Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 07:28

Un ami me demandait récemment : "A quoi sert Tweeter ?". Je lui répondis que pour avoir des infos rapides, des choses un peu décalées ou rester en contact avec les domaines qui nous intéressent, c'est plutôt pas mal. Et si on s'intéresse à la politique, on ne perd rien des petites phrases.

 

Mais j'étais loin de me douter que cela aussi pouvait servir de bombe dans une législative ! Car le tweet de Trierweiller, la maîtresse en chef de Normal 1er a mis un sacré bordel dans cette campagne, reléguant au 2e plan les rapprochements entre l'UMP et le FN dans certaines circonscriptions !

 

Soyons clair, il n'y a rien de politique là dedans. C'est juste la vengeance d'une femme envers l'ex de son Jules. De la comédie de boulevard à 2 balles que même le plus ringard des scénaristes n'aurait osé imaginé !

 

Mais le soutien de la journaliste de Match à Olivier Falorni pose tout de même le problème du parachatuge de Royal. Et du soutien incontitionnel du PS pour elle et donc contre un élu de terrain qui n'affiche pas des ambitions démesurées.

 

Car Royal se fout de La Rochelle. Elle veut le perchoir ! Elle veut être quelqu'un qui compte dans la République de Normal 1er. A défaut d'être première dame, elle veut être la première femme à présider l'Assemblée Nationale !! 

 

Et en ce sens, le tweet ne peut qu'aider Falorni à la battre ! Car on n'a vraiment pas besoin d'une Royal députée ! Elle a eu sa chance, elle l'a laissée passé. Qu'elle retourne aux poubelles de l'histoire !

 

Quand à Normal 1er, sa réaction très moyenne (je n'ose dire normale) montre, une fois de plus, que nous n'avons pas élu un président, mais bel et bien un type moyen et normal qui n'a pas du tout la carrure pour le job !!

Partager cet article
Repost0
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 07:19

Non, rien n'est encore fait !! Contrairement à ce que balance la presse, malhonnête comme à son habitude, le pays reste à droite. Car si 46% des Français ont voté à gauche, cela veut mathématiquement dire que 54% l'ont fait à droite !!

 

Or le tour de passe-passe de la presse est extraordinaire : il consiste à ajouter les voix du Front de Gauche à celles du PS et des Verts, mais à ne pas ajouter les voix du FN à celle de l'UMP !!

En clair, le Front de Gauche, bien plus anti-républicain que le FN et qui n'a pas grand chose à voir avec le PS est toujours fréquentable, alors que le FN, qui réalise un score deux fois supérieur reste indésirable. Sauf quand, bien sûr, il permet à la gauche de gagner des sièges via des triangulaires !!

 

Ce déni de démocratie et cette manipulation médiatique est bel et blen le fait d'une caste de journalistes qui espèrent récupérer son abattement de 30% que leur a promis Hollande ! Dans les faits, le PS et l'UMP sont au coude à coude, à 35% chacun ! Où est le raz de marée envers Hollande ?

 

Si le scrutin était proportionnel, Hollande n'aurait pas la majorité !!

 

A la droite de bien négocier le coup maintenant, et de pas céder à la pression des médias, à leur politiquement correct !! La gauche n'a pas encore gagné ! Il faut tout faire pour qu'elle ne gagne pas !!

Partager cet article
Repost0
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 12:01

Absent depuis une semaine sur le blog pour des raisons professionnelles, j'ai l'impression depuis le 15 mai de vivre dans un monde magique, un mix entre Oui Oui et les Bisounours ! 

 

Avez vous remarqué que depuis que Flamby 1er est devenu Président, tout est désormais formidable. Hollande se prend la flotte le jour de son investiture, mais il montre qu'il est un président normal. Il part à Berlin et se voit opposer un vibrant "nein", mais on nous annonce qu'il a marqué des points. Aux USA, il se fait remarquer avec sa cravate, mais c'est "for his press". Plus sérieusement, quand il annonce qu'il retirera les forces françaises combattantes (admirez la nuance) d'Afghanistan, tout le monde trouve cela formidable, surtout une presse qui, depuis qu'elle pense récupérer ses 30% d'abattement fiscal, redevient très gentil.

