Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 08:42
Extrême gauche américaine ? même tonneau que les suprémacistes de Charlottesville

Les évènements tragiques de Charlottesville (une contre manifestante tuée par une voiture qui avait foncé sur la foule) ont mis en évidence une vérité évidente : il y a aux USA des groupuscules violents, inspirés ou se réclamant du nazisme ! Qu'ils se nomment suprémacistes blancs, KKK, parti nazi américain, cette engeance recycle des idées nauséabondes et se servent de la liberté d'expression octroyée par la constitution pour balancer leur message haineux.

 

Le souci est que l'extrême gauche américaine ne vaut pas mieux : elle est tout aussi violente (les récents affrontements avec la police à Seattle l'ont démontré, et ce n'est qu'un exemple parmi d'autres), raciste (le mouvement Black lives Matter est la réponse "noire" aux racistes blancs, tout aussi intransigeante et brutale) et antisémite.

 

Mais comme en Europe, ceci est mis sous le boisseau ! Chut ! On ne va pas dire que les gentils antifa ne sont que des brutes extrémistes comme les autres.  Il ne faut surtout pas froisser les gentils communistes , espèce rare et protégée chez nous.

 

On pourrait également rappeler que le général Lee émancipa ses esclaves AVANT la guerre de Sécession, qu'il ne combattit pour le Sud que par loyauté envers son état, qu'après la guerre, membre du parti démocrate (comme le fondateur du KKK, mais c'est un autre débat que nos chers médias évitent à tout prix), il lutta contre la discrimination et que, devenu d'université, il excluait systématiquement tout élève blanc qui violentait des noirs. Bref, Lee n'est pas la brute raciste et fasciste décrite par certains.

 

Le maire de Charlottesville en voulant déboulonner sa statue avait donc tout faux. Mais là aussi, il ne faut pas le dire. Cette décision stupide a mis le feu aux poudres et a servi de prétexte à toute une fange raciste pour s'exprimer.

 

Et quand Trump a renvoyé dos à dos les deux extrêmes, comme tout  homme politique devrait le faire, il a bien entendu été lynché par les médias, toujours complaisants envers l'extrême gauche. Ce qui ne saurait étonner puisqu'un sondage interne fait dans différents journaux montrait que plus de 80% des journalistes votaient Besancenot hier, Mélanchon aujourd'hui !! Plus étonnant (quoique), il a même été critiqué par des élus républicains ,cherchant comme notre droite stupide à plaire aux gauchistes, oubliant juste que les gauchistes se foutent totalement d'eux. Les Républicains tombent dans le même piège que la droite française, et comme par hasard, ils redeviennent "fréquentables" 

 

Comme le disait Guy Millière, Georges Washington avait des esclaves. Va-t-on demander le changement de nom de la capitale américaine ?

 

 

Repost 0
3 juin 2017 6 03 /06 /juin /2017 07:28

Il est toujours étonnant de voir des gens heurter par le fait qu'un homme politique tienne une promesse. Ainsi, pour ceux qui l'ignorent, Donald Trump avait fait du retrait des USA des accords de Paris une de ses promesses de campagne. Et les électeurs qui ont voté pour lui le savaient. Après 6 mois de réflexion, il a effectivement tenu sa promesse.

 

Evidemment, le réflexe pavlovien s'est mis en marche (sans mauvais jeu de mot). On a eu droit aux cries d'orfraies des tenants de la théorie du réchauffement dû à l'activité humaine (ce qui, finalement, est logique) mais surtout à ceux qui entendent s'acheter une conscience écologique à bon compte.

 

J'ai trouvé particulièrement amusant que Monsieur 0,3% (Jean François Copé) qui se contrefout de l'écologie comme de son premier pain au chocolat donner des leçons de morale à Trump.

 

Il n'est pas le seul. Vu que le "réchauffement" (rebaptisé changement, cela est moins risqué) climatique est devenu un sujet politiquement correct, et tant pis si les scientifiques discutent encore du sujet, il faut absolument en être. C'est un peu comme le mariage homo. Si vous êtes contre, vous êtes ipso-facto un nazi.

 

Le défilé des injures envers Trump a donc été énorme, ainsi qu'un déni de démocratie important. On a donc entendu des appels à la désobéissance civique, à la destitution du président. Il a été traité de tous les noms et, cerise sur le gâteau, St Macron s'est même fendu d'un discours, en anglais s'il vous plait, qui fleurait bon l'ingérence. Si Trump avait fait un discours en français pour critiquer une décision française, tous les journaux, tous les analystes, tous les moralisateurs à deux balles n'auraient pas eu de mots assez durs envers un président qui ose s'immiscer dans les affaires françaises.

