Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 12:48

Gageons qu'aucun médias ne passera ce discours, vu qu'il est modéré et tellement éloigné de la caricature de Donald Trump qu'on nous sert depuis des mois !!

(Merci à Dreuz.info pour avoir fait ce job)

Donald Trump : « je viens de recevoir un appel d’Hillary Clinton qui nous félicite pour notre victoire, et je l’ai félicité et sa famille pour cette campagne. Elle s’est battue très dur. Nous lui devons une immense gratitude pour ses longues années de service pour notre pays. Et maintenant, nous devons tous nous unir, démocrates, indépendants, républicains, comme un seul peuple pour reconstruire notre pays. Je promets à chaque Américain, y compris ceux qui ont décidé de ne pas se joindre à moi, et il parait qu’il y en a quelques uns, je m’adresse à vous, je vous tends la main pour que nous soyons unis pour améliorer le sort de ce pays.

Des millions d’Amérique veulent un meilleur futur pour notre pays. Au delà des races et des religions, nous voulons servir le peuple. Nous allons reconstruire nos infrastructures, nos autoroutes, nos ponts, nos hôpitaux et nos aéroports, et cela va donner du travail à des millions de gens.

Nous allons reconstruire ensemble notre nation.

Nous devons soigner nos divisions et nos blessures.

C’est ce que je veux faire pour notre pays.

Chaque Américain pourra s’épanouir pleinement. Aucun Américain ne sera oublié.

Nous nous occuperons enfin de nos vétérans.

Nous allons créer de la croissance pour le bénéfice de tous.

Nous avons un magnifique plan économique et nous allons doubler notre croissance, et nous allons nous entendre avec tous les pays qui veulent bien s’entendre avec nous.

Rien de ce que nous voulons n’est hors d’atteinte.

Nous devons rêver grand, et faire grand, et être charitable avec tout le monde.

Je veux remercier certaines personnes qui m’ont aidé à arriver là : mes parents, qui me regardent de là-haut. Ma sœur Marianne Elisabeth. Mon frère Robert. Ma femme, mes enfants. Je vous aime et je vous remercie. Ce fut difficile, cette affaire politique pue et elle est dure.

Remerciements spéciaux à Rudy Giuliani, notre ex-maire ; Chris Christie ; sénateur Jeff Session ; un concurrent difficile qui n’a pas été facile à vaincre, docteur Ben Carson ; Mike Huckabee, général Mike Flynn et général Kellogg.

Notre partenariat avec le Comité national républicain, et les agents spéciaux qui ont assuré ma sécurité, les policiers de New york City, souvent sous estimés.

Ce fut un évènement historique, mais pour que ce soit vraiment historique, il faut que nous accomplissions des grandes choses.

Après 2 ans, 4 ans ou peut-être 8 ans, vous direz que c’était une chose à faire.

Maintenant que la campagne est terminée, le travail commence.

Vous allez être fier de votre président.

J’aime ce pays. Merci, merci, merci.

Repost 0
Published by Dave - dans USA 2016
commenter cet article
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 06:37
Dieu merci, je me suis trompé !!!

J'ai l'air malin ce matin après mon article d'hier où je me montrais très pessimiste vu l'avance qu'a Donald Trump.

La Floride, l'Ohio, la Caroline du Nord , 3 états-clés sont tombés dans son escarcelle. 

Malgré donc les insultes, les magouilles du clan démocrate, la lâcheté du FBI, la quasi-totalité des médias contre lui, Donald Trump sera le 45e président américain.

J'avoue que je n'y croyais plus. Je voyais un combat serré, mais je craignais une victoire de Clinton. Et j'avais expliqué pourquoi cela m'inquiétait. Je ne vais pas y revenir, vous pouvez relire mes articles.

Mais finalement, la majorité silencieuse, celle qui est méprisée par nos médias, par les élites a tranché. Elle n'a pas voulu de Clinton et s'est laissé séduire par Trump.