 

Cette même presse qui souligne toute les différences avec Sarkozy, ce parvenu qui allait se reposer sur un yacht alors que le travailleur Hollande ne perd pas de temps en futilité. Sarkozy voulait bousculer la fonction de président et tout régenter. C'était mal, nous disent les journalistes. Hollande lui prend de la hauteur, laisse son Premier Ministre gouverner et ne veut pas faire tout le travail. Et cela, c'est bien. c'est redonner du crédit à la fonction présidentielle, c'est revenir dans les pas de Mitterrand.

 

C'est désormais simple : tout ce que fait Hollande est formidable. Il a raison tout le temps, même quand il arrive en retard au sommet de l'Otan. Et on ne va relever les broutilles comme ce remerciement à la France des Talibans pour cet honteux retrait. 

 

Cet angélisme s'étend au gouvernement entier. Exit la condamnation avec sursis de Ayrault. C'est un homme de gauche, donc cela ne compte pas. Il suffit de baisser de 30% le salaire des ministres, et hop, on peut en mettre 34. Ceux qui critiquaient le fait que l'équipe Fillon était importante n'y trouvent rien à dire.

 

Et cette charte de déontologie ? Quelle merveille !! Preuve que l'équipe en place était un ramassis de salauds prêt à s'enrichir sur le dos du contribuable. Rien de tout cela à gauche. Les passations de pouvoir l'ont montré : désormais, il n'y a que des gens honnêtes qui gouvernent le pays. Dehors les méchants Guéant ou Morano. Désormais, nous avons la gentille Taubira, le gentil Moscovici et même le super-sympa Montebourg avec son ministère du redressement productif !! On ne sait pas à quoi cela sert, mais c'est forcément bien puisque c'est socialiste !

 

De même, quel plaisir de voir le nouveau gouvernement défaire tout ce que le vilain Sarkozy a fait en 5 ans ! Exit la semaine de 4 jours, les tribunaux pour mineur, la réforme des retraites, le couple franco-allemand, la supression des allocations familiales en cas d'abstéisme scolaire... Il y a au moins du boulot pour un an. Et la presse continue d'applaudir à tout rompre ! Seul Le Canard Enchaîné ne joue pas le jeu en révélant que Martine Aubry a traité Ayrault de naze ! Bien sûr, Martine dément et crie à qui veut l'entendre qu'elle la plus fidèle alliée de Hollande !! Décidément, le Pinocchio du nord n'a aucune honte.

 

Hollande a donc parfaitement réussi sa première sortie aux USA (ce n'est pas ce que pense la presse américaine, mais comme tout le monde le sait, ce ne sont que des rustres), magnifiquement réussi sa première semaine et sublimement fait oublié en quelques jours 5 ans d'une présidence honteuse !

 

Tout est beau dans le meilleur des mondes. Sarkozy a disparu de la circulation, un vrai président est désormais aux commandes et même les humoristes disent qu'il ne fait pas de gaffe, ne dit pas d'âneries (sous entendu, pas comme l'autre nain), bref la France est entre de bonnes mains...

 

Que reste-il donc à l'opposition, désormais ? Les législatives sont perdues (c'est la presse qui le dit) et de toutes façons, son espace médiatique est en voie de disparition. Désormais seule la gauche a droit de cité. Valerie 1er y veille : les journalistes irrespecteux à RTL ou Paris Match viennent de comprendre leur douleur. Fini la critique utile de l'infâme Nicolas Le Pen et place à la louange de Hollande , le phare qui éclaire désormais notre nuit. 

Vous avez aimé les merveilleuses années Jospin, vous adorerez le monde magique de Flamby !!

Partager cet article
Repost0
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 12:55

Finalement, Aubry ne sera pas au gouvernement ! il est vrai que la grosse maire de Lille voulait n'être rien d'autre que Premier Ministre ! Franchement, dans le genre prétentieuse, on fait rarement mieux !!

 

C'est que Martine Brochen a une haute opinion d'elle même !! N'hésitant pas à attaque en justice un modeste blogger qui a eu le malheur de répéter quelques rumeurs sur sa personne, Aubry est persuadée qu'elle est indispensable à la vie du pays ! Ceux qui subissent les 35h depuis des années pensent sans doute le contraire !!

 

Aubry n'est pas Premier Ministre donc (on laisse cela à l'ex repris de justice Ayrault !  Encore une promesse de Hollande qui vole en éclat !) et comme tout enfant gâtée, elle fait donc un caprice ! Vu que j'ai pas eu ça, bien, je veux rien ! na !!

