contester sans craindre un déferlement de critiques, le sujet n’étant plus médiatique. Il est clair aussi que pour les gouvernements, la sauvegarde immédiate de la cohésion de la société l’emporte sur d’hypothétiques changements climatiques. Les tenants de la théorie du Global Warming y verront sans doute une faute, j’y vois pour ma part un espoir que ce débat redevienne plus serein et surtout, surtout, que les arguments de tous soient examinés et non pas que l’on assiste à un point de vue unique, digne des démocraties dites populaires. Mais ce changement ne plaît pas à tous : ainsi, Zapattero, le Premier Ministre espagnol a décidé d’une politique de très grands travaux. Pas écologiques ont alors dit les Verts et une partie des médias. Il est vrai que les autoroutes ou les extensions d’aéroports, ce n’est pas très écologiquement correct. Mais que faut-il faire : laisser ce pays s’enfoncer dans le marasme (le taux de chômage y est remonté au  niveau des années 80, près de 20%) ou bien tenter d’en sortir. Car les emplois écologiques dont on nous a vanté les mérites durant des années ne fonctionnent pas en période de crise : les gens parent au besoin les plus pressés. On peut le regretter mais c’est un fait

 

 

Terminons ces quelques lignes pour noter que le juge Burgaud a écopé de la sanction la plus minime qui soit dans sa gestion désastreuse de l’affaire d’Outreau. Bel exemple d’une justice à deux vitesses prompte à envoyer des innocents en prison, mais bien lente quand il s’agit de se remettre en question. Burgaud le petit n’a même pas eu un mot d’excuse pour ses victimes, pire il se fait passer pour une victime. Méprisable !!

 

Quant à Royal, un site a été créé pour qu’elle puisse s’excuser à votre place :  sacréesego.com . L’humour au secours d’une abrutie de la politique, c’est toujours cela de gagné.

Partager cet article
Repost0
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 06:21
L'Allemagne a refusé. Israël a refusé. L'Italie a refusé. Le Canada a refusé. Les USA ont refusé (permettant ainsi à Obama de prendre enfin une décision de vrai chef d'état, il était temps).

La France ira à Durban II, cette soi-disant conférence contre le racisme où elle aura loisir d'entendre le président iranien claironner que Israël est le porte parole du racisme, où elle pourra appuyer les pays arabes qui ont refusé que les droits des homosexuels figurent dans les textes. Il est vrai qu'on ne peut pas pendre les gays et les défendre à la fois. 

On va donc assister à un remake des attaques antisémites de 2001, avec la bénédiction de la France. Notre pays a sûrement pris cette décision pour faire contrepied aux USA, attitude ridicule qui prouve que l'ère Chirac est loin d'être terminée !!

La France s'humilie donc une fois de plus. La France oublie les promesses de 2007.

La France de 2009 ? C'est celle de 38 en pire !! 

Attendons nous de toutes façons à entendre toute un aréopage "d'experts" nous claironner tout au long de la semaine que la France a raison d'aller se mêler à cette mascarade !!

Ce sont les mêmes qui disaient en 38 que les accords de Munich étaient de bons accords !! 
Partager cet article
Repost0
4 avril 2009 6 04 /04 /avril /2009 18:33

Obamania ? Not’s dead !!  Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’après avoir subi 8 ans de Bush Derangement Syndrom, nous allons passer au moins 4 ans de Total Adiction for Obama !! C’est simple, le saint homme a tous les droits, peut tout faire (y compris déplacer une foule pour l’accompagner), se planter dans le protocole devant la Reine. La presse, les politiques, les foules n’ont d’yeux que pour le nouveau messie.

 

Logique qu’Obama plaise aux hordes de munichards qui peuplent l’Europe : il veut discuter avec tout le monde, des talibans à la Syrie en passant par l’Iran et la Corée du Nord. Avec lui, c’est la paix mondiale assurée. Et tant pis si les ennemis de la liberté ont compris que le nouveau locataire de la Maison-Blanche est un naïf à la Carter. L’Europe qui a si peur de se dresser contre l’ennemi commun est ravie de voir qu’elle peut enfin se laisser islamiser au grand jour, avec la bénédiction du messie et pactiser avec tous ceux qui ne rêvent que de nous détruire.

 

Que la gauche soit conquise par Obama est normal : comme elle, le saint homme est un adepte du déficit abyssal (on rappellera qu’il a bâti une partie sa victoire sur les critiques des budgets de la fin de l’ère Bush) et qu’il ne jure que par la relance par la consommation. Que la crise ait été provoquée par la mesure démocrate (et socialiste) des subprimes ne semblent pas gêner la gauche française. D’Aubry à Royal, tous louent le leadership d’Obama, sa volonté de changement, sa façon d’incarner le rêve américain. On verra bien ce qu’ils diront quand ce rêve se changera en cauchemar. Qu’on se le dise, la crise n’est pas dû au capitalisme mais à l’étatisme. Certes, les banques ont adopté une attitude suicidaire et ont voulu profiter de la situation en matraquant des taux délirants, mais l’occasion faisant le larron, elles ont cru, tout comme nos endetteurs professionnels que la source était inépuisable !! Le plus piquant est que l’un des petits responsables de la crise était un avocat qui attaquait ces sales banquiers qui refusaient de prêter de l’argent à ses frères de couleurs. Devenu président, Obama préfère oublier cette partie de sa vie et a chargé la barque républicaine de tous les maux de la planète.

 

Par contre, on ne peut qu’avoir envie de vomir en voyant Sarkozy traîner dans la boue W par louanges à Obama interposées !! L’entendre dire que désormais, l’Amérique ne fait plus cavalier seul est non seulement un mensonge mais surtout du révisionnisme forcené. Une quarantaine de nations ont accompagné l’Amérique dans la délivrance de l’Irak, l’opération en Afghanistan s’est faite sous l’égide de l’Otan, l’après-tsunami de 2004 a été d’abord géré par les USA, l’Inde et le Japon réunis… La liste est longue. La seule fois où l’Amérique s’est retrouvée vraiment seule, c’est dans la difficulté : quand il a fallu reconstruire l’économie après le 11 septembre, quand il a fallu affronter Katryna, quand il a fallu contrer l’Iran, le Soudan, la Corée, la Russie même dans l’affaire géorgienne !!

 

Le délire obamaniaque n’est pas prêt de s’éteindre. Qu’importe si aucune promesse de campagne n’est tenue. Qu’importe si, devant des lycéens franco-allemands, il a fustigé l’anti-américanisme qui suinte en Europe, provoquant un silence gêné dans l’assistance. Les nombreux flops des nominations, son débit oral médiocre dès que disparaît le prompteur, l’embauche de lobbyistes, les milliards de dollars sortis d’on ne sait où, la baisse de popularité en Amérique même, tout ceci est soigneusement mis sous le boisseau par la presse qui continue à enfoncer Bush, le « pire président jamais élu » et à encenser le saint homme.

 

Sarkozy, en perte de vitesse, cherche donc à faire de la lèche à son « copain » Obama. J’espère juste qu’il a compris que son « copain » le méprise au possible alors que Bush, homme sincère en amitié, le considérait comme un vrai partenaire. Mais Nicolas Sarkozy, pris dans le tourbillon du « plaire à tout prix » est désormais prêt à tout pour remonter dans les sondages, y compris pactiser avec le diable.

Partager cet article
Repost0