 

Je l'ai dit, je le redis, Trump n'était pas mon candidat de coeur. Trop bouillant, parfois grossier, manipulant des concepts de manière souvent ridicule. Oui, mais les électeurs du GOP l'ont choisi au détriment de Cruz ou Rubio. Il devenait donc le dernier rempart contre un 3e mandat démocrate de suite. Il devenait l'ultime rempart contre Clinton. Donc, il fallait le supporter.

 

Et puis, la séparation des pouvoirs fait qu'il ne pourra pas faire n'importe quoi, qu'il devra aussi composer avec sa majorité républicaine. J'avoue que j'ai quand même hâte de voir comment va réagir tous les gens du Gop qui l'ont mis plus bas que terre. Car si fracture il y  a en Amérique, elle est surtout entre la base du Gop et ses dirigeants.

 

En espérant que ce cinglant désaveu de "nos" élites médiatiques et politiques françaises leur fasse ouvrir les yeux. A force de mépriser les souffrances des gens et de ne pas les écouter, ils se détournent de vous.

 

On aura tout le temps dans les prochains jours pour analyser cette victoire, mais ce matin, comme je suis content de m'être trompé.

 

Repost 0
Published by Dave - dans USA 2016
commenter cet article
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 22:05

Sans être pessimiste, je pense hélas que les dés sont jetés. L'espoir soulevé par la réouverture de l'enquête du FBI sur les emails de Clinton a finalement été douché par l'arrêt de la procédure. Minorée par les démocrates, même si l'affaire n'est pas finie, la mascarade n'a l'air d'étonner personne. Le FBI a donc pu lire 650 000 mails en 10 jours alors qu'il lui avait fallu des mois pour en examiner 30 000. 

 

Il fut un temps où Clinton n'aurait même pas pu se présenter à la primaire démocrate : les morts de Benghazi, les emails dispersés imprudemment, ses mensonges devant le congrès, la corruption avérée de sa fondation... Quand à Trump, nul doute que sa victoire lors des primaires a montré que les votants Républicains en avaient assez d'un GOP trop tendre lors des élections avec Obama. Evidemment, un Ted Cruz aurait sans doute été plus combattif, moins poussé à la faute par un adversaire politique rompu à ces joutes depuis des lustres.

 

Mais , je reste persuadé que la méthode aurait été la même : trouver quelques vieux scandales (vrais ou faux, cela n'a aucune importance), se servir de la presse aux ordres pour salir, insulter et surtout pomper le fric d'un showbizz totalement acquis à sa cause et qui répand la bonne parole démocrate d'un bout à l'autre du pays.

 

Franchement qui est vulgaire ? Trump dans ses propos vieux de 10 ans sur les femmes ? Ou Madonna, supportrice absolue de Clinton et qui déclare à la télévision qu'elle sucera toute personnes votant pour sa championne (et qui ajoute "N'oubliez pas, j'avale") ?

 

Clinton a dépensé plus de 400 millions de dollars lors des primaires pour éliminer Bernie Sanders. Le prix de sa campagne présidentielle atteint un coût démentiel également. L'argent coule à flot, pourtant elle réclame le vote du peuple.

 

Je le redis, quelqu'eut été le candidat du GOP, il aurait été laminé par la machine démocrate.

 

On aura donc, si je ne me trompe pas, une présidente corrompue, malade, ayant couvert des bavures énormes, dont la fondation trempe dans des scandales financiers qui emporteraient n'importe qui. Elle bénéficie de la jurisprudence Obama qui fait que l'on pardonne tout à un candidat démocrate. Sa fille pique 3 millions de dollars dans la caisse de la fondation pour se marier ? Pas grave apparemment pour les électeurs.