 

C'est tout bénéfice pour la France qui n'aura donc pas à supporter les délires économiques de cette femme qui prouve que le talent saute souvent une génération !!

 

Qu'elle retourne donc à Lille faire du gringue aux islamistes et qu'elle disparaisse de la vie politique !! Cela sera toujours cela de gagné !!

Partager cet article
Repost0
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 07:36

La défaite de 2012, si elle est fait mal, doit impérativement faire l’objet d’analyse pour éviter que le cauchemar que nous allons endurer pendant 5 ans devienne éternelle !

 

Un départ en campagne trop tardif :

En ne démarrant qu’en février, soit 4 mois après les primaires socialistes et 1 mois après le meeting du Bourget, qui a vu un François Hollande bien plus agressif que prévu, Nicolas Sarkozy a pris un énorme risque, celui de rester jusqu’au bout dans la peau du challenger. On arguera que d’autres avant lui comme Mitterrand ou Chirac avaient choisi aussi cette option. Mais ils étaient en cohabitation et pouvaient facilement se défausser sur le bilan de leur Premier Ministre. Ils n’étaient pas les « sortants » et partageait ceci avec leur Premier Ministre. Nicolas Sarkozy étant jugé sur son bilan et sur sa personnalité, il était clair que laisser courir ses adversaires, c’était prendre le risque qu’ils prennent trop d’avance. Or qu’a fait Hollande ? Il a géré son avance, n’a pris aucun risque et s’est bien tenu de trop expliquer son programme. L’anti-sarkozysme suffisait à faire réagir les militants. De plus, Hollande a constamment devancé le Président. Ainsi la séquence des 75% ajoutée aux incidents de Bayonne (dont la responsabilité revient bel et bien au PS) ont détourné de l’attention médiatique l’entrée en campagne de Sarkozy.

 

Cela dit, cette stratégie aurait pu marcher, au moins pour le premier tour, puisque les courbes se sont croisées à la mi-mars et que Sarkozy est repassé devant Hollande. La séquence « Merah » a remis le président sur le devant de la scène et a obligé Hollande a calqué ses pas dans celui de son adversaire. Comme en 2007, c’est de nouveau le candidat Sarkozy qui faisait le course en tête et imposait son tempo. Mais il a fallu une énorme maladresse de Juppé (même si certaines rumeurs affirment que la gaffe était peut être intentionnelle) à propos de Bayrou, laissant entendre qu’il ferait un bon Premier Ministre pour que de nouveau les courbes s’inversent. Et on le sait, si l’on veut gagner, les courbes peuvent s’inverser une fois, jamais deux !!

 

Quand on voit l’étroitesse du résultat (1,2 millions de voix d’écart), on peut se demander si un départ plus rapide, dès janvier, avant même le meeting de Hollande, n’aurait pas été plus porteur. La stratégie « à droite toute » était la bonne et elle aurait eu plus d’efficacité si elle avait démarré plus tôt. De plus, il aurait fallu que Sarkozy tienne d’une main de fer son équipe pour éviter les couacs qui étaient forcément exagérés par les médias. Un contre exemple au hasard : le cafouillage de Hollande sur le quotient familial n’a été que peu relayé par les médias.

 

C’est donc une erreur fondamentale, la plus importante qui vient de coûter l’élection. Mais ce n’est pas la seule explication.

 

Des médias complaisants envers la gauche.

Depuis 5 ans, la gauche veut faire croire que Nicolas Sarkozy tient les médias. C’est évidemment un mensonge éhonté, mais répété en boucle, le gogo peut y croire. Ce qui est sûr, c’est que dès la primaire socialiste, il était clair que le temps de parole ne serait pas respecté et que les grands médias ne favoriseraient pas de la même façon les deux candidats principaux. Ainsi, les attaque les plus violentes envers Sarkozy sont venues de Libé, Marianne, L’Humanité ou Le nouvel Observateur, des journaux qui affichaient sans honte leur soutien à la gauche et à Hollande. Ce n’est évidemment pas interdit. Mais on aurait aimé que la presse de droite, déjà minoritaire, soit un peu plus combative. Même le Figaro s’est montré incroyablement courtois et seuls les bloc notes de Ivan Rioufol ou les éditos de Yves Thréard ont ancré le journal dans son soutien à Nicolas Sarkozy. C’était trop peu, mais c’était déjà trop pour Hollande qui a refusé de répondre aux interviews du Figaro. Là aussi, qui en a parlé dans la presse soi-disant tenue par Sarkozy ?