 

Il est dommage que la politique spectacle soit devenue si importante. Que la Cop 21 soit une coquille vide ou que les accords de Paris ne soient finalement respectés par personne semblent donc moins importants de s'en retirer. Les USA d'Obama n'entendaient pas respecter les accords, il est donc moins hypocrite de s'en retirer que de continuer à s'afficher écolo tout en faisant tourner les centrales au charbon comme en Allemagne ou à refuser l'introduction des  ours dans les Pyrénées.

 

Parce que c'est cela aussi l'écologie moderne : se foutre totalement de la biodiversité (Royal qui a autorisé des abattages massifs de loups) tout en signant des accords sur un futur toujours hypothétique. 

 

Trump avance sur sa voie, en ne se souciant pas des critiques. Qu'on soit d'accord ou pas avec lui, force est de reconnaitre qu'il assume ses idées.

Repost 0
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 09:26
Quid de l'interdiction des citoyens d'Israël dans certains pays ?

Donald Trump a donc provoqué un scandale planétaire en tenant une de ses promesses de campagne, à savoir l'entrée sur le sol américain de citoyens venant de pays musulmans potentiellement hostiles aux USA.

 

Le propos n'est pas de savoir si cette mesure est juste ou pas. Après tout, certains récents massacres de masse (c'est comme cela que la police française les appelle) commis en Europe auraient pu être évités si leurs auteurs n'avaient pas dépassé les frontières passoires de l'espace Schengen. Et même si des nazislamistes sont déjà parmi nous et ont même la nationalité du pays qui a accueilli leurs parents, il est clair que prendre des précautions supplémentaires ne peut pas faire de mal.

 

Alors bien sûr, la boboïtude mondial a crié aux loups ! Les acteurs d'hollywood ont quasiment tout publié des tweets assassins. Le premier ministre du Canada s'est dit prêt à accueillir tous les persécutés que refouleraient les USA. Il est, sur ce point, en totale contradiction avec l'aspiration de son peuple, mais qu'importe.

 

Dans ce déluge de bons sentiments, de "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil", certains amis d'Israël ont ressorti une information anodine, qui n'intéresse ni les acteurs ni Trudeau ni la gauche socialiste. 

 

Le fait qu'il est interdit à un citoyen d'Israël de se rendre dans 16 pays ne dérange donc personne ! Il est vrai que pour ces bonnes âmes, Israël n'est qu'une dictature abominable qui spolie depuis des lustres la terre des gentils Palestiniens. 

 

Les Palestiniens ? Vous savez , ceux qui ont ensanglanté Paris dans les années 80, qui tirent à la roquette sur le sud du pays depuis que Tsahal a évacué la bande de Gaza...

 

Bref, on est encore et toujours dans le deux poids deux mesures. 

 

On rappelle juste que Trump s'est fait élire sur ses promesses. Apparemment, il a l'intention de les tenir. Qu'on le veuille ou non, le peuple américain est souverain et il a choisi de trier un peu plus qui entre ou non sur son territoire.

Repost 0
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 14:43

Alors que l'investiture de Donald Trump hier a , de nouveau, déchaîné des torrents de haine dans le monde entier, venant surtout de gens qui refusent le verdict des urnes, le nouveau président se trouve face à des défis considérables.

 

Et nul doute que le cadet de ses soucis sera de "restaurer" son image !

 

On ne reviendra pas, ou si peu, sur les mensonges et les tentatives désespérées d'une partie de la presse mondiale pour décrédibiliser le 45e président. Après nous avoir fait croire que les grands électeurs feraient un "coup d'état démocratique" en refusant de suivre ce que leurs électeurs leur avaient demandé de faire, ils nous ont sorti les "fameux" documents russes qui accusaient Trump de haute trahison. On a d'ailleurs du mal à comprendre la stratégie russe puisque, d'après ces mêmes médias, la Russie avait influencé l'élection pour faire gagner Trump. Et 2 mois après, elle chercherait à le faire tomber ?

 

Passons aussi sur ces grotesques contre-manifestations de tous ces Américains qui, lors de l'investiture, braillaient dans les rues "Not my president" pour rappeler que quand Obama a été investi, aucun Républicains ne s'est comporté ainsi.

 

Enfin, saluons les quelques journalistes et politiques qui ont osé reconnaître que le bilan d'Obama n'était pas terrible terrible. Ils ont vite été tournés en ridicule voire ostracisés, mais au moins, ils ont tenté de faire entendre un autre son de cloche.

 

Le plus dur commence donc Trump.

 

Déjà, il doit refaire de l'Amérique un pays vraiment fort, un pays qui compte et qui inspire. Cela passe par, n'en déplaise à certains, par une économie forte et saine, une baisse drastique du chômage et de la pauvreté. Les médias oublient de vous le dire, mais le nombre de gens qui vivent de bons alimentaires a plus que doublé sous Obama, atteignant plus de 47 millions de personnes. Bien entendu, tout n'est pas la faute de l'ancien président (la Maison Blanche influe finalement peu sur le marché de l'emploi), mais certaines décisions ont été plus que contre-productive.