 

Le chômage en hausse depuis 2008, la faillite de certains états, la mort d'industrie dans le nord du pays, l'explosion du coût de l'Obamacare l'islamisme qui gangrène le monde, les attentats de Boston, de Floride et autres ? Rien n'a pesé si l'on en croit les sondages puisque Clinton a quasiment fait la course en tête depuis le début. Et même si les Blancs se sentent abandonnés depuis 8 ans, beaucoup continuent à faire confiance aux démocrates.

 

J'avoue ne pas comprendre les Républicains qui refusent de soutenir Trump, que cela soit les dirigeants du parti ou les militants. En France, certains de mes contacts qui ont soutenu Bush, McCAin, Romney ont violemment rejeté le choix de la primaire ! Ils ont parlé de primaire truquée par les démocrates qui auraient voté Trump afin de le faire passer , pensant qu'il serait un adversaire moins coriace que Trump. Leurs attaques sont encore plus violentes que celles des démocrates. Ils ont beau nous faire le coup du "Ni Clinton, ni Trump", j'ai plutôt l'impression qu'ils se réjouissent de la défaite du Gop, la 3eme d'affilée, la 5e depuis 1992.

 

Pourquoi ? 

 

Je ne comprends toujours pas.

 

Que Trump ne soit pas le candidat rêvé, je l'ai déjà dit. Mais, mieux vaut un mauvais Trump qu'une mauvaise Clinton.

 

La grossièreté n'a jamais tué personne. Hillary Clinton a au moins 4 morts sur la conscience, les Américains de Benghazi.

 

Si demain, le monde se réveille avec une Clinton présidente, le monde se réjouira, fera la fête, vomira le nom de ce Trump ringard qui rêvait de diriger les USA. Les politiques françaises, Juppé et Hollande en tête (qui avait déjà choisi Obama en 2008) nous diront que les Américains ont fait le bon choix, qu'ils ont évité l'apocalypse. Et ils feront un parallèle avec la France, avec Le Pen, avec Sarkozy. On louera le bon sens des Américains, pourtant si cons, si nationalistes, si racistes, si obsédés par l'argent tous les autres jours où ils ne votent pas si l'on en croit nos politiques.

 

J'espère me tromper. J'espère un sursaut américain. J'espère que le moindre mal que serait Trump l'emportera sur le pire mal que sera Clinton.

 

Mais, je le redis, je suis très très pessimiste. 

 

Repost 0
Published by Dave - dans USA 2016
commenter cet article
1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 13:07

Sacré coup de théâtre quand même ! A 10 jours de l'élection présidentielle, voilà que le FBI vient de relancer l'affaire des emails de Clinton, révélée par Wikileaks il y a plusieurs mois et qui avait été enterrée en juillet dernier, d'une manière si scandaleuse que même la pire des républiques bannanières n'aurait osé faire de la sorte.

 

Est-ce que cela suffira pour relancer la campagne et surtout ne pas faire élire Clinton ?

 

Les sondages qui montrent que l'avance de la candidate démocrate fond comme neige au soleil pourrait y faire penser. Il est évident qu'une partie de l'électorat a bien conscience que la place d'Hillary n'est pas  à la Maison Blanche, mais plutôt derrière les barreaux. 

 

Ainsi, le dernier baromètre ABC donne 46% pour Trump, 45% pour Clinton ! Il y a 10 jours, Clinton avait 12 points d'avance sur son challenger républicain pour ce même baromètre. 

 

Cependant, on peut toujours s'intéresser sur le silence des médias du monde entier durant cette période juillet-octobre à propos des emails. Dans un monde soit disant au service de la vérité, Clinton n'aurait même pas été qualifiée pour la course à la présidence tant le scandale est énorme. Mais 99% des médias ont préféré ne rien voir. Et vu que le FBI avait, dans un premier temps, choisi de fermer aussi les yeux, Clinton était renforcée. Il ne restait plus qu'à taper sur Trump, ce dernier étant mal aidé par son propre camp qui a décidé de faire l'impasse sur la Maison Blanche pour la 3eme fois consécutive et l'affaire était dans le sac.