 

Les chaînes d’informations et les chaînes généralistes n’ont pas été en reste. Vu de l’étranger, le traitement de cette campagne était clairement en faveur du candidat Hollande. Toutes les questions qui fâchent (Guérini, Banon, Rose Mafia, Caton…) ont été totalement éludées par la presse. Le bilan médiocre à la tête de la Corèze n’a jamais été évoqué ni sa gestion calamiteuse du PS pendant 10 ans. Hollande a été épargnée de toutes questions qui fâchent, de tout ce qui pouvait écorner sa « stature ». Alors que les rumeurs les plus folles ont circulé sur Sarkozy, le dernier coup étant le soi-disant chèque libyen de 50 millions d’euros, information donnée par Médiapart, un site qui n’informe pas mais qui fait de la propagande pure et dure. « Diffamez, diffamez, il en restera toujours quelque chose », jamais cet adage ne s’est révélé aussi vrai.

 

D’autant que le traitement indigne de cette campagne suivait 5 années où rien n’a été épargné au président, ni les attaques sur le physique (il sera d’ailleurs intéressant de voir comment Hollande sera traité, sa taille étant à peu près la même que Sarkozy), sur ses origines hongroises, sur sa vie privée… Les humoristes s’en sont donnés à cœur joie, l’insultant sans retenue parfois. La quasi totalité des médias, tout comme la gauche, n’a jamais accepté qu’un avocat puisse devenir Président des Français. Dès le premier soir, le dîner au Fouquet’s a été monté en épingle et a donné le « la » pour toute la présidence. On a bouffé de l’anti-sarkozysme matin, midi et soir. Qu’est ce que cela aurait été si les médias n’étaient pas tenus par Sarko ?

 

Quoi qu’il en soit, cet acharnement a payé, même si certaines attitudes du Président ont choqué (le fameux « Casse toi, pauvre con ») et s’il a commis pas mal d’erreurs, surtout en début de mandat. Mais Sarkozy a surtout payé le fait d’avoir voulu être un Président efficace et au charbon, au lieu d’être un monarque distant. Il a oublié que les Français sont restés royalistes.

 

Une ouverture mal digérée, un parti qui rechigne.

Il est assez incompréhensible que l’ouverture soit devenue, au final, une épine dans le pied de Sarkozy. Alors que la droite traîne toujours une image sectaire bien entretenue par la gauche et ses sbires médiatiques, il est paradoxal de voir que c’est un homme que le MJS qualifiait de Nicolas Le Pen qui a tenté de faire un gouvernement tendant vers l’union nationale. Or, une partie de l’UMP, déçu de ne pas goûter au gâteau, a clairement manifesté sa grogne. Les électeurs du Front National n’ont pas compris cette ouverture non plus. Enfin, la gauche, plutôt que de se réjouir qu’on lui reconnaisse des talents, a préféré parlé de social-traitres !! Il est amusant cependant de voir que certains symboles de l’ouverture sont redevenus des gens biens à partir du moment où ils ont dit vouloir voter Hollande.

 

Quand au parti présidentiel, l’UMP, on peut là aussi dire qu’il a singulièrement manqué de conviction et de soutien à Nicolas Sarkozy. Si François Fillon est resté fidèle jusqu’au bout, d’autres ténors, les yeux rivés sur 2017 n’ont pas vraiment joué le jeu et ont sabordé la ré-election. Alors que Hollande avait réussi à mettre son pas y compris ses rivaux de la primaire, une certaine cacophonie à droite, montée en épingle par les médias a déconcerté l’électorat de droite. Quand aux soutiens à minima de certains ex-poids lourds de la majorité comme Jean Louis Borloo, on est en droit de se poser des questions ?

 

La trahison de Bayrou, les manoeuvres de Le Pen

François Bayrou a clairement trahi son camp et son pays en disant qu’il allait voter Hollande. La « course à l’extrême droite » n’était qu’un prétexte et , pétri de haine depuis 5 ans, déçu de n’être arrivé qu’en 5e position, le Béarnais n’a pas hésité à franchir un Rubicon bien amère. Et pour quel résultat ? le centre est en ruine, le PS n’a même pas la concurrence du ventre et lui oppose un candidat et surtout, Hollande, dont il a critiqué à juste titre le programme délirant est au pouvoir !!

