Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 19:23

La FCPE, première fédération de parents d'élèves, a exprimé aujourd'hui à Epinal son opposition au soutien scolaire après la classe préconisé par le ministre de l'Education, Xavier Darcos.

Les délégués des parents d'élèves de la FCPE ont aussi appelé à l'occasion de leur congrès annuel, "à toutes les mobilisations unitaires à commencer par celle du 15 mai pour la défense du service public d'éducation".

Dans une "déclaration solennelle", ces délégués estiment que "le tri social et scolaire des élèves par la concurrence entre les établissements, la perte d'heures de cours (avec la suppression du samedi en primaire, ndlr) pénalisent encore plus les élèves les plus fragiles".

Ils dénoncent aussi "la diminution des moyens en personnels formés et en crédits de fonctionnement des réseaux d'aides spécialisées aux élèves en difficulté prévus pour le soutien".

Décodons ce nouveau monceau de bêtises.

 

A la rentrée prochaine, le samedi matin disparaîtra dans toutes les classe de primaire. A la place, les enseignants devront assurer deux heures de soutien dans la semaine pour les enfants en difficulté. La logique veut que cela soit le soir.

 

Mais bien entendu, la FCPE, de gauche, est contre. Pourquoi ? Officiellement parce qu’elle estime que l’on fera un tri social entre les élèves. Car pour un bobo, un enfant en difficulté vient forcément d’un bas milieu social. Il ne vient pas à l’idée de ces démagogues de gauche (pléonasme ?) que même dans les milieux aisés, il puisse y avoir aussi des enfants en difficulté.

 

Officieusement, elle est contre pour des raisons idéologiques. La réforme est menée par la droite, donc une fédération de gauche ne peut être que contre. CQFD !!

 

Les parents bobos ont le choix pour leurs gamins en difficulté : boîtes privées style Acadomia, étudiants en manque d’argent… Il ne leur vient pas à l’idée que tout le monde n’ai pas envie de faire comme eux, que le service public c’est justement d’aider les plus faibles sans lui demander un centime. Le soutien scolaire devient donc néfaste puisqu'envisagé par un gouvernement de droite. Quand la gauche refuse les mesures sociales, c'est tout simplement parce qu'elle n'y a pas pensé avant !!

 

La FCPE ne fait que jouer sur la peur, reprendre le pipeau des syndicats (pour eux, on crée les aides pour les enfants afin de détruire les Rased, alors que ces réseaux d’aides interviennent justement durant les heures de cours et pas après !!) et surtout refuse tout évolution de l’école.

 

L’idéologie au service des parents, pas des enfants, voilà ce qu’est la FCPE !!

Partager cet article
Repost0
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 08:40
Lisa ne s'en laisse pas conter. Sur son blog, elle vient d'exprimer toute sa colère envers le fameux Mai 68 !! Et elle n'y est pas allée avec le dos de la cuillère !!

Alors bien sûr, tout le monde ne sera pas d'accord avec elle mais elle a le mérite de s'exprimer franchement et de dire ce qu'elle pense. Et en ces temps de politiquement correct, cela devient tellement rare...

C'est un mot très simple, et pourtant très explicite : non. C'est ce mot-là que je veux dire, tout simplement mais avec beaucoup de force, à ce lamentable bourrage de crâne quotidien sur Mai 68. Pas un journal, du quotidien au mensuel, en passant par l'hebdo, ne consacre à chaque numéro quelques pages, voire un dossier entier, à cette sinistre période. Les vieux soixante-huitards se la jouent anciens résistants, comme s'ils avaient été résistants pendant la guerre mondiale. Mais ils n'ont pourtant rien fait d'extraordinaire, à part laisser en héritage une belle pagaille et une mentalité navrante à de nombreux jeunes de ma génération.