 

Il est sans doute trop tôt pour se réjouir tant on sait que les Démocrates ne reculent devant rien pour salir leurs adversaires. Cela a marché avec Mc Cain, avec Romney (même si ces deux derniers étaient loin d'être des foudres de guerre) et cela peut encore marcher avec Trump, surtout quand on a 99% des médias qui font la campagne à vos côtés. 

 

Mais désormais, cacher la vérité plus longtemps devient très compliqué. Et même si elle est élue, Clinton aura une épée de Damoclès sur sa tête que Trump ne manquera pas d'utiliser, à la différence du GOP qui avait refusé d'utiliser le scandale des dizaines de milliers de bulletins "perdus" des votants US à l'étranger.

 

Et quand on sait que Obama lui même a déclaré "Je ne crois pas que Comney, directeur du FBI, essaye d'influencer le résultat de l'élection", on est en face d'un retournement majeur. CAr, bien entendu, Clinton et ses acolytes n'avaient de cesse de dire depuis vendredi dernier que le FBI avait choisi son camp, qu'il voulait truquer l'élection. En balançant cette phrase, Obama se détache clairement de Clinton. Il n'a pas envie qu'elle l'entraîne dans sa chute et, tout mauvais président qu'il fut, il n'est pas idiot au point de couvrir un tel agissement.

 

Si Trump parvient à garder son calme, il peut avoir un boulevard devant lui en utilisant un argument simple : voulez-vous avoir comme président une personne qui a bafoué la loi à ce point et qui mériterait la prison ?

 

Repost 0
Published by Dave - dans USA 2016
commenter cet article
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 17:14

La campagne présidentielle américaine entre dans sa dernière ligne droite ! Encore un débat et la messe sera quasiment dite.

 

Et la façon dont une partie du GOP est en train de lâcher Trump en dit, hélas long, sur les dérives centristes du parti créé par Abraham Lincoln. Entre Georges Bush Sr qui a annoncé voter Clinton et le président du GOP qui refuse de soutenir le candidat choisi par les électeurs lors des primaires, le milliardaire se bat désormais seul contre tous.

 

Les médias américains roulent pour Clinton. Ce n'est pas une nouveauté, bien au contraire. Les affaires autour de la candidate ne sont quasiment jamais évoquées (les mails, Benghazi, les frasques de Bill...) , mais il suffit que surgissent comme par magie deux femmes qui se disent avoir été agressées sexuellement par Trump et hop, les unes fleurissent !

 

Soit cette affaire est vraie et on peut se demander pourquoi elle sort maintenant, surtout dans un pays où l'on peut attaquer en justice très facilement. Soit elle est bidon et il n'est pas dur de savoir à qui profite le crime. En attendant, le contrefeu est efficace puisque personne ne parle des même accusations envers Bill, accusations qui sont bien plus anciennes, connues depuis des années et non pas confiées, comme par hasard, au New York Times, quotidien qui supporterait Landru ou Hitler si l'un d'entre eux se présenterait à la présidence sous l'étiquette démocrate.

 

Ce qui choque cependant le plus est le fait qu'une partie du Gop refuse d'endosser la candidature de Trump. Certains Républicains jouent, comme en 2008 et 2012, la défaite pour mieux "rebondir" ! Mais rebondir quand ? et pourquoi ? Si Clinton passe, elle sera en position de gagner en 2020 car un président candidat a bien plus de chance d'obtenir un 2e mandat. Seuls Carter et Bush Sr ont échoué depuis 40 ans dans la conquête d'un 2e mandat. A chaque fois, ils ont été battu par un candidat qui proposait quelque chose de radicalement différent. Certes, la poudre aux yeux Clinton s'est vite dissipée, mais il n'empêche : être président sortant donne un avantage considérable.