 

Quand à Marine Le Pen, je ne reviens pas sur son calcul hasardeux. Pour peu que la droite classique s’obstine dans son refus d’alliance et qu’elle continue à insulter l’UMP, non seulement elle n’aura aucun député, mais elle permettra à la gauche de gagner les législatives, comme son père le fit en 1997. On connaît la suite. Son appel à voter blanc a été bien entendu et les déclarations de Juppé ou de Kosisco-Morizet ont clairement refroidi les électeurs FN. De plus, un certain nombre de contre-vérités sur la politique d’immigration de Sarkozy ont fait oublié la loi sur la burka, les expulsion, la lutte contre l’islamisme en France. A ce jeu, Marine Le Pen a sciemment fait le jeu de la gauche et a aidé à mettre au pouvoir un homme qui veut donner le vote aux étrangers. Quand on sait que 93% des musulmans ont voté Hollande, on peut quand même s’étonner de cette politique du pire !!

 

Une crise sans précédent

Durant la campagne, 9 candidats sur 10 ont oublié qu’une crise frappe le monde depuis 2008. Certains l’ont totalement minimisé, d’autres estimaient qu’elle n’était en rien une excuse, les derniers pensaient que, de toutes façons, cela n’était pas à eux de la payer mais à ces salauds de riches et de patrons. Mais alors que dans les autres pays, les gouvernants ont été balayés, mine de rien, Sarkozy a résisté. Car avec 48,4%, il échoue finalement d’assez peu. Les Français vont vite se rendre compte que l’ex-président les a mieux protégé qu’en Espagne, en Italie ou en Grèce. Les fonctionnaires qui, dans un réflexe à la Pavlof, ont voté en masse Hollande, oublie que dans d’autres pays leur traitement a été baissé de plus de 25%, que les retraites ne sont plus garanties…

 

Mais de cela, le bon peuple de France n’en a cure. Son inculture économique l’empêche de voir des vérités évidentes. Il va vite comprendre qu’Hollande les entraînera dans le mur et, comme un enfant gâté qui pleure une fois qu’il vient de se rendre compte qu’il a cassé son jouet par colère, viendra donc le temps du regret. Mais il sera trop tard.

 

Car , on a encore du mal à s’y faire. Mais ce sont 5 longues années qui commencent ! 5 ans où la gauche aura désormais tout pouvoir, où les médias seront d’une complaisance rare (le reportage de France 2 jeudi soir sur la campagne de Hollande était un modèle de révisionnisme) et ou la droite risque de se déchirer encore et toujours. En clair, si 2017 s’annonçait possible avec un deuxième mandat Sarkozy, la perspective d’une gauche au pouvoir pour longtemps est désormais très crédible ! Car les réformes sociétales que veut faire passer Hollande vont bel et bien ancrer le pays à gauche. Et pour un bail. C’est à cela que devrait réfléchir les apprentis sorciers qui , à droite, se sont aussi lancés dans le « Tout sauf Sarkozy ».

 

Partager cet article
Repost0
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 20:54

Ce soir, donc la démagogie, alliée à la trahison la plus abjecte a gagné !! 52% des Français ont été séduit par un candidat qui a sciemment expliqué qu'il allait détruire notre pays !!

 

Mais ce n'est pas bien grave, ce qui m'importe ce soir, c'est de remercier Nicolas Sarkozy qui pendant 5 ans a empêché une catastrophe comme en Grèce, en Espagne, en Italie....

 

Que les 52% fassent la fête !! La gueule de bois sera terrible !!

 

Quand à nous, il nous reste une chance, les législatives !!

Partager cet article
Repost0
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 21:52

En 2007, un conseiller de Royal s'est rendu compte que le programme de la candidate PS était absolument délirant. Il a voulu lui en faire changer. Royal l'a envoyé bouler. De guerre lasse, il a préféré appelé à voter Sarkozy presque 3 mois après l'élection. 

Récemment, le futur monarque de la IVe république française a qualifié Eric Besson de "traître" et que cette image le suivrait toute sa vie. On admire au passage qu'Hollande a la rancune tenace. Pour un mec qui se dit rassembleur, on pouvait espérer autre chose.