A vous, ex-soixante huitards qui la ramenez encore pour pousser vos enfants dans la rue, vous qui jouissez à l'idée de voir à nouveau votre pays mis à feu et à sang par une jeunesse qui se croit "résistante", mais qui n'est que téléguidée par des gens de votre genre, à vous, soixante-huitards vieillissants, je ne vous dis pas, et ne vous dirai jamais, merci. Vous qui avez cru que vous vous rebelliez, vous qui croyiez lutter pour une "belle" cause, vous n'avez en fait servi à rien. Enfin, si, vous avez servi à quelque chose : Grâce à vous aujourd'hui, les jeunes peuvent frapper leur professeur dés qu'il ose leur demander une banale consigne. Grâce à vous aujourd'hui, les jeunes peuvent conduire sans permis, prendre la fuite à la première voiture de police rencontrée, se payer inévitablement un accident et réussir à faire accuser des policiers qui ne faisaient que leur boulot. Grâce à vous aujourd'hui, les jeunes qui vous prennent pour "modèle" sont bien tristes, juste bons à réciter comme des ânes des slogans anarchistes qu'ils n'ont jamais connu, mais que vous vous empressez de leur apprendre. Vous vous empressez de faire croire à ces braves toutous qu'ils sont les dignes héritiers d'une période que vous leur décrivez comme fabuleuse, mais qui n'est qu'une page de notre passé dont on devrait au contraire avoir honte, et dont il faudrait au contraire essayer de réparer les dégâts. Mais non. Avec des gens comme vous, les mêmes erreurs se reproduisent, de génération en génération. Vos enfants ne vous servent que de pantins que vous manipulez à outrance, croyant pouvoir revivre à travers eux votre jeunesse révolutionnaire dont vous avez la nostalgie. Et qu'importe si vous avez fait beaucoup de mal à la génération qui vous a succédé, la seule chose qui vous importe aujourd'hui, c'est de savoir que votre affligeante propagande gauchiste continue à faire des émules parmi les jeunes, pour que vous ayez l'illusion qu'après votre mort vous aurez laissé quelque chose.

Vous n'aurez laissé que le chaos, et il n'y a pas de quoi en être fier. Votre slogan à la con, "il est interdit d'interdire", n'a permis que d'avoir aujourd'hui des jeunes capricieux à qui l'on doit tout céder sous peine d'avoir droit à un gros caca nerveux. Et je n'ai pas envie de vous dire merci pour cela, contrairement à la majorité des jeunes de ma génération, qui vous admirent autant qu'ils admirent le sanguinaire despote Che Guevarra.

A vous, mesdames les féministes, je ne vous dis pas davantage merci. Je ne vous dis pas merci d'avoir réduit les rapports entre hommes et femmes à des rapports de force, confondant amour et confrontation permanente. Grâce à vous aujourd'hui, un couple sur deux divorce, alors que les couples des générations précédentes savaient encore donner du sens et de la profondeur au mariage. Grâce à vous aujourd'hui, le mariage est devenu un CDD, un pacte que l'on signe pour faire plaisir aux parents et non plus pour fonder une famille harmonieuse. La vie amoureuse se résume à une succession d'aventures sexuelles depuis votre désastreuse "révolution sexuelle". Aujourd'hui, les femmes bourrées aux hormones de leur puberté jusqu'à leur ménopause, voyant leur trentaine approcher, commencent à s'inquiéter de n'avoir toujours pas d'enfant, et surtout pas de père potentiel. Votre cri "un enfant si je veux quand je veux" a sacrifié les papas, les pater familias, et il est aujourd'hui trop tard pour s'étonner que le modèle familial est aujourd'hui devenu une catastrophe, des parents solos qui ne pensent qu'à eux et non à leur enfant.

Vous les féministes, je ne vous admire pas d'être des bonnes femmes surexcitées qui, parce que vous avez décrêté que rester à la maison est un déshonneur, balancez votre bébé dans une crèche sitôt pondu, avec une tétine en silicone dans la bouche pour remplacer votre sein, et du lait industriel pour remplacer votre lait maternel, parce que vous n'êtes pas une "soumise", pas même, pour un temps, à toutes les attentions que recquiert votre enfant. La pilule a permis quelques avancées salutaires, et je pense notamment au fait qu'elle a mis fin à ce drame des avortements clandestins, où mères et bébés risquaient leur vie. Je salue aussi le fait qu'il y a beaucoup moins de filles-mères qu'avant. Mais combien de côtés négatifs pour si peu de positifs ? : Les cancers du sein sont en nombre croissant, et l'on voit aujourd'hui des femmes qui ont à peine la trentaine avoir un cancer, après 15 ans de pilule. L'utilisation de la pilule, et vous en êtes grandement responsables, est excessive et irresponsable. Aujourd'hui, on fait avaler des hormones à des gamines dés leurs premières règles, par simple "prévention". Or c'est en donnant la pilule à des gamines que vous leur donnez l'idée d'aller coucher à droite, à gauche, puisqu'elles se sentent protégées par cette pilule miracle... sans laquelle elles prendraient le temps de réfléchir à leur sexualité et à devenir responsables de leur corps.