 

Le Gop ignore sans doute cette règle. En 2008, certains amis conservateurs me disaient à propos de McCain "Tant pis, on passe notre tour et on battra facilement Obama en 2012". On connait la suite. Ce sont les mêmes qui refusent de suivre Trump.

 

Je me suis déjà exprimé sur le cas du milliardaire sur ce blog. Personnellement, j'aurai préféré Cruz. Mais les électeurs du Gop ont préféré Trump. On peut arguer que dans certaines primaires, les électeurs démocrates se seraient déplacés pour voter Trump, estimant que c'est un candidat plus facile à battre. Peut être. Mais l'engouement pour Trump est réel, un électorat populaire qui le suit dans ses meetings, ses déplacements... Mais les cadors républicains préfèrent ignorer cet électorat populaire. Ils le méprisent ouvertement, ont déjà torpillé les tea parties. Et pour quoi ? Pour faire élire une femme corrompue, qui a laissé mourir des Américains en Libye, qui a laissé des mails importants infiltrés sur la toile, qui a des rapports incestueux avec la finance. 

 

J'ose espérer que les Américains ne vont pas se laisser avoir une fois de plus par le politiquement correct ! Après le candidat qu'il-faut-élire-parce-qu'il-est-noir, on a la candidate qu'il-faut-élire-parce-c'est-une-femme. Ca a marché 2 fois déjà. Ca peut marcher en 2016. 

 

Comme je l'ai déjà écrit, un 3e mandat démocrate serait un cauchemar pour l'Amérique. Et par ricochet le monde. C'est tout simplement l'enjeu de ce qui se jouera en novembre prochain.

 

Le fait que le GOP ait choisi ses intérêts particuliers avant ceux de la nation américaine est inquiétant. En cas de défaite de Trump, ils devront en répondre devant leurs électeurs. Mais il sera trop tard.

Repost 0
Published by Dave - dans USA 2016
commenter cet article
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 18:47

Après le deuxième débat entre Trump et Clinton, on a eu droit ce matin à des articles quelque peu embarassés de chers médias. En effet, si le premier avait semblé tourner à l'avantage de la femme de l'ex-peloteur de stagiaires (et encore , il faut relativiser), le deuxième était nettement plus iclair de l'avis des observateurs US, certains ne se privant pas de dire que le milliardaire a nettement écrasé sa rivale.

(Je vous renvoie à l'article de Dreuz Info qui a compilé les sondages US)

 

Mais on peut quand même (on doit) se poser la question du soutien sans faille des médias socialist...heu français à n'importe quel candidat démocrate. Et cela dure depuis des lustres : Clinton en 92 et 96, Gore en 2000, Kerry en 2004, Obama en 2008 et 2012, Clinton cette année. Le parti démocrate présenterait Jack l'éventreur ou Emile Louis à la candidature que les médias made in chez nous lui trouveraient toutes les qualités. Imaginez des éditos "Certes, il violait et assassinait des handicapées, mais en dehors de cela, il  a tout ce qu'il faut pour diriger un pays".

 

L'aveuglement envers les casseroles de Clinton est éloquant. On se focalise sur des propos graveleux et pas bien malins de Trump sur les femmes, mais on jette un voile pudique sur le carnage de Benghazi, le scandale des emails, les fraudes de la fondation Clinon. On oublie que le mari d'Hillary ne tenait peut être pas des propos graveleux mais qu'il les appliquait à la lettre. 

 

En 2008 (et en 2012, ce qui est encore plus insupportable) , aucun média n'a voulu reprendre les mises en garde des vrais connaisseurs de l'Amérique qui prophétisaient des lendemains difficiles si saint Barrack était élu. Ceux qui avertissaient des reculs qu'il ferait sur l'Islam radical étaient moqués et désignés comme de gros cons racistes. Ceux qui osaient emettre un doute sur sa réforme phare, l'Obama Care, passaient pour des égoïstes finis, incapables de comprendre que le futur grand homme ne faisait que vouloir appliquer la fabuleuse sécu made in France (et le trou qui va avec, mais chut...).