 

Ensuite, il doit forcément remettre un peu d'ordre dans un pays déboussolé. Si le discours de Donald Trump a su prendre, c'est bien parce que les gens ne savent plus où ils vont, ce que leur pays doit faire. La logique aurait voulu que Clinton l'emporte haut la main, mais la méfiance envers Washington est devenue telle qu'une majorité a préféré tenter une solution moins politique. Et une grande partie des gens qui avaient voté depuis 2004 s'est abstenue.

 

Or, restaurer la confiance en la politique n'est pas une mince affaire. Trump sait qu'il va devoir faire face à une guerre d'usure. Les démocrates ont prévenu : ils ne lâcheront rien et mettront tous les bâtons possibles dans les roues de Trump. Quand Obama fut au pouvoir, les Républicains se sont servis de la seule arme légale, à savoir l'opposition au congrès. Mais les Démocrates disposent d'une énorme partie des médias, d'Hollywood (on l'a vu lors de la récente cérémonie des Golden Globes) et des personnalités "publiques". 

 

Les adieux d'Obama ont d'ailleurs été symptomatiques de cette nouvelle ère : jamais une passation de pouvoir n'a été autant mise en scène. Après la soi-disant lune de miel planétaire vendue par les médias du monde entier lors de l'élection de 2008, où, si l'on en croyait journaux, télés, hommes politiques, acteurs, actrices et j'en passe, le monde entier se rangeait derrière le nouveau messie, on a eu droit à une orchestration de grande ampleur où tout  a été minutieusement préparé : les larmes, le discours faussement modeste, les mots de l'ex-first Lady. On a pu se rendre compte combien la communication était devenue importante, au point d'occulter la vérité.

 

Trump doit redresser son pays, le sortir des carcans où Obama l'a mis tout en réussissant à ne pas céder aux sirènes de ceux qui voudront le faire craquer.

 

Il se fera traiter de nazi, de clown, de danger planétaire, de dictateur et ce pendant au moins 4 ans. La moindre de ces décisions sera critiquée et les lobbys ou associations de tout poil se feront une joie de mettre en garde le monde contre les dangereux maître de la Maison Blanche  ! Ainsi, Avaaz, nébuleuse qui a commencé sa "carrière" en lançant des pétitions plutôt écologiques s'est déclaré ennemi juré de Trump. Sur le dernier mail que l'association a lancé à ses adhérents, elle écrit : Au début, personne ne prenait Trump au sérieux. Aujourd’hui, c’est un cauchemar ambulant qui détient les codes nucléaires.

 

Bien entendu, quand Obama détenait les codes nucléaires, cela ne dérangeait pas Avaaz.

 

Dans le même message, Avaaz avoue "Lors de la campagne américaine, nous avons contacté plus de 2 millions d’électeurs dans des États clés, et cela n’a pas suffi". Notons que cette tentative d'influencer le vote est justement ce qu'Avaaz reproche à la Russie !

 

Au passage, cette prose est suivi par un appel au don ! Parce que pour combattre l'antéchrist nouveau, il faut de l'argent !

 

Mais gageons que tous les gogos suivront et donneront leur obole.

 

​​​​​​​Espérons juste que Trump, lui, saura raison garder et, comme Reagan ou Bush en leur temps, mener la barque américaine sans s'intéresser à ses anti-démocrates

Repost 0
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 17:30

Décidément la gauche est bien partout la même ! Aux USA, la gauche est en partie représentée par la communauté d'Hollywood, des gens talentueux mais dont la tolérance est toujours à géométrie variable !

 

Hollywood ne décolère pas depuis que les Américains ont choisi le méchant Trump au détriment de la gentille Clinton ! Ils le font savoir dès qu'on leur tend un micro !

 

Alors, il était logique que la cérémonie des Golden Globes soit l'occasion de casser du Trump, de le comparer au roi Geoffrey de Games of Throne (sous entendu, c'est un petit con sadique et incapable), de dire que l'Amérique sera privée de liberté le 20 janvier !!

 

Chacun y est allé de sa petite phrase. Même Meryl Strepp s'y est mise. On pensait que l'actrice  de Holocauste, du Pont de Madison ou du Choix de Sophie avait un peu plus de classe. Peine perdue. Elle a brocardé celui qui sera, qu'elle le veuille ou non, son président dans une dizaine de jours. Trump a répliqué par un tweet où il l'estime surestimée en tant qu'actrice, ce qui n'a pas plus à Hollywood et ses sbires ! Les bobos US dont donc surenchéri sur ce tweet, mais bon, que voulez-vous ? quand on refuse le verdict des urnes, on le fait savoir du haut de sa villa de millionnaires !