Mais avec vous, mesdames les féministes, soyons libérées, gavons-nous d'hormones, et payons nous un cancer du sein en pleine jeunesse : c'est le prix de votre "liberté". Alors, je dis "non", comme un refus d'adhérer à tout ce que vous avez laissé comme dégâts, je refuse d'accepter cette société sans morale ni discipline que vous avez légué. Je veux encore croire à un modèle familial fort, je veux encore croire au mariage qui dure, je veux encore croire à la fonction nourricière des mères. Non à l'héritage de Mai 68, non au féminisme, non à l'anarchie. Oui au respect de l'autorité et à un minimum de morale.
Partager cet article
Repost0
10 mai 2008 6 10 /05 /mai /2008 13:53
On se demande ce qui peut se passer dans la tête de certains de nos concitoyens (?). L’exemple de la « marche des indigènes » en est un bel exemple.

Autorisée par la Mairie de Paris (qui n’est plus à une lâcheté près), cette marche se veut pacifique et prône , paraît-il, l’amour et la réconciliation.

Sauf que   , des slogans du style « Non à l’intégration par le jambon » ou « intégration, c’est du bidon. Assimilation, colonisation » laisse songeur.

Pour preuve cette petite vidéo prise lors de la manif !!

Marche contre la république raciste et colonisatrice
envoyé par F-marie


On peut également voir dans cette manif, des portraits d’Ho Che Min ou du Cheick Yassin, fondateur du Hamas et meurtrier par intérim de centaines d’Israéliens. D’ailleurs des membres du Hamas étaient présents dans cette manif !! Ainsi que quelques staliniens, histoire de bien sceller l’alliance rouge-verte du fascisme nouveau !!

Mais encore plus drôle (si on est bien luné) est l’interview de Houria Bouteldja, l’une des organisatrices de la marche. Celle-ci justifie le terme « souchien » estimant qu’il n’est pas insultant, compare la colonisation au nazisme et expose sans complexe ses idées racistes et xénophobes, le tout, comme on l’a dit, avec l’accord de la ville de Paris !!

Là aussi, petite vidéo !!

Marche contre la république raciste et colonisatrice
envoyé par F-marie

Soyons clairs, ce n’est pas en insultant les Français de souche que l’on permettra à une population de s’intégrer. Mais puisque pour ces « indigènes », il ne saurait  y avoir d’intégration, le problème est en fait réglé : on ne s’intègre pas, on reste entre soi, on insulte le reste du pays sous l’œil complice de la gauche !!
Partager cet article
Repost0
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 22:07

Le récent cafouillage gouvernemental  sur l’avenir de la carte Famille Nombreuse n’est pas seulement la preuve que la famille n’a plus la côte en France, cela a été aussi une belle occasion d’entendre un paquet de conneries dont seul le beauf français a le secret.

Supprimer les tarifs SCNF pour les familles nombreuses permettrait à l’état d’économiser 70 millions d’euros. La belle affaire : supprimer les départements permettrait sans doute d’économiser plusieurs centaines de fois cette somme (mais cela mettrait plein d’hommes politiques au chômage donc on n’y touche pas) sans pour autant léser les familles.

Cette décision montre surtout l’incapacité de certains politiques à réfléchir. Si les Français ne font plus d’enfants, on aura beau lieu de nous sortir des propositions à la Attali d’importer des travailleurs étrangers par milliers. Remarquez, c’est peut-être le but.

Revenons à ces délires franchouillards. En tant qu’heureux papa de 5 enfants (de 3 à 14 ans), j’ai donc appris que je détenais ces merveilleux avantages:

Je ne paye pas d’impôts (hormis bien sûr la TIPP sur mon essence, la TVA sur les biens et services que je consomme, le RDS et la CSG, la taxe foncière, la taxe d’habitation, la taxe d’assainissement d’eau, les ordures ménagères… Bref vous connaissez la litanie).

Je voyage quasi gratuitement (du coup, je ne comprends pas pourquoi je dois raquer 150 de train pour les plus grands quand ils vont au collège à Nancy). Et comment se fait-il qu’on ait osé me demander de payer mon billet de TGV quand je suis venu récemment visiter le Louvre ? Je me suis bien fait avoir !!

Je me nourris grâce aux allocations familiales. Il est vrai que ces 800 euros par mois permettent d’aider à la dépense de gadgets bien inutiles : cantine des enfants, frais de scolarité divers, nourriture du ménage (bin oui à 7, on mange un peu), essence (et comme vous le savez , un véhicule à 7 places, obligatoire pour nos types de famille ne consomme rien. Ou si peu), vêtements (quoique la famille nombreuse est fourbe : les habits des plus grands peuvent encore aller aux petits), électricité, gaz, assurance… Bref tout ce qu’une famille de 4 paye mais en deux fois plus important. Précisons que j’ai pas d’écrans plats, pas de Canal Sat et que pour les vacances, ma caravane (un beau signe extérieur de richesse) me suffit amplement. Mes amis célibataires me l’envie d’ailleurs quand ils sont en croisière.