 

On connait la suite et on ne va pas revenir dessus.

 

En 2016, rien n'a changé. Trump est un abruti, un raciste, un sexiste, un trou du cul prétentieux, un richard obsène, un mec dangereux...N'en jetez plus la coupe est pleine ! A côté de lui, Marine le Pen apparaitrait quasiment comme super sympa. 

 

Le fait que Madame Clinton mente sur bien plus de sujet que Trump, qu'elle soit loin de vivre dans la pauvreté, qu'elle est sciemment laissé mourir plusieurs diplomates en Libye, qu'elle représente un système politique corrompu dont une grande majorité d'Américains ne veulent plus n'a pas l'air d'émouvoir. Et cela ne gène pas que sa campagne soit une campagne de caniveau. Après tout, cela marche en France...

 

Résultat de ce lavage de cerveau ? 9 Français sur 10 voteraient Clinton. Remarquez, 5 français sur 10 a bien voté Hollande, alors...

 

Qu'un Robert de Niro traite Trump de porc et tout le monde applaudit. Quand on pense à la volée de bois vert qu'avait reçu chez nous Eastwood qui avait osé qualifié Obama de chaise vide (un argument nettement plus classe), et on a une petite idée de l'infini. 

 

La campagne américaine est incroyablement mal couverte en France. Ce n'est pas la première fois et je me rappelle avec une certaine jubilation la tronche de dépit que tiraient nos "spécialistes" en 2004 quand W fut réélu avec un nombre considérable de voix ! J'espère revivre cela le mois de prochain.

 

Non pas que je sois spécialement fan de Trump (il a tellement changé d'avis sur tout qu'il est difficile de lui faire confiance), mais parce que Clinton est nettement plus dangereuse pour l'Amérique que lui. Et que, parce que j'en ai plus que marre que des zélites auto-proclammées nous disent quoi penser, qui voter, que faire...

Repost 0
Published by Dave - dans USA 2016
commenter cet article
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 14:12
Clinton , dans le texte

On critique souvent Donald Trump pour son langage fleuri. Mais celui de la mère Clinton, n'est pas mal non plus !!

 

Avec de telles punchlines, si elle échoue à la présidentielle, elle pourra toujours se reconvertir comme actrice chez Tarantino ! Je trouve que ces derniers films manquent de "Fuck" !!

 

(Source : Saberpoint)

Repost 0
Published by Dave - dans USA 2016
commenter cet article
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 11:57

Une photo vaut mieux qu'un grand discours, non ?

Raciste, Trump ? Vraiment ?
Repost 0
Published by Dave - dans USA 2016
commenter cet article
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 16:52
Trump est-il si effrayant ?

La une du Boston Globe est sans doute représentative d'une certaine panique qui s'empare des médias US. On ne parlera pas forcément des médias démocrates qui ont décidé de passer sous silence les casseroles d'Hillary, comme ils avaient oublié de parler de celles d'Obama en 2008 et 2012, mais aussi de journaux plus neutres, voire penchant vers le GOP.

 

Cette une est donc un exemple incroyable ! C'est une fausse une qui imagine les décisions de Trump président : il déporterait les imigrants clandestins et demanderait à l'armée américaine de tuer les familles de membres connus de l'armée islamiste (ISIS). Ces décisions entraîneraient des émeutes dans tout le pays, obligeant l'armée à multiplier les couvre-feux et une chute drastique des marchés.

 

Bref, Trump c'est un nazi (les déportations), un dictateur (les couvre-feux) et un irresponsable économique (la chute des marchés).

 

Et , dans sa vraie édition, le journal exhorte les Républicains à faire barrage contre Trump et à choisir Cruz comme candidat.