 

Aujourd'hui, c'est Bayrou dans le rôle du traître de service, mais curieusement la presse de gauche le loue !! Ainsi, un homme qui passe de droite à gauche a "du bon sens". Mais passer de gauche à droite, c'est être un salaud, un judas !!

 

Bayrou a raté sa campagne. Il se rêvait au 2e tour et allait écraser Hollande avec son programme inepte (dixit le candidat béarnais). Au final, il a fini 5e , à moins de 10%. Que lui restait-il ? Passer sous les fourches caudines et appeler à voter pour un homme qu'il déteste ? 

 

Non, Bayrou a préféré la jouer petit bras et comme un vulgaire Mélanchon rejoindre le camp socialiste. Finies les critiques acerbes, finie l'ironie sur un programme qui mènera la France à la faillite... Et pourquoi faire ? Croit-il que Hollande lui laissera un strapontin ? Hollande ne gouvernera qu'avec ses amis, il l'a encore dit hier !! Il ne fera aucune ouverture, pas même aux ralliés de la 25e heure...

 

Bayrou s'est rêvé De Gaulle, il s'est vu sauveur de la France. Mais au final, il se rallie au pire candidat qui soit parce qu'il ne supporte pas que Sarkozy "court après les voix du FN". Il reprend, la main sur le coeur, la dialectique gauchiste qui consiste à diaboliser 18% des Français, mais ne dit rien sur Hollande qui accepter sans broncher l'aide du dernier parti stalinien d'Europe !!

 

Bayrou fut un jour de droite. Il fit parti du même gouvernement que Nicolas Sarkozy. Il fait la même campagne pour Balladur. Mais à la différence de Sarkozy, il su trahir à temps, tout juste avant le premier tour. Résultat il garda sa place de ministre dans le gouvernement Juppé.

Bayrou croit peut être à un bis repetitas. Il oublie juste une chose : Chirac était bien plus "gentil" qu'Hollande !!

 

Les électeurs du Modem qui ont cru que le centre était le renouveau de la vie politique sont bien cocus ce soir : leur leader s'est vendu pour une chimère.

A eux de réfléchir s'ils veulent vraiment un candidat que leur champion a combattu.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 13:27

Ainsi, et sans surprise aucune, Marine Le Pen a décidé de voter blanc (mais de laisser libre ses électeurs, ce qui est un minimum). Elle espère donc la défaite de Nicolas Sarkozy et pouvoir tirer les marrons du feu lors des législatives.

 

Calcul très hasardeux à mon avis, et qui va d'ailleurs à l'encontre de pas mal de gens qui ont voté Le Pen au 1er tour.

 

En 2007, François Bayrou a fait exactement le même calcul. Fort de sa 3e place et de ses 18%, il pensait qu'il aurait facilement un groupe Modem aux législatives. Mais un scrutin à 2 tours n'est pas un scrutin proportionnel. Outrés par les attaques de Bayrou, les cadres de l'UMP ne laissèrent aucune chance aux différents candidats du Modem. Pire, une grosse partie du centre rejoignit l'UMP pour créer Le nouveau centre. Résultat, Bayrou ne put pas constituer un groupe et ne pesa jamais sur la vie politique, perdant toutes les élections qui s'ensuivirent , y compris aux Européennes qui est pourtant l'une qui est la plus favorable aux centristes. Et la bérézina a pris fin le 22 avril avec un score décevant, inférieur à 10% !

 

Certes, si Hollande l'emporte, il est improbable que les cadres du FN rejoignent l'UMP. Mais que fera l'UMP envers un parti qui aura permis à Hollande de devenir président ? Une politique de main tendue ? Est-ce que vous vous alliez avec des gens qui vous font perdre ? Avant même les législatives, certains membres de l'UMP ont déjà dit qu'ils voteraient PS en cas de duel PS/FN. C'est à mon sens une stupidité, mais cela donne hélas le la pour le mois de juin.

 

Si Sarkozy est réélu, il y aura forcément une dynamique à droite et l'UMP ne pourra pas y échapper. La droite devra discuter avec le FN si elle veut avoir une majorité. Et les déclarations de Juppé ou Morizet n'y changeront rien, absolument rien. La real politique, c'est aussi simple que cela : pour avoir une majorité, soit on raffle tout, soit on s'allie. Le PS n'a aucun scrupule à le faire ! Cela fait 30 ans qu'elle fraye avec l'extrême gauche la plus totalitaire du monde libre, la plus extrêmiste, la plus antisémite de la planète !! Donc, se rapprocher des idées communes avec le FN n'est pas une hérésie.