Je vis avec l’argent de la collectivité. Mon salaire, je dois sans doute le voler. Il est vrai que j’ai bien la chance qu’on me laisse travailler vu tous les avantages pécuniaires dont me gratifie l’Etat. 800 euros à 7, cela fait 115 euros par personne. Après tout, au Vietnam, on vit pour moins que cela.

Ma femme ne travaille pas car c’est bien connu avec tout le blé qu’on nous donne, une mère de famille nombreuse ne travaille pas. Du coup, je me demande pourquoi la mienne fait 9 gardes dans le mois. Pour le fun, sans doute.

Je fais des enfants pour les allocs. Mais comme je suis courte vue, j’ignore que quand ils auront entre 18 ans et 21 ans, ces allocs iront à d’autres enfants plus jeunes. Pas de bol, un bébé coûte moins cher qu’un étudiant.

 

Et puis, merde, j’ai choisi d’avoir des gamins, à moi d’assumer. Qu’est ce que c’est que ces familles qui choisissent d’avoir des enfants alors qu’on vous dit que l’avenir est bouché, que ces petites têtes blondes paieront les retraites de ceux qui partiront dans une quinzaine d’années jouir de leur fin de vie ? Des irresponsables qui osent réclamer le droit de voyager moins cher dans le train plutôt que de prendre leur voiture (et polluer plein pot !!) ? Des abrutis qui ignorent que la loi Newirtz n’est pas faite pour les chiens ? Des couillons qui se reproduisent à tire larigot, histoire de creuser les déficits.

Sauf que l’abruti remplit les écoles, donne du travail à quantité de gens, consomment et fait vivre des entreprises entières, remplit les caisses de l’Etat aussi sûrement qu’un fumeur qui a une BMW et surtout prépare les finances sociales futures.

Il y a un truc qui s’appelle solidarité. En gros, ceux qui ont plus redonnent un petit peu à ceux qui ont moins.

Mais la France, pays où chacun tire la couverture à soi, ce gros mot, galvaudé par des années d’assistanat, préfère faire payer les familles nombreuses plutôt que de taper dans le vif et là où ça ferait mal : trop plein de députés, dépenses inutiles et pléthoriques d’un état en faillite, délires migratoires, départements….

Travail, Famille, Patrie disait l’autre. Ce n’est pas parce que cela a servi des cons qu’on doit virer tous les mots les uns après les autres.

Partager cet article
Repost0
9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 08:48
Décidément, nous vivons dans un étrange pays. Alors qu’une banderole raciste et imbécile met la France en émoi, la profanation d’un cimetière musulman a , semble-t-il, fait nettement moins de bruit. En profanant des tombes d’anciens combattants marocains , les auteurs font plus que perpétrer une tradition débile qui consiste à s’en prendre à des morts, ils montrent aussi leur ignorance crasse d’une histoire de France qui a vu des hommes venus se battre de tous l’Empire Français (comme on l’appelait à l’époque) sur le territoire nationale.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que ce cimetière situé près d’Arras est profané. L’an dernier déjà, des insultes avaient été inscrites sur les tombes. 3 personnes furent arrêtées et 2 condamnées à de la prison ferme en mai dernier. Il est clair que ce type d’agissement donne des idées à d’autres crétins.

Acte gratuit et raciste, cette profanation vise non seulement les anciens combattants du Maroc mais les slogans retrouvés visaient eux l’Islam (ce qui apparaît dans la logique de l’acte) mais aussi Rachida Dati. Et là, sur ce point, on n’a pas entendu trop de protestations. Il est vrai que la Garde des Sceau n’est pas vraiment aimée en France et que ces insultes ont sans doute dû ravir secrètement une bonne partie de ses détracteurs.

Maintenant, notons aussi que d’autres profanations dans un cimetière chrétien de La Rochelle ont reçu un accueil médiatique encore plus faible. Y aurait-il gradation dans la bêtise ?

De même qu’on ne parle jamais de ces cimetières européens laissés à l’abandon par les autorités algériennes dans les anciennes colonies. Certaines photos publiées dans la NRH l’an dernier le montrait pourtant amèrement.