 

Et pendant ce temps, Obama nous joue la scène des adieux avec une constance qui pourrait lui valoir l'Oscar. Après avoir voulu faire croire au monde entier que Poutine avait fait élire Trump, il veut faire croire qu'il a été un bon président, un type modeste et exemplaire et qui a ramené l'Amérique au premier plan et restauré sa crédibilité dans le monde entier.

 

Bien sûr, c'est tout le contraire, et il suffit d'aller aux USA pour voir que la prospérité s'arrête souvent aux portes de Beverly Hills. Quand au plan international, à part ramener le pays 40 ans en arrière niveau crédibilité et efficacité, disons au niveau de la fin du mandat de Carter, j'en ai déjà parlé sur ce blog. La seule chose qu'a améliorer Obama, c'est sans aucun doute son style au golf !

 

Mais ce type de discours et d'adieux millimétrés fonctionne très bien sur les bobos et les naïfs de tout poil. Quand à Michelle Obama, là aussi, l'hypocrisie de ses adieux n'a d'égal que les sommes colossales qu'elle dépensait à la Maison Blanche pour elle et ses filles, notamment lors de ses voyages.

 

Mais là aussi, cela fonctionne très bien.

 

Hollywood n'a donc pas changé. Pas plus que la presse. La curée anti-Trump va donc pouvoir commencer et les bobos US, forts de leur pouvoir de nuisance ne vont pas gêner.

 

Rest au nouveau Président de ne pas tomber dans le piège (comme il l'a fait avec son tweet) et de tracer sa route sans se préoccuper de ces richards anti-démocratiques !

Repost 0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 09:40

La blague a fait long feu  ! Malgré des appels des "dissidents" à ce que le collège électoral bafoue toutes les règles de la démocratie américaine en ne désignant pas Donald Trump président, les Grands électeurs ont bel et bien suivi le peuple !

 

Trump sera donc bien le 45e président US, n'en déplaise à tous les fossoyeurs de l'Amérique, tous les apprentis-révolutionnaires qui préféraient voir le pays continuer à s'enfoncer ! 

 

Les quotidiens collabos style Libération qui titraient "A moins que" en sont donc pour leur frais.

 

A moins que quoi, au juste ? A moins que l'on sache qu'il y a eu plus de votants à Détroit pour Clinton qu'il n'y a d'électeurs inscrits ?

 

A moins que l'on dise que les machines à voter ne sont pas reliées à Internet et ne peut donc pas faire l'objet de piratage ?

 

A moins que l'on avoue que Soros finance les groupes anti-Trump au détriment de toute dignité démocratique ?

 

A moins que l'on reconnaisse que les Démocrates ne méritent plus leur nom et que, bien au contraire, pour eux, tous les moyens sont bons pour gagner : tricherie, achat de voix, manipulation des listes électorales...

 

Ceux qui se rappellent de l'hystérie qui a entouré les 8 années de Bush ne peuvent que prévoir ce qui va se passer : chaque voyage de Trump sera accompagné de manifestations de ces "bien pensants" qui prétendent agir au nom du "bien commun", mais qui  n'ont en fait que mépris pour tous ceux qui pensent différemment d'eux. S'ils étaient au pouvoir, on assisterait sans aucun doute à la réouverture de camp de rééducation pour les libres penseurs que nous sommes !

 

Trump va donc avoir, au minimum, 4 années difficiles. La moindre de ses décisions sera contestée, le moindre de ses déplacements fera l'objet de "contre-manifestation". Les médias vont attaquer bec et ongle sa politique, ses nominations, ses soutiens à tel ou tel pays.

 

Pourtant, au final, on ne peut que se réjouir de la façon dont le collège électoral a refusé de se laisser intimider. Mieux encore, car si 2 électeurs ont changé leur vote pour Clinton, 5 ont changé leur vote pour Trump !

 

Le travail considérable de Donald Trump commence. Je l'ai écrit depuis plus d'un an, j'aurais aimé un autre candidat (Ted Cruz), mais à partir du moment où il a été désigné lors des primaires, je me suis rangé derrière lui.

 

Car rien n'aurait été pire qu'une 3e présidence démocrate de suite !

 

Que les médias aillent se faire mettre, Trump est président et ils n'auront rien pu y faire !

 

 

Repost 0

Présentation

  • : La pensée néoconservatrice
  • La pensée néoconservatrice
  • : Néocon ? Of course, man !!
  • Contact

La liberté


"Que Règne la Liberté"
Georges W Bush


 

L'Iraq en Vérité


Lisez le Rapport
sur l'Irak du Blog Drzz
Plus de 150 articles
pour vous réinformer sur l'Irak !

La Vidéo