 

Je dis cela sans animosité. Churchill n'avait-t-il pas déclaré "Je suis prêt à m'allier avec Satan, si jamais Hitler envahit l'Enfer" ?

 

Bien sûr, les points de désaccord avec le FN sont énormes, son programme économique est proche de celui de Jean Luc Baudruchon, les saillies verbales et racistes du vieux sont indignes d'un parti politique. Mais regardons ailleurs : en Israël, la droite n'hésite pas à gouverner avec l'extrême droite. En Italie, Berlusconi n'a pas hésité à s'ailier avec les Néo-fascistes. Certes, ils sont traînés dans la boue par les médias de gauche, mais au final, valait-il mieux laisser l'état Hébreu aux mains de ceux qui voulaient tout céder aux Palestiniens ? et en Italie, la gauche italienne était-elle plus apte à gouverner le pays ?

 

Si Hollande passe, il se créera une dynamique à gauche, cela s'est vérifié en 81, en 88 et en 97. Peut-être que l'UMP implosera (mais franchement, je n'y crois guère), mais le FN n'en profitera pas. Et matraqué comme jamais par une gauche qui aura tous les pouvoirs, le FN n'aura aucun député. L'exemple Bayrou  l'a montré : sans député, on ne pèse pas sur la vie nationale.

 

Marine Le Pen sera de toutes façons aussi jugée par ses électeurs et ses partisans. Seront-ils toujours derrière elle quand le visage triomphant d'un Hollande apparaîtra dimanche soir à 20H00 ? J'en doute. 

 

On parle d'intransigeance de l'UMP. Je vois aussi l'intransigeance de Marine Le Pen qui, dès le soir du premier tour, continuait à insulter le président. 

 

Quand on voit le lynchage délirant de Sarkozy qui n'a fait que vouloir parler aux électeurs du FN, je n'ose imaginer ce que cela aurait été s'il avait clairement appelé à une alliance avec Le Pen. Remarquez, un peu plus ou un peu moins... Mais les Français étant ce qu'ils sont, souvent bien manipulables par les médias, il signait la mort de la droite !!

 

Dommage que le "talent" politique de Marine Le Pen, qui n'a fait que reprendre la boutique du père, ne comprenne pas cela.

 

En passant, je constate que Miguel Garroté, Jean Patrick Grumberg et Guy Millière ont moins de scrupules. Ils n'aiment pas Sarkozy, ils le critiquent vertement, mais ils n'hésitent pas à appeler à voter pour lui. Car, ils ont compris qu'Hollande au pouvoir signifiera la fin d'une énorme partie de notre pays. 

Partager cet article
Repost0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 06:35

Une fois de plus, pour les sondeurs et pour les médias, la messe est dite. Hollande va balayer Sarkozy et plutôt deux fois qu'une. La bave aux lèvres, toute la gauche, qu'elle soit médiatique, politique, syndicale, n'attend que le coup de sifflet final pour sonner la charge ! A 53/47 pour le président de Tulle, on peut penser que c'est effectivement plié. Et comme il refuse toujours le débat, donc la confrontation, les Français ne peuvent pas se rendre compte de la dangerosité de son projet.

 

Pourtant la droite est majoritaire dans ce pays. Elle dépasse de 5% les voix du total des gauches et l'élection de dimanche dernier montre clairement que la révolution conservatrice a toujours le vent en poupe chez nous. Mais cette droite, veut-elle vraiment la victoire de l'un des leurs ?

 

Il est clair que la balle est dans le camp des patriotes. Soit ils espèrent une hypothétique recomposition de la droite, mais qui se ferait forcément dans l'opposition avec un Hollande au pouvoir (et tous les risques que cela comporte), soit ils se mobilisent pour que cette droitisation de la vie politique se fasse avec Sarkozy au pouvoir. On a bien vu hier que le PS, après avoir critiqué le soutien du président aux policiers et à la présomption de légitime défense, a vu Hollande faire la même proposition. Le socialiste court aussi "ventre à terre" après les voix du FN. Bayrou ne s'en aperçoit-il pas ?