Enfin, il ne faudrait pas que cet acte soit récupéré par ceux qui refusent que l’on puisse critiquer l’Islam en tant que force politique et code moral. Profaner des tombes est inadmissible, mais cela ne doit pas interdire ceux qui pensent que l’Islam porte en son sein des forces antidémocratiques de pouvoir le dire. Accuser le film Fitna ou les caricatures danoises d’être à l’origine de la profanation d’Arras me semble pour le moins suspect. On a toujours le droit de penser que des types qui , sous couvert religieux, prônent le sexisme, le racisme, la soumission aveugle, sont des abrutis. Et que ceux qui dorment à jamais à Arras n’ont rien à voir avec ses marchands de cauchemar islamiste.
Partager cet article
Repost0
26 février 2008 2 26 /02 /février /2008 09:34
a27f49d0-e0c8-11dc-a03d-83468c7ea81b.jpgTout occupés à tirer à vue sur le président Sarkozy , les médias en oublient la réalité du monde moderne et leurs indignations à géométrie variable ont fait passer à la trappe un événement plus qu’honteux qui aurait dû balancer les biens pensants dans la rue !!

Mais voilà, qu’on brûle une ambassade semble être devenu sujet de routine puisque les médias n’en ont fait qu’un entrefilet.

De plus, brûler une ambassade américaine ne peut qu’être une saine vengeance vis-à-vis de ses sales Yankees, donneurs de leçons et forcément responsable du chaos qui se profilera au Kosovo (soit dit en passant, c’est déjà ce que l’on avait avancé à propos de la Bosnie, de la Slovénie…).

Je vais être plus clair. Il y a 10 jours, des manifestants serbes en colère à Belgrade ont attaqué l’Ambassade américaine et y ont mis le feu. On a retiré un cadavre des décombres (dont on ignore l’identité mais il semble que cela soit un manifestant). Les Serbes n’admettent pas l’indépendance du Kosovo, mais ne voient aucun mal à traiter les Kosovars comme des sous-hommes.

Or, on aurait pu croire que cet événement entraînerait des réactions scandalisées car une ambassade, c’est une partie du sol d’un pays. Mais non seulement, personne ou presque n’a réagi mais les commentaires de français moyens apparus sur tel ou tel forum montre la réjouissance d’une bonne partie des habitants de notre pays. « Qui sème le vent récolte la tempête », « voilà ce que c’est quand on s’occupe du reste du monde », « les Américains n’ont que ce qu’ils méritent »,"Les USA ce n'est pas la victime de la politique internationale, c'est l'initiateur des pires tragédies humaines partout das le monde"….

Un tel mépris me soulève le cœur. Que les Français aient oublié qui les a libérés, soit, l’Education Nationale leur lave le cerveau depuis des années et leur fait croire que s’ils vivent libres, c’est grâce à la résistance et à l’URSS. Mais qu’ils continuent à se vautrer dans le racisme anti-américain n’est plus admissible.

Le racisme anti-américain est devenue une sorte de religion en France. Elle a ses Temples (le journal Marianne, Libération, France-Info..), ses adeptes (Bayrou, Besancenot, Le Pen…) et ses fidèles (la grande majorité des Français). Aimer l’Amérique, c’est désormais être politiquement incorrect tant nous sommes minoritaires.

Alors que les excités du monde entier se le tiennent pour dit : vous pouvez brûler des ambassades US, assassiner des représentants américains, détruire les symboles de la première démocratie moderne, vous serez toujours les bienvenus en France !!

Les évènements de Belgrade n’ont pas fait la une, les réactions des Français ont été jugées normales… Bref, rien ne change dans le pays des « droits de l’homme »
Partager cet article
Repost0
29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 06:54
Quand les mots sont si bien écrits, il faut les faire passer.

Par Gérard Gachet, sur son blog Sans complexe

Bien sûr, comme tout le monde, j'avais été choqué et ému dimanche, en entendant à la radio qu'une jeune étudiante en journalisme avait été retrouvée en fin de matinée, agonisante, dans une rame du RER D en gare de Creil, après avoir été frappée de nombreux coups de couteau. Et relativement soulagé d'apprendre, dès le lendemain, que son assassin, blessé au cours de l'agression, avait été arrêté avant de passer aux aveux. Mais le pire, pour moi, restait à venir.

 annelorraine.jpgLe pire, je l'ai appris hier après-midi. Le pire, c'est que je connaissais cette jeune fille, que j'avais eu le temps de juger et d'apprécier pendant les deux mois de stage qu'elle fit l'an dernier à Valeurs Actuelles, dont je dirigeais alors la rédaction. Elle s'appelait Anne-Lorraine Schmitt, avait 23 ans, et faisait partie de ces enfants qui semblent n'être nés que pour combler leurs parents de joie et de fierté. Aînée d'une fratrie de cinq garçons et filles, elle avait passé son bac à la Maison de la Légion d'Honneur de Saint-Denis avant d'être reçue à l'Institut d'Etudes Politiques de Lille, puis d'intégrer à l'automne 2006 le Celsa, l'excellente école des sciences de l'information et de la communication dépendant de la Sorbonne.