 

Ce type de désinformation me fait penser aux paroles de Ségolène Royal en 2007. La bécasse qui a ruiné sa région Poitou-Charentes prophétisait des émeutes voire une guerre civile si Sarkozy était élu. Il n'en a rien été. De même, les jeunes socialistes avaient fait des affiches avec le visage de Sarkozy et le slogan "Votez Le-Pen". Enfin, en 2012, c'est Libération qui comparait le président à Hitler.

 

La méthode est vieille comme le monde. Pour discréditer un homme politique, il suffit de le comparer à l'extrême droite ou aux nazis. Cela ne coûte pas cher et cela permet de se la jouer "veilleur de la démocratie" dans les cercles branchés.

 

Pour le moment, malgré la victoire (attendue) de Ted Cruz dans le Wisconsin, Trump est toujours en tête. Certains observateurs de la vie politique américaine estiment que Clinton souhaite justement affronter Trump, plus facile à battre que Cruz selon les sondages nationaux (ce qui ne veut rien dire vu que les élections se font état par état), allant même jusqu'à pousser les démocrates à aller voter Trump lors des primaires ouvertes. 

 

Vérité ? délire ? peur du fantasque milliardaire qui, qu'on le veuille ou non, a mis un sacré coup de pied dans la fourmillère politique ? Sans doute tout cela à la fois.

 

Ce qui est sûr, c'est que, plutôt que de taper sur Trump, le GOP ferait bien de s'attaquer à leur véritable adversaire : Hillary Clinton. Ils ont déjà fait l'erreur en 2008 en crachant sur Bush et en 2012 en refusant d'aller vraiment au combat contre Obama. Mais peut-être que le GOP se complait dans l'opposition ?

Repost 0
Published by Dave - dans USA 2016
commenter cet article
16 mars 2016 3 16 /03 /mars /2016 08:58

Sale journée pour Marco Rubio ! Le sénateur républicain issu du Tea Party n'a pas réussi à gagner la Floride et abandonne la course ! 

Et malgré des millions de dollars dépensés par ses adversaires en publicités négatives et un acharnement médiatique sans précédent (y compris en France , même parmi les supporters du GOP), Donald Trump a remporté 4 des 5 états mis en jeu lors de ce deuxième Super Tuesday (Floride donc, à 45% contre 27, mais aussi l'Illinois, la Caroline du Nord et le Missouri).

 

Ainsi, les annulations de meeting à cause d'une violence accrue des démocrates (et qui ont été adoubés par pas mal de "partisans de la démocratie") ont bel et bien servi le milliardaire. Les partisans du Gop qui votent pour lui ont très mal vécu ces agressions contre la liberté d'expression, sacro-sainte aux USA !

 

Le seul accroc est la victoire de John Kasich dans l'Ohio (son état ) qui permet au gouverneur d'espérer jouer les arbitres lors de la convention républicaine si Trump ne parvenait pas à atteindre les 1237 délégués nécessaires. Mais peut-on vraiment penser que le GOP va jouer les apprentis-sorciers et surtout désavouer les millions d'électeurs qui auraient choisi Trump lors des primaires ?

 

Du côté démocrates, le suspens est désormais fini (il l'était depuis longtemps de toutes façons) car Hillary Clinton a remporté les 5 états (Illinois, Caroline du Nord, Floride, Ohio et Missouri). Sanders ne rattrapera jamais son retard et l'épouse de Bill sera donc le candidat démocrate. 

Repost 0
Published by Dave - dans USA 2016
commenter cet article

Présentation

  • : La pensée néoconservatrice
  • La pensée néoconservatrice
  • : Néocon ? Of course, man !!
  • Contact

La liberté


"Que Règne la Liberté"
Georges W Bush


 

L'Iraq en Vérité


Lisez le Rapport
sur l'Irak du Blog Drzz
Plus de 150 articles
pour vous réinformer sur l'Irak !

La Vidéo