 

Je continue à penser que Marine Le Pen a tort d'espérer la victoire de Hollande car une partie de son électorat ne lui pardonnera pas. Et s'il y a implosion de l'UMP, que gagnera-t-on ? Le FN aura-t-il vraiment des députés aux législatives si la droite est encore plus divisée que maintenant ? Elle parie sur le fait que les membres de l'UMP la rejoindront. Mais doit-on vraiment rejoindre un parti qui vous insulte depuis 30 ans.

 

Ce que je n'arrive pas à comprendre, c'est que le FN pense encore et toujours gagner seul contre tous. Or, il a fallu une union RPR-UDF pour chasser la clique socialiste en 1986. Les centristes ne se reconnaissent pas en Hollande et savent que la politique qu'il mènera est la pire que l'on puisse mener pour la France, mais aussi pour l'Europe !

 

Quand à ceux qui estiment que le président doit envoyer des signaux forts à Marine Le Pen et non pas seulement à ses électeurs, qu'ils n'oublient pas que la démocratie médiatique n'existe pas. Regardez ce qui s'est passé avec Lucas. Pour un jeu de mot un peu bébête, mais bien moins brutal que de comparer Sarkozy à Pétain (ce qui est ironique quand on sait que le seul président pétainiste fut Mitterrand), le président a dû subir un déferlement médiatique une fois de plus sans précédent ! Sur le débat d'hier, il a encore dû passer plusieurs minutes à s'expliquer, s'excuser, tout cela au dépend de la vraie campagne.

 

La liberté d'expression recule de plus en plus. Eric Brunet dans un de ses articles a même dévoilé que certains à gauche blacklistes les journalistes de droite ! Il n'y en a déjà pas des masses, mais la purge annoncée par Hollande ne se fera pas qu'au niveau du sommet de l'état.

 

La droite l'emportera si elle oublie ses querelles. L'élection passée, il sera bien temps de voir pour les législatives. Annoncer des accords avant le deuxième tour, c'est donner immédiatement la clé de l'Elysée à Hollande. Car la presse aux ordres du PS se déchaînera ! Quand Sarkozy dit que Le Pen est compatible avec la République (ce qu'avait dit Duflot soit dit en passant), on le compare à Pétain. Imaginez ce qui se passera s'il dit "Je veux un accord avec le FN" !

 

De toutes façons, Marine Le Pen ne veut pas d'accord. Elle est aussi fautive que l'UMP dans cette histoire. Son attitude jusqu'au boutiste, son refus de reconnaître ne serait-ce qu'une qualité au président sortant, montre qu'elle n'est qu'une politicienne comme les autres.

 

En cas d'élection d'Hollande, les électeurs de droite s'en rappelleront.

Partager cet article
Repost0
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 06:36

Ceux qui nous annonçait un Front de gauche vindicatif et qui allait fortement changer la vie politique ont dû avaler deux couleuvres dimanche soir !!

 

De par le score, bien inférieur au 15-16% promis par les sondeurs d'abord !! Arrivé 4e de l'épreuve, derrière Marine le Pen qu'il s'était juré d'abattre, Mélanchon n'a pas réussi son premier pari. Son alliance avec les "stals" a échoué et il se contente de la médaille en chocolat. Certes, 11%, ce n'est pas si mal, mais c'est à peine plus que l'addition de Besancenot et de Laguiller en 2002. 

 

Mais c'est surtout son ralliement sans condition à Hollande qui a dû être le plus dur à avaler pour les partisans du Front de Gauche. Car, sachez le, le FDG entendait faire plier les "saucissons", leur imposer le Smic à 1700 euros, la retraite à 60 ans pour tous, la régularisation de tous les sans papiers... Mélanchon n'a même pas cherché à négocier quoi que ce soit ! Il a offert ses 11% et a intimé à ses troupes (on sent bien là le côté fascisant du personnage) de voter comme un seul homme contre Nicolas Sarkozy, en clair, de voter Hollande.

 

Hollande est décidement un type chanceux ! Après avoir vu DSK se prendre les pieds dans le tapis, voici celui qui le traîtait de capitaine de pédalo et de magouilleur capituler quelques minutes après le premier tour. C'est finalement une bonne nouvelle pour lui  car il n'apparaîtra pas comme un otage de la guache extrême.

 

Mais quelle claque pour ceux qui ont suivi aveuglement un vulgaire politicien qui a réussi à faire croire qu'il était un tribun !

Partager cet article
Repost0