 Durant son stage, elle avait frappé toute la rédaction par sa culture générale, sa maturité, son exigence vis-à-vis d'elle-même. Une exigence qui lui venait probablement de sa foi : profondément croyante, Anne-Lorraine s'était fortement engagée dans le mouvement scout. Ce qui ne l'empêchait nullement d'être une jeune fille de son temps, charmante, brillante et appréciée de tous.

 Dimanche matin, ses parents l'attendaient sur le quai de la gare d'Orry-la-Ville pour aller en famille à la messe. Un délinquant sexuel récidiviste d'origine turque, déjà condamné en 1996 à cinq ans de prison pour un viol commis sous la menace d'une arme sur la même ligne du RER, aura donc brisé leurs vies en même temps que celle de leur fille. Mais Anne-Lorraine aura été courageuse jusqu'au bout : en se défendant, en empêchant son agresseur de parvenir à ses fins, elle aura réussi à le blesser en retournant son arme contre lui, ce qui devait permettre son arrestation ultérieure. En félicitant les enquêteurs de cette conclusion rapide, Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur, a assuré les proches d'Anne-Lorraine de sa profonde compassion.

 Quelques heures plus tard, à quelques kilomètres de là, les jeunes Moushin (15 ans) et Larami (16 ans), conduisant à grande vitesse et sans casques une moto de cross non homologuée, se tuaient en percutant de plein fouet un véhicule de police en patrouille. Leur mort, on le sait, sert depuis deux jours de prétexte à l'embrasement de plusieurs communes du Val-d'Oise, avec tirs de chevrotines, de grenaille et de balles contre les forces de l'ordre (plus de quatre-vingts policiers blessés) et incendies de commissariats, d'écoles, de bibliothèques et de commerces.

 Pour tenter d'apaiser les esprits, le chef de l'Etat pourrait recevoir ce mercredi les parents des deux jeunes morts de Villiers-le-Bel. Serait-ce trop lui demander que d'avoir aussi un geste fort vis-à-vis de la famille et des proches d'Anne-Lorraine ? Par exemple en étant représenté à un haut niveau - voire en se rendant lui-même, comme il sait le faire - aux obsèques de cette jeune fille exemplaire qui auront lieu samedi, à 14 h 00, en la cathédrale de Senlis. Il serait juste, en effet, que les victimes innocentes aient droit dans ce pays à plus d'égards que des délinquants responsables de leur propre malheur.

(Merci à Drzz d'avoir trouvé et mis en ligne l'article)
Partager cet article
Repost0
28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 10:34
socourt.jpgA tous mes compatriotes qui vivent terrés dans des banlieues mises à sac par la racaille, j'offre cette petite vue de Socourt, riant village situé au bord des gravières de la Moselle.

(Aquarelle de 24x31cm)

Et pour la racaille,  j'offre cette image d'un Président qui se rend au chevet des policiers blessés, en espérant qu'il prendre bientôt la bonne décision : vous envoyer où vous ne pouvez plus nuire, c'est à dire en prison !!
12f45bd2-9d8b-11dc-8873-477b43a01fb5.jpg
À peine sorti de l’avion qui le ramenait de Chine, Nicolas Sarkozy s’est rendu en tout début de matinée à l’hôpital d’Eaubonne, auprès du commissaire de police blessé alors qu’il tentait de ramener le calme après le drame de dimanche à Villiers-le-Bel. Il a voulu, par son discours, afficher une ligne de stricte fermeté face aux émeutiers indiquant notamment que ceux qui ont «pris la responsabilité de tirer sur des fonctionnaires se retrouveront devant la cour d’assises». Les faits commis «portent un nom, c’est tentative d’assassinat», a déclaré le chef de l’Etat avant d’ajouter : «Nous retrouverons les tireurs». «Ce qui s’est passé avec ces deux jeunes est parfaitement bouleversant mais tirer sur des fonctionnaires de police n’a aucun rapport avec cet événement. Et ceux qui voudraient y voir un rapport sont ceux qui seraient prêts à excuser l’inexcusable», a encore dit le chef de l’Etat.

Nicolas Sarkozy a ensuite rencontré des policiers et pompiers blessés avant de se rendre à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu à Paris au chevet d’un autre policier. Ce fonctionnaire de police a perdu un œil lors des émeutes, selon la ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie, qui accompagne Nicolas Sarkozy.

(Source Le Figaro)

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2007 1 26 /11 /novembre /2007 19:24
3a1b16fc-9c09-11dc-9f8b-77f10336c059.jpgC’est reparti pour un tour ? Espérons que non, mais cela a déjà un goût de 2005.

Rappel des faits : dimanche 25 novembre, deux jeunes de 15 et 16 ans sur une mini moto,  sans casques, sans permis percutent une voiture de police, après avoir grillé une priorité. Les deux adolescents issus d’une cité sensible sont morts sur le coup.

Dans n’importe quel autre endroit de France, cela n’aurait été qu’un banal et tragique accident de la route. Tous les ans des centaines de motards sont tués dans des collisions.

Mais nous sommes en banlieue. Et le moindre incident est prétexte à des violences, des feux, des saccages, des brutalités. La loi n’existe plus en banlieue, les cités sont livrées aux gangs, à la « France de Diams ».

Questions sans réponses :

Que font deux jeunes sur une mini moto au lieu d'être chez eux pour préparer leurs devoirs ? De plus, ces mini motos ne peuvent pas rouler sur la chaussée , si mes souvenirs sont bons ?

Pourquoi, en France, deux policiers ne peuvent même pas s’arrêter dans une cité après un accident, de peur de se faire lyncher ?

En quoi l’incendie d’un Mac do, d’un gymnase, d’un garage va-t-il venger la mort de deux ados ?

3a553514-9be4-11dc-9f8b-77f10336c059.jpgPourquoi la gauche continue de victimiser les auteurs d’infractions ?

Puisque François Fillon a téléphoné aux parents des victimes, pourquoi n’en fait-il pas autant pour les policiers et les pompiers blessés ?

Pourquoi il n’y a pas eu d’émeutes suite au meurtre de cette jeune femme dans le RER D ?

Enfin, pourquoi la France est incapable de rétablir l’ordre sur son territoire, dans des cités saccagées par des bandes ethniques ? À quoi sert l’armée ?

J’ai bien quelques réponses, mais je vous laisse me donner les vôtres.

Ce qui est clair,   c’est que certains « djeunes » veulent faire pire qu’en 2005. Après les grèves à 400 millions par jour, allons nous devoir subir des émeutes aussi  délirantes, aussi chères ? La gauche va-t-elle souffler sur les braises, comme l’a promis Miss Royal avant le 2e tour (Il y aura des émeutes…) ?

Plusieurs témoins ont confirmé la version de la police : les jeunes roulaient comme des dingues et ont grillé plusieurs priorités !! Mais pour les abrutis de cette cité, les policiers sont forcément des criminels qu’il faut châtier. (La procureure de la République de Pontoise, Marie-Thérès de Givry, a déclaré à la presse que trois "témoins" entendus hier soir avaient confirmé "la version des policiers" au sujet des circonstances de l'accident qui a coûté la vie à deux jeunes circulant à mini moto à Villiers-le-Bel (AFP))

L’IGPN a également mis hors de cause les policiers qui sont tout de même mis en examen pour « homicide involontaire ».

Mais rien à faire, la racaille s’en donne à cœur joie.

Les jeunes brûlaient les voitures à la chaîne. Ils ont tiré à balles réelles sur la police et les pompiers. Gaza-Le-Bel, quoi !!

Lors de la campagne, le candidat Sarkozy nous a promis d'éradiquer la racaille.

Désormais, nous attendons que le président Sarkozy tienne  cette promesse. La France est derrière lui !! Celle de Diams peut aller se faire voir...;

En attendant, les habitants de Villiers –le-Bel, les travailleurs des magasins saccagés par des petits cons inconscients n’ont plus que les yeux pour pleurer !! Fillon va-t-il leur téléphoner ?
Partager cet article
Repost0
23 juillet 2007 1 23 /07 /juillet /2007 08:53
Par Huguette Chomski Magnis, présidente du Mouvement pour la paix et contre le terrorisme.

Existait-il une autre solution que d'inviter le Hezbollah sur notre sol ? Entre logique de guerre et désir de paix, existe-t-il une voie qui ne passe pas par le compromis avec le Hezbollah ? En d'autres termes et plus généralement, existe-t-il face au terrorisme une alternative, non militaire mais politique, à l'accommodement ?

C'est parce que nous le pensons que nous avons fondé le Mouvement pour la paix et contre le terrorisme.
Cette autre voie porteuse d'espoir mais encore inexplorée est celle d'une mobilisation de l'opinion, française, européenne, internationale pour condamner toute pratique terroriste. Oser dire ce que l'on sait.

Cela implique d'oser dire par exemple ce que nous savons du Hezbollah.

Force est de constater que l'on cache au contraire les faits. On ne rappelle pas les assassinats de Français commis par ce même Hezbollah dans un passé encore douloureusement proche. Il ne s'agissait pas d'intérêts occidentaux mais de vies humaines, françaises en l'occurrence ! On ne rappelle pas les attentats commis en Argentine en 1992 et 1994 (114 morts, 393 blessés). On ne publie pas les sermons incendiaires de Nasrallah. On ne montre ni les photos des défilés des milices du Hezbollah, bras levés à l'hitlérienne, ni celles des bambins embrigadés. On s'abstient de citer le contenu violemment antisémite des émissions d'al-Manar qui lui a valu d'être interdit de diffusion en France. On omet même le rôle, pourtant reconnu par l'ONU (1), du Hezbollah dans le déclenchement de la guerre de l'été dernier.

Le Liban peine à se relever, Israël aussi d'ailleurs. Mais pas le Hezbollah et le voilà assez fort pour avoir été convié à La Celle-Saint-Cloud ?

Quelle réaction ? Certes, un rassemblement a eu lieu dimanche dernier  à l'initiative de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), initiative à laquelle nous avons apporté notre soutien. S'il faut la saluer, on ne peut que s'étonner de la faiblesse de la représentation citoyenne dans l'organisation de la riposte.
Protester contre la venue du Hezbollah ne concernait-il que les seules familles des victimes françaises du Hezbollah ? Ou que les Juifs de France, présumés seuls sensibles à la question des soldats israéliens détenus au secret depuis un an ?

Cette indifférence entretenue de l'opinion nourrit à son tour l'échafaudage de plans diplomatiques empreints de prudente real politik : il faut « faire avec » le Hezbollah, comme le font les Libanais eux- mêmes. Nous ne les aidons pas à faire sans !

Certes, la France est l'amie du Liban mais les amis ne sont pas toujours bons conseillers. Nous n'aidons pas plus les Libanais à faire sans le Hezbollah que nous ne les avons aidés à faire sans la Syrie.

Ce n'est pas la France qui a brisé le tabou de l'occupation syrienne du Liban mais les Libanais eux-mêmes en engageant la « révolution du Cèdre » et le mouvement du 14 mars.

Quelle est la position française vis à vis du Hezbollah ? On reste perplexe devant les déclarations contradictoires de nos autorités politiques. L'examen attentif de ces déclarations successives conduit à quelques interrogations : comment une organisation à laquelle on demande de «renoncer à l'action terroriste » pourrait-elle ne pas être terroriste ? Comment peut-on qualifier une organisation de terroriste mais ne pas souhaiter son inscription sur la liste européenne des organisations terroristes ? Comment peut-on avoir pour objectif que le Hezbollah redevienne ce qu'il n'a jamais été, un « parti libanais qui joue le jeu de la démocratie parlementaire libanaise » ?

Le choix d'inclure Hezbollah et Amal dans la rencontre de La Celle-Saint-Cloud nous semble grave à plusieurs titres : cela décrédibilise encore un peu plus l'ONU puisque preuve est faite qu'on peut rester un interlocuteur, invité par la France, tout en refusant de se plier aux conditions fixées par une résolution du Conseil de sécurité.
Cela entérine une forme de déréglementation politique où droit international et droit humanitaire sont bafoués en toute impunité. Cela envoie implicitement un message dangereux à toutes les organisations terroristes : le terrorisme paie.

Au niveau régional cela freine les Libanais qui voudraient se libérer de l'étreinte terrible du Hezbollah et cela conforte objectivement un ferment de guerre entre le Liban et Israël.
On aurait à la rigueur pu admettre que la diplomatie française utilise l'invitation comme une « carotte» : « si vous libérez les deux soldats » ou même « si vous laissez la Croix-Rouge leur rendre visite, alors...», car tenter de sauver des vies peut justifier bien des compromis.

Il n'en a rien été. Le Hezbollah a été invité sans avoir à répondre à la moindre exigence. Et le trouble demeure.

(1) Résolution 1701 du Conseil de sécurité.

L'avenir du Liban ?
Partager cet article
